Isis, sur “L’Afrique en Evolution”

Bhaga, merci mille fois pour ton attention à mon égard. Merci d’avoir pris ce temps avec moi, et de m’avoir accueillie chez toi à Repos. J’en profite pour remercier aussi chacune et chacun de tes collaborateurs. Auroville a été pour moi un moment important dans ma démarche en Inde. Ayant choisi de venir en Inde pour faire le point avec moi-même et en quelque sorte pour remettre les pendules à l’heure ; ce challenge jusqu’à présent, non seulement,  me porte mais m’autorise à me féliciter pour avoir oser, oser partir dans des lieux inconnus toute seule, avoir oser rencontrer une culture que je ne connaissais pas du tout, avoir oser me regarder en face afin de continuer mon existence avec plus de clarté, d’honnêteté.

Auroville est la manifestation du possible, lorsque l’on s’engage sur des projets. Auroville c’est d’avoir la certitude, la foi que nos rêves peuvent devenir réalité. Auroville c’est la rencontre d’Etres humains qui décident, quoiqu’il arrive, de faire un pas, plus un pas, plus un autre et de manifester dans l’instant présent, dans l’ici et maintenant, leur rêve intérieur.

Auroville est une énergie qui me permet de dire « Oui, nous pouvons, si nous le voulons en Afrique, être créateur d’un autre monde. Un monde plus vrai, ayant re trouvé son harmonie et sa place au sein de Mère Nature, respectant l’ensemble des vivants, donnant sa place à tout un chacun, offrant la possibilité à toutes celles et tous ceux qui le désirent d’être créateur, innovateur, chercheur, et surtout de réaliser et de manifester le Divin en soi ».

Bhaga, voici un mois que je suis rentrée en Afrique, au Sénégal. Je suis dans un village à une cinquantaine de km de la capitale au bord de la mer. J’y ai posé mes bagages ; ici le temps va à son rythme, juste ce qu’il faut pour faire, mais aussi et surtout pour avoir le temps pour son travail intérieur. Le retour au Sénégal, c’est l’Afrique et ces dualités, d’un côté un monde moderne, technique, ou la technologie comme partout ailleurs a pris le dessus, et qui faire croire que le développement est la donne, c’est le monde de l’AVOIR. De l’autre côté la grande majorité de la population qui continue à survivre, et une jeunesse en attente de meilleurs lendemains.

Les grandes questions sur la vie, sur l’être, sont là aussi. L’interrogation sur une Afrique différente est partout présente, chacune et chacun se pose la question à sa manière. Si des réponses sont trouvées pour  de nouvelles alternatives de vie, ici plus que partout ailleurs elles sont difficiles à manifester.

De mon point de vue cela est dû à la longue et douloureuse histoire qui a débuté il y a près de 700 ans et a déstructuré l’Etre Africain non seulement par rapport à sa terre, mais en lui-même. Cependant quelque soit ce que nous vivons, il se passe toujours un moment où le cours de l’existence change. L’histoire du continent africain, bien que douloureuse sur le plan de l’humain, est une grande et longue route initiatique. Il est important que nous puissions la regarder ainsi, afin de retrouver en soi cette puissance divine qui nous habite et nous permet de changer le cours de l’histoire.

Pour cela nous devons réaliser et manifester l’ETRE, certes l’Etre humain, mais surtout l’Etre Divin. Par cette voie nous pourrons soigner et guérir les douleurs engrammées dans nos cellules, le ressentiment, la haine et l’attitude attentiste régie par la peur  que nous transmettons de générations en générations.

Le travail sur Soi est fondamental, il nécessite de vivre à chaque instant en CONSCIENCE. Laisser la place à l’Etre d’Amour et de Lumière que nous sommes intrinsèquement et qui régit une autre approche de l’existence. ETRE. Donner la PLACE A L’ETRE. Comprendre ce qu’est l’ETRE, comprendre l’importance de chacune des parties de notre corps, et de la plus petite d’entre elles : La Cellule.

Entre à nouveau en concordance avec l’Energie Divine, avec l’Energie de La Mère Universelle qui régit toute action, toute chose. L’Afrique est une terre ou la relation de l’Etre avec son environnement a toujours été réelle, et puissante. Africaines et Africains ont toujours su que le Divin se trouvait en toute chose, dans tout ce qui l’entoure, tout ce qui est, dans tout ce qui vit. Aussi lui faut il re-nouer avec cela et lui donner sa réelle dimension,  pas dans une attitude de suivisme, mais en toute CONSCIENCE.

Je souhaite que des liens profonds se mettent en place avec Auroville dans un réel partage sur la vision de Shri Aurobindo et de Mère, de l’histoire de l’Afrique et de sa place pour l’avènement d’une HUMANITE en CONSCIENCE.

Ce temps s’en vient, il est déjà là.

Bhaga, j’aurai partagé avec toi et  toutes les lectrices et tous les lecteurs de ton blog la démarche qui est la mienne, et une part de ma rencontre avec l’Inde et Auroville en particulier.

Merci pour tous ces beaux moments passés ensemble, pour tous ces partages généreux.

En Amour et en Paix.

Isis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: