Un Blog, Pour Transmettre… Et Appeler

Je veux tout mettre

Vraiment tout metre

Pour tout transmettre

Et puis peut-etre

Dispara^i^tre.

 

Vie de homard…

J’en ai trop marre

Du tintamarre

Du cauchemar

Il est si tard…

 

Assez d’attendre

Je veux m’etendre

Au coeur des cendres

Pour desapprendre

Le gout du tendre…

Mais salamandre

 

Qui vit au fond,

Quand tout dit non

S”eleve un son

Flute et violon:

Le “oui” repond

Et c’est tout bon…

 

O Vie Divine

Je t’imagine…

Tu es si voisine

Je te devine

Telle une hermine

Qui se dessine

Sur neige fine…

 

Mais le temps passe

Sur ses echasses

Il nous pourchasse

Et je suis lasse…

Viens, viens, ramasse

Cet qui s’efface,

Et le remplace

Par ton Espace!

 

Ce blog te hele, images

Ce blog t’appelle

De tout mon zele:

Je veux ton miel,

Ton gout de ciel

Qu’il soit reel

Pour la Terre Belle!

 

Offre Valable Seulement jusqu’au Vendredi 30 Mai 2014

(Traduction en Francais de:

Offer Valid Only Till Next Friday, 4.4.2014 (Included) )

Copyright Can Stock Photo, with my thanks

   L’Offre pour un Atelier En Ligne gratuit que j’ai mise a la fin de mon article, “Un Atelier pour Contacter la Conscience de vos Cellules“, est valable seulement jusqu’a Vendredi Prochain, 30 Mai 2014.

La raison pour cela est que le Vendredi 30 Mai je commencerai a envoyer a chaque personne inscrite d’ici la, le texte de la Premiere Session:

Il contiendra la premiere lecon et aussi les premiers exercices allant avec, qui  seront a pratiquer intensivement pendant le week-end, et ensuite integres a votre journee de travail egalement, pour toute la semaine qui suivra jusqu’au Vendredi a nouveau – moins intensivemet mais suffisamment souvent pour que la nouvelle maniere d’etre interieure apprise devienne partie integrante de votre vie quotidienne.

Le Vendredi suivant, qui sera le 6 Juin 2014, j’enverrai la Seconde Session, et ainsi de suite, jusqu’a ce que les 4 Sessions soient accomplies, qui constituent l’Atelier complet.

Il est entierement base sur les textes de Sri Aurobindo et de Mere, plus l’experience interieure personnelle que la Grace Divine m’a permis d’en avoir moi-meme au fil des annees, afin que ce que je transmette  ne soit pas simplement du savoir theorique, mais aussi une comprehension nee de l’experience  vecue.

Ainsi que je l’ai explique dans mon article, la seule condition pour participer est de respecter mon souhait de rester la seule source de ce materiel d’enseignement que j’ai cree dans ce but:

Chaque personne s’etant inscrite devra m’envoyer un email ou il/elle prendra l’engagement formel de ne pas passer ce materiel a qui que ce soit d’autre, mais si d’autres personnes sont interessees, de les referer directement a moi.

Ou l’on peet s’inscrire est explique egalement a la fin de mon article contenant cette Offre et donnant l’Introduction necessaire a son sujet.

Dans l’espoir de bientot vous aider a devenir les amis de vos cellules,

:-)

Bhaga

Ma Boite a Foret Noire… ou L’Irresistible Attrait de la Foret Pour l’Ame

Un souvenir en appelle un autre… d’une tonalite, vous allez le voir, toute differente, mais qui a revetu aussi une profonde signification dans mon etre, allez savoir pourquoi.

C’est aussi pendant ce meme court sejour aux Trois Epis que j’ai penetre pour la premiere fois de ma vie dans une foret, une vraie foret, celle qui separe l’Alsace de la Germanie – et en meme temps les relie -, oui, carrement l’epaisse foret sombre sous ses hauts troncs que l’on appelle precisement pour cette raison la Foret Noire. “Schwarzwald”, comme on l’appelle en Germanie. Je sais, en Francais on dit “Allemagne”, mais j’ai toujours trouve “Germanie” un bien meilleur nom, donc c’est celui-la que je continue a employer pour ma part, j’espere que cela ne vous derangera pas trop… ou pas du tout!

Ayant grandi dans la partie de l’Afrique quasi desertique ou tout autour de vous n’est que savane a perte de vue, toute autre forme de paysage et de vegetation m’etait chaque fois un choc culturel, pour ainsi dire. Je suppose que la jungle, ce doit etre encore tout autre chose, un grand n’importe quoi poussant dans tous les sens avec une phenomenale force de vie grouillant dans toute cette enorme vegetation entremelee. Ca, je n’en ai jamais eu l’experience directe, et je ne suis pas certaine de jamais souhaiter l’avoir. Car avoir soudain l’experience directe d’une vaste et ancienne foret de coniferes, ce fut deja pour moi un choc memorable qui revolutionna mon etre quand il se trouva pour la premiere fois entoure par la majestueuse puissance de la Foret Noire.

Sans que je le sache mentalement,  tout le reste de mon etre s’en rendait compte autrement: je me trouvais sur la frange d’une des seules forets encore existantes, representatives de ces immenses masses forestieres qui autrefois recouvraient la plus grande partie de l’Europe Continentale aux froids hivers. Les etres humains et les cultures humaines des deux cotes de la frontiere ont eu de longs et profonds rapports avec ces anciennes forets, a la fois effrayantes et sacrees, telles que la Foret Noire.

Retrospectivemet je ne vois pas comment j’aurais pu avoir ete autorisee a y aller toute seule a mon age, donc au moins ma soeur, de deux ans mon ainee et a mes yeux deja presque “une grande”, devait forcement m’accompagner au cours de mes quelques incursions irresistibles quoiqu’hesitantes dans cette foret toute proche, mais j’etais si fascinee par le mystere profond que j’y rencontrais chaque fois, que j’en oubliais toute autre presence humaine a mes cotes, absorbee que j’etais par cette immense Presence vegetale qui m’enveloppait de toutes parts.

Marcher lentement sur les mousses s’enfoncant sous mes pas, sans autre bruit que le craquement soudain d’un fragment de branchage ecrase par megarde, ou le bruit des battements de mon propre coeur, caresser de la main les fougeres veloutees, presqu’ aussi hautes que moi, qui peuplaient la base de ce vaste palais fantasmagorique dans lequel j’osais a peine lever la tete, osant cependant le faire parfois, pour suivre du regard les longs rayons d’un soleil oublie, exile plus haut, bien plus haut, la ou les cimes vertigineuses de ces arbres geants s’ecartaient quelque peu pour en laisser passer la bienfaisante clarte, m’emerveiller en voyant les radieux scintillements de lumiere qui y jouaient silencieusement entre les ramures, voila tout ce que j’y faisais, qui aurait du vite lasser une enfant de mon age. Mais au contraire chaque instant passe dans le silence de cette foret m’etait precieux car je savais que bientot nous retournerions en Afrique, et qui sait quand je reviendrais dans ce monde si different, et qui pourtant m’apportait aussi quelque chose d’indefinissable, mais de si important que je voulais ne jamais l’oublier.

202000006_1

Et je trouvai effectivement un moyen bien a moi pour ne jamais l’oublier:

J’avais obtenu de Maman une magnifique boite de chocolats – ou etait-ce de marrons glaces ? -  une de ces longues boites plates en carton fort et au couvercle decore, vide depuis longtemps, mais que je trouvais fort belle et que je comptais bien remplir un jour de tresors secrets, sans savoir encore lesquels.

Je me rendis bientot compte a quel point la foret regorgeait non seulement de tresors visuels, mais aussi de tresors olfactifs. Elle embaumait. Mille senteurs s’y melaient, venant de tout ce qui y poussait, avec une note dominante balsamique qui faisait du bien a respirer, les poumons aimaient cette odeur caracteristique puissante et apaisante tout a la fois.

Je commencai, au cours de mes visites dans la foret, a remplir les poches de ma robe ou de mon pantalon avec tout ce que je pouvais trouver de la taille voulue, et qui soit a ma portee, habituellement jonchant le sol de cette foret, sol qui en etait en meme temps comme un prolongement representatif: choisissant tout avec le soin d’un collectionneur, j’y ramassai des pommes de pin en tous genres, des feuilles de toutes formes, des pans de mousse ou des morceaux d’ecorce et meme. dans une boite separee tres petite, un peu du terreau que tout cela formait une fois completement decompose en ses materiaux premiers. A notre depart, ma belle boite etait pleine.

Dument recouverte et ficelee, elle fit le long voyage avec nous.

De retour en Afrique, je l’ai amoureusement placee a la tete de mon lit, dissimulee en dessous pour qu’elle echappe a l’oeil acere de ma soeur, mais suffisamment accessible pour que, dans l’obscurite de la nuit, avant de m’endormir, je puisse la saisir, la poser a cote de mon oreiller, soulever precautionneusement le coin de son couvercle, et, les yeux clos, humer a pleins poumons les effluves balsamiques qui en montaient vers moi, presence merveilleuse de la foret toujours chere a mon coeur, maintenant bien lointaine, mais dans le silencieux mystere de laquelle il me semblait alors retourner…

Puis je refermais tout et le remettais a sa place, et, le coeur plein d’une emotion que je ne comprenais pas mais qui me poignait de sa puissante douceur, je m’endormais enfin.

Et cette boite, j’ai reussi a la conserver intacte pendant de longues annees, cherissant a la maniere d’un avare le tresor qu’elle contenait, insignifiant ou meme ridicule aux yeux des rares autres qui connaissaient son existence. Pour moi s’y trouvait toujours cette emouvante Presence dont le parfum balsamique s’exhalait encore un peu, malgre tout le temps passe, de ce modeste ecrin ou les seuls joyaux visibles etaient des pommes de pin… mais qui pour moi rayonnaient encore invisiblement de toute la lumiere etincelante dont la foret s’etait paree autrefois pour mon regard et mon coeur emerveilles d’enfant.

La “Colline aux Cerises” et ma Jeunesse Eternelle

L’un des rares moments que je me rappelle de mon enfance s’est passe en France meme, au cours de l’un de ces sejours de six mois auxquels mon pere avait droit apres quatre annees en Afrique.

Chaque fois nous nous retrouvions en France un peu “en touristes”, car les grands-peres et grands-meres des deux cotes, bien que vivant a Paris, passaient une bonne partie du temps de leur retraite a faire des cures diverses ici ou la en France, pays repute pour ses nombreuses sources d’eaux thermales et/ou therapetiques. Comme nous allions bien sur les rejoindre ou qu’ils puissent se trouver a notre arrivee,  nous prenions chaque fois la vieille Citroen conservee pieusement par mon pere. et nous traversions la France en direction de la ville d’eau ou de repos voulue.

Cette fois-la, ma grand-mere paternelle, veuve et donc accompagnee par sa fille, notre tante, faisait un sejour aux Trois-Epis, un de ces charmants lieux d’Alsace, proches de l’Allemagne, qui bordent la Foret-Noire sur les douces hauteurs boisees des contreforts des Vosges. Au bout de quelques jours avec elles sur place pour decouvrir le lieu en lui-meme, par une jolie apres-midi d’ete, nous decidames d’aller faire une petite promenade a pied dans les environs immediats. Mon pere n’etait pas avec nous, autant que je me souvienne, mais je ne sais plus pourquoi. Ma soeur ainee et moi, a l’epoque seules enfants de nos parents, gambadions gaiement devant, avec une agreable impression d’aventure sans danger, en ces lieux totalement inconnus de nous mais tellement proteges…

A un detour du chemin plat que nous suivions, nous voila soudain face a face avec un modeste ecriteau en bois indiquant d’une fleche le debut d’un sentier grimpant vers le haut de la colline, avec, ecrits en majuscules maladroites au-dessus de la fleche, ces mots tentants:

“TARTES AUX CERISES”

Tout excitees, ma soeur et moi retournons en courant vers le petit groupe de notre maman, notre tante et notre grand-mere, qui marchaient sans se presser tout en devisant, comme aiment le faire les grandes personnes. Nous leur expliquons notre trouvaille; leur statut de grandes personnes les empeche bien sur de manifester trop d’enthousiasme, mais quand nous parlons de tartes aux cerises notre oeil exerce percoit tout de meme l’interet qui fait soudain luire leurs prunelles et s’accelerer leur pas: aucun probleme pour les faire accepter de prendre le sentier et d’aller a la ferme ou se trouvaient ces prometteuses tartes aux cerises!

Mais c’est que le sentier grimpait; pas vraiment raide car il zigzaguait sur le flanc de la colline, mais tout cela etait tout de meme bien pentu sans y paraitre. Ma soeur et moi filions joyeusement en avant en sautillant comme des cabris; mais apres un moment, etonnee de ne pas encore voir les autres arriver derriere nous, je m’arretai et leur laissai le temps de devenir visibles plus bas sur le sentier.

Les regardant de loin monter pesamment pas a pas, je me rappelle encore l’etonnement profond que j’ai ressenti, ne comprenant pas pourquoi ces trois adultes n’allaient pas plus vite, ni plus legerement, pour nous rejoindre:

“Mais enfin, qu’est-ce qui leur prend d’aller si lentement? Si elles continuent a cette allure-la, l’heure du gouter sera passee depuis longtemps, on arrivera trop tard et les autres gens auront mange toutes les tartes!!!”

Dans mon propre etat de jeunesse encore si absolue et si spontanee qu’aucun etat qui lui soit contraire a ce point-la ne lui etait meme imaginable, je ne me rendais pas du tout compte qu’elles ne pouvaient tout simplement pas aller plus vite!… Et quand elles ont fini par s’approcher de la ou je les attendais, je n’ai pu a nouveau que constater sans la comprendre la peine evidente qu’elles avaient a  grimper sur ce chemin pour nous si facile a escalader:

“Mais pourquoi donc sont-elles tout essoufflees, alors qu’elles n’ont meme pas couru??? Elles respirent fort, elles trainent les pieds, comme si elles etaient tres fatiguees?! Comment ca se fait? Nous aussi on a fait la meme route qu’elles, et on n’est pas fatiguees du tout!”

Quel stupefiant mystere pour la jeune vie insouciante et impetueuse en moi, qui donnait encore tout naturellement tant de joyeux elan a mes jambes, tant d’agilite et de legerete a mes pieds… Comment aurais-je pu m’imaginer l’etat contraire, sans en avoir jamais encore eu l’experience dans mon propre corps?…

Malgre tout, elles sont finalement arrivees en haut et se sont installees avec de grands soupirs de soulagement aux places que nous avions gardees pour elles a la table ou nous nous etions deja assises en les attendant, ayant commande bien sur egalement a l’avance les tartes en nombre voulu, pour etre sures qu’il y en aurait assez pour nous toutes…

L’image ci-dessous vous donnera une idee du paysage:

Les Trois Epis

Les Trois Epis

 

Une fois tout le monde enfin attable, les tartes nous ont ete servies.

Et alors a commence la seconde partie de cette demonstration qui nous etait bien involontairement donnee, de comment on devient vieux: la gravite qui avait pris le dessus dans leurs corps physiques, etait insensiblement devenue aussi excessive dans leur consciences,  sous forme de serieux, ainsi que le montra la situation inattendue et ultra-comique suivante:

En commencant a manger sa tarte, chacune de nous s’apercut rapidement que la patronne devait etre debordee de travail, et n’avait pas l’aide dont elle aurait eu besoin: elle avait laisse tous les noyaux dans les cerises qui remplissaient les tartes!… A chaque bouchee il fallait se debrouiller pour extraire le noyau du reste, et le deposer d’une maniere ou d’une autre sur l’assiette. Imaginez les contorsions inhabituelles des joues, de la bouche et des levres auxquelles chacune etait obligee de se livrer, et ce, pour chaque cerise de nos tartes abondamment garnies!…

Alors que ma soeur et moi nous nous sommes vite prodigieusement amusees de la situation, riant aux eclats et nous moquant l’une de l’autre a qui mieux mieux, un profond silence s’abattit sur les trois adultes:

Terriblement genees, elles faisaient de leur mieux pour sembler ne s’apercevoir de rien; chacune, l’oeil fixe et la mine plus digne que jamais, s’efforcait de se depetrer de ses noyaux sans se montrer trop ridicule, recueillant finalement chaque noyau avec delicatesse dans sa petite cuillere et le deposant aussi discretement que possible en une pile convenable dans un coin de son assiette. Nous, les deux gamines, nous en etions a cracher carrement nos noyaux droit devant nous, a celle qui cracherait son noyau le plus loin – mais la les adultes trouverent qu’on allait trop loin, justement, et l’une d’entre elles, entre deux noyaux, nous signifia d’arreter ce cirque, si bien que notre si passionnante competition dut s’arreter la. Mais alors, notre attention se reporta toute sur ce qu’elles faisaient elles, et sur leurs mines inenarrables qui nous faisaient poufffer de rire en depit de tous nos efforts pour nous controler. Ma soeur er moi, ecroulees de rire, les regardions faire avec  la fascination et le pur delice d’enfants qui voient pour la premiere fois des adultes habituellement serieux faire des grimaces dont un clown aurait ete fier!!!

Du coup, comme il fallait s’y attendre, nos accompagnatrices ne furent que moderement satisfaites des tartes aux cerises, sans parler de la grimpette qu’il fallut bien entamer ensuite dans l’autre sens, et sans trainer, pour etre de retour a la pension de famille avant la nuit. Tout se termina bien, heureusement, mais je doute qu’elles aient garde un tres bon souvenir de notre aventure. Pour ma part cependant, je dois avouer que c’est reste l’un des plus joyeux moments de mon enfance… Quelle merveilleusement rejouissante apres-midi sur cette “Colline aux Cerises”, comme je l’appelle encore faute de savoir son vrai nom!

Lorsque je veux re-capturer le sens de la jeunesse, l’etat interieur physique et psychologique de Jeunesse a l’etat pur, c’est mon moi rieur et bondissant de la Colline aux Cerises que je fais renaitre en mon etre, comme une bouffee d’air frais stimulante et regeneratrice qui amene un sourire radieux dans toutes mes cellules… Aaaaah…! Merci, Colline aux Cerises…

 

 

 

 

 

La Langue Francaise… vue du Quebec

Il y a quelques mois, des cousins de France m’ont envoye ce lien on ne peut plus bienvenu, sur

“La langue française expliquée par nos cousins du Québec – très drôle et fort bien vu.”

Je ne resiste plus au plaisir de le partager avec tous ceux parmi vous, mes visiteuses et visiteurs, qui avez suffisamment de connaissance de notre langue pour apprecier les plaisanteries qu’on peut faire a son sujet.. y compris sur des points qui seraient un peu “oses” en France (et absolument non mentionables ici, en Inde!) mais qui au Quebec font tout a fait partie de ce dont on parle au quotidien sans gene aucune… Question de culture. N’empeche, c’est fort amusant!!! Un grand merci aux si gentils – et tres reels – cousins de France…

Voici le lien:
> > > >  http://www.youtube.com/watch?v=7UDiLjMD-kY&feature=youtube_gdata_player

Un Atelier pour Contacter la Conscience de vos Cellules

(Traduction en Francais de:

What does ‘Cellular Consciousness’ Mean For YOUR Life?)

“C’est bien beau”, certain(e)s d’entre vous se disent peut-etre, “de mettre ces citations merveilleuses de “L’Agenda de Mere” etc,   a propos de la Conscience Cellulaire et tout ca. Mais  qu’est-ce que ca veut dire pour MOI, pour MA VIE?… Rien du tout!… “

Si c’est ce que vous pensez, cher(e) visiteur/visiteuse qui lisez ceci, vous etes sans vous en rendre compte en train de faire une grosse erreur – car le simple fait que vos cellules ont leur propre conscience a des consequences tres pratiques et tres profondes qui pourraient changer en mieux votre vie de tous les jours – meme si vous n’etes encore sur aucun chemin spirituel, sans parler du Yoga Integral de Sri Aurobindo et de la Mere.

Le fait de la Conscience Cellulaire, si vous l’explorez davantage, pourrait vous mener a une toute nouvelle relation avec votre corps, laquelle pourrait a son tour changer votre relation avec vous-meme en tant qu’etre complet, y compris votre conscience plus profonde – le Vous de vous.

Pendant ces ateliers que j’ai donnes depuis de nombreuses annees sur ce sujet, par deux fois quelqu’un parmi les participants – les deux fois, une femme – m’a dit que ce que j’expliquais et leur faisais decouvrir devrait etre enseigne aux enfants, directement a l’ecole, si important sentaient-elles que ce serait de savoir tout cela et de l’utiliser dans sa vie quotidienne des son plus jeune age.

Dans le futur bien sur ce sera en effet enseigne des l’abord aux enfants, pour qu’ils puissent grandir avec cette connaissance et avec la vision du monde ainsi que la facon de vivre qu’elle donne, si differente de la vision du monde habituelle presente, surtout dans les societes occidentales.

Et savez-vous quoi? A part vous-meme, il y a d’autres personnes qui seront elles aussi beaucoup plus heureuses si vous commencez a inclure vos cellules dans votre vie.

Beaucoup d’autres personnes: les trillions de cellules qui toutes ensemble composent votre corps!!!

He oui, elles aussi sont des personnes a leur facon, et devraient etre reconnues comme telles.

Non seulement vous  renouvellent-elles votre corps regulierement, mais c’est elles qui le font fonctionner tout le temps, nuit et jour, meme pendant que vous dormez; et pourtant, comme tout le monde, c’est comme si pour vous elles n’existaient pas: vous ne pensez jamais a vos cellules, vous ne vous rappelez meme pas qu’elles sont la, et vous n’avez pas la moindre idee qu’elles aussi sont des etres conscients, juste comme vous, seulement beaucoup plus petits, etant donne que leur vie se passe a une echelle microsopique comparee a  l’echelle d’un corps humain tout entier.

Et vous pensez que la taille de vos cellules est petite?…

Qu’est-ce que vous diriez alors des elements encore beaucoup plus petits qui constituent les corps microscopiques de ces cellules? Et que diriez-vous des molecules et, encore plus petit, des atomes et particules de toutes sortes qui constituent les molecules?

Par rapport a ces particules infinitesimales tout en bas de l’echelle, vos cellules sont aussi gigantesques que votre corps l’est par rapport a chacune de ses cellules. C’est seulement une  question d’echelle, autrement il n’y a pas de difference essentielle.

Mais allons simplement au niveau en dessous, pour commencer: vous ne saviez pas que vos cellules avaient leur propre conscience, n’est-ce pas?

Il vous faudra probablement un peu de temps pour que ce fait s’enregistre vraiment dans votre propre conscience individuelle, mais cela se produira, et un jour il vous paraitra absolument naturel et normal que vos cellules aussi aient une conscience juste comme vous en avez une.

Le probleme, c’est que, aussi longtemps que vous, pour qui elles travaillent sans arret, ne reconnaissez pas le moins du monde leur travail, ni meme leur existence en tant qu’etres a part entiere,  cela veut dire que vos cellules travaillent pour vous comme le feraient des esclaves. Vous rendez-vous compte de cela?… Depuis le moment ou vous etes nes dans ce corps physique, toutes ces cellules n’ont pas cesse de travailler pour vous comme le feraient des esclaves. Ne serait-il pas temps de leur donner un petit quelque chose en echange? Reconnaitre leur existence a tout le moins? Avoir meme quelque gratitude pour elles, peut-etre?

Si vous commenciez a faire au moins simplement cela, imaginez comment leur vie changerait…

Bien sur il faudrait tout de meme qu’elles continuent a travailler, car le travail qu’elles font, quoi que ce soit pour chacune d’entre elles, tout simplement doit etre fait pour que votre corps puisse continuer a fonctionner comme il devrait, et que vous soyez capables de vivre votre vie normalement.

Mais quelle difference losque votre travail est reconnu et apprecie! Quand vous travaillez pour un patron qui se soucie de vous, quelle difference! De votre tete au bout de vos orteils, toutes les cellules dans votre corps commenceraient a se sentir plus heureuses. Elles feraient leur travail avec le sourire, et avec beaucoup plus d’enthousiasme.

La personne sur la photo en bas a ommence a penser a son corps et a ses cellules. Vous voyez seulement ses pieds, mais rien qu’a voir les chouettes petits dessins sur tous ses orteils, vous savez qu’elle veut ces orteils heureux, les cellules la-dedans souriantes.

C’est un tout a fait bon debut en verite! Mais vous pouvez apprendre a faire bien mieux que cela: vous pouvez apprendre a vraiment aller la, dans vos orteils, ave votre conscience, et a sentir comment vos cellules la se sentent, a n’importe quel moment.

Et vous pouvez apprendre encore beaucoup plus.

Alors?… Interesse(e)?…

Je veux essayer pour la premiere fois de donner mon “Atelier de Conscience Cellulaire” directement par email/courriel aux individus qui  mettront sur ma Page Facebook (“Bhaga d’Auroville”) un message pour moi indiquant leur nom et adresse email, ou bien laisseront la meme chose dans un “Comment” (“Commentaire”)  sur mon blog meme, apres la fin de ce texte.

Oui, ce sera entierement gratuit!… Non seulement cette premiere petite Introduction, mais le Cours entier sera gratuit – a la seule condition que vous ne le passiez pas a d’autres personnes, mais les dirigiez directement vers moi pour l’obtenir – a nouveau gratuitement, toujours. Je communiquerai directement avec chacune des personnes interessees et suivrai le progres de chacune.

Je veux partager ce savoir, qu’il se repande dans le monde entier, mais de la vraie maniere, sous la direction de quelqu’un comme moi qui a l’experience necessaire de comment le faire vraiment, et dans le respect et la gratitude voulus a l’egard de ces deux grands Pionniers de l’Evolution Consciente, Sri Aurobindo et Mere, a qui je dois litteralement tout ce que je peux transmettre aujourd’hui grace au Travail inoroyable qu’ils ont fait pour l’Humanite et pour la Terre.

Que disent vos orteils de ma proposition? Les sentez-vous deja se mettre a sourire, rien qu’a penser a cet Atelier qui va vous les faire connaitre enfin, et changer leur vie?

Continuez de sourire, ptits (ou gros) orteils… Voici venu le temps de votre Bonheur!

 

Picture from wired.com, with my thanks

About these ads

Occasionally, some of your visitors may see an advertisement here.

Bruno Groening, Channel for Healing / Canal de Guerison

A few weeks ago, an American friend with German roots who has visited me several times in Repos and is faithfully following this Research Blog of mine sent me a link to some info about someone I had never heard of until then:

Bruno Groening, a simple man but totally dedicated to the Divine, whose very presence produced extraordinary, often instantaneous healing phenomena during his lifetime (1906-1959) and still does, although he is not in a physical body any longer.

As I was too busy at the time with my first “Cellular Consciousness Workshop Online’, which is coming to completion, it is only now that I could find the time to explore the biography and other pieces of documentation about this man; and my conclusion about him is so positive I am making him the subject of this new post here.

I’ll let the video down below, the one I liked most of all, speak for me… and for him:

 

As you can see, all the teachings from Bruno  are quite compatible with the Integral Yoga taught by Sri Aurobindo and the Mother; and Bruno’s emphasis on the body and its health, as well as the way he advocates, including the power of Positive Thought, to reach that state of Health,  are right in the correct direction too for that physical dimension indispensable for an integral transformation of our being.

So in my eyes this is a highly recommended subject of study and practice for whoever happens to feel a special connection with this very inspiring personality. Even Science will have some day to give justice to what this man has accomplished in all his remarkably simple sincerity, and recognize that whatever may have caused all those healings, and be still causing them, the man himself wasn’t a charlatan, and he shouldn’t be still branded as ‘controversial’ just  because official Science doesn’t know yet what to do with such cases it cannot explain within its present materialistic limits.

To me, this Bruno Groening is yet another example of the wonders that can happen when one has a total faith in the Divine. Examples like that are quite precious to us all in this new evolutive era, for they indicate a kind of gift bound to become more and more frequent among us in our terrestrial future.

**************

TRADUCTION EN FRANCAIS:

 

Il y a quelques semaines, un ami americain aux racines germaniques qui m’a souvent rendu visite a Repos et suit fidelement ce Blog de Recherche m’a envoye un lien pour une information au sujet de quelqu’un dont je n’avais jamais entendu parler jusque-la:

Bruno Groening,  un  homme simple, mais totalement dedie au Divin, et dont la presence -meme produisit des phenomenes de guerison extraordinaires durant sa vie (1906-1959) et continue a le faire, bien qu’il n’ait plus de corps physique.

Comme a ce moment-la j’etais trop occupee par le Stage de Conscience Cellulaire que je donnais pour la premiere fois ‘en ligne’, et comme il s’acheve, c’est seulement maintenant que j’ai pu trouver le temps d’explorer la biographie et les autres documents concernant cet homme; et ma conclusion est si positive que me voila en train d’ecrire cet article ici a son sujet.

Je vais laisser la video ci-dessous, qui est celle que je prefere, parler pour moi… et pour lui:

 

Comme vous pouvez le constater,  ce qu’enseigne Bruno Groening est tout a fait compatible avec le Yoga Integral enseigne par Sri Aurobindo et Mere; et l’importance que Bruno donne au corps et a sa sante, aussi bien que la facon de s’y prendre qu’il recommande, incluant la Pensee Positive, pour arriver a cet etat de Sante, sont completement dans la bonne direction egalement pour cette dimension physique indispensable a une transformation integrale de notre etre.

C’est pourquoi a mes yeux voila un sujet d’etude et de pratique hautement conseille pour quiconque se sent une connexion speciale avec cette personnalite si inspirante. Meme la Science aura un jour a rendre justice a ce qu’a accompli cet  homme par sa remarquable sincerite simple, et a reconnaitre que,  quelle que soit la cause qui a produit toutes ces guerisons et continue a le faire, cet homme en lui-meme n’etait pas un charlatan, et ne devrait plus etre etiquete comme “controverse” juste parce que la Science officielle ne sait pas quoi faire de cas comme ceux-la, qu’elle ne peut expliquer dans ses limites presentes materialistes.

Pour moi, Bruno Groening est un exemple de plus des merveilles que peut accomplir une foi totale en le Divin. Des exemples comme lui sont precieux pour nous tous en cette ere d’evolution nouvelle, car ils indiquent un genre de don qui ne peut que devenir de plus en plus frequent parmi nous dans notre futur terrestre.

Une Simulation Visuelle Realiste de l’Evolution Cosmique: “Illustris”

Grace au ‘Monde” electronique, nous pouvons regarder cette nouvelle simulation visuelle, que nous presente un de leurs articles u 8 mai 2014, dont voici le lien:

http://autourduciel.blog.lemonde.fr/2014/05/07/video-138-milliards-dannees-devolution-cosmique-en-2-minutes/

VIDÉO : 13,8 milliards d’années d’évolution cosmique en 2 minutes

Une nouvelle simulation numérique permet de reproduire avec une précision inédite l’évolution de la matière et la formation des galaxies durant plus de 13 milliards d’années au sein d’un cube de 350 millions d’années-lumière de côté.
© Illustris Collaboration/ Illustris Simulation/Le Monde

Ne pouvant réaliser aucune expérience pratique avec des étoiles ou des galaxies, les astrophysiciens tentent d’expliquer leurs observations ou de conforter leurs hypothèses en créant des simulations numériques. Tributaires de leur compréhension initiale des phénomènes physiques impliqués, des moyens mathématiques à leur disposition pour les modéliser et de la puissance de calcul des ordinateurs, les chercheurs peuvent profiter de l’amélioration constante de ce dernier point pour raffiner régulièrement les paramètres de leurs simulations et pour tenter d’approcher un peu plus la réalité.

Dans un article publié le 8 mai par la revue scientifique à comité de lecture Nature, Mark Vogelsberger (Massachusetts Institute of Technology, États-Unis) et ses collègues présentent Illustris, une simulation informatique qui débute 12 millions d’années après le Big Bang et retrace plus de 13 milliards d’années d’évolution cosmique dans un cube d’un peu moins de 350 millions d’années-lumière de côté. Nous sommes tous habitués à l’aspect de toile d’araignée que présente notre univers à grande échelle et que révélaient superbement les premières générations de simulations cosmiques. Cet aspect a été confirmé par les observations télescopiques et par les mesures de distances d’un nombre croissant de galaxies situées autour de nous dans l’espace. Mais ces simulations ne parvenaient pas à rendre correctement la distribution des différents types de galaxies (spirales, elliptiques, irrégulières), pas plus qu’elles ne donnaient des résultats satisfaisants sur leur contenu en gaz et sur l’évolution de leur richesse en éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium. Dix fois plus précise que les précédentes simulations, Illustris parvient à faire cela.

Illustration
Baptisée Illustris, la simulation numérique réalisée par Mark Vogelsberger et ses collègues atteint une précision inédite à ce jour. Ce gros plan, centré sur l’amas de galaxies le plus massif créé par la simulation, révèle toute la complexité de la trame cosmique à l’époque actuelle, avec les filaments de gaz (en bleu) qui s’étirent entre les amas et les superamas de galaxies et les bulles orangées qui signalent l’influence intergalactique des trous noirs supermassifs.
© Illustris Collaboration

Mark Vogelsberger et ses collègues ont découpé leur cube d’« univers témoin » en 12 milliards de cellules contenant du gaz et cette fameuse matière noire qui défie les cosmologistes. Ils ont réglé les paramètres initiaux et placé le curseur sur 12 millions d’années après le Big Bang avant de lancer leur nouvel algorithme (AREPO) pour simuler les interactions hydrodynamiques des cellules, cet algorithme s’adaptant en continu au gré de l’évolution des structures créées. Ils ont, en outre, inclus une multitude de contraintes liées aux modèles de formation des galaxies, des étoiles et des trous noirs supermassifs. Ils ont également tenu compte du refroidissement du gaz dans les nébuleuses interstellaires et intergalactiques, de la formation des éléments lourds par les générations successives d’étoiles et par les explosions de supernovae, de l’action des trous noirs supermassifs actifs dans les noyaux galactiques, et des effets conjugués de tous ces acteurs sur les vents stellaires et galactiques. Le résultat est une simulation qui colle remarquablement bien aux données observationnelles les plus récentes obtenues avec les plus grands télescopes terrestres et spatiaux. La comparaison de l’image réalisée par le télescope spatial Hubble lors du Hubble Ultra Deep Field avec l’image calculée avec Illustris est particulièrement spectaculaire. L’image calculée ne se contente pas d’être ressemblante en matière de densité de galaxies et de répartition de celles-ci dans le champ, elle est également parfaitement cohérente en ce qui concerne les types de galaxies présentes, leur morphologie, leur luminosité et leur couleur.

Comparaison Hubble Ultra Deep Field (UDF) et Illustris
Comparaison Hubble Ultra Deep Field (UDF) et Illustris
La comparaison du champ photographié par le télescope spatial Hubble (b) avec la simulation d’un champ du même type obtenu avec Illustris (c) témoigne de la qualité de cette nouvelle simulation. La remarquable précision des images créées par Illustris permet de distinguer clairement plusieurs types de galaxies (a).
© Nature

Mais Illustris ne donne pas seulement de bons résultats à grande échelle, sur les vastes champs et les amas et superamas galactiques. La précision des calculs, pour chaque galaxie de la simulation, donne également une indication de la présence de nuages d’hydrogène tout à fait comparable à celle que les astronomes ont pu déterminer avec les observations du radiotélescope d’Arecibo pour certaines galaxies proches de la nôtre. Comme les nouvelles générations d’étoiles se forment dans ce type de nuages interstellaires, la quantité d’hydrogène disponible dans une galaxie est un bon moyen de connaître son potentiel de formations stellaires et donc son évolution possible. Illustris intègre aussi des données sur l’enrichissement progressif du milieu interstellaire et des étoiles en éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium. Au total, cette simulation permet de suivre l’évolution de l’abondance de neuf éléments : hydrogène, hélium, carbone, oxygène, azote, néon, magnésium, silicium et fer.

© Mark Vogelsberger et al.

Les plus petites cellules utilisées pour les calculs dans Illustris mesurent 150 années-lumière de côté, nous sommes donc encore loin de la résolution qui permettra peut-être un jour de simuler jusqu’à la formation des étoiles individuelles et des systèmes planétaires. Mark Vogelsberger et ses collègues ne cachent pas dans leur article que certains points ne sont pas encore correctement traités par leur simulation. Ils soulignent, par exemple, le problème des galaxies peu massives qui apparaissent trop vite et présentent donc au final des populations d’étoiles deux à trois fois plus âgées que ce que l’on observe dans la réalité. Pourtant, le progrès réalisé par rapport aux précédentes simulations est déjà énorme et la vision cosmique qu’Illustris nous offre à déjà de quoi nous faire rêver les yeux ouverts.

Sources

 

Guillaume Cannat (pour être informé de la parution de chaque nouvel article, suivez-moi sur Twitter, ou sur Facebook ou sur Google+)

 

“Les Emotifs Anonymes”: Un Film que ma Recherche “LOE” Recommande!

Enfin, quelle merveille, un film d’humour tendre!… Pas d’humour noir, oh non, merci, mais d’humour tendre.

Ou l’on se moque gentiment des Grands Timides, mais sans jamais les ridiculiser. Ou on les voit tels qu’ils essaient de leur mieux, desesperement, de paraitre des qu’ils sont en compagnie, mais aussi tels qu’ils sont en realite des qu’ils sont seuls…

Et que sont-ils donc en realite, ces Grands Timides? Tenez-vous bien: ce sont souvent des gens secretement tres doues, mais qui n’osent pas ou ne peuvent pas s’affirmer en public.

Oh! Soudain me revient en memoire justement le cas si aigu qu’il en etait presque tragique, dans “Star Trek: The Next Generation”, de ce personnage, Reginald Barclay devenu inevitablement la risee de tous a bord (sobriquet compris!), decrit ainsi sur Memory Alpha, le Wikipedia de Star Trek:

Lieutenant Reginald “Reg” Endicott Barclay III was a highly-talented Human Starfleet systems diagnostic engineer who lived in the 24th century. He frequently displayed nervous behavior, demonstrated a noticeable lack in confidence, stammered profusely, was extremely introverted, and occasionally bumbled. These traits engendered the derision of some of his shipmates on the USS Enterprise-D – with some even going as far as calling him “Lieutenant Broccoli” behind his back or, on unfortunate occasions, to his face.

Il etait considere plus ou moins comme un incapable, chacun se demandant vraiment par quel aveuglement le Haut Commandement de Starfleet lui avait permis de gravir les echelons et d’arriver jusque dans l’equipe triee sur le volet de l’astronef “Enterprise” … jusqu’au jour ou des circonstances d’urgence le forcent a sortir de l’obscurite, et ou soudain on se rend compte avec stupeur qu’il est en fait un genie de premier ordre, le seul a bord a avoir compris quel danger exactement menacait d’aneantir l’astronef, et comment eliminer ce danger.

Particulierement seul dans ces temps futurs ou pratiquement tous les autres membres de la “Starfleet”, quelques defauts qu’ils puissent avoir par ailleurs, etaient des etres forts, surs d’eux-memes, capables de prendre les commandes a tout moment si necessaire, et avec tout le calme et l’autorite voulus, ce cas particulier que “Broccoli” representait au sein de la “Starfleet” devait en effet bien souffrir d’etre si different, et de n’y rien pouvoir.

La plupart des films qui nous montrent un Grand Timide s’y prennent de la meme facon, tres efficace il faut dire: ils nous en montrent un, isole parmi d’autres humains qui n’ont nullement le meme genre de difficulte.

L’interet de ce film-ci, “Les Emotifs Anonymes”, reside des l’abord dans le fait qu’il nous en presente d’entree non pas un, mais deux a la fois, aussi maladivement timides l’un que l’autre, et meme l’un avec l’autre tant que chacun s’efforce de cacher son probleme a l’autre:

Non seulement une jeune et jolie femme, qu’on aura plus tendance a excuser et a trouver touchante, mais aussi un homme, un malheureux afflige lui aussi de la meme maladie, mais sans pour autant beneficier de cette indulgence accordee davantage, allez savoir pourquoi, au sexe feminin, probablement parce qu’il est repute etre le sexe faible, et que l’on s’attend donc de sa part a toutes les faiblesses, y compris celle-la.

On les voit tous les deux repeter encore et encore, chacun de son cote, ces “affirmations” supposees les aider, mais visiblement sans grand succes, a se sentir veritablement tels qu’ils s’affirment etre… C’est tres efficace en tous cas pour  faire rire les spectateurs: tous les gens qui ont essaye cela vont se reconnaitre en eux avec amusement, et ceux qui n’ont jamais fait cela vont rire aussi, parce que c’est d’une cocasserie irresistible, le contraste evident entre ce qu’ils disent et ce que tout en eux dement de maniere si evidente! Les “affirmations”, c’est vrai que ca aide, mais ces deux-la ne savent vraiment pas comment s’y prendre…

Autour d’eux, des gens dits “normaux”, plutot a l’aise dans leur peau sans pour autant eprouver le besoin de prendre toute la place comme d’autres gens qu’on appelle aussi et qui se croient eux aussi “normaux”, mais qui sont en realite, et sans meme sans rendre compte, des rouleaux-compresseurs. Cependant, comme ce dernier type de comportement est  par definition le type “dominant” dans notre societe contemporaine occidentale, elle-meme “dominante” sur la planete, et qu’il est le type de comportement qu’on recommande aux jeunes qui veulent “reussir” et “arriver”, et meme a ceux qui prefereraient s’y prendre autrement, il y a pour le moment plus de respect et d’acceptation pour ceux qui ont trop de confiance en eux-memes, que pour ceux qui n’en ont pas assez.

En quoi consiste exactement, a la base, chacun de ces deux problemes opposes?

Les rouleaux-compresseurs ont en eux trop de force, d’energie de vie, qui a besoin de s’exprimer, fut-ce au detriment d’autrui, car autrui compte tres peu pour ce genre de personnes que n’etouffent pas les sentiments.

Quant aux autres… eh bien justement, ce sont ceux qu’etouffent leur sentiments!!! Du moins, ou disons, surtout dans nos societes ultra-competitives. Pour les Ultra-Emotifs, amour et tendresse sont plus importants que reussite et succes tels qu’ils sont definis pour le moment, c’est a dire bases sur une energie de vie qui n’hesite pas a s’imposer et a dominer. Mais comme ces valeurs que les Emotifs portent en general tout naturellement en eux sont pour le moment meprisees et rejetees, eh bien ils se cachent, ou bien quand ils ne peuvent se cacher, ils tentent de cacher au moins ce qu’ils sont reellement, sous des dehors durs et insensibles, ou une aise apparente, qu’ils sont a mille lieues de ressentir vraiment.

Car bien entendu, c’est eux qui ont le plus besoin de se sentir acceptes et apprecies, et meme si possible aimes, alors que les bulldozers cherchent plus a etre admires que vraiment aimes, et n’ont que faire de la tendresse. Je caricature bien sur, pour mieux faire ressortir les traits les plus caracteristiques, mais en gros c’est ca.

Les deux types de qualites ont chacun leurs avantages et leurs inconvenients, c’est evident, et un juste equilibre des deux dans une meme personne la rendra precisement “equilibree” a ce niveau-la de son etre… ce qui est eminemment souhaitable, bien entendu!

Le premier trait de genie dans ce film est donc de nous faire connaitre non pas un ni meme deux, mais des Grands Emotifs, presentes deliberement en tant que ce qu’ils sont et ont le courage au moins de le reconnaitre: des gens qui ont un certain probleme ancre en eux, comme par exemple les alcooliques, et qui dans le film ont carrement recours pour s’en sortir au meme processus de soutien collectif reciproque qui est maintenat clebre pour avoir deja aide tant d’alcooliques: eux aussi ont cree leurs propres Groupes de Soutien, “Les Emotifs Anonymes”!…

Notre jolie jeune femme timide participe regulieremennt a l’un de ces groupes, c’est comme cela que nous aussi nous y penetrons a sa suite et decouvrons son fonctionnement: entre Grands Timides declares, plus besoin de se cacher, on se comprend, et au lieu de se condamner reciproquement, on apprecie a leur juste mesure les efforts des autres pour s’en sortir, et on devient capable de parler des siens. Pendant les seances de ce groupe, tous ces gens conscients de ce probleme qui leur gache la vie sont metamorphoses comme par miracle: ils peuvent enfin etre eux-memes, s’exprimer, parler de leurs experiences recentes, encourageantes ou decourageantes, et en rire ou en pleurer – et en rire de plus en plus souvent – parmi d’autres etres humains qui, parce que eux aussi connaissent par experience le meme probleme, sont la en amis, venus expres eux aussi pour ecouter et partager, et non pas pour juger. Et c’est cela, tout simplement, qui permet et provoque le miracle pour chacun, de redevenir enfin lui-meme ou elle-meme… du moins tant que dure la reunion!

Le second protagoniste central, l’homme qui s’interesse de plus en plus a la jolie timide, et reciproquement, mais tout comme elle, fait de son mieux pour cacher en public sa timidite maladive, a la chance d’etre le patron d’un petit commerce, et donc de n’avoir a affronter chaque jour que ses propres quelques employes: deux dames d’age mur, et deux jeunes garcons, tous les pieds bien sur terre, mais essentiellement gentils; ils adoptent tous d’emblee la nouvelle employee au nom qui la decrit tellement bien: Angelique Delange.

De plus, toute cette petite equipe maintenant elargie partage la meme passion pour ce qu’ils fabriquent et vendent: du chocolat!!!

He oui, c’est d’une petite Chocolaterie que Jean-Rene Van Den Lugde est le patron… et c’est le second trait de genie de ce film!

Du Chocolat… Quoi de plus desarmant, emouvant, touchant que cette delicieuse invention qui vous fond dans la bouche et vous fait fondre vous aussi de plaisir gustatif, sous une variete infinie de formes et de saveurs qui ne font que rehausser ce delice de base qu’il est en lui-meme; le Chocolat, un nom qui par lui-meme amene le sourire sur les visages les plus tristes et renfrognes… a moins bien sur justement qu’ils n’en soient prives, ou ne s’en privent, les malheureux, de chocolat, pour quelque raison dietetique supposee!

Angelique a en fait un secret, qu’elle n’a jamais revele qu’a son Groupe de Soutien: c’est une chocolatiere de genie, elle a un don extraordinaire pour cela, qui lui a permis d’etre engagee autrefois chez un tres gentil vieux chocolatier, Mercier… donnant vite aux Chocolats Mercier une reputation non seulement locale mais internationale d’excellence. Mais apres plusieurs annees heureuses de production anonyme acceptee sans probleme par le brave homme qui la comprenait bien, il a fini par mourir, et cet emploi parfait pour Angelique s’est donc termine. Elle esperait tout naturellement faire le meme travail, sa veritable specialite et sa passion, en entrant dans la nouvelle petite equipe… mais elle n’a jamais ose le reveler a son nouvel employeur, qui ne cherchait qu’une representante de commerce pour mieux faire vendre leurs produits.

Dans son role plutot inattendu, mais donc courageusement accepte de Representante, Angelique se rend vite compte que si leurs ventes sont en baisse, ce n’est pas par manque de publicite ni de representation adequates, mais c’est parce que les chocolats fabriques avec amour par ses collegues ne sont tout de meme pas suffisammement exceptionnels pour l’emporter face a la competition impitoyable qui sevit dans le monde de la Chocolaterie comme dans n’importe quel autre secteur commercial.

Voyant que si elle n’aide pas personnellement a ameliorer leurs ventes en lancant une nouvelle gamme de chocolats de sa facon, ils vont droit a la faillite, Angelique s’y resout, mais en usant encore d’un stratageme pour cacher que c’est bel et bien elle qui etait le chocolatier emerite de chez Mercier, qui sous son anonymat avait rendu ses chocolats si celebres.
Elle donne les instructions voulues a ses quatre collegues, pretendant recevoir ces instructions de ce chocolatier mysterieux dont elle affirme etre l’amie, mais la soudaine autorite, precision et passion avec lesquelles elle se comporte la trahissent, mettant la puce a l’oreille de ses compagnons, et elle est decouverte…

Le secret d’Angelique sera cependant bien garde par ses amis, pas de probleme, cependant que leur nouvelle gamme de chocolats connait un succes monstre… ce qui donne a Angelique la timide et a son timide patron Jean-Rene l’occasion d’une escapade a deux pour etre presents au Concours organise pendant l’Exposition Internationale de Chocolaterie ou leurs nouveaux produits ont ete juges dignes d’etre envoyes.

Le reste de l’histoire, qui bien que toujours centre sur le Chocolat aurait pu des lors tomber dans le mauvais gout (!), reste remarquablement bien cible tout du long, et emouvant bien que d’une drolerie irresistible, nous montrant les affres de ce couple de Grands Timides qui ne se sont pas encore  avoue leur probleme, ni leur amour, l’un a l’autre…

L’ennui, c’est qu’en fin de compte ils risquent ainsi tous les deux de rater cette chance inouie qu’ils ont eue de se rencontrer, et de vraiment tomber amoureux l’un de l’autre…

C’est alors que les groupes de soutien des deux cotes,  se rendant compte de ce danger… prennent les choses en main pour  aider les amoureux trop timides!!!

La fin est delicieuse, comme on pouvait s’y attendre… mais pas tout a fait autant que je l’aurais personnellement espere: pas de chocolats dans cette fin!…

Comment cela est-il possible, je ne comprends pas, apres le role si central qu’ils ont joue tout au long de l’histoire si amusante mais aussi touchante de ce couple d’etres humains qu’on a su nous rendre totalement sympathiques, et a travers eux tous les Grands Timides, en particulier ceux qui font vaillamment partie de Groupes de Soutien pour s’ameliorer.

A travers cette histoire qui reste toujours legere et enjouee, quelle belle lecon d’entraide… Voila comment aider le mieux les autres a changer, tout en changeant soi-meme aussi. Cela est vrai pour bien d’autres problemes et defauts que la timidite, et nos societes gagneraient a en prendre de la graine… Sous le couvert du Chocolat, une grande lecon d’humanite, qui pourrait bien nous aider a evoluer ensemble… Merci au Chocolat, merci!

Ce film, on ne s’en etonnera pas, est une co-production franco-belge, bien evidemment.

Il ne manque que la Suisse pour que ce soit un magnifique tir groupe des pays les plus connus pour l’excellence de leur Chocolat. Et que chacun se rassure: il n’est nullement reserve aux “Emotifs Anonymes”!…

 

 

“Un Plan Parfait”: Point de Vue de ma Recherche Evolutive sur Ce Film

J’ai une amie, Aurovilienne de France comme moi, mais plus jeune, dont l’un des deux grands fils maintenant adultes s’est fait ces derniers mois le complice en quelque sorte de nos Samedis apres-midi studieux, regulierement passes depuis quelques annees a regarder ensemble chez moi un film, quel qu’il soit, qui nous parait interessant du point de vue de notre recherche commune pour le Laboratoire de l’Evolution.

En effet, habitue qu’il est maintenant aux lubies de ces etranges dames de deux generations differentes unies par une joyeuse appreciation des films contemporains ou notre conscience exercee percoit l’emergence du Nouveau dans la culture filmophile populaire, son fils a commence a reperer lui-meme certains films et a les passer a sa mere, lui disant:”Tiens, celui-la devrait te plaire!…”

C’est a lui par exemple que nous devons la decouverte de “L’Homme de la Terre”, ce film fascinant que j’ai etudie dans deux de mes articles recents sur le theme de l’Immortalite Physique (http://labofevolution.wordpress.com/2014/03/17/the-man-from-earth-a-researchers-review/, et http://labofevolution.wordpress.com/2014/03/21/what-sri-aurobindo-may-have-told-john-oldman-the-man-from-earth/).

Il y a deux semaines c’est encore  grace a lui, cette fois techniquement, que nous avons pu regarder ensemble “Un Plan Parfait”, comedie romantique francaise de 2012 qui nous a permis de passer une bien rejouissante heure et demie a rire de bon coeur toutes les deux sur mon sofa dans le salon de mon espace-travail a Djaima.

Les premisses etant clairement farfelues des le depart, il ne fallait pas s’attendre a ce que le reste de l’histoire cherche davantage la plausibilite, donc au diable le serieux de ce qui etait suppose se passer, l’imagination aussi elucubrante et cocasse que possible etait reine par definition incontestable, et nous ne nous en sommes pas plaintes!

Jugez plutot:

A un diner de fete en famille, la patronne d’une des filles est invitee aussi, pour la distraire de sa depression suite a son recent divorce. Etant donne ses trente-six ans, elle se demande meme si elle aura jamais une seconde chance  de bonheur matrimonial, et ses larmes de desespoir emeuvent toute l’assistance.

Pour lui remonter le moral, on lui raconte peu a peu au cours du repas l’histoire vraie vecue dernierement par une autre des filles, Isabelle, qui allait faire un mariage d’amour parfait avec le collegue dentiste cheri (et reciproquement) depuis dix ans… mais devait d’abord trouver un moyen de dejouer la malediction qui pese sur toutes les femmes de la famille: leur premier mariage est toujours un fiasco, et le bonheur est reserve pour le second mariage seulement… le sous-entendu plus ou moins explicite etant bien sur qu’il se pourrait bien qu’il en soit de meme pour la jeune femme eploree!

Pendant le recit, auquel participent aussi les (seconds) maris de toutes les femmes presentes, les peripeties de l’histoire  d’Isabelle sont presentees sous la forme de scenes que l’on voit se derouler en direct sur l’ecran, constituant la quasi totalite du film…

Isabelle, jouee par la ravissante, blondissime et bellissime actrice Diane Kruger, avait donc mis au point le Plan Parfait pour se trouver un mari ephemere, qu’elle epouserait juste pour que le fatidique premier mariage officiel ait lieu, annule aussitot par un divorce tout aussi factice, afin qu’Isabelle puisse tout de suite apres passer au second mariage, le vrai, celui promis au succes, avec son dentiste adore.

Et hop! La voila envolee pour Copenhague, ou elle est supposee rencontrer un volontaire pour le mariage plus divorce instantanes. Dans l’avion elle se protege avec impatience des avances maladroites (et de toutes facons vouees a l’echec, puisqu’un autre occupe deja ses pensees) de son voisin, un Francais lui-meme assez quelconque, mais ebloui par sa beaute veritablement remarquable. Malgre elle , elle enregistre tout de meme certains des details qu’il lui donne sur sa vie en Russie et sa destination suivante: le Kenya, en Afrique, pour un reportage a l’intention du Guide du Routard, avec lequel il travaille.

A l’arrivee a Copenhague, desappointement severe pour Isabelle: personne au rendez-vous!… Le premier mariage requis ne se produit pas aussi facilement que dans son Plan Parfait…

Que faire???

Pas question de rentrer a la maison bredouille!

Cela voudrait dire devoir attendre encore pour la Terre Promise, le mariage avec son dentiste, qui se doit d’etre le Deuxieme Mariage pour etre le Bon Mariage…

Faisant les cent pas dans l’aeroport de Copenhague, ou elle a vainement attendu depuis des heures le volontaire prevu qui n’est jamais venu, Isabelle apercoit soudain a un guichet son ex-voisin de vol, pret a s’envoler pour le Kenya. Se rappelant soudain l’interet prononce qu’il avait pour elle, et comptant la-dessus, Isabelle cette fois lui saute pratiquement au cou, decidant instantanement que ce sera lui qui va devenir le futur Premier Mari dont elle a un besoin si urgent. Tout sourire et toute seduction, Isabelle s’approche, et feint sans vergogne une reciprocite d’interet qu’elle n’eprouve nullement… Il part pour Nairobi? Qu’a cela ne tienne, elle l’accompagnera, dit-elle, prenant en hate son billet.

Nairobi n’est qu’un debut, on s’en doute bien, et de fil en aiguille ce couple inhabituel, apres avoir du affronter en pleine brousse pres du Kilimanjaro un lion menacant, se retrouve dans une tribu Masai en train de celebrer un mariage; les rites sont faciles a suivre, et du coup… les voila soudain maries eux aussi!!! Isabelle, ayant enfin obtenu ce qu’elle voulait, repart instantanement vers la France et son veritable amour, pensant que ce mariage a la Masai suffra comme Premier Mariage, tout en etant facile a annuller une fois en Occident.

Mais elle decouvre avec horreur que dans sa joie de ce mariage inespere, son premier mari d’operette, son epoux “a la Masai” a deja demande a un ami de faire enregistrer l’union en France aussi: la voila donc tres officiellement mariee, et dans la necessite urgente d’obtenir d’abord un divorce tout aussi officiel avant de pouvoir epouser son cheri reel. Decidement, le Plan Parfait ne se deroule pas tout a fait comme prevu!…

Changement de decor abrupt a nouveau:

Cette fois c’est en Russie qu’elle parvient a retrouver son Premier Mari, dans l’espoir d’arriver a le convaincre de divorcer aussitot… Malgre tout, le connaissant de mieux en mieux, l’accompagant dans ses activites souvent fort interessantes, voire amusantes, elle commence a apprecier les qualites qu’elle lui decouvre, et c’est avec de plus en plus de malaise et de honte qu’elle continue a lui jouer la comedie, lui faisant les pires tours pour qu’il se detache d’elle et choisisse de lui-meme un divorce rapide. Mais rien n’y fait, il persiste a l’aimer et a lui faire confiance… jusu’a ce qu’une conversation au telephone avec son amour vrai, entendue par le malheureux Premier Mari, lui revele le pot aux roses: pourquoi elle l’a epouse, et pourquoi maintenant elle lui fait tout ce cirque. Desespere, desempare, ulcere, il lui tend les papiers de divorce, dument signes. Malade de honte et de tristesse pour lui, Isabelle retourne en France… mais dans son desarroi, oublie les precieux papiers de divorce.

Apres toutes ces nouvelles aventures en Russie, les retrouvailles avec le futur Deuxieme Mari, fige dans sa routine de dentiste et de bourgeois arrive, la desappointent quelque peu. Juste lorqu’elle s’apercoit qu’il lui manque les fameux papiers de divorce, on sonne a la porte: c’est le Premier Mari en personne, jovial, se presentant au futur Deuxieme Mari comme un vague “Cousin du Quebec” (accent convaincant a l’appui!) venu rendre une petite visite a la famille. Il passe discretement les papiers voulus a son ex-epouse medusee…

Le Deuxieme Mariage depuis longtemps prevu peut donc enfin etre envisage pour de bon; mais entre-temps Isabelle voit que son futur a change d’avis et ne veut plus d’enfants, considerant l’age avance qu’il aurait lui-meme quand eux deviendraient des ados difficiles a controler; de plus, a la seance de bowling hebdomadaire et obligatoire dont ils ont repris le rituel, elle prend conscience du petit air superieur avec lequel il corrige comme toujours ses fautes, et de l’attitude quelque peu paternaliste qu’il a envers elle; et surtout, surtout, elle se rend compte soudain qu’elle ne veut pas de cette vie trop bien rangee que lui fait deja vivre son futur mari, avant meme que le mariage ait eu lieu. Maintenant qu’elle a goute a l’inattendu, a l’aventure, aux cotes de quelqu’un qui sait l’amuser et l’interesser, elle refuse la cage doree dans laquelle elle s’appretait a entrer et a se laisser enfermer.

Le Plan Parfait est completement par terre.

Et il devient clair pour elle qu’en fait elle prefere celui dont elle avait fait, a force de stratagemes, son Premier Mari: elle doit donc le re-epouser au plus vite pour que ce soit lui qui devienne le Deuxieme Mari de ses reves!!!

Retour express en Russie pour re-conquerir celui dont elle a du si cruellement se jouer auparavant; cette fois-ci il ne se laisse pas si facilement convaincre, malgre tous les charmes, et meme la tendresse tres reelle dont elle fait preuve pour lui. Il resiste de son mieux… Mais on voit bien a la fin que leur Deuxieme Mariage aura bien lieu, la seule question etant si ce sera a nouveau a la mode des Masai, ou cette fois-ci a la mode des Russes, elle aussi bien tentante, lorsque demontree par une Isabelle plus ravissante que jamais dans son costume et ses bottes rouges, et devenue aussi calee en danse russe que celui qu’elle veut seduire… et cette fois garder!…

J’ai ete conquise par tous lea acteurs, chacun parfait dans son role. Diane Kruger en particulier revele la un talent d’actrice comique que  je ne lui aurais jamais soupconne, mais qui lui va a ravir.

Mais ceci dit, reste la question:

Qu’est-ce qui me fait presenter sur mon blog de Recherche Evolutive un tel film, plutot abracadabrant comme vous pouvez le constater, et apparemment recommandable uniquement pour son indeniable et irresistible drolerie?

Eh bien, la toute premiere raison, c’est que ce film raconte un peu ma propre histoire:

A 19 ans moi aussi j’ai bien failli entrer dans la Cage Doree qui se presentait a moi: un homme rencontre au mariage de ma meilleure amie, 19 ans elle aussi… De plusieurs annees mon aine, serieux, super doue, sorti premier du redoutable Concours pour l’Internat de Paris, promis donc a une reussite medicale et financiere certaine, voiture de sport rouge dans laquelle il m’emmenait a un restaurant de haut luxe pour mon anniversaire… bref, le Parti Parfait pour une vie de reve…

J’etais flattee, pas de doute, d’etre aimee par un tel homme, supremement intelligent et prevenant, avec un sens de l’humour que j’appreciais quand il s’exprimait.

Le seul ennui, c’est que je n’en etais pas vraiment amoureuse. Non.

Je l’admirais beaucoup, certes. Mais j’avais beau essayer de me convaincre que c’etait l’homme qu’il me fallait, j’avais beau le trouver seduisant quand parfois il se laissait aller a etre moins serieux, a etre moins impeccablement coiffe, a avoir enfin une meche qui depassait, un peu d’inattendu et d’amusant dans son comportement, la minute d’apres je devais me rendre a l’evidence: il n’allait pas changer, il n’avait aucune intention de changer, et je ne serais pas heureuse avec lui.

Coincee dans la vie d’apparat ou l’epouse joue son role social d’ornement, sans jamais en sortir, car la carriere de son mari passe avant tout, ma propre individualite et maniere d’etre allait lentement s’etioler, a etre perpetuellement repoussee en arriere, ou contrainte de ne s’exprimer que dans les platitudes echangees avc d’autres dames de la bonne societe, toutes les autres BCBG que j’allais devoir cotoyer sans cesse, sans jamais montrer qui j’etais vraiment, et a la fin sans meme me le rappeler moi-meme.

J’ai pris la fuite.

Je lui ai fait deliberement une “vacherie” dont je savais pertinemment que pour lui elle serait impardonnable. Une fois que  dans son intense desappointement a mon egard, il m’a effectivement rejetee, j’ai pu disparaitre de sa vie sur la pointe des pieds, sans trop m’en vouloir a moi-meme du mal que j’avais du lui faire.

Il n’a sans doute jamais compris ce qui s’etait passe, le pauvre bougre; ni mes grands-meres non plus d’ailleurs, qui se rejouissaienet deja tant du beau mariage que j’allais faire… Comment avais-je pu le jeter ainsi aux orties?!

Mais j’avais eu tout a fait l’intuition vraie: ma vie en dependait. Il ne fallait surtout pas que j’epouse cet homme.

Ce film m’a remis en memoire tout cet episode plutot melodramatique, mais si crucial, de ma vie.

Et puis il m’a remis en memoire aussi cette terre d’Afrique ou j’ai grandi, et d’ou, comme la dame dans “Out of Africa”, je ne suis jamais completement sortie.

Et puis aussi cette terre de Russie, cette culture, ces chants et danses fokloriques dont tout me touche tant, m’appelle si irresitiblement, qu’elle doit etre une de mes nombreuses “patries anterieures”…

Tout cela est remonte en moi grace a ce film.

Cet article sur ce film est-il donc juste un “selfie”, motive uniquement par des souvenirs personnels qui ne concernent que moi et n’ont d’importance et de signification que pour moi?

“Que nenni!…”, comme on disait au Moyen-Age.

Cet article chante la Force Interieure, venue on ne sait d’ou, qui empoigne soudain notre vie et lui fait changer sa route, d’un seul coup, quand on s’y attendait le moins, et qui nous sauve, on s’en rend compte longtemps apres, du precipice invisible vers lequel on courait.

Car cet article chante aussi la Grace Divine qui nous sauve de tous nos “Plans Parfaits”, concoctes par notre mental impenitent qui se croit tres fort (infaillible, carrement!…)  et les remplace en vitesse ou en douceur par ce qu’il nous faut vraiment…

Les personnes qui ont realise ce film ne s’en doutent probablement pas, mais leur film est en fait un Hymne a la Providence qui prend si bien soin de nos vrais besoins, si seulement on lui fait confiance et on la laisse faire.

Et cela ne nous est pas montre seulement pour Isabelle! Toutes les personnes dans ce film trouvent finalement leur bonheur…

Que nous montrent en effet les dernieres images du film?

En l’absence d’Isabelle, qui vit donc maintenant surtout en Russie avec son Premier-cum-Deuxieme Mari, voici que son ex- futur, reste bien sur un intime de la famille, arrive finalement au diner, joyeux et decontracte, quoique maintenant seul. Apres quelques mots amicaux et droles pour ceux qu’il connait deja, il tombe en arret devant l’inconnue qui est aussi presente – et seule elle aussi. Leurs regards se rencontrent, l’emoi les saisit tous les deux… Vous avez tout compris: c’est le coup de foudre!!!

Et vive le Plan qui se trouve dans la Conscience Divine: c’est le seul Plan vraiment Parfait!…

 

 

Previous Older Entries

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 466 other followers

%d bloggers like this: