A True Story, a Difficult but Beautiful One…

pere-fils

(ENGLISH TRANSLATION OF THE PREVIOUS FRENCH ORIGINAL POST)

Being since childhood the intimate friend of the second daughter in a family close to mine, I have been able to follow through her the inner vicissitudes of her father’s life, with the important repercussions they have had on other members of that family, especially the son, her younger brother. The case of this father and son, and their inner itineraries, seems to me so interesting – and indeed so moving – that I wish to present it here today:

As my friend and her elder sister – at that time the only two children of the radiant young couple their parents formed – had originally known him,  their father was very kind, indulgent and tender with them, even enjoying making them laugh as often as possible. He was happy then, at the dawn of a promising career he truly loved, in this French West Africa (the old A.O.F.) that no one suspected was living its last decades. He was gloriously graduating from “Colo”, as it was familiarly called, one of the renowned French ‘Grandes Ecoles’: the famous “Colonial School” where the future “Administrators of Overseas France” were receiving the more than encyclopedic knowledge that they would need for all those most varied and unexpected situations they could possibly have to face once in the heart of Africa.
Throughout her childhood in Africa then, the only occasion when my friend had seen her father really angry was when she inadvertently put him in an embarrassing situation while he was in the exercise of his duties, having presided over the Distribution of the Prizes at the end of the school year, and preparing to be taken back to their home:
The official car was waiting (with him in it …) for his two little girls (including my friend…) to have joined him as soon as they finished singing the last song with the rest of the Choir. Her elder sister, as she was older, had recalled the instructions to rally the car without delay, but she, being too young still, had forgotten … As she, smiling, suspecting nothing, finally came to the car, her father had already at long last sent away the brass band gathered as usual to salute his official comings and goings, and had ordered that the soldiers also quit standing to attention. What a public humiliation for him that he had made everyone wait for him by the fault of such an unconscious and irresponsible
little girl! …  My friend, making herself very small in one of the corners of the car, had seen him mute with fury in the other corner, and he had remained that way throughout the journey. Even when back home, he had not quieted down and not loosened his teeth for the rest of the day, not even talking to his wife – and my friend, despite her young age, realizing for the first time the important role of her father, had also realized with amazement and a certain fear that this silence was the only way he had found to prevent his intense anger from exploding in a way he would later regret .

Years later, my friend remembered this incident, she said to me, when this obstinate silence became her father’s permanent and desperate attitude to keep as much as possible under control the helpless rage which had been in him since the so sad results of Decolonization in ex-French Africa:

He had somehow accepted the interruption of his own career in full swing, plus the grief of separation from all those peoples he loved and who loved him so much that they had implored the officials, but in vain, that he would be allowed to stay; he had done his best also to shrink to the size of “the Métropole”, this France which now could only offer him work within its own borders, and of a bureaucratic kind, honorific certainly, and well paid, but that he had ended up rejecting, because his heart was not in that kind of work, and he preferred to be content with an early retirement – half a retirement pension only, therefore, for the life of the entire family – rather than continue this bureaucratic farce, for him unbearable after the free and vast life he had known, and had originally chosen.


What had completely annihilated him, however, was not so much his personal misfortune as the much bigger one he could see unfolding abroad: all those countries he had cherished and helped as well as he could before, falling one after the other into chaos after their Independence, the small tribal chiefs resuming their reciprocal wars and ruining everything in their way. As this disaster became more widespread, my friend saw her unfortunate father helplessly watch the destruction of all that his life had contributed with so much love to build, his poor life now having itself become useless and meaningless, in a world that also seemed more and more meaningless.
After several years like that, he had taken refuge like a recluse in his own apartment, the apartment he had at least been able to buy, providentially, on his return from Africa, for himself and his family, in a beautiful part of the Parisian far suburbs. Instead of looking for the company of the other ex-administrators who had also come there, he came out only for the groceries needed by his wife, and for the Sunday Mass, which was always dear to his heart, for he had always been very pious and found some comfort in his faith, still intact despite all these trials.


But the misfortunes that had befallen him were not yet over: another element in his life which had hitherto been another source of comfort and even hope – that long-awaited son, born at last just a few years before the final departure from Africa – suddenly became for him, as that son was growing up, the very opposite of comfort and hope ….
As long as he was little, this beloved son had of course corresponded to the gift of heaven that his father saw in him; but becoming more and more himself with his own qualities and defects, he corresponded less and less to the expectations that his father had of him as of the son who was going to “continue the lineage” (Khalil Gibran and his famous “Your children are not your children, etc…” were not yet known !…) and to make his parents proud in the same way that he himself, his father, had made his own parents proud…
The son became, little by little, without realizing it, the living negation of all that his father had expected – and the father, very disappointed, suffering terribly from this very unpleasant but increasingly obvious fact, about which again he could do nothing, felt his love for his son being put to a severe test.
Though gifted for a lot of things, the son, when becoming a teenager, did not make the choices his father would have made in his place, and his father, in spite of himself, was increasingly angry with him for being so different from himself psychologically, and on the contrary, in some respects, so similar to some other adults whom he had never appreciated much.

The relationship between the father and the son inexorably deteriorated, despite all the efforts of the father to remain a father worthy of the name, that is to say, full of love, just as he had been before for his daughters .
 And, added my friend, she and her elder sister, now grown-up, were no longer there to  act as buffers and try to remedy the situation. Her father had always had great respect and appreciation especially for her, to the point of keeping quiet when more than once she had reprimanded him indignantly after he had occasionally poured out his murderous mood upon his wife or some other person present: harsh and hurtful words had become his specialty as soon as some visit forced him to leave this solitude in his closed room and this silence… that he was imposing to himself, precisely, to try to prevent those overflows! …
But the first daughter had married; as for my friend herself, the younger daughter, she had had to go to another region of France for her first post as a young High School Teacher, and that, before this antagonism from the father towards the son (still small then) had become manifest; so that she knew nothing of what had followed her departure. it was only during a visit by her whole family in the town where she taught that, during the meal at the restaurant offered by her father with all his best intentions, he lost control over his words to his son, and my friend was a direct witness to the odious manner in which her father ridiculed and humiliated the poor adolescent as if by pleasure, even in that public place and in front of her. Outraged, she jumped up and threatened to leave the table and the restaurant if her father did not immediately stop this detestable behavior.
The father, ashamed, returning to himself thanks to his daughter’s indignant outburst,  behaved normally throughout the rest of the meal, but when they finally left her to return to Paris, her heart was heavy and she did not know any more what to do:
She could exactly understand, alas, how her father, in his own endless suffering, always  repressed for so many years, and then redoubled by his son, so disappointing for him, whose mere presence was a constant and
ill-restrained irritation (Elizabeth Kübler-Ross was not yet famous, it was not known that banging hard on old directories or thick pillows is a great way to void all the accumulated suffering that might otherwise spill out as violence in one form or the other). And yet my friend could neither excuse the conduct of her father nor leave her unfortunate young brother in such a deplorable situation.
But in fact what could she do, when she herself had no right to legally claim the child’s custody, and she felt barely able to truly educate herself, she who was so intensely  searching for the meaning and purpose of life, beyond the spontaneous and sincere but still too limited faith of her own youth?
She had rejected the golden cage of an “ideal” marriage already planned, that would have prevented her from remaining herself; she had no home, no real family to offer to her brother in this young age where he still needed that …
It had been a very painful heartbreak for her, my friend
confided to me, thus having to choose, so young still herself, between trying to rescue her younger brother, or continuing to explore alone her own life, able as she was to start discerning in it a course and a direction totally off the beaten track –  a direction deeply fascinating and appropriate for herself, certainly, but very likely not right at all for her brother, who already had become for her, in just those few years of separation, almost a stranger…
Finally, she decided not to intervene in her family, even temporarily during her holidays, for all the reasons already expressed, but also because of her various idealistic political commitments in the region of her High School: because they demanded she constantly be physically present on many fronts where peaceful but crucial demonstrations also needed her, so that human societies became, precisely, less absurd and less painful…

Meanwhile her brother ended up being able to lead his own life as he saw fit, living from his majority on away from his family and his father’s opposition, partly thanks to the discreet  (or even secret?) financial help of his mother. My friend, his second big sister, never came to know exactly how all these difficult years went for him, but afterwards she had the opportunity through her work to visit her parents, now elderly, and alone. She was able to see that their father, himself freed at last from his own internal conflicts, no doubt at the price of intense and humble prayers, had succeeded in becoming once again the smiling father of the past, now full even of remarkable compassion for others, where previously sarcastic words would have escaped him, during the time of his descent into hell; and my friend had greatly rejoiced at this inner cure which she had  not dared to hope for. But no one ever mentioned her brother, so she did not do it either, not wanting to risk reawakening painful memories for her parents too.
Later still, the Divine Grace caused her one evening to be there, arriving at their home unexpectedly, just at the moment when their father, already ill for a year, was taken to the hospital.
The next day, while he was preparing to die in his hospital room, my friend noticed that
despite the presence of several other relatives who had come in haste, he was paying particular attention rather to what he seemed to already perceive of what we call the Beyond: his eyes looking up, towards the ceiling, he was smiling with such happiness that he radiated inner beauty. The simple vision of his face in this beatific state filled my friend with the same ineffable happiness, emanating from these spiritual dimensions of total Reality which she had herself discovered by learning to direct her consciousness inward, into the calm and silence of the depths of her being. Visibly, she said to herself with tears of joy in her eyes, her father, if he died, would die at peace with himself, whether or not he had succeeded in making peace with his son too; and that would be right, because he had truly done the best he could, despite the difficult challenges he had put on his program for this lifetime now close to its end…
As the next day her father seemed to be getting better, my friend took the time to visit, in another town, a place she had seen in a trance as the place where, in another of her human incarnations, she had taken a very bad decision, whose influence beyond time weighed like a heavy ball and chain on her life this time around. Arriving on the spot, she recognized the place in its smallest physical details, although she had never gone there before in this life. Throughout the visit she also felt her father’s presence with her – which suddenly made her understand the unconscious karmic bond that had brought them together in this life, and that, she felt, was now finally resolved.
When she returned to her mother, her mother told her that her father had finally died that very afternoon… “Exactly at the time when his presence came to accompany my visit there!”, m
y friend said to herself with gratitude, and the emotion of seeing her previous inner perception confirmed by the facts.

For the funeral, the whole family was there – except her brother. Although informed of course, he had decided not to come. Still too much suffering in him, and resentment…? Some were shocked, but my friend openly took the side of her brother, because having even a faint idea of ​​what their father had made him suffer before, she was not at all sure that, had she been in the place of her brother, she herself would have been able to forgive, and to come. Moreover, he had practically never known his father except in this terrible state, for his earlier, happier memories were too far away for him to remember them so that they could counterbalance the harsh reality that had followed. And he had no way either of knowing the “mitigating circumstances” that would have enabled him to understand how, through too much suffering piled up inside himself, his unfortunate father could have come to such a terrible behavior…
A few years later the brother’s and sister’s paths finally crossed again, she was pleased to see that her brother had succeeded in preserving his own integrity and had not totally hardened since the long ordeal in his young years.
However, their rare encounters were never alone with each other; so much so that they were never able to speak with each other about what each of them had experienced in the years after their separation, which had counted for him or her.

But here are some latest news of importance:
My friend, last year, a few days before her brother’s birthday (which is this time of the year), had the great surprise of suddenly feeling their father’s presence again, she said, where she lives.

Without words spoken, just by telepathy, he made her understand that he was asking her to help for his reconciliation with his son. The suffering of this painful past had lasted long enough, it was time to finally let it dissolve in forgiveness.
For that anniversary of her brother, my friend has not had the courage, she confessed to me, to speak to her brother, neither of this visit nor of the prayer expressed by the consciousness of their father. And over the following year, taken by her usual responsibilities, she more or less forgot about both visit and request.
But this year, just a few days ago, the consciousness of their father had contacted her again – earlier, so that she would have enough time to explain everything to her brother before his birthday (the day on which the soul of each individual is more open to true Love and its Light). He said that forgiveness would be beneficial not only for his own being as the ex-father but also for the inner being of his son: he had to free himself, cleanse himself, alleviate himself from all that past. Bitterness was one of the causes contributing to his aging earlier and faster than he would have without this weight of the past – and my friend had the very clear impression that there again, just as between this same father and herself, between these two beings too there had been in fact an agreement before their births, that in this lifetime they would come together in order to try and learn to forgive – including to forgive oneself one’s own mistakes and failures, often programmed actually on purpose: their future father had agreed to be for a time the apparent “villain” whose ill-treatment of his future son would be in truth meant to try and help his future son achieve inwardly what the son himself wanted for this life: to develop as much as he could the capacity of true Love, and thus of true Forgiveness – without which no one can really regain one”s original divine nature…

I think my friend has finally found an indirect way of telling all this to her brother, whose birthday is fast approaching … Will she succeed in touching him, convincing him? Perhaps he has already forgiven to a certain extent, and he needs only to perfect the inner peace which this almost complete forgiveness has already begun to bring to him? He is the only one to know, and to be able to decide what remains for him to do for this posthumous reconciliation with the consciousness of his father.
Like my friend, however, I have also come to wish with all my heart, and even to pray, that indeed the time may have come, that (even with the help of the Divine Grace if he feels he needs it and he calls for it) this so beneficial
progress may finally be fully realized in him … and that his birthday may all the more be profoundly happy!

 

This is the true story that I wanted to tell you, because we will all be able to find in it something of our own unconscious and secret inner goals, that explain so much of our external history as Voluntary Players in this Great Game of Evolution, on this Earth or some other one …

Une histoire vraie, difficile mais belle…

pere-fils

Étant l’amie intime, depuis l’enfance, de la fille cadette dans une famille proche, j’ai pu suivre à travers elle les péripéties intérieures de la vie de son père, avec les répercussions importantes qu’elles ont eues sur les autres membres de cette famille, en particulier le fils, frère beaucoup plus jeune de mon amie. Le cas de ce père et de ce fils, et de leurs itinéraires intérieurs, me paraît si intéressant – et en fait si émouvant – que je veux vous le présenter ici aujourd’hui:

Tel que l’ont connu à l’origine mon amie et sa soeur aînée – à l’époque les deux seules enfants du jeune couple radieux que formaient leurs parents – leur père était fort gentil,  indulgent et tendre avec elles, prenant même plaisir à les faire rire le plus souvent possible. Il était heureux alors, à l’aube d’une carrière prometteuse et qu’il aimait vraiment, en cette Afrique Occidentale França!se (l’A.O.F. d’antan) dont personne ne se doutait encore qu’elle vivait ses dernières décades. Il sortait glorieusement de “Colo”, comme on l’appelait familièrement, l’une des Grandes Écoles françaises si renommées, cette fameuse “École Coloniale” où les futurs “Administrateurs de la France d’Outre-mer” recevaient le savoir plus qu’encyclopédique dont ils auraient besoin pour toutes les situations les plus variées et les plus inattendues auxquelles ils pourraient avoir à faire face une fois au coeur de l’Afrique.
De toute son enfance vécue donc en Afrique, la seule occasion où mon amie avait vu son père vraiment fâché, c’était lorsqu’elle même l’avait, bien involontairement, mis dans une situation embarrassante alors qu’il était dans l’exercice de ses fonctions, ayant présidé à la Distribution des Prix à la fin de l’année scolaire, et s’apprêtant à être reconduit à leur demeure:
La voiture officielle attendait (avec lui dedans…) que ses deux petites filles (dont mon amie…) l’aient rejoint dès qu’elles auraient chanté la dernière chanson avec le reste de la Chorale. Sa soeur aînée, plus âgée, s’était rappelé la consigne de rallier la voiture sans tarder, mais elle, trop jeune encore, avait oublié… Losqu’elle avait, toute souriante, ne se doutant de rien, enfin rejoint la voiture, son père avait déjà finalement renvoyé toutes les fanfares présentes comme toujours pour saluer ses allées et venues officielles, et avait ordonné que les soldats abandonnent aussi le garde à vous. Quelle humiliation publique pour lui que d’avoir fait ainsi attendre tout le monde par la faute d’une gamine si inconsciente et irresponsable!… Mon amie, se faisant toute petite dans un des coins de la voiture, l’avait vu muet de fureur dans l’autre coin, et il était resté ainsi tout au long du trajet. Mëme arrivé à la maison, il n’avait pas décoléré et pas desserré les dents de toute la fin de la journée, ne parlant même pas à son épouse – et mon amie, malgré son jeune âge, réalisant pour la première fois le rôle important de son père, s’était rendu compte aussi avec stupeur, et une certaine frayeur, que c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour empêcher son intense colère d’exploser d’une manière qu’il aurait regrettée par la suite.

Des années après, mon amie se rappela cet incident, me dit-elle, quand ce mutisme obstiné fur devenu l’attitude permanente et désespérée de son père pour garder autant que possible sous contrôle la rage impuissante qui l’habitait depuis les suites si tristes de la Décolonisation:

Il avait tant bien que mal accepté sa carrière interrompue en plein essor, plus le chagrin de la séparation d’avec toutes ces populations qu’il aimait et qui l’aimaient tant qu’elles avaient imploré les officiels, mais en vain, de le laisser rester; il avait fait de son mieux aussi pour se rapetisser à la taille de “la Métropole”, cette France qui ne pouvait plus lui proposer que des rôles de rond-de-cuir, honorifiques certes, et bien payés, mais qu’il avait fini par rejeter, car son coeur n’y était pas, et il préférait se contenter d’une retraite anticipée – une demi-retraite, donc, pour toute la famille – plutôt que de continuer cette espèce de farce bureaucratique pour lui intolérable, après la vie libre et vaste qu’il avait connue, et avait originellement choisie.
Ce qui l’avait totalement anéanti, cependant, ce n’était pas tant son malheur personnel: ce fut de voir très vite tous ces pays qu’il avait tant chéris et aidés de son mieux, tomber l’un après l’autre dans le chaos après leur Indépendance, les petits chefs tribaux reprenant leurs guerres réciproques et ruinant tout sur leur passage. Au fur et à mesure que ce désastre se généralisait, mon amie a vu son malheureux père assister impuissant et de loin à la destruction de tout ce que sa vie avait contribué avec tant d’amour à construire, sa pauvre vie devenue inutile et dépourvue de sens, dans un monde qui lui aussi semblait de plus en plus dépourvu de sens.
Au bout de plusieurs années comme cela, réfugié comme un reclus chez lui, dans l’appartement qu’il avait au moins pu acheter, providentiellement, au retour d’Afrique, pour lui et sa famille, dans une belle région de la grande banlieue parisienne, au lieu de rechercher la compagnie des quelques autres ex-Administrateurs qui y étaient venus aussi, il ne sortait guère que pour les courses à faire pour son épouse, et pour la messe du dimanche, qui lui tenait toujours à coeur, car il avait toujours été très pieux et trouvait quelque réconfort dans sa foi, conservée intacte malgré toutes ces épreuves.
Mais les malheurs qui s’étaient abattus sur lui n’étaient pas encore terminés: un autre élément dans sa vie, qui avait été jusque-là une autre souce de réconfort et même d’espoir – ce fils tant attendu, né enfin quelques années avant le départ définitif d’Afrique – se mit soudain à devenir pour lui, en grandissant, tout le contraire du réconfort et de l’espoir….
Tant qu’il était petit, ce fils chéri avait bien sûr correspondu au cadeau du ciel qu’y voyait son père; mais devenant de plus en plus lui-même selon ses propres qualités et défauts, il correspondait de moins en moins aux attentes que son père avait de lui comme du fils qui allait “continuer la lignée” (Khalil Gibran et son célèbre “Vos enfants ne sont pas vos enfants, etc” n’étaient pas encore connus…!) et faire honneur à sa famille de la même façon que lui-même son père avait fait honneur à la sienne.
Le fils est devenu peu à peu, sans s’en rendre compte, la négation vivante de tout ce que son père avait escompté – et le père, très déçu, souffrant terriblement de ce fait très désagréable mais de plus en plus évident, à propos duquel là encore il ne pouvait rien, a senti son amour pour son fils être mis à rude épreuve.
Bien que doué pour des tas de choses, le fils devenu adolescent ne faisait pas pour autant les choix que son père aurait fait à sa place, et son père, malgré lui, lui en voulait de plus en plus d’être si différent de lui-même psychologiquement, et si proche au contraire, sur certains points, d’autres adultes qu’il n’avait jamais appréciés. La relation entre le père et le fils s’est inexorablement dégradée, malgré tous les efforts du père pour rester un père digne de ce nom, c’est à dire plein d’amour, tout comme il l’avait été auparavant pour ses filles.
Et, ajouta mon amie, elle et sa soeur aînée, maintenant adultes, n’étaient plus là pour faire tampon et tâcher de remédier à la situation. Son père avait toujours eu grand respect et appréciation spécialement pour elle, au point de se tenir coi quand, plus d’une fois, elle l’avait réprimandé avec indignation après qu’il lui soit arrivé de déverser son humeur massacrante sur son épouse ou quelque autre personne présente: les paroles acerbes et blessantes étaient devenues sa spécialité dès que quelque visite le forçait à sortir de cette solitude dans sa chambre fermée et de ce mutisme … qu’il s’imposait, justement, pour tenter d’empêcher ces débordements!…
Mais la première fille s’était mariée; quant à mon amie elle-même, la cadette, elle avait dû partir dans une autre région pour son premier poste en tant que jeune Professeur de Lycée, et cela avant que cette sorte d’antagonisme du père pour le fils (encore petit alors) soit devenue manifeste; si bien qu’elle ignorait tout de ce qui avait suivi son départ. Ce n’est qu’au cours d’une visite par toute sa famille dans la ville où elle enseignait que, pendant le repas au restaurant offert par son père avec toutes ses meilleures intentions, il perdit à nouveau le contrôle sur ses paroles vis à vis de son fils, et mon amie fut directement témoin de la manière odieuse dont son père ridiiculisait et humiliait comme à plaisir le malheureux adolescent, même dans cet endroit public et devant elle. Outrée, elle se leva d’un bond et menaça de quitter la table et le restaurant si son père ne cessait pas immédiatement ce comportement détestable.
Le père, honteux, revenant à lui-même grâce à cet éclat indigné de sa fille, se comporta normalement pendant toute la suite du repas, mais quand ils la quittèrent tous finalement pour retourner vers Paris, elle avait le coeur gros, et ne savait plus quoi faire:
Elle pouvait exactement comprendre, hélas, comment son père, dans sa propre souffrance sans issue, toujours réprimée depuis tant d’années et redoublée ensuite par ce fils si décevant pour lui, dont la simple présence lui était irritation constante et mal contenue (à l’époque, Elizabeth Kübler-Ross n’était pas encore connue, on ne savait pas que taper à grands coups sur de vieux annuaires ou oreillers bien épais est un excellent moyen d’évacuer toute cette souffrance accumulée qui autrement risque de devenir violence sous une forme ou une autre…!), et pourtant mon amie ne pouvait ni excuser la conduite de son pèe, ni laisser son malheureux jeune frère dans une situation si déplorable.
Mais en fait que pouvait-elle faire, quand elle-même n’avait aucunement le droit de réclamer légalement la charge de cet enfant, et se sentait à peine capable de s’éduquer elle-même véritablement, elle qui était si intensément à la recherche du sens et du but de la vie, au-delà de la foi spontanée et sincère, mais encore trop limitée, de sa propre jeunesse?… Elle avait rejeté la cage dorée d’un mariage “idéal” prévu, mais qui l’aurait empêchée de rester elle-même; elle n’avait aucun foyer, aucune famille réelle à offrir à son frère dans ce jeune äge où il en avait encore malgré tout besoin…
Ce fut un déchirement très douloureux pour elle, me confia mon amie, d’avoir ainsi à choisir, si jeune encore elle-même, entre essayer de secourir son jeune frère, ou continuer à explorer seule sa propre vie, telle qu’elle commençait à peine à y discerner un tracé et une direction totalement hors des sentiers battus – ce qui était profondément fascinant et approprié pour elle, certes, mais qui risquait fort de ne pas l’être du tout pour son frère, devenu déjà pour elle, en ces quelques années de séparation, presqu’un inconnu…
Finalement, elle prit le parti de ne pas intervenir dans sa famille, fût-ce temporairement pendant ses vacances, pour toutes les raisons déjà exprimées, mais aussi à cause de ses divers engagements politiques idéalistes dans la région de son Lycée: car ils exigeaient d’elle constamment qu’elle soit présente physiquement sur de nombreux fronts où des manifestations, pacifiques, mais cruciales, avaient également besoin d’elle pour que les sociétés humaines deviennent justement moins absurdes, et moins douloureuses.
Pendant ce temps son frère a fini par pouvoir mener lui aussi sa propre existence telle qu’il l’entendait, vivant dès sa majorité loin de sa famille et de l’opposition de son père, en partie grâce à l’aide financière discrète (secrète?) de sa mère. Mon amie, sa deuxième grande soeur, n’a jamais su exactement comment toute cette difficile période-là s’est passée pour lui, mais par contre, bien après, elle a eu l’occasion pour son travail de rendre quelquefois visite à leurs parents maintenant âgés, restés seuls; elle a pu constater que leur père, délivré lui-même enfin de ses propres conflits internes, sans doute au prix d’intenses et humbles prières avait réussi à redevenir le père souriant d’autrefois, maintenant plein même d’une remarquable compassion pour autrui, là où des mots mordants lui auraient échappé, du temps de sa descente aux enfers; et mon amie s’est grandement réjouie de cette guérison intérieure qu’elle n’osait plus espérer. Mais jamais personne n’a mentionné son frère, alors elle ne l’a pas fait non plus, ne voulant pas risquer de réveiller des souvenirs douloureux aussi pour ses parents.
Plus tard encore, la Grâce Divine a fait qu’un soir elle s’est trouvée là, arrivant chez eux à l’improviste, juste au moment où leur père, malade déjà depuis un an, était emporté à l’hôpital.
Le jour suivant, alors qu’il se préparait à mourir dans sa chambre d’hôpital, mon amie l’a vu, malgré la présence de plusieurs autres proches venus en hâte, porter son attention surtout sur ce qu’il semblait déjà percevoir de ce que nous appelons l’au-delà; et il souriait d’un tel bonheur qu’il en rayonnait de beauté intérieure. La simple vision de son visage dans cet état béatifique a rempli mon amie du même bonheur ineffable, émanant de ces dimensions spirituelles de la Réalité totale qu’elle-même avait découvertes en apprenant à s’intérioriser dans le calme et le silence des profondeurs de son être. Visiblement, se dit-elle, les larmes aux yeux de joie, son père, s’il mourait, mourrait en paix avec lui-même, qu’il ait ou non réussi à faire aussi la paix avec son fils; et ce serait bien ainsi car il avait vraiment fait du mieux qu’il pouvait, en dépit des défis  si difficiles qu’il s’était mis au programme de cette vie maintenant  proche de sa fin…
Comme le lendemain son père semblait soudain aller mieux, mon amie a pris le temps d’aller visiter dans une autre ville un lieu qu’elle avait vu en transe comme le lieu où, dans une autre de ses vies humaines, elle avait pris une très mauvaise décision, dont l’influence au-delà du temps pesait comme un lourd boulet sur sa vie cette fois-ci. Arrivée sur place, elle a reconnu le lieu dans ses moindres détails physiques, bien qu’elle n’y soit jamais allée auparavant dans cette vie-ci. Pendant toute la visite, elle a également senti la présence avec elle de son père – ce qui lui a fait comprendre soudain le lien karmique inconscient qui les avait réunis dans cette vie-ci, et qui, elle le sentait, était maintenant enfin résolu.
De retour auprès de sa mère, celle-ci lui a appris que son père était finalement mort l’après-midi même… “Exactement à l’heure où sa présence est venue accompagner ma visite là-bas!”, s’est dit mon amie avec gratitude, et l’émotion de voir sa perception être confirmée par les faits.
Pour les funérailles, toute la famille était là – sauf son frère. Bien qu’informé bien sûr, il avait décidé de ne pas venir. Encore trop de souffrance en lui, et de ressentiment?… Certains ont été choqués, mais mon amie a pris ouvertement le parti de son frère, car ayant ne serait-ce qu’une faible idée de ce que leur père lui avait fait vivre autrefois, elle n’était pas du tout sûre qu’à la place de son frère elle aurait été capable de pardonner, et de venir. De plus, lui n’avait pratiquement jamais connu son père que dans ce terrible état, car ses souvenirs plus heureux dataient de trop loin pour qu’il s’en souvienne encore et qu’ils contrebalancent la dure réalité vécue ensuite. Et lui n’avait aucun moyen de savoir comme elle les “circonstances atténuantes” qui lui auraient permis de comprendre un peu comment, à force de trop de souffrance en lui-même, son malheureux père avait pu en arriver à ce comportement haïssable…
Quelques années plus tard les chemins du frère et de la soeur se sont enfin croisés à nouveau, elle a eu la joie de constater que son frère avait réussi à préserver sa propre intégrité et ne s’était pas totalement durci depuis la longue épreuve subie dans ses jeunes années.
Cependant, leurs rares rencontres n’ont jamais été seule à seul; si bien qu’ils n’ont jamais pu se parler en profondeur de ce que chacun d’eux avait vécu, après leur séparation, qui avait compté pour lui ou elle.

Mais voici quelques dernières nouvelles de taille:
Mon amie, l’année dernière, quelques jours avant l’anniversaire de son frère (qui est à cette époque-ci de l’année), a eu l’immense surprise de sentir soudain à nouveau la présence de leur père auprès d’elle, là où elle vit. Sans mots prononcés, juste par télépathie, il lui a fait comprendre qu’il lui demandait d’aider à sa réconciliation avec son fils. La souffrance de ce douloureux passé avait assez duré, il était temps d’enfin la laisser se dissoudre dans le pardon.
Pour cet anniversaire-là de son frère, mon amie n’a pas eu le courage encore, m’a-t-elle avoué, de lui parler ni de cette visite, ni de la prière exprimée par la conscience de leur père. Et au fil de l’année qui a suivi, prise par ses responsabilités habituelles, elle a plus ou moins oublié visite et requête. Mais voilà qu’il y a quelques jours à peine, la conscience de leur père l’a contactée de nouveau, plus tôt, pour qu’elle ait cette fois le temps de tout expliquer à son frère avant l’anniversaire (date où l’âme de chaque individu est davantage ouverte à l’Amour et à sa Lumière) de celui-ci. Il précisait que le pardon serait bénéfique non seulement pour son propre être en tant que l’ex-père, mais aussi pour l’être intérieur de son fils: il devait se libérer, se nettoyer, s’alléger de tout ce passé dont l’amertume contribuait à le faire vieillir plus tôt et plus vite que cela ne se produirait sans ce poids du passé – et mon amie a eu la très nette impression que là encore, tout comme entre ce même père et elle-même, entre ces deux êtres il y avait eu en fait un accord avant leurs naissances, que dans cette vie-ci ils se retrouveraient pour tenter d’apprendre à pardonner et aussi à se pardonner à soi-même ses erreurs et manques souvent programmés en fait à dessein: leur futur père avait accepté d’être pour un temps l’apparent “méchant” dont les mauvais traitements allaient en réalité essayer d’aider son futur fils dans le but que celui-ci avait pour cette vie: faire grandir en lui-même d’autant la capacité d’amour vrai – et donc de pardon vrai – sans laquelle nul ne peut vraiment retrouver sa nature divine originelle…
Je crois que mon amie a fini par trouver un moyen indirect de parler de tout cela à son frère, dont l’anniversaire approche à grands pas… Réussira-t-elle à le toucher, à le convaincre? Peut-être a-t-il en fait déjà pardonné dans une certaine mesure, et n’a-t-il plus besoin que de parfaire la paix intérieure que ce pardon presque total a déjà commencé à lui apporter?… Il est le seul à le savoir, et à pouvoir décider de ce qui lui reste éventuellement à faire pour cette réconciliation posthume avec la conscience de son père.
Comme mon amie cependant, j’en suis venue moi aussi à souhaiter de tout coeur, et même à prier,  qu’en effet le temps soit venu, que (fût-ce avec l’aide de la Grâce Divine s’il en sent le besoin et y fait appel) ce progrès si bénéfique s’accomplisse enfin pleinement en lui… et que son anniversaire en soit d’autant plus profondément heureux!

Voilà donc l’histoire vraie que je voulais vous raconter, car nous pourrons tous y retrouver, sous une forme ou une autre, quelque chose de nos propres buts intérieurs inconscients et secrets, qui expliquent tant de notre histoire extérieure en tant que Joueurs volontaires dans ce Grand Jeu de l’Évolution, sur Terre ou ailleurs…

Bruce Lipton’s Revelations through three Videos from Hay House

Slightly modified, a communication I received recently from Hay House  (all my thanks to them) about one of my most beloved scientists: Bruce Lipton!… With a link added here to at least one of the three videos, which can also be found on Youtube. I hope you will enjoy everything as much as I did!…

————

Dear Bhaga,

Your body is a biological wonder and houses trillions of living things to keep you healthy. But we can compromise this system through lack of understanding of our basic biology.

In his next free video, Bruce Lipton, stem cell biologist howbeliefscontrolbiology-brucelipton and best-selling author of The Biology of Belief debunks some of the commonly held beliefs surrounding:
Vaccines: He uncovers the difficulties of vaccinating children under the age of 3 with under-the-skin injections.

Tonsils: He explains the confusion around what tonsils are for and, demystifies how they address toxins in your body and unveil their true purpose. (Hint: It’s about building your immune system.)

Antibiotics: He lays out how antibiotics threaten your body’s balance of good and bad bacteria in what is known as your “microbiome” and how to rebalance yourself once you’ve taken them.
3 Truths About Your Biology

Click Here to Play Video 3 »
Through this video you’ll discover that the fundamental belief that the immune system kills everything that comes into the body is not true. In addition, you’ll learn that bacteria are critical to our health and we need to replenish them after a round of antibiotics.

In his first two videos, Bruce lays the foundation of how exactly your beliefs play into your genetic expression. He calls into question currently held beliefs surrounding ideas like “If I have the gene for cancer, I will get it,” and divulges the freedom you’ll experience when you take back the power of your life and health.
Your Genes Don’t Cause Disease; Your Beliefs Do

http://www.learn.hayhouseu.com/biologyofbelief-index1-us

Click Here to Play Video 1 »
Why Cancer Genes Are Changed Based on Beliefs

Click Here to Play Video 2 »
I hope these videos have been eye-opening and helped you better understand the connection between your thoughts and your body. Don’t forget to leave Bruce your comments on the video pages; He wants to hear the insights you’re getting from all these videos.

Please watch for Bruce’s final video in this series to learn how you can better understand the revolutionary science behind belief. This video is a great way for curious, skeptical or fact-oriented people to see how spirituality can be explained through scientific facts.

Wishing You the Best,
Reid Tracy
CEO, Hay House

The Wonderful Effects of Being Grateful

My being given a beautiful flat at ‘Luminositty’ has been, at the deepest level, a result of my being grateful to the Divine even for things that could have seemed unjust, and of my expecting everything to always turn out to be a blessing, even if in disguise (see my recent post: https://labofevolution.wordpress.com/2017/01/20/how-in-truth-i-found-myself-living-at-luminosity/).

The amusing little drawing down below (courtesy http://www.johnehrenfeld.com) depicts quite exactly the present general situation between the two inner attitudes in us, human beings:

complaints-gratitude

Interestingly, I just happened upon an article in ‘Collective Evolution’ mentioning a whole scientific study about just those attitudes of mind (and heart), so I am glad to share that article with you too immediately, as it could bring about a crucial turning-point in your own life too:

*********
How Counting Your Blessings Vs. Burdens Can Actually Make You Happier, According To Science
Posted: 21 Jan 2017 11:02 AM PST

Well, look at the bright side… We’ve all heard this advice before, and if we haven’t, there’s a good chance we’ve said it to a friend who is in need of some cheering up.

But, what good does it do to look at the bright side? Does it actually make us feel better or does it just temporarily distract us from the less desirable emotions we are feeling at the time? This is not to say that we should only focus on the positive – that is to deny a part of ourselves and this world we live in; without the dark we would not be aware of the light.

When we count our blessings versus our burdens, however, it can actually increase our mood  – by up to 25%, according to the following study. When we are constantly thinking about what is going wrong, we aren’t leaving much room for thinking what is going right. By switching up your thought process, you will eventually start noticing your blessings more regularly and less of the burdens. If you are someone who believes in the law of attraction, this means you will be attracting more positivity into your life.

Practicing Gratitude Can Increase Your Overall Happiness

A study conducted by Emmons and McCollough in 2003 outlined the positive impact that practicing gratitude can have on our well-being. Research was carried out with three experimental groups over a 10-week period, Dr. Robert A. Emmons described the study in his new book ‘thanks!’

The first group was asked to write down five things they were grateful for that had happened in the last week for each of the 10 weeks of the study. This was called the gratitude condition.
The second group was asked to write down five daily annoyances or hassles from the previous week. This was the hassles condition.
The third group was asked to simply listed five events that had occurred in the last week, but not told to focus on either positive or negative aspects. This was the events or control condition.
The types of things people listed in the grateful condition included:

Sunset through the clouds.
The chance to be alive
The generosity of friends
The right to vote
And in the hassles condition:

Hard to find parking
Burned my macaroni and cheese
No money for gas
Before the experiment began, participants had kept daily journals to keep track of their moods, physical health, and general attitudes. These observations were then used to provide a comparison for after the 10 week experiment was finished.

The results of the study concluded that happiness levels were up by 25%. Those who were in the gratitude condition were more optimistic about the future, they felt better about their lives, and they even did on average about 1.5 more hours of exercise per week than those who where in the hassles or events condition. It’s amazing to think that all of this can be achieved just from focusing on your blessings rather than your burdens.

How Can You Implement More Gratitude Into Your Daily Life?

Depending on your current state, sometimes it can feel difficult to find things that you are grateful for. You may be going through a challenging experience, a break-up, the loss of a loved one, financial insecurity, but despite these challenges, there are always things to be grateful for. The more you make the effort to take note of these things, the easier this will become. It becomes a habit; much like the contrary, only focusing on the burdens in your life becomes a habit as well.

Gratitude Challenge

Who’s up for a challenge?! I challenge anyone reading this to start keeping a gratitude journal. Everyday, for one month, write down one thing that you are grateful for. It can be so simple! If you’ve had a particularly bad day, but your dog came and licked your nose you could write that down. You can literally put anything at all that you are grateful to have in your life.

If you have trouble sticking to these types of tasks, you can try something that has worked well for me in the past –enlist a friend. Find a friend who might be interested in trying this challenge out as well. Everyday send a text to your friend telling them at least one thing that you are grateful for, and in turn, they will send you one thing they are grateful for as well. This way you will hold yourself accountable. And if one forgets, hopefully the other will remember.

At the end of the month, reflect back on the month and see if your mood has changed or if you have felt more inspired to treat yourself well, and if overall your happiness has increased.

Change Your Mindset, Change Your Life

You see, life is all about perception. As Oprah Winfrey has said:

“Be thankful for what you have; you’ll end up having more. If you concentrate on what you don’t have, you will never, ever have enough.”

If all you are focusing on is what is going wrong, then you will never see what is going right. Change your focus, see what happens!

Much Love

*********

(Well, I do like this sweet greeting in the end also, don’t you?…)

Comment en vérité je me suis retrouvée à “Luminosité”

Quand la maison chérie que j’avais pu construire en 1994 à Repos, sur la plage principale d’Auroville (déjà entièrement grâce à la somme donnée pour cela par notre Service des Logements) a fini par s’écrouler elle aussi comme les autres, presque vingt ans après, en 2014, sous les coups de boutoir des vagues – qui, par la faute des promoteurs locaux construisant ports et digues n’importe comment, avaient érodé toute la côte depuis Pondy – j’ai dû être relogée d’urgence plus à l’intérieur. Mais le lieu et le logement se sont vite révélés trop anciens et trop ombragés, et donc très insalubres pour moi.

Une vieille maison s’est libérée deux ans plus tard dans une autre plage d’Auroville, et j’ai bien cru que je pourrais y retrouver un environment similaire à celui de Repos; mais l’habitation en question a été attribuée finalement à quelqu’un d’autre, un homme, plus jeune et plus capable que moi d’en assurer les réparations et l’entretien.

Désemparée un moment par cette intense déception, j’ai tout de même vite retrouvé ma pleine foi en la Grâce Divine, avec la conviction que si cette maison m’avait été refusée, c’était que le Plan Divin m’en réservait quelque part une autre, encore bien mieux!

Et rassérénée par cette entière confiance, je me suis remise à attendre patiemment…

Je n’ai pas eu à attendre très longtemps: quelques mois à peine ensuite, début Novembre 2015, le Service des Logements m’a informée qu’un certain appartement pouvait m’être attribué, s’il me plaisait, au centre d’Auroville, dans un lieu appelé “Luminosité”, dont je ne connaissais même pas l’existence.

D’abord hésitante, quand je suis tout de même allée visiter j’ai eu instantanément le coup de foudre, n’en croyant pas mes yeux devant la beauté du lieu, qui de plus méritait merveilleusement bien son nom de “Luminosité”. Un mois à peine plus tard, c’est pour Noël que j’ai passé, radieuse, ma première nuit dans ma nouvelle habitation.

J’ai bien sûr remercié chaleureusement les différent Auroviliens qui d’une manière ou d’une autre, au Service des Logements en particulier, avaient rendu possible ce qui me semblait un véritable miracle.

Ce n’est qu’ensuite qu’un souvenir m’est revenu soudain en mémoire, rendant le miracle encore plus miraculeux en quelque sorte:

Quelques mois auparavant, bien avant le message du Service des Logements, j’avais reçu un email d’une amie française qui se cherchait dans Pondy un appartement à louer à l’année, de façon à pouvoir venir de France quand elle voudrait. Comme on lui en proposait beaucoup, elle m’écrivait que le critère qu’elle avait décidé d’utiliser pour son choix final serait la luminosité. En lisant ce mot – sans faire le moins du monde la relation avec mon propre besoin – je m’étais dit intérieurement, mais en fait à haute et intelligible voix: “Oui, c’est tout à fait cela, l’important c’est la luminosité!”

A cet instant précis, sans m’en douter, j’avais passé commande, pour ainsi dire,  de mon futur appartement!!!…

13170689_10156868567385716_2101805795_o

Dans cette vue du centre de l’immeuble, on voit au rez-de-chaussée les portes fermées (au moment de la photo) des autres studios qui servent de bureaux ou autres espaces de travail; celui dont la porte est ouverte est le bureau  qui porte le nom de “Bhaga” et d’où je suis précisément en train d’écrire ce petit article nouveau pour mon blog…!

Le bel escalier visible juste à sa droite  est celui qui mène entre autres à l’appartement où j’habite, au deuxième étage et sur la droite de la photo, caché par le tronc de l’un des arbres magnifiques du Parc  tout autour. Ce Parc forme un admirable écrin de verdure pour cet immeuble-joyau, dont cette façade avant, au-dessus de son long jardin japonais, se modifie constamment de manière très vivante au gré de l’ouverture ou la fermeture par les résidents des hauts louvres ornant ce côté de chacun des douze appartements…

De nuit, avec les divers éclairages à l’intérieur, l’aspect extérieur de l’ensemble est féerique! Véritablement digne à nouveau de ce merveilleux nom: “Luminosité”…

Merci, merci à la Grâce Divine qui m’a littéralement prise au mot!

Gratitude to Sri Aurobindo

Today, December 5th, in 1950, at 1h26 am, Sri Aurobindo deliberately left his body for good.

He had foreseen for already a year that it might become necessary for him to do so, in order to complete soon enough the supremely important task he had given himself decades before: bringing the Supramental specific vibration from the Supramental world directly in contact with our physical world, so that it would activate in Matter the corresponding vibration, and in this way start a new evolutive step, the Supramental Era, upon Earth. The last of what still needed to be done would be done in an easier and faster way if out of a physical body.

Because of the increasing danger of a Third World War, this task had to be completed very urgently, establishing in an irreversible manner the beautiful evolutive Future promised ‘for Earth and Men’ to the princess Savitri, an incarnation of the Divine Mother in the great epic poem, symbol of terrestrial Evolution, that he had titled after her name, and which was the only writing of his he kept revising and adding to until the day he had fixed for his departure under the pretense of an illness he was actually able to control, coming in and out of coma at will.

So it has been on the part of Sri Aurobindo the sacrifice of his own body, relinquishing the individual transformation already visibly on its way in that body. The amount of consciousness accumulated there passed into the Mother’s body, who would continue after him towards that goal of transforming the physical body.

Today being one of the Darshan Days commemorated every year at the Ashram and in Auroville,  the Message selected for the Card Distribution read thus:

To express our gratitude to Sri Aurobindo we can do nothing better than to be a living demonstration of his teaching.

The Mother

As this is precisely what is attempted by Auroville as a whole and this individual Aurovilian among others, this Message resonated with particular intensity in my being, and I found it perfectly suited for this Research Blog as well, so I decided to publish it here today for all those who will be reading this new post.

With all my gratitude to Sri Aurobindo, indeed, from my entire being.

a

L’Etre Psychique, les cellules et notre Mère Divine

Notre Etre Psychique (de Psychè, âme), celui qui de vie en vie prend forme peu à peu autour de l’étincelle originelle de notre âme, est en nous la seule partie encore consciente du Divin et capable de sentir et reconnaître sa Présence derrière toutes les formes extérieures à travers lesquelles le Divin s’exprime.

Cet Etre Psychique est aussi la seule partie en nous capable, par l’Amour vrai, divin, qui est en elle, d’aider les parties plus extérieures à entrer en contact elles aussi avec le Divin, et même à retrouver consciemment leur propre véritable nature, en fait divine.

C’est lorsque l’Etre Psychique s’éveille et devient actif en quelqu’un, que son être mental et son être vital peuvent commencer à se tourner vers le Divin. Une  telle conversion s’est déjà produite bien des fois dans l’histoire de l’humanité, ainsi que tous les mystiques du monde l’ont montré encore et encore, à travers des poèmes, des psaumes, des chants d’amour pour le Divin qui sont devenus si célèbres qu’ils sont parvenus jusqu’à notre époque. Même en ces temps de matérialisme blasé, nombre d’humains partout qui ont soif de Vérité trouvent encore réconfort et foi véritable à la lecture de tels écrits, dont la ferveur atteste qu’ils ne sont le fruit d’aucune croyance intellectuelle, mais bien d’un authentique contact intérieur avec le Divin et avec les dimensions autres que celle-ci dans la Réalité Totale.

Mais le corps, ce pauvre corps, a toujours été jusqu’ici la pierre d’achoppement, la partie purement physique de notre être qui est irrémédiablement, croit-on, comme toute Matière, l’opposé de l’Esprit, et donc incapable de conversion au Divin.

Eh bien, depuis que la Conscience-Force Supramentale a été activée, le 29 février 1956, dans la Matière terrestre elle-même, c’est cette croyance-là qui est en train d’être jetée à bas par les conséquences de plus en plus visibles du développement, ainsi  rendu possible, de la conscience secrètement présente en toute particule formant la Matière – et donc présente aussi dans les cellules de nos corps.

Afin que nos corps eux aussi puissent enfin devenir volontairement réceptifs au Divin, ces puissantes vibrations supramentales de Vérité les libèrent peu à peu de leurs extrêmes limitations présentes. Mais ce qui est nécessaire pour que nos cellules se tournent spontanément vers le Divin, c’est que notre Etre Psychique soit déjà éveillé en nous et puisse ainsi remplir son rôle avec nos cellules tout comme il peut l’avoir déjà fait (ou non) avec notre Mental et notre Vital. Comment s’y prend-il?… En les faisant goûter à l’Amour Divin… à la dose qui leur sera supportable au début.  Et une fois que les cellules y prendront goût, elles aussi commenceront à s’ouvrir avec de moins en moins de résistance à sa vibration de Douceur si délicieuse, même quand elle deviendra de plus en plus intense. Au lieu de se crisper, les cellules apprendront à rester calmes et à s’abandonner en toute confiance à l’Action Divine en elles pour leur rendre leurs capacités divines oubliées.

Le Vital et le Mental en nous seraient bien incapables de doser un tel processus, ou même simplement de savoir à chaque instant quels sont les besoins du corps, que ce soit en sommeil, en nourriture ou en activité, pour qu’il se maintienne déjà en bonne santé, même sans encore parler d’aucune transformation évolutive. Les cellules ont  elles-mêmes ce savoir, mais le Vital et le Mental sont bien trop imbus d’eux-mêmes, et trop impatients, ils ne sont jamais à l’écoute du corps et l’utilisent seulement à leurs propres fins égoïstes et ignorantes, qui usent et déséquilibrent le corps, d’où trop souvent les maladies diverses qui en résultent.

Seul notre Etre Psychique aime et comprend nos cellules et leurs besoins présents, et en même temps peut les aider pour peu à peu dépasser ces besoins et retrouver leur véritable nature, divine.

Or c’est le Délice d’Etre, l’Ananda, qui est l’indispensable moyen pour les cellules d’apprendre à éliminer toute tension dans leur vie et dans le rôle particulier que chacune a à remplir dans la vie du corps. Voilà pourquoi il était si important que Sri Krishna, siegneur de l’Ananda au niveau surmental, se joigne au nouveau pas évolutif, supramental, initié par Sri Aurobindo, puis Mère , dans leurs propres personnes en même temps que pour la Terre entière.

Et voilà aussi pourquoi dans mon propre beaucoup plus humble développement spirituel tel qu’il s’est produit de lui-même, c’est d’abord l’Etre Psychique qui, réveillé en 1973 par le Double Darshan de la Mère Divine, en 1975 est devenu pleinement actif grâce aux nouvelles expériences si puissantes avec le Divin dans le Centre du Coeur (siège du Psychique), encore en tant que ma Mère Eternelle en premier lieu, mais ensuite aussi en tant que Krishna, l’Amant Eternel de mon âme.

C’est seulement après que le Psychique en moi soit devenu le Guide de plus en plus influent et permanent du Vital et du Mental, que ma conscience est entrée en contact  enfin aussi, sans que je l’aie aucunement cherché, avec mes cellules (en 1976) et a aidé au développement rapide de leur conscience, à la manière typiquement psychique: en les faisant se tourner vers le Divin avec un amour et une confiance grandissants…

On peut donc voir que dans mon cas – où depuis 1973 je m’étais entièrement remise entre les mains de la Mère Divine – en dépit de tous mes pires défauts extérieurs le déroulement intérieur des choses s’est passé de manière pour ainsi dire idéalement conforme aux besoins de ce Yoga Intégral losrqu’il inclut déjà potentiellement les cellules…

Ainsi mon cas personnel a été jusqu’ici un exemple en quelque sorte idéal de comment la Mère Divine dirige de l’intérieur la vie et les progrès évolutifs de ceux de ses enfants qui le lui demandent sincèrement.

C’est pour cela que j’ai pensé utile de partager avec vous qui visitez ce blog les expériences intérieures relatées dans mon article précédent, à propos du 24 novembre, car elles complètent un certain tableau d’ensemble de ce qui s’est accompli en moi pendant ces toutes premières années à Auroville:

Loin d’être une succession chaotique et désordonnée d’évènements intérieurs sans relation entre eux, toutes les expériences décrites ici et là sur ce blog ont constitué en fait, dans leur ordre réel, les exactes étapes nécessaires au développement évolutif voulu, qui dans mon cas particulier incluait d’emblée ce qui permettrait par la suite un éveil cellulaire accéléré, non pas comme un phénomène à part, mais bien simplement comme un des aspects nouveaux dans ce Yoga d’évolution qui est donc par là même nécessairement intégral.

Dans tout cela, ce qui est tellement merveilleux à vivre, c’est que chacun de nous étant différent, notre Mére Divine prend soin de chacun de la manière la meilleure pour lui ou elle à chaque instant, lui donnant les expériences voulues, et dans l’ordre le mieux adapté à ses besoins…. Il n’y a vraiment plus qu’à s’incliner avec totale cofiance et gratitude devant l’absolue Sagesse de cet Amour Maternel pour nous, avec aussi toute la sollicitude et la tendresse de notre Maman éternelle…

images-9

 

 

Previous Older Entries

%d bloggers like this: