Expérience Spirituelle Vécue par un Enfant de Sept Ans

Ayant relu d’un trait, hier soir, un remarquable petit livre relatant les indications prémonitoires données par une enfant de six ans à propos de sa mort prochaine, et de son retour rapide quelques années plus tard chez les mêmes parents, je me suis rappelé le récit lui aussi très remarquable, par David Spangler (le futur auteur spirituel célèbre relié pour un temps à Findhorn), de l’extraordinaire expérience qu’il a eue au Maroc un jour de son enfance. Je n’ai jamais eu qu’en Français le livre tardif où David fait ce récit, alors c’est en Français que je vous l’offre, en espérant que ce même texte existe en Anglais quelque part sur Internet pour mes visiteurs de langue anglaise… ce que je ne pourrai vérifier que lorsque la connexion internet revenue me permettra tout d’abord de poster sur mon blog le texte français que voici:

“Nous sommes en 1952, j’ai 7 ans, et ce jour là je suis en voiture avec mes parents, allant de la base aérienne de Nouasseur à Casablanca, pour faire des courses. C’est un trajet que nous avons effectué bien des fois, et je suis assis à l’arrière, en train de regarder défiler le paysage.
Tout d’un coup je me sens envahi d’une énergie qui coule à flots à travers tout mon corps, et j’ai l’impression de me gonfler comme un ballon. Avant que je puisse me rendre compte de ce qui se passe, je me trouve comme hors de mon corps, que j’entoure cependant. Regardant vers le bas et en même temps vers l’intérieur, d’une certaine façon, j’aperçois ma forme physique, ainsi que mes parents et notre voiture, qui deviennent de plus en plus petits, jusqu’à disparaître complètement. Et alors je me retrouve seul, dans un champ continu de lumière blanche…
Ainsi commença l’une des expériences les plus puissantes et les plus importantes de ma vie. Cela s’est passé sans avertissement, et m’a semblé durer des heures (en réalité quelques secondes), me conférant une vision de la réalité différente de celle que j’avais eue auparavant.
Je suis passé par quatre étapes bien définies. Tout d’abord, une sensation d’éveil, comme si je sortais du sommeil, pour percevoir le sens de ma propre identité, qui n’était pas celle de David Spangler, un habitant de la terre, avec des limites précises, mais une entité pure, qui ne faisait qu’un avec la lumière qui m’entourait et avec la création. En même temps, je ressentais une joie profonde, une impression de libération et de jubilation, tandis que disparaissaient les limites.
Ensuite la lumière s’est encore éclaircie en quelque sorte et je suis entré dans la dernière phase, je pouvais me “voir” (mais il ne s’agissait pas tout à fait d’une perception visuelle). Cependant le “moi” que je percevais n’était pas un corps, mais une configuration, au centre de laquelle je me trouvais comme observateur. Dans ce schéma il y avait d’autres personnalités, dont certtaines me paraissaient être des formes physiques, mais dont la plupart semblaient être des ensembles de qualités. A cet instant je compris que celles-ci représentaient d’autres aspects de moi-même, d’autres vies, d’autres expériences que j’avais vécues ou que je vivrais, ce que j’appelais dans mon vocabulaire terrestre le futur. En même temps j’entrevis des naissances et des morts que j’avais vécues et bien que je n’aie reconnu aucun personnage historique, ce qui se manifestait était une manifestation claire de l’éternité de l’âme et de la continuité de soi au-delà de la dimension physique.
Jusque là c’était exactement comme si je m’étais réveillé dans une pièce étrange mais connue, et je regardais autour de moi pour m’orienter. J’avais l’impression de me souvenir, de me rappeler dans le sens le plus pur du terme. Mais dès que j’ai pu m’orienter, la situation a changé et je suis entré dans la troisième étape. Les configurations des vies, et même la lumière dans laquelle je baignais, tout a disparu. A la place, je me suis trouvé dans un état que je suis incapable de décrire visuellement, sauf pour dire que je me trouvais dans l’étreinte d’une grande présence. Dans cette présence, tout semblait exister avec une unité profonde, rempli d’un amour et d’une sérénité indescriptibles, et d’une puissance irrésistible.
Comme si un rideau s’était levé, j’eus la perception visuelle de l’univers, une grande roue faite d’étoiles et de galaxies, toute baignée par la lumière dorée de milliards de soleils, le tout flottant dans un océan d’esprit. C’était comme si je voyais par les yeux de cette présence et si, pour un seul instant, nous ne faisions qu’un. A cet instant-là j’étais uni à tout ce qui existait, chaque atome, chaque pierre, chaque monde, chaque étoile, en train de voir la création non pas à une grande distance, mais de l’intérieur, comme si elle était mon propre corps, mon propre être. Plus puissante encore que cette perception était la conscience que j’avais du flux de créativité qui parcourait tout ce que je voyais, de l’étreinte joyeuse de la vie et de son épanouissement; le rythme rappelait celui d’un bal, avec sa musique et ses danseurs, les configurations intriquées qu’ils dessinent, changeant et se déployant sans cesse.
Et puis je suis entré dans la dernière étape. Emporté par la danse cosmique, j’ai vu d’en haut la terre ainsi que moi-même, David. A cet instant je sentais en moi l’intention d’être David, la volonté de naître qui avait précédé mon identité actuelle, ma vie physique, et qui lui avait donné vie. Je sentais le lien entre cette intention et toutes les autres configurations qui se déployaient dans la création, avec ce que je peux appeler la “justesse de naître”. En même temps m’est venue la sensation d’un grand amour, pas seulement envers David mais envers toutes les manifestations de la vie humaine, envers tout le drame et les finalités de l’existence humaine, envers le choix que fait chaque âme, de s’incarner, de faire partie de la danse propre à cette planète. Alors, soulevé par la puissance de cette situation, de cet amour, j’eus l’impression d’aller vers l’avant, quand je me retrouvai dans mon corps, encore en train de regarder par la vitre.
J’ai gardé de cette expérience deux impressions durables qui ont depuis influencé ma vie. La première est la conscience de l’esprit de vie et de créativité qui traverse tout ce qui existe et de ma relation avec cet esprit. Il s’agit d’une perception de la présence de Dieu dans la création et de l’unité que confère cette présence. La seconde est la conscience d’une autre partie de moi-même, qui est bien plus vaste que ma personnalité; c’est un moi plus profond, qui est présent dans l’éternité, tout comme mon moi quotidien est présent dans le temps.”

(David Spangler, ‘Emergence: La Renaissance du Sacré” /’Emergence: The Rebirth of the Sacred’)

3 Comments (+add yours?)

  1. dykewriter
    Dec 30, 2012 @ 11:02:53

    via google translate

    Having reread a stroke last night, a remarkable little book about the premonitory signs given by a six year old child about his impending death, and his rapid return a few years later from the same parents, I remembered narrative also very remarkable by David Spangler (later famous spiritual author connected for a time at Findhorn), the extraordinary experience he had in Morocco one day of his childhood. I’ve never had the book in French late when David gave this account, then it is in French that I offer, hoping that the same text is in English somewhere on the internet for my speaking visitors English … that I can check back when the internet connection will allow me first to post on my blog the French text as follows:

    “We are in 1952, I was 7 years old, and that day I’m driving with my parents, from the air base in Casablanca Nouasseur for shopping. It is a journey that we have done many times, and I’m sitting in the back, watching the scenery.
    Suddenly I am overcome an energy that is flowing through my body, and I feel myself swell up like a balloon. Before I could realize what was happening, as I am out of my body, that I surround though. Looking down at the same time inwards, in a way, I see my fitness and my parents and our car, which become smaller and smaller, until it disappears completely. And then I find myself alone in a field of continuous white light …
    Thus began one of the most powerful experiences and most important of my life. It happened without warning, and seemed like hours (actually a few seconds), me giving a vision of reality different from what I had before.
    I went through four well-defined steps. First of all, a sense of awakening, as if I was coming out of sleep, to perceive the sense of my own identity, which was not that of David Spangler, an inhabitant of the earth, with clear boundaries, but pure entity, which was one with the light around me and with creation. At the same time, I felt a deep joy, a feeling of liberation and jubilation, while disappearing boundaries.
    Then the light was further clarified in some way and I entered the last phase, I could “see” (but it was not quite a visual perception). However, the “me” that I perceived was not a body, but a configuration, the center of which I was an observer. In this scheme there were other personalities, which seemed to be certtaines physical forms, but most seemed to be sets of attributes. At that moment I understood that they represented other aspects of myself, other lives, other experiences I had lived or that I live, what I called in my vocabulary earthly future. At the same time I caught a glimpse of births and deaths that I had lived and although I did not recognize any historical character, which manifested itself was a clear manifestation of the eternity of the soul and continuity of self beyond the physical dimension.
    Until then it was just as if I woke up in a strange room, but known, and I looked around me to guide me. I had the impression to remember, to remember in the purest sense of the term. But as soon as I could steer the situation has changed and I entered in the third step. Configurations lives, and even the light in which I was immersed, everything disappeared. Instead, I found myself in a state that I am unable to visually describe, except to say that I was in the grip of a great presence. In this presence, everything seemed to be a profound unity, filled with love and serenity indescribable and irresistible power.
    As if a curtain had risen, I had the visual perception of the universe, a big wheel made of stars and galaxies, all bathed in the golden light of billions of suns, all floating in a sea of mind. It was as if I could see through the eyes of presence, and if for a moment we were one. At that moment I was united with everything that existed, every atom, every stone, every world, every star, seeing the creation not at a great distance, but from the inside, as if it were my own body, my own being. More powerful than this perception was the realization that I had traveled creativity flow all that I saw the joyous embrace of life and its development, the pace reminded that a ball with his music and dancers, they draw intricate configurations, changing and constantly unfolding.
    And then I entered the final stage. Carried away by the cosmic dance, I saw above the earth and myself, David. At that moment I felt in myself for being David, who will be born before my current identity, my physical life, and who had given him life. I felt that the link between intention and all other configurations that were deployed in the creation, with what I call the “rightness born.” At the same time I came to feel a great love, not only to David but to all manifestations of human life, to all the drama and purpose of human existence to the choice made by each soul, to incarnate, to be part of the dance unique to this planet. Then raised by the power of this situation, this love, I felt going forward, when I found myself in my body, still looking out the window.
    I kept this experience two lasting impressions that have since influenced my life. The first is the consciousness of the spirit of life and creativity through everything that exists and my relationship with this spirit. There is a perception of the presence of God in creation and unity through their presence. The second is the conscience of another part of myself, which is much larger than my personality is a deeper self, which is present in eternity, as my ego is present in the daily time “.

    Like

    Reply

    • Bhaga
      Jan 04, 2013 @ 05:39:47

      Finally today line repaired and internet connection restored, hopefully at least for a while this time…
      Thank you very much for posting this, Nina!
      I wanted to try exactly that myself, and simply correc/timprove that google translation; that’s what I’ll definitely do as soon as possible, that is, when the even more urgent things are done that have also been waiting for a week…

      Like

      Reply

      • dykewriter
        Jan 04, 2013 @ 11:06:42

        no worries

        I enjoy doing this bit for you

        I have to in order to read the blog, so I might as well share for your other English only readers

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: