Pour Repos: ma Plainte contre l’Erosion… et ma Prière

Il vaut mieux ne pas essayer de traduire en Français, à la hâte, le petit “poème” que je viens de publier en Anglais. Qu’il suffise pour le moment que je vous en communique la teneur essentielle: Repos, le petit lieu aurovilien sur la plage où j’ai la joie d’habiter par choix depuis des années, commence à s’écrouler par morceaux dans l’océan sous le choc, pratiquement incessant depuis près d’un mois, des vagues en cette saison où l’érosion est la plus forte.
J’ai grand besoin de l’aide intérieure de celles et ceux qui aiment ce blog, pour ralentir et si possible arrêter ce processus destructeur qui cette fois-ci va trop loin, démolissant à nouveau la clôture déjà si longue à remettre en place après le cyclone, et minant jour après jour les fondations des maisons et autres bâtiments les plus proches de l’eau, maintenant montant à l’assaut de notre terrain.
Les mesures de protection enfin promises officiellement par l’administration d’Auroville prennent du temps à se réaliser, vu toutes les signatures et autorisations voulues particulièrement par ce qui concerne aussi l’administration indienne, et pendant ce temps-là les vagues ont formé une falaise de deux mètres de haut, qui s’avance maintenant de plus en plus près de la façade de ma maison, n’en étant plus qu’à environ quatre mètres de distance – distance qu’elles peuvent fort bien finir de parcourir en une simple nuit  si elles continuent à ce train-là…! Il faut donc l’aide intérieure immédiate et vigoureuse de tous ceux et celles qui se sentiront concernés, pour calmer et ralentir ces vagues au moins jusqu’à ce que les protections extérieures voulues soient en place, d’ici quelques jours peut-on espérer.
Pourquoi je m’obstine à vouloir continuer à vivre ici?…
Ce lieu a tant donné d’amour aux nombreux Auroviliens, petits et grands, qui y sont venus pendant plus de trente ans, je ne peux pas l’abandonner comme ça; et en plus il y a tous les signes qu’il a aussi un futur, encore plus proche en fait de sa vocation telle que perçue par Mère quand elle lui a donné ce nom, “Repos”, d’après la qualité d’atmosphère qu’elle y avait sentie. Un lieu nommé par Mère, ça ne s’abandonne pas, c’est un don précieux, à garder précieusement pour ce qu’il peut ajouter de bénéfique et d’unique à nos vies individuelles et à notre vie collective. En tous cas c’est comme ça que je vois et ressens les choses, alors j’agis en conséquence.
Je vais déjà publier ce petit texte d’explication sommaire, et puis je verrai ce que mon “poème” peut devenir en Français…

1 Comment (+add yours?)

  1. Bhaga
    Jul 30, 2012 @ 15:35:40

    Just for log in…

    Like

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: