Yoga Intégral et Défauts Humains (I) Le Sens du Péché

Dans ce Blog de Recherche sur l’évolution consciente intégrale qu’offre le Yoga Intégral de Sri Aurobindo et Mère, bien qu’on trouve le récit de mes plus importantes expériences et réalisations spirituelles – y compris celles de mes cellules – à titre d’exemple de ce qui est maintenant de plus en plus possible, je n’ai pourtant aucunement cherché à cacher le fait que j’avais eu de sérieux défauts dans ma personnalité humaine, et que certains sont encore là, toujours actifs dans mon être.

Quelques-uns des visiteurs de ce Blog ont exprimé leur surprise et même leur admiration pour cette absence de dissimulation de ma part quant à mes imperfections. passées ou présentes.

Si j’en parle si ouvertement, ce n’est pas seulement par indispensable honnêteté, mais aussi parce qu’il vaut mieux que chacun de ceux ou celles qui me lisent se rende compte dès le début qu’il est inévitable d’avoir des défauts, étant donnée la nature humaine telle qu’elle est encore pour le moment, c’est-à dire centrée sur l’ego de surface et donc gouvernée par lui, au lieu de l’Être profond et divin en nous, notre “Être Psychique”, ainsi que l’appellent Sri Aurobindo et Mère.

Grandissant de vie en vie autour de l’Étincelle originelle de notre Âme, c’est précisément cet Être Psychique (= Être de l’Âme), qui, je le souligne encore et encore, par son influence croissante sur nos parties plus extérieures (le Mental, le Vital et le Physique) les tourne de plus en plus vers le Divin, par amour, et leur donne envie de retrouver leur propres nature et fonctionnement divins. Il les fait ainsi accepter et même rechercher avec de plus en plus de joie leur propre transformation graduelle vers cet état divin qui est leur véritable nature éternelle.

Mais cela ne peut pas se faire en un jour, loin de là, et l’ego encore bien présent pendant longtemps dans la conscience extérieure de chacun continue à essayer d’avoir – et de donner aux autres – la meilleure impression de lui-même qu’il peut!

Le fait même pour certains de commencer à aspirer à la Perfection Divine (une sorte d’Impeccabilité, telle que la Conscience mentale humaine la conçoit à tort), peut très bien d’abord renforcer ce désir d’avoir l’air parfait, quitte à éviter de voir ce qui est à changer en nous-même…

Sri Aurobindo, avec le délicieux humour qu’il peut avoir, en l’occurrence dans ses “Aphorismes et Pensées”, nous décrit ainsi la situation:

68 – “Le sens du péché était nécessaire pour que l’homme puisse se dégoûter de ses propres imperfections. C’est le correctif que Dieu apportait à l’égoïsme. Mais l’égoïsme de l’homme déjoue les stratagèmes de Dieu, parce que l’homme ne s’intéresse que médiocrement à ses propres péchés, tandis qu’il observe avec zèle les péchés des autres.”

Il arrive même souvent, ainsi que le souligne Mère dans un autre écrit, qu’une personne dénonce ou ridicule en quelqu’un d’autre un défaut … que cette personne a en fait tout autant, ou même encore plus, que l’autre, et tout le monde le voit sauf elle!…  Ou bien il s’agit chez l’autre d’une simple variante du même défaut, mais la personne du coup est incapable de reconnaître en elle-même le même défaut, à cause de la forme différente qu’il prend chez elle…

J’ai souvent eu le sentiment du comique incroyable de cette situation si généralisée parmi nous les êtres humains partout sur la Terre, qui aimons tant nous moquer les uns des autres, ouvertement ou non, alors que le plus souvent nous partageons les mêmes défauts sans nous en rendre compte! La Comédie Humaine, oh oui, avec tous ces clowns humains inconscients d’être risibles dans leur ego qui se gonfle…

Mais cela peut tourner aussi à la Tragédie, si certains de ceux qui se croient parfaits ne se contentent pas de se moquer, mais accusent les autres, ou, pire encore, par supposé zèle   religieux ou autre, les condamnent et les tuent, parfois dans les supplices délibérément les plus horribles qu’ils peuvent inventer. Ce n’est pas qu’à l’époque de Jésus- Christ ni seulement dans cette région-là du monde que de dangereux Pharisiens de cette sorte ont sévi et sévissent toujours. Telle peut être la force de cet auto-aveuglement dans l’égo de l’être humain. Les “sépulchres blanchis”, comme il les appelait, sous leur affectation ou complète illusion d’impeccabilité, recouvrent en fait à leurs propres yeux bien plus qu’à ceux des autres une insincérité qui, si elle devient totale, amène inéluctablement un pourrissement, une mort intérieure.

Heureusement pour certains qui lui posaient la question-piège, fallait-il ou non lapider cette femme adultère prise sur le fait, la simple réponse de Jésus:

“Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre…”

ces simples mots ont fait jaillir en eux un regard plus lucide sur eux-mêmes, et en face soudain de leur propre faillibilité et condamnabilité ils se sont retirés l’un après l’autre en silence, la tête basse, sans commettre le meurtre.

Pour une fois, et dans des cirsconstances aux conséquences potentiellement si graves, le désir spontané d’avoir l’air plus parfait que les autres n’a pas réussi à prévaloir. Mais combien d’autres fois il passe simplement inaperçu et nous aveugle nous-mêmes à notre propre imposture, devenue si habituelle qu’on ne la voit plus pour ce qu’elle est… Ou bien, sourit Mère, on s’exclame tout de suite que dans notre cas, “ce n’est pas la même chose”: ce dont on s’indigne chez quelqu’un d’autre, quand c’est nous qui le faisons, spontanément à nos yeux ce n’est jamais la même chose…

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: