La Preuve la Plus Concrete du “Pudding Supramental”

Dans mon article precedent, j’ai dit, si vous l’avez remarque, que “nous n’avons pas encore tous l’experience de le manger”, ce “Pudding Supramental”.

Cela veut dire, inversement, que certaines personnes, elles,  ont deja l’experience directe de la preuve de l’existence du  Supramental, car elles le “mangent” deja elles-memes…!

Voici comment:

Je ne peux affirmer qu’il existe des etres humains deja “supramentalises”, c’est a dire completement transformes, a tous les niveaux et dans toutes les parties de leur etre, en un Etre Supramental. Si cela inclut leur corps physique, il n’est pas certain que notre vision physique ordinaire puisse les voir pour le moment.

Mais l’interet de l’action supramentale terrestre pour nous tous ne commence pas, fort heureusement, seulement apres que nous soyions un jour enfin prets pour le debut de cette supramentalisation !…

Cette Action en realite rend deja plus faciles a accomplir, tout simplement, les premiers pas de l’itineraire spirituel particulier, unique, que chaque individu empruntera dans son retour, au cours de cette vie-ci ou d’une autre, a la Conscience et a la Nature Divines qui sont secretement siennes depuis toujours, mais sont oubliees a chaque experience nouvelle dans un corps humain.

Et cet eveil spirituel peut tres bien se produire pour certains en dehors de toute quete consciente et de toute methode spirituelle traditionnelle. Monasteres, ashrams ne sont plus les lieux privilegies et obligatoires du contact avec l’Esprit en nous et dans tout ce qui est. C’est dans la vie meme, et dans toutes ses activites, que nous pouvons commencer a percevoir et a developper de plus en plus la dimension spirituelle qui s’y cache, et qui changera peu a peu du tout au tout notre maniere de vivre tous ces differents aspects de notre vie, tant que nous choisirons de les inclure dans notre existence, ou tant qu’ils resteront indispensables a notre existence physique.

Car – et c’est la, il faut le voir clairemennt, la nouveaute fantastique apportee par le Supramental – nos corps aussi vont commencer a pouvoir se joindre consciemment, librement, a l’elan evolutif de tout le reste de l’etre.

Jusqu’ici, toute personne choisissant de vivre une vie spirituelle et consacree au Divin etait supposee par la-meme devoir abandonner tout interet en ce monde physique, y compris son propre corps physique. Le monde materiel etant suppose n’avoir rien a voir avec le Divin, tout effort spirituel visait essentiellement a s’en echapper le plus vite possible afin de retourner enfin dans les dimensions immaterielles supposees etre les seules qui soient le Domaine de l’Esprit.

Eh bien non, toute cette perspective traditionnelle reductioniste sur le monde materiel se revele etre fausse et limitante, car en realite la Matiere elle-meme n’est qu’une forme que l’Esprit peut choisir de prendre pour se manifester. La Matiere telle que nous en avons eu l’experience jusqu’a notre epoque, semblait bien etre tout le contraire du Divin; mais cette obscurite, cette inertie qui semblaient la caracteriser n’etaient que temporaires, non destinees a durer toujours; cependant seule la Conscience-Force Supramentale enfin activee dans la Matiere-meme, aurait le Pouvoir de la debarrasser de ces caracteristiques facheuses,  lui permettant de s’evailler elle aussi enfin a la Presence Divine et a sa propre nature divine secrete.

C’est precisement ce qui est en train de commencer a se passer en certains corps humains si en eux, pour une raison ou une autre, se trouve la receptivite voulue a la frequence vibratoire, nouvelle sur Terre, du Supramental liberateur.

Qui aurait jamais pu imaginer qu’un jour il y aurait, non plus seulement les chants d’amour pour le Divin que tous les mystiques du monde ont pu creer, mais aussi des chants d’amour pour le Divin, crees par les cellules de nos corps en plein eveil spirituel? (Voir “About Singing Body-Cells” sur ce Blog: http://labofevolution.wordpress.com/2011/05/12/about-singing-body-cells/)

 

Cela parait completement fou; et pourtant c’est ce qui est devenu un fait dans le corps de Mere apres 1956, et dans d’autres corps humains aussi depuis lors, en resultat direct de “l’Action Supramentale sur la Terre”, sous-titre que Mere avait donne a son “Agenda”, ce Journal peu a peu recueilli au fil des semaines et des annees sur un magnetophone par un Francais, Satprem, l’un des rares disciples qui par amour vrai pour Mere a ete capable de PERCEVOIR LA REALITE DE TOUS CES CHANGEMENTS DE CONSCIENCE DANS  LES CELLULES DU CORPS DE MERE.

Et maintenant, quarante ans plus tard, etre la en train d’ecrire ceci sur ce clavier, avec non seulement sa conscience centrale individuelle remplie de bonheur, mais aussi la conscience de ses doigts tapant ceci, et de ses neurones recevant le sens de tout cela et dictant les mots aux doigts, tout ce petit monde-la aussi, toutes ces minuscules consciences, elles aussi remplies de bonheur conscient, en depit de toutes les difficultes, remplies du bonheur exquis d’etre en train, tout doucement,

“De retrouver l’habitude oubliee du bonheur”…

He oui, c’est si merveilleusement simple, et si joli, ce qu’il y a essentiellement a faire: retrouver l’habitude du bonheur! Dans les cellules de son corps aussi…

Quand on a l’experience vecue, sans cesse croissante, d’incroyables moments comme cela, qu’importent les doutes que d’autres peuvent encore avoir, soi-meme on sait: le Supramental est bel et bien la, a l’oeuvre constamment, avec autant de force a chaque instant qu’il est possible sans tout casser…! Et il ne reste plus qu’a en etre eperdu de gratitude infinie, en voyant qu’il en est reellement ainsi.

La Preuve du Pudding Supramental

Enfants nes a Auroville

Enfants nes a Auroville

(Traduction de l’article precedent, ‘The Proof of the Supramental Pudding’)

LABORATOIRE DE L’EVOLUTION

“LA PREUVE DU PUDDING SUPRAMENTAL”

La preuve du pudding est dans le fait de le manger, comme nous le savons tous par experience grace a nos puddings humains.
Eh bien, meme chose pour le Supramental – seulement, nous n’avons pas encore tous l’experience directe de le manger!
Nous pouvons tous cependant voir les effets directs de sa presence et de son action sur la Terre depuis 1956, en l’effondrement ou quasi effondrement de tant de nos institutions devenues pourries, et en l’epanouissement un peu partout d’eveils spirituels et de manieres nouvelles, plus joyeuses, de vivre ensemble.
Mais combien tout cela irait plus vite si seulement nous, les Humains de la Terre, CHOISISSIONS massivement et deliberement une vie harmonieuse et un monde harmonieux, au lieu du monde de drame presque constant que nous nous tissons toujours pour nous-memes a travers la conscience mentale ou la plupart d’entre nous persistons a nous attarder, bien qu’il y ait maintenant la possibilite pour n’importe qui d’opter pour la Nouvelle Conscience tout aussi accessible, premier pas vers la beaucoup plus vaste Conscience Supramentale.
Si la Nouvelle Consciene est ce que vous demandez en toute confiance a la Grace Divine, c’est ce que vous obtiendrez; votre vie et vous-meme commencerez a changer, d’une facon incroyable.
Mais la plupart des gens, consciemment ou non, n’ayant plus de contact avec leurEtre profond, leur Etre vrai, et sa divinite, continuent a commander en fait du drame et encore du drame, car c’est ce qu’ils preferent presentement et ce dont ils sont dependants comme d’une drogue; ils sont persuades en effet que c’est le drame qui rend la vie et leur propre personne interessantes.
Pas de probleme, si dans leur aveuglement actuel c’est ce pour quoi ils veulent utiliser leur Libre Arbitre; mais alors ils ne devraient pas ensuite se plaindre que le Divin manque d’amour a leur egard et leur envoie calamite apres calamite dans une vie de misere. Ils devraient se rendre compte que c’est eux-memes qui font ces choses se passer ainsi, et que seul un changement de conscience pourra changer cette situation pour eux.
Cela vaut aussi pour des groupes entiers, par exemple pour les peuples se confrontant l’un a l’autre par la guerre depuis des decades ou plus, et devenant seulement plus pleins de haine l’un pour l’autre dans ce qui semble un interminable cercle vicieux de meurtres et de represailles.
Comment, nous qui voyons tout cela se passer, le coeur horrifie et las, comment pouvons-nous les aider a s’extraire de ce cercle vicieux de la vengeance?
En pratiquant la paix constamment dans nos propres vies a l’egard de ceux qui vivent autour de nous, ainsi qu’en appelant sans cesse a l’aide et en dirigeant vers ces points chauds le Pouvoir Divin Supreme maintenant present ici sur la Terre: le Supramental, car il est le Pouvoir de l’Harmonie, et peut apporter la Paix a la Terre… des que cela deviendra ce que nous voulons collectivement et absolument.
Ne serait-ce qu’un faible pourcentage d’etres humains, une fois atteint, aura le pouvoir de contagion voulu pour avoir un effet de masse sur toute l’Humanite.
Mere esperait que la creation d’Auroville pourrait aider dans cette direction. Montrerons-nous qu’Elle avait raison?

 

Pourquoi Celebrer le Jour ou Sri Aurobindo est ne

Sri Aurobindo vers 1916

(Traduction francaise de l’article precedent)

150 × 232 – searchforlight.org

Envoye aux “Auroville News & Notes” pour publication la semaine derniere:

LABORATOIRE DE L’EVOLUTION (LOE):
“POURQUOI CELEBRER LE JOUR DE NAISSANCE DE SRI AUROBINDO”

Il arrive que des personnes nouvelles ici disent avec une pointe d’irritation, “Mais enfin qu’est-ce qu’il a donc pu inventer de plus, Sri Aurobindo, qui le differencierait de tous les saints ou yogis de la spiritualite traditionnelle?…”
Avant le 15 aout, anniversaire de sa naissance en 1872 ainsi que de la naissance de l’Inde Libre en 1947, il peut etre utile d’expliquer ce que Sri Aurobindo a dit, et surtout FAIT de plus, dont Celle qu’il appelait “la Mere”, sa collaboratrice spirituelle, a pu parler en ces mots si forts:
“Ce que represente Sri Aurobindo pour la Terre, ce n’est pas un enseignement, ce n’est pas meme une revelation, c’est une ACTION decisive venue tout droit du Supreme.”
Specialement ce 15 aout 2014, le Laboratoire de l’Evolution veut presenter une mini-exposition sur “L’Arya”, ce magazine mensuel dont ce sera le Centenaire, car en depit du debut de la Premiere Guerre Mondiale, son premier numero fut publie (deliberement) pour l’anniversaire de Sri Aurobindo le 15 aout 1914, lors de la premiere visite de cette remarquable Francaise, Mirra Alfassa, en qui il reconnut l’incarnation de Ce qu’on appelle en Inde la Mere Divine, et qui reconnut en Lui l’etre mysterieux avec lequel elle travaillait deja interieurement depuis des annees. Mais tous les livres magnifiques que Sri Aurobindo ecrira dans l’Arya (tous simultanement, chapitre apres chapitre!…), de 1914 a 1921, ces “La Vie Divine”, “Le Secret du Veda”, “La Synthese des Yoga”, “L’Ideal de l’Unite Humaine”, etc, qui ont purement et simplement revolutionne la comprehension de tout et ont fait la gloire de Sri Aurobindo en tant que “philosophe”, toutes ces 6000 pages incroyablement impressionnantes ne sont pourtant rien a cote de ce qu’il a FAIT pour la Terre, en toute discretion, au prix des trente annees suivantes d’un labeur interieur sans relache, gigantesque: en sacrifiant finalement son corps physique en 1950, il a reussi en 1956 a amener jusque dans l’atmosphere et la matiere terrestres, en direct, cette Energie d’au-dela de toute spiritualite traditionnelle, qu’il appelait l’Energie Supramentale. La specificite toute-puissante de cette frequence vibratoire a comme prevu active alors dans les profondeurs de la Matiere la meme Energie Supramentale qui, telle une Belle au Bois Dormant, y attendait depuis des eons ce baiser de son Prince Charmant, pour commencer la Manifestation sur Terre de ce Pouvoir, en une ere evolutive nouvelle, l’Ere Supramentale. Elle produira un jour une nouvelle espece, mue par l’Amour Divin et la conscience de l’Unite de tout ce qui est: les Etres Supramentaux. Mais ce seront les Humains interesses (nous, si nous voulons, et il y a le meme potentiel pour tous les Humains…) qui seront le pont, pouvant atteindre finalement une complete transformation supramentale qui les fera participer a la vie litteralement divine que vivront tout naturellement ces Etres Supramentaux. Cette race nouvelle manifestera la Toute-Puissance divine sur la Terre, dans sa merveilleuse Verite: non pas un Pouvoir cruel et terrifiant comme dans le Nazisme d’Hitler, qui deformait toutes les caracteristiques du nouveau pas evolutif en leur horrible inversion, mais au contraire, enfin un Pouvoir plein d’Amour et de Compassion, exprimant une Joie de vivre spontanee dans l’Harmonie Divine retrouvee avec toutes les autres formes d’Etre.
C’est ce Futur Evolutif de bonheur pour la Terre que l'”Arya” annoncait deja. Sri Aurobindo a consacre toute son existence a ce but, c’est a cette Nouvelle Ere que finalement au prix de sa vie il a reussi a donner naissance, sachant qu’apres cela sa croissance serait irresistible: nul ne peut arreter l’Evolution en marche.
Voila pourquoi le 15 aout, jour ou Sri Aurobindo est ne dans son corps physique, merite d’etre celebre avec gratitude non seulement par tous ses disciples, mais meme en fait par tous les etres humains, car tous, qu’ils le sachent ou non, profitent maintenant de l’aide spirituelle secrete, mais massive, aussi pour nos corps, apportee partout par l’action sans cesse grandissante de ce Pouvoir Supramental que Sri Aurobindo est venu activer sur la Terre.

Un Blog, Pour Transmettre… Et Appeler

Je veux tout mettre

Vraiment tout metre

Pour tout transmettre

Et puis peut-etre

Dispara^i^tre.

 

Vie de homard…

J’en ai trop marre

Du tintamarre

Du cauchemar

Il est si tard…

 

Assez d’attendre

Je veux m’etendre

Au coeur des cendres

Pour desapprendre

Le gout du tendre…

Mais salamandre

 

Qui vit au fond,

Quand tout dit non

S”eleve un son

Flute et violon:

Le “oui” repond

Et c’est tout bon…

 

O Vie Divine

Je t’imagine…

Tu es si voisine

Je te devine

Telle une hermine

Qui se dessine

Sur neige fine…

 

Mais le temps passe

Sur ses echasses

Il nous pourchasse

Et je suis lasse…

Viens, viens, ramasse

Cet qui s’efface,

Et le remplace

Par ton Espace!

 

Ce blog te hele, images

Ce blog t’appelle

De tout mon zele:

Je veux ton miel,

Ton gout de ciel

Qu’il soit reel

Pour la Terre Belle!

 

Offre Valable Seulement jusqu’au Vendredi 30 Mai 2014

(Traduction en Francais de:

Offer Valid Only Till Next Friday, 4.4.2014 (Included) )

Copyright Can Stock Photo, with my thanks

   L’Offre pour un Atelier En Ligne gratuit que j’ai mise a la fin de mon article, “Un Atelier pour Contacter la Conscience de vos Cellules“, est valable seulement jusqu’a Vendredi Prochain, 30 Mai 2014.

La raison pour cela est que le Vendredi 30 Mai je commencerai a envoyer a chaque personne inscrite d’ici la, le texte de la Premiere Session:

Il contiendra la premiere lecon et aussi les premiers exercices allant avec, qui  seront a pratiquer intensivement pendant le week-end, et ensuite integres a votre journee de travail egalement, pour toute la semaine qui suivra jusqu’au Vendredi a nouveau – moins intensivemet mais suffisamment souvent pour que la nouvelle maniere d’etre interieure apprise devienne partie integrante de votre vie quotidienne.

Le Vendredi suivant, qui sera le 6 Juin 2014, j’enverrai la Seconde Session, et ainsi de suite, jusqu’a ce que les 4 Sessions soient accomplies, qui constituent l’Atelier complet.

Il est entierement base sur les textes de Sri Aurobindo et de Mere, plus l’experience interieure personnelle que la Grace Divine m’a permis d’en avoir moi-meme au fil des annees, afin que ce que je transmette  ne soit pas simplement du savoir theorique, mais aussi une comprehension nee de l’experience  vecue.

Ainsi que je l’ai explique dans mon article, la seule condition pour participer est de respecter mon souhait de rester la seule source de ce materiel d’enseignement que j’ai cree dans ce but:

Chaque personne s’etant inscrite devra m’envoyer un email ou il/elle prendra l’engagement formel de ne pas passer ce materiel a qui que ce soit d’autre, mais si d’autres personnes sont interessees, de les referer directement a moi.

Ou l’on peet s’inscrire est explique egalement a la fin de mon article contenant cette Offre et donnant l’Introduction necessaire a son sujet.

Dans l’espoir de bientot vous aider a devenir les amis de vos cellules,

:-)

Bhaga

Ma Boite a Foret Noire… ou L’Irresistible Attrait de la Foret Pour l’Ame

Un souvenir en appelle un autre… d’une tonalite, vous allez le voir, toute differente, mais qui a revetu aussi une profonde signification dans mon etre, allez savoir pourquoi.

C’est aussi pendant ce meme court sejour aux Trois Epis que j’ai penetre pour la premiere fois de ma vie dans une foret, une vraie foret, celle qui separe l’Alsace de la Germanie – et en meme temps les relie -, oui, carrement l’epaisse foret sombre sous ses hauts troncs que l’on appelle precisement pour cette raison la Foret Noire. “Schwarzwald”, comme on l’appelle en Germanie. Je sais, en Francais on dit “Allemagne”, mais j’ai toujours trouve “Germanie” un bien meilleur nom, donc c’est celui-la que je continue a employer pour ma part, j’espere que cela ne vous derangera pas trop… ou pas du tout!

Ayant grandi dans la partie de l’Afrique quasi desertique ou tout autour de vous n’est que savane a perte de vue, toute autre forme de paysage et de vegetation m’etait chaque fois un choc culturel, pour ainsi dire. Je suppose que la jungle, ce doit etre encore tout autre chose, un grand n’importe quoi poussant dans tous les sens avec une phenomenale force de vie grouillant dans toute cette enorme vegetation entremelee. Ca, je n’en ai jamais eu l’experience directe, et je ne suis pas certaine de jamais souhaiter l’avoir. Car avoir soudain l’experience directe d’une vaste et ancienne foret de coniferes, ce fut deja pour moi un choc memorable qui revolutionna mon etre quand il se trouva pour la premiere fois entoure par la majestueuse puissance de la Foret Noire.

Sans que je le sache mentalement,  tout le reste de mon etre s’en rendait compte autrement: je me trouvais sur la frange d’une des seules forets encore existantes, representatives de ces immenses masses forestieres qui autrefois recouvraient la plus grande partie de l’Europe Continentale aux froids hivers. Les etres humains et les cultures humaines des deux cotes de la frontiere ont eu de longs et profonds rapports avec ces anciennes forets, a la fois effrayantes et sacrees, telles que la Foret Noire.

Retrospectivemet je ne vois pas comment j’aurais pu avoir ete autorisee a y aller toute seule a mon age, donc au moins ma soeur, de deux ans mon ainee et a mes yeux deja presque “une grande”, devait forcement m’accompagner au cours de mes quelques incursions irresistibles quoiqu’hesitantes dans cette foret toute proche, mais j’etais si fascinee par le mystere profond que j’y rencontrais chaque fois, que j’en oubliais toute autre presence humaine a mes cotes, absorbee que j’etais par cette immense Presence vegetale qui m’enveloppait de toutes parts.

Marcher lentement sur les mousses s’enfoncant sous mes pas, sans autre bruit que le craquement soudain d’un fragment de branchage ecrase par megarde, ou le bruit des battements de mon propre coeur, caresser de la main les fougeres veloutees, presqu’ aussi hautes que moi, qui peuplaient la base de ce vaste palais fantasmagorique dans lequel j’osais a peine lever la tete, osant cependant le faire parfois, pour suivre du regard les longs rayons d’un soleil oublie, exile plus haut, bien plus haut, la ou les cimes vertigineuses de ces arbres geants s’ecartaient quelque peu pour en laisser passer la bienfaisante clarte, m’emerveiller en voyant les radieux scintillements de lumiere qui y jouaient silencieusement entre les ramures, voila tout ce que j’y faisais, qui aurait du vite lasser une enfant de mon age. Mais au contraire chaque instant passe dans le silence de cette foret m’etait precieux car je savais que bientot nous retournerions en Afrique, et qui sait quand je reviendrais dans ce monde si different, et qui pourtant m’apportait aussi quelque chose d’indefinissable, mais de si important que je voulais ne jamais l’oublier.

202000006_1

Et je trouvai effectivement un moyen bien a moi pour ne jamais l’oublier:

J’avais obtenu de Maman une magnifique boite de chocolats – ou etait-ce de marrons glaces ? –  une de ces longues boites plates en carton fort et au couvercle decore, vide depuis longtemps, mais que je trouvais fort belle et que je comptais bien remplir un jour de tresors secrets, sans savoir encore lesquels.

Je me rendis bientot compte a quel point la foret regorgeait non seulement de tresors visuels, mais aussi de tresors olfactifs. Elle embaumait. Mille senteurs s’y melaient, venant de tout ce qui y poussait, avec une note dominante balsamique qui faisait du bien a respirer, les poumons aimaient cette odeur caracteristique puissante et apaisante tout a la fois.

Je commencai, au cours de mes visites dans la foret, a remplir les poches de ma robe ou de mon pantalon avec tout ce que je pouvais trouver de la taille voulue, et qui soit a ma portee, habituellement jonchant le sol de cette foret, sol qui en etait en meme temps comme un prolongement representatif: choisissant tout avec le soin d’un collectionneur, j’y ramassai des pommes de pin en tous genres, des feuilles de toutes formes, des pans de mousse ou des morceaux d’ecorce et meme. dans une boite separee tres petite, un peu du terreau que tout cela formait une fois completement decompose en ses materiaux premiers. A notre depart, ma belle boite etait pleine.

Dument recouverte et ficelee, elle fit le long voyage avec nous.

De retour en Afrique, je l’ai amoureusement placee a la tete de mon lit, dissimulee en dessous pour qu’elle echappe a l’oeil acere de ma soeur, mais suffisamment accessible pour que, dans l’obscurite de la nuit, avant de m’endormir, je puisse la saisir, la poser a cote de mon oreiller, soulever precautionneusement le coin de son couvercle, et, les yeux clos, humer a pleins poumons les effluves balsamiques qui en montaient vers moi, presence merveilleuse de la foret toujours chere a mon coeur, maintenant bien lointaine, mais dans le silencieux mystere de laquelle il me semblait alors retourner…

Puis je refermais tout et le remettais a sa place, et, le coeur plein d’une emotion que je ne comprenais pas mais qui me poignait de sa puissante douceur, je m’endormais enfin.

Et cette boite, j’ai reussi a la conserver intacte pendant de longues annees, cherissant a la maniere d’un avare le tresor qu’elle contenait, insignifiant ou meme ridicule aux yeux des rares autres qui connaissaient son existence. Pour moi s’y trouvait toujours cette emouvante Presence dont le parfum balsamique s’exhalait encore un peu, malgre tout le temps passe, de ce modeste ecrin ou les seuls joyaux visibles etaient des pommes de pin… mais qui pour moi rayonnaient encore invisiblement de toute la lumiere etincelante dont la foret s’etait paree autrefois pour mon regard et mon coeur emerveilles d’enfant.

La “Colline aux Cerises” et ma Jeunesse Eternelle

L’un des rares moments que je me rappelle de mon enfance s’est passe en France meme, au cours de l’un de ces sejours de six mois auxquels mon pere avait droit apres quatre annees en Afrique.

Chaque fois nous nous retrouvions en France un peu “en touristes”, car les grands-peres et grands-meres des deux cotes, bien que vivant a Paris, passaient une bonne partie du temps de leur retraite a faire des cures diverses ici ou la en France, pays repute pour ses nombreuses sources d’eaux thermales et/ou therapetiques. Comme nous allions bien sur les rejoindre ou qu’ils puissent se trouver a notre arrivee,  nous prenions chaque fois la vieille Citroen conservee pieusement par mon pere. et nous traversions la France en direction de la ville d’eau ou de repos voulue.

Cette fois-la, ma grand-mere paternelle, veuve et donc accompagnee par sa fille, notre tante, faisait un sejour aux Trois-Epis, un de ces charmants lieux d’Alsace, proches de l’Allemagne, qui bordent la Foret-Noire sur les douces hauteurs boisees des contreforts des Vosges. Au bout de quelques jours avec elles sur place pour decouvrir le lieu en lui-meme, par une jolie apres-midi d’ete, nous decidames d’aller faire une petite promenade a pied dans les environs immediats. Mon pere n’etait pas avec nous, autant que je me souvienne, mais je ne sais plus pourquoi. Ma soeur ainee et moi, a l’epoque seules enfants de nos parents, gambadions gaiement devant, avec une agreable impression d’aventure sans danger, en ces lieux totalement inconnus de nous mais tellement proteges…

A un detour du chemin plat que nous suivions, nous voila soudain face a face avec un modeste ecriteau en bois indiquant d’une fleche le debut d’un sentier grimpant vers le haut de la colline, avec, ecrits en majuscules maladroites au-dessus de la fleche, ces mots tentants:

“TARTES AUX CERISES”

Tout excitees, ma soeur et moi retournons en courant vers le petit groupe de notre maman, notre tante et notre grand-mere, qui marchaient sans se presser tout en devisant, comme aiment le faire les grandes personnes. Nous leur expliquons notre trouvaille; leur statut de grandes personnes les empeche bien sur de manifester trop d’enthousiasme, mais quand nous parlons de tartes aux cerises notre oeil exerce percoit tout de meme l’interet qui fait soudain luire leurs prunelles et s’accelerer leur pas: aucun probleme pour les faire accepter de prendre le sentier et d’aller a la ferme ou se trouvaient ces prometteuses tartes aux cerises!

Mais c’est que le sentier grimpait; pas vraiment raide car il zigzaguait sur le flanc de la colline, mais tout cela etait tout de meme bien pentu sans y paraitre. Ma soeur et moi filions joyeusement en avant en sautillant comme des cabris; mais apres un moment, etonnee de ne pas encore voir les autres arriver derriere nous, je m’arretai et leur laissai le temps de devenir visibles plus bas sur le sentier.

Les regardant de loin monter pesamment pas a pas, je me rappelle encore l’etonnement profond que j’ai ressenti, ne comprenant pas pourquoi ces trois adultes n’allaient pas plus vite, ni plus legerement, pour nous rejoindre:

“Mais enfin, qu’est-ce qui leur prend d’aller si lentement? Si elles continuent a cette allure-la, l’heure du gouter sera passee depuis longtemps, on arrivera trop tard et les autres gens auront mange toutes les tartes!!!”

Dans mon propre etat de jeunesse encore si absolue et si spontanee qu’aucun etat qui lui soit contraire a ce point-la ne lui etait meme imaginable, je ne me rendais pas du tout compte qu’elles ne pouvaient tout simplement pas aller plus vite!… Et quand elles ont fini par s’approcher de la ou je les attendais, je n’ai pu a nouveau que constater sans la comprendre la peine evidente qu’elles avaient a  grimper sur ce chemin pour nous si facile a escalader:

“Mais pourquoi donc sont-elles tout essoufflees, alors qu’elles n’ont meme pas couru??? Elles respirent fort, elles trainent les pieds, comme si elles etaient tres fatiguees?! Comment ca se fait? Nous aussi on a fait la meme route qu’elles, et on n’est pas fatiguees du tout!”

Quel stupefiant mystere pour la jeune vie insouciante et impetueuse en moi, qui donnait encore tout naturellement tant de joyeux elan a mes jambes, tant d’agilite et de legerete a mes pieds… Comment aurais-je pu m’imaginer l’etat contraire, sans en avoir jamais encore eu l’experience dans mon propre corps?…

Malgre tout, elles sont finalement arrivees en haut et se sont installees avec de grands soupirs de soulagement aux places que nous avions gardees pour elles a la table ou nous nous etions deja assises en les attendant, ayant commande bien sur egalement a l’avance les tartes en nombre voulu, pour etre sures qu’il y en aurait assez pour nous toutes…

L’image ci-dessous vous donnera une idee du paysage:

Les Trois Epis

Les Trois Epis

 

Une fois tout le monde enfin attable, les tartes nous ont ete servies.

Et alors a commence la seconde partie de cette demonstration qui nous etait bien involontairement donnee, de comment on devient vieux: la gravite qui avait pris le dessus dans leurs corps physiques, etait insensiblement devenue aussi excessive dans leur consciences,  sous forme de serieux, ainsi que le montra la situation inattendue et ultra-comique suivante:

En commencant a manger sa tarte, chacune de nous s’apercut rapidement que la patronne devait etre debordee de travail, et n’avait pas l’aide dont elle aurait eu besoin: elle avait laisse tous les noyaux dans les cerises qui remplissaient les tartes!… A chaque bouchee il fallait se debrouiller pour extraire le noyau du reste, et le deposer d’une maniere ou d’une autre sur l’assiette. Imaginez les contorsions inhabituelles des joues, de la bouche et des levres auxquelles chacune etait obligee de se livrer, et ce, pour chaque cerise de nos tartes abondamment garnies!…

Alors que ma soeur et moi nous nous sommes vite prodigieusement amusees de la situation, riant aux eclats et nous moquant l’une de l’autre a qui mieux mieux, un profond silence s’abattit sur les trois adultes:

Terriblement genees, elles faisaient de leur mieux pour sembler ne s’apercevoir de rien; chacune, l’oeil fixe et la mine plus digne que jamais, s’efforcait de se depetrer de ses noyaux sans se montrer trop ridicule, recueillant finalement chaque noyau avec delicatesse dans sa petite cuillere et le deposant aussi discretement que possible en une pile convenable dans un coin de son assiette. Nous, les deux gamines, nous en etions a cracher carrement nos noyaux droit devant nous, a celle qui cracherait son noyau le plus loin – mais la les adultes trouverent qu’on allait trop loin, justement, et l’une d’entre elles, entre deux noyaux, nous signifia d’arreter ce cirque, si bien que notre si passionnante competition dut s’arreter la. Mais alors, notre attention se reporta toute sur ce qu’elles faisaient elles, et sur leurs mines inenarrables qui nous faisaient poufffer de rire en depit de tous nos efforts pour nous controler. Ma soeur er moi, ecroulees de rire, les regardions faire avec  la fascination et le pur delice d’enfants qui voient pour la premiere fois des adultes habituellement serieux faire des grimaces dont un clown aurait ete fier!!!

Du coup, comme il fallait s’y attendre, nos accompagnatrices ne furent que moderement satisfaites des tartes aux cerises, sans parler de la grimpette qu’il fallut bien entamer ensuite dans l’autre sens, et sans trainer, pour etre de retour a la pension de famille avant la nuit. Tout se termina bien, heureusement, mais je doute qu’elles aient garde un tres bon souvenir de notre aventure. Pour ma part cependant, je dois avouer que c’est reste l’un des plus joyeux moments de mon enfance… Quelle merveilleusement rejouissante apres-midi sur cette “Colline aux Cerises”, comme je l’appelle encore faute de savoir son vrai nom!

Lorsque je veux re-capturer le sens de la jeunesse, l’etat interieur physique et psychologique de Jeunesse a l’etat pur, c’est mon moi rieur et bondissant de la Colline aux Cerises que je fais renaitre en mon etre, comme une bouffee d’air frais stimulante et regeneratrice qui amene un sourire radieux dans toutes mes cellules… Aaaaah…! Merci, Colline aux Cerises…

 

 

 

 

 

Previous Older Entries

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 469 other followers

%d bloggers like this: