Aurovilienne de France, ou Française d’Auroville?

City Lights, France-Italy Border (NASA, Intern...

City Lights, France-Italy Border (NASA, International Space Station Science, 04/28/10) (Photo credit: NASA's Marshall Space Flight Center)

Il est intéressant de vivre à Auroville, et d’ainsi à la fois devenir Aurovilien ou Aurovilienne, et pourtant en même temps sentir et garder vivantes en soi ses racines d’un autre pays, en l’occurrence la France.
Dans “About me” j’explique comment je suis d’ascendance antillaise (plus précisément, martiniquaise) mais n’ai jamais vécu en Martinique, ayant choisi avant ma naissance de naître à Alger et de grandir en Afrique Noire, où mes parents représentaient le gouvernement français en cette fin d’ère coloniale dans le monde.
Entre tous ces pays exotiques dans ma vie, un seul point commun: ils faisaient tous partie de la “France d’Outre-Mer” telle qu’elle existait à l’époque. Et après un court séjour en France même, c’est à nouveau au contact d’une ancienne colonie française, Pondichéry, cette fois en Inde du Sud, que je me suis retrouvée vivre pendant pratiquement toute ma vie d’adulte, puisque c’est à Auroville, proche voisine de Pondichéry, que je l’ai vécue, et continue de la vivre.
Auroville elle-même, bien que Cité Universelle n’appartenant à aucun pays en particulier, a un lien étroit avec la France, pour beaucoup de raisons:
– En premier lieu parce que la fondatrice d’Auroville, collaboratrice spirituelle de Sri Aurobindo qui l’avait reconnue comme une incarnation complète de la Mère Divine et pour cette raison l’appelait “La Mère”, suivi en cela par tous leurs disciples, était Française. Née Mirra Alfassa, elle avait délibérément attendu que ses futurs parents, d’origine égyptienne et turque, viennent vivre en France, afin de naître Française, ce à quoi elle tenait.

– Le nom que la Mère a choisi de donner à cette future ville est “Auroville”, où “ville” est directement un mot français et “Auro” évoque à la fois l’autre mot français “Aurore”, et le nom de Sri Aurobindo, qui en a été l’inspiration: “Ville de l’aurore d’une Humanité Nouvelle”, et “Ville de Sri Aurobindo”.
– Sri Aurobindo lui-même avait également vécu plusieurs vies en France, qu’il continuait à beaucoup aimer, et il avait appris le Français avec beaucoup de facilité.
– Il est signifiant aussi que ce soit en ce territoire français, et non pas anglais, qu’était encore Pondichéry, que Sri Aurobindo ait trouvé l’asile politique permanent dont il avait besoin pour l’immense travail intérieur qu’il avait à faire pour la Terre.
– La France a incarné pendant toute une époque l’esprit chevaleresque vrai, et plus tard, à travers ses philosophes, “lumières” du 18ème siècle, a provoqué l’élan de la conscience humaine vers les Droits de l’Homme, à commencer par le “Liberté, Egalité, Fraternité” que la Révolution Française de 1789 a eu au moins le mérite de proclamer, bien que ces trois idéaux ne soient encore réalisés ensemble ni en France, ni ailleurs.
– Avant d’être remplacée, à l’ère de la commercialisation et de l’industrialisation,  par l’Anglais comme langue internationale,  c’est la langue française qui a joué ce rôle pendant des siècles pour toute l’Europe et plus loin encore, aucune personne même très éduquée ne pouvant se dire cultivée si elle ne parlait pas Français: le Français était le langage de la culture, du raffinement, de la clarté d’esprit.
– C’est pour ces qualités très réelles propres à la langue française qu’elle a été choisie par la Mère comme l’une des quatre langues officielles parlées et enseignées à Auroville, l’Anglais, le Tamil et le Sanskrit simplifié étant les trois autres, pour d’autres raisons.

De fait, après les Indiens, ce sont bel et bien les Français qui sont (tout de même loin derrière les Indiens…) les plus nombreux d’un certain pays vivant à Auroville, plaçant la France avant tous les autres pays d’Europe ou d’Occident en général pour la présence en ce lieu universel du futur.
Beaucoup de Français d’Auroville n’ont pas le courage d’apprendre vraiment l’Anglais, ou n’y arrivent pas, si ancrés qu’ils sont dans leurs habitudes linguistiques, et confortables dans la présence d’autres personnes parlant Français pratiquement dans tous les lieux Auroviliens: non seulement les Français proprement dits (y compris ceux, par exemple, de la Guyane ou de la Réunion, à défaut d’autres personnes de la Martinique), mais aussi la plupart des Belges et des Suisses, sans oublier les Québecois!!! D’ailleurs, la Mère elle-même aurait souhaité que dans les bureaux d’Auroville ce soit le Français qui soit utilisé de préférence, pour les circulaires et autres formes de communication; pour le moment c’est l’Anglais qui a pris le dessus, mais qui sait: peut-être les générations futures, ayant appris le Français dans nos écoles, rétabliront-elles l’usage du Français pour l’administration aurovilienne?…!
Toujours est-il que beaucoup des personnes ne parlant pas Français et arrivant à Auroville ont l’impression d’une prépondérance française, et souvent s’en étonnent, allant parfois jusqu’à s’en plaindre…! Il faut bien avouer que les Français, où qu’ils soient dans le monde, dès qu’ils sont quelques-uns ensemble, se font remarquer par la sonorité de leurs voix, leurs éclats de rire, leurs  grandes discussions, et les grands gestes qui les accompagnent!!! Nous étions plus ou moins la risée des autres Auroviliens venant d’Allemagne (depuis le début presqu’aussi nombreux que les Français) ou de Grande-Bretagne, tous gens moins démonstratifs et s’en faisant gloire et se moquant discrètement de nous… jusqu’à ce que les Italiens deviennent suffisamment nombreux, et alors-là c’est eux qui ont attiré l’attention et les moqueries par leurs gesticulations encore bien pires que celles des Français!…  Naturellement les volubiles Italiens comme les Français qui le sont à peine moins trouvent les Allemands et autres flegmatiques Nordiques fort amusants aussi. Et maintenant il ya en plus les Russes et les Coréens, sans parler des Américains assez braves pour préférer Auroville aux nombreuses communautés idéalistes en tous genres qu’ils ont directement à domicile. Les Indiens, bien que les plus nombreux pris à part, sont un pêu noyés dans cette masse diverse venue d’ailleurs et guère indianisée en général; derrière la politesse de rigueur ils rient sous cape entre eux de tous ces barbares d’Occidentaux, qui évidemment le leur rendent bien…
Cet amusement mutuel n’empêche pas la collaboration et l’amitié entre les individus au quotidien, c’est juste le contact d’une culture avec une autre qui génère d’abord l’étonnement…!
Dans celle des quatre Zones d’Auroville que la Mère a appelée la Zone Internationale et qui est dédiée à toutes les grandes cultures du monde telles qu’elles sont en tant que racines profondes de nos diverses civilisations contemporaines et futures (Auroville comprise) un Pavillon de la culture française est prévu dans le contexte du continent Europe, et la petite équipe de ce Pavillon Français anime déjà depuis des années des activités diverses, cinématiques et culturelles en particulier, et garde un contact officiel bien qu’informel avec l’Alliance Française, le Lycée Français et les autres aspects de la présence française à Pondy, dont évidemment le très important Consulat.
Il y a quelques semaines je suis pour une fois allée à une petite soirée où consul et vice-consul ont accepté de venir à nouveau répondre à nos questions, un léger dîner tout simple étant ensuite servi pour tout le monde avant que chacun rentre chez soi.
Assise là parmi ces Français d’Auroville, anciens et nouveaux, que j’étais loin de connaître tous (et la fois précédente il y en avait m’a-t-on dit encore beaucoup plus), les écoutant d’abord bavarder entre eux, puis poser leurs questions aux invités officiels, puis à nouveau deviser gaîment une fois passés à table, je me demandais ce que nous avions tous en commun, qui faisait de nous tous effectivement des Français, au-delà de nos passeports.
En ce qui me concerne, je me suis toujours sentie Française, oui, mais en même temps à part du fait que je n’ai vécu qu’un temps relativement court en France-même, et ce en sandwich entre l’Afrique et l’Inde.
Et c’est pendant cette soirée récente “entre Français” que m’est venue l’envie d’approfondir ce qui me fait me sentir malgré tout Française, er de partager ma recherche avec les autres Français et Francophones qui visitent ce blog.
Cela s’est traduit (c’est le cas de le dire!) pratiquement dès le lendemain par une décision de traduire en Français le plus possible de mes articles sur ce blog, précisément pour le rendre plus accessible et même accueillant et, pourquoi pas, spécialement intéressant pour ces visiteurs-là, dont je partage après tout la langue maternelle et la culture, et que je devrais donc en fait favoriser!…
Toutes mes excuses pour ne pas l’avoir fait plus tôt… Mieux vaut tard que jamais!
Sans pour autant bien sûr oublier tous les autres qui, bien qu’ils ne parlent pas Français, s’intéressent tout de même à l’Evolution Consciente, et pour qui je continuerai à écrire en Anglais sur des thèmes plus généraux, quitte à traduire ensuite en Français, particulièrement si un des Francophones me le demande…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: