TINARIWEN: the Dromedary’s Dance

Well, it is coming back in full force into my corporeal and cellular life, this ‘TINARIWEN’ Band that takes its name from the Ténéré Desert, in the Sahara region.

I had discovered its existence during last September already, when my own unexpected songs for Africa had started pouring into my consciousness. And I had spent an entire afternoon listening to their creations with their sober but irresistible rhythms, immersed as I was in that Touareg inner world which reflects so magnificently the outer world where their nomadic life happens since so many centuries and millennia: the sand dunes of the desert, with for faithful and tireless companions their haughty dromedaries.

 

Capture d_écran 2018-06-21 à 13.28.24

One song particularly had moved me to tears: the one that described the gradual disappearance of their freedom and of their survival in the Ténéré, their Ténéré, since the discovery, underground, of potential big profit in the form of petrol and such. Their people, so ancient, the first one in that vast region, finds itself nowadays supposedly belonging to the diverse political countries presently existing, that are reluctantly sharing this vast desert land now ardently coveted.

It is a whole way of life existing in freedom since millennia, that is being destroyed, a whole climatic environment which is invaded, shaken and poisoned by the dreadful pollution coming in with the Big Companies: as always, in their blind avidity, they invade the country without any love or respect for it.

It was through a very beautiful animated little film that this song was illustrated.

I found it again a few days ago, I wont resist the pleasure of introducing you to it, however sad it is in spite of the traces of humor in the animated film itself:

 

This superb, unique Dromedary, itself a living symbol of the Desert, carries on its back all the other symbols of the Touareg daily life… including now those guitars and other modern technical means that, together with the sincere and fervent inspiration of the Band for their country, are the special characteristics explaining the ever-growing worldwide success of this ‘TINARIWEN’ Band for already many years.

As for the invisible driver of the Dromedary, the Desert Man in person, he appears only later, as the fierce and courageous warrior that the Touareg indeed are. With all his strength, standing up high in the sky, he tries to save his people, his culture, his life – but in vain: the fight is too disproportionate, against the monstrous forces that come forward to engulf everything.

How long will the Dromedary still be able to resist, in this hell created by mad men?…

All along the animated film, what is wonderful to see, to contemplate, is to which incredible extent this Dromedary is perfectly integrated into this space, with the eternal, untiring slowness of its pace in the sand, the quiet eternity with which it gazes at everything, and the boat-like movement of its imperturbable progress forward, which  gives to its passenger the feeling that a dromedary is truly ‘the ship of the desert’, swinging, and you along with it, to the right, and to the left, and then to the right again, but with such a peaceful regularity that it brings you soon to the very same inner peace within you… unless of course it’s a race among the humans, and then the dromedaries give the full measure of the speed and power that are also theirs. But what I am speaking of now is their pace in normal circumstances…

And this is what I call the Dromedary’s Dance:

Filled with this unbelievable peace which seems to savor each moment and each step swinging to the right, then to the left, it is a kind of sovereignty that emanates from this tall and haughty creature of the Desert. It is this rhythm that this specific song itself reproduces, and although I savor also all the others, it is what gives to only this one that particular magic it has upon my body, I realized it when I listened again to it this time:

My body finds in it an all natural and spontaneous expression of this Delight of Being, yes, the Ananda of Satchidananda, as lived in the ample, comfortable movement of this so special animal life, which has become as close to the human being as the horse too has (that I do appreciate too, as per exhilarating gallops in the immense plains of my far memories), but while conferring to the human being a little of its rhythm of inner eternity, from which the body itself gets such a wonderful benefit… and the far memory of it awakened in my own body, and made it dance its eternal Delight of Being, to the round and slow rhythm of this song’s Dromedary.

Advertisements

TINARIWEN: La Danse du Dromadaire

Voilà qu’en ce moment revient en force dans ma vie corporelle et cellulaire le groupe “Tinariwen”, qui tire son nom du Désert du Ténéré, dans la région du Sahara.

J’avais découvert leur existence dès Septembre dernier, lorsque mes propres chansons inattendues pour l’Afrique avaient commencé à se déverser dans ma conscience. Et j’avais passé une après-midi entière à écouter leurs créations aux rythmes sobres mais irrésistibles, immergée dans tout ce monde intérieur Touareg qui reflète si magnifiquement le monde extérieur où se passe leur vie de nomades depuis tant de siècles et millénaires: les dunes de sable du désert, avec pour fidèles et infatigables compagnons leurs altiers dromadaires.

Capture d_écran 2018-06-21 à 13.28.24

Une chanson en particulier m’avait touchée aux larmes: celle qui décrivait la disparition progressive de leur liberté et de leur survie dans ce Ténéré, leur Ténéré, depuis qu’on y avait découvert en sous-sol de potentielles richesses genre pétrole etc. Leur peuple, si ancien, le premier dans cette vaste région, se retrouve de nos jours appartenir en théorie aux divers pays politiques présentement existants, qui se partagent tant bien que mal cette terre désertique mais maintenant convoitée. C’est tout un mode millénaire de vie en liberté qui est détruit, tout un milieu climatique qui est envahi, ébranlé et empoisonné par l’effroyable pollution apportée par les grandes compagnies: comme toujours, dans leur avidité aveugle, elles envahissent le pays sans l’aimer ni le respecter.

C’était à travers un très beau dessin animé que cette chanson était illustrée.

Je l’ai retrouvée ces jours derniers, je ne résiste pas au plaisir de vous la faire connaître, toute triste qu’elle soit malgré l’humour parfois du dessin animé:

 

Ce superbe Dromadaire unique, lui-même symbole vivant du Désert, porte sur son dos tous les autres symboles quotidiens de la culture des Touareg,… y compris maintenant ces guitares et autres moyens techniques musicaux modernes qui, en même temps que leur inspiration sincère et fervente pour leur pays, font  l’originalité de ce groupe “Tinariwen” et expliquent le succès mondial toujours croissant qu’il connaît depuis des années déjà.

Quant au conducteur invisible du Dromadaire, l’Homme du Désert en personne, il n’apparaît que plus tard, en guerrier fier et courageux comme le sont en vérité les Touareg. De toutes ses forces, dressé dans le ciel, il essaye de sauver son peuple, sa culture, sa vie – mais en vain: la lutte est trop disproportionnée, contre les forces monstrueuses qui s’avancent pour tout engloutir.

Combien de temps le Dromadaire pourra-t-il encore tenir dans cet enfer créé par des hommes déments?…

Tout au long du dessin animé, ce qui est merveilleux à voir, à contempler, c’est à quel point ce Dromadaire s’intègre parfaitement dans cet espace, avec l’éternelle lenteur inlassable de son pas dans le sable, le regard d’éternité tranquille qu’il pose sur tout, et le mouvement chaloupé de son imperturbable avancée, qui communique à son passager ce sentiment que le dromadaire est “le vaisseau du désert”, vous portant de droite, puis de gauche, puis encore de droite, mais avec une telle régularité paisible qu’elle vous amène insensiblement à la même paix intérieure… sauf bien sûr losqu’il s’agit d’une course entre les humains, et alors les dromadaires donnent toute la mesure de la vitesse et de la puissance qui sont aussi les leurs. Mais ici je parle de leur allure en temps normal…

Et c’est cela que j’appelle la Danse du Dromadaire:

Pleine de cette incroyable paix qui semble savourer chaque moment et chaque pas de droite puis de gauche, c’est une sorte de souveraineté qui se dégage de cette haute et altière créature du désert. C’est ce rythme-là que reproduit cette chanson précise elle-même, et bien que je me régale aussi de toutes les autres, c’est ce qui confère à celle-là seulement cette magie particulière qu’elle a sur mon corps, je m’en suis rendu compte en la réécoutant:

Il y trouve une expression toute naturelle et spontanée de ce Délice d”ëtre, oui, l’Ananda de Satchitananda, tel que vécu dans l’ample mouvement confortable de cette vie animale si spéciale, devenue aussi proche de l’être humain que l’est également devenu le cheval (que j’apprécie lui aussi, certes, de par les galopades immenses dans d’autres mémoires lointaines) mais en conférant à l’être humain un peu de son rythme d’éternité intérieure, dont notre corps lui-même bénéficie merveilleusement… et le souvenir lointain de cela s’est réveillé dans mon propre corps, et l’a fait danser son éternel Délice d’être, au rythme rond et lent du Dromadaire de cette chanson.

Feminism in our New Evolutive Step

From the Sunday Express Magazine of May 27, 2018, here in India, a comic strip that says it all about how most men are now completely confused:

clip

Yes, dear visitors here who happen to be men in this lifetime, but who are somehow progressists, and so are honestly trying, like the man above, in spite of your naturally male mentality, to nevertheless understand what women mean by “FEMINISM”,  I do agree with his – and your – bewilderment!…

It is true that it can all be quite confusing, if the word “FEMINISM” is taken only as it usually is: a social equality to be reached between the two genders, at last giving women access to the same advantages as men, like for example… well, all the things enumerated by the brave man trying to understand his wife in the comic strip above; all the things that this Meghan Markle, now of Royal Wedding fame, had on her own already conquered for herself in her social life, and that she indeed had to give up in order to marry Prince Harry, a member of the British Royal Family.

THAT, the loss of such social advantages, must be what his wife is tearing up about, the man reasons in earnest, and then expresses to her with real compassion…

But to the utter surprise and dismay of this poor husband of good will, his guess is totally wrong, and his well intended words only make his wife furious: with his stupid comments bringing up such unimportant, materialistic details, he is destroying… what exactly?… Well, the only thing that really matters, deep down in any woman: that wonderful feeling that Love, yes, LOVE, can accomplish anything, even the normally most socially impossible marriage!…

Just like in Fairy-Tales: the one truly magic ingredient in Fairy-Tales is actually LOVE. It is that miraculous feeling of all-conquering LOVE, blissfully shared (thanks to the TV) with the happy newly-weds in London, that his wife was really all tearing up about, a soft little cushion pressed against her heart!

Now all this apparently just mushy stuff would be all right in women magazines, but what place does it have here, in this Research Blog about Conscious Evolution ???

Some of you may wonder if my being myself a woman in this lifetime is perhaps obscuring my judgement, making me indulge in my feminity and include into this Blog mushy topics like this one, that have nothing to do with the real, utterly serious subject that Conscious Evolution is.

Please be reassured that it is not at all the case. It is on the contrary very consciously and deliberately that I am including all this here, as my entire research work of forty-five long years in Sri Aurobindo and Mother’s writings have shown me without the slightest doubt how supremely important True LOVE is, for All That Is:

LOVE is quite simply the eternal and constantly most important single divine Power for achieving, little by little but irresistibly, this huge, immense Process of Reunion that Evolution actually is, between all the numberless fragments of the Divine, within the One Divine Being Who Is – that One whose eternal divine nature is so wonderfully described in India as ‘Satchitananda’: ‘ExistenceConsciousnessBliss’.

In Satchitananda all potentialities are there, manifesting themselves first as all the Pairs, the Dualities, those apparent Opposites that are in fact Complementaries and must re-join each other in the True Reality to be achieved also here. Those Dualities are all aspects of the main Duality, the one called Yin-Yang in Chinese Wisdom, that can be said to be the Masculine and the Feminine, but never fully exclusive of each other, as is shown in th Yin-Yang Symbol.

It so happens that this Power of Love, in its inherent Sweetness, is more part of the  Feminine Aspect of the Divine, while Love’s also inherent Strength is more part of the Masculine Aspect of the Divine. Separated, neither of them is True Love. Only put together again in the right balance do they express again authentic LOVE.

There has been until now a heavy unbalance towards the expression of the Masculine, leading to most of the violence of all kinds we are witnessing in our human world, including the violence and cruelty towards the other beings upon this planet, and against the planet itself.

With the activation here at last of the Supramental Consciousness-Force, brought down by Sri Aurobindo,, those two Polarities are presently re-balancing themselves, allowing the Feminine, with the Sweetness of its Love, to heal the wounds caused for so long by the Strength that became Violence, precisely because of its lacking the Sweetness needed to temper it. Not that the Masculine must be eliminated or reduced to too little: that would only be the Pendulum swinging to the other extreme, with no better results.

Now men just as women must become balanced within their own being, both genders allowing themselves to express the qualities of both the Masculine and the Feminine aspects of their secret divine nature, which in this way will manifest fully, for the benefit not only of themselves but also of this whole world.

This is why LOVE is so important a topic nowadays, for all of us – and why FEMINISM, understood in that vaster, evolutive way, must become something that not only women, but men too, insist on determinedly for the happy Future of the Earth:

It is in all of us, whatever the external gender, that the Reunion of the Two Aspects must happen, so that the FEMINISM can stop having to be a battle of the women against the men – a self-defeating situation in itself, obviously, for it forces the women to diminish the natural feminity in themselves and use too much of their own masculine strength, in order simply to overcome the resistance of the men, when the latter remain obstinately and blindly bent on preserving the claimed superiority of their supposedly exclusive masculinity.

Well, I hope this distinctly FEMINIST write-up, explained in this clearly evolutive way, will help all men of good will – including the one in the comic strip above!… – to stop being confused, and to resolutely and gladly join their wife and other women in the Re-Balancing Feminism now needed from all of us… and that will result in more True LOVE between all of us!

With my smiling thanks to Arun Ramkumar for his so funny but so true visual rendition of both points of view, the Masculine and the Feminine, when the Masculine doesn’t yet understand what true FEMINISM is all about, nor why he too could join in…

Une Voie Ensoleillée pour les Cellules

Oui, en cette année 2018, je célèbre avec mon corps les Quarante Ans de Yoga de ses cellules – mes chères cellules! Elles et moi, nous sommes aujord’hui toutes très heureuses de fêter cela ensemble… mais il n’en a pas toujours été ainsi!

En 1976, lors de mon premier contact conscient avec elles (complètement inattendu), et pour les environ deux années qui ont suivi, elles avaient une conscience de cellules ordinaires, autant que j’en puisse juger. Jamais je n’ai même supposé que cela puisse commencer à changer, si tôt après que Mère ait vécu son propre processus de transformation cellulaire, dont à l’époque seuls de courts extraits sélectionnés par Elle et appelés “Notes sur le Chemin” dans le Bulletin Trimestriel de l’Ashram nous donnaient quelque énigmatique idée, ce qu’Elle vivait étant consigné peu à peu dans son “Agenda de l’Action Supramentale sur la terre” enore inconnu de tous. Pour nous, les humains ordinaires, il était évident qu’il faudrait encore quelques siècles avant qu’aucune évolution cellulaire puisse ccommencer à se produire dans nos corps!…

Alors, lorsqu’à peine en 1978, j’ai surpris pour la première fois certains groupes de mes cellules en train de se tourner vers le Divin avec toute la ferveur de leurs petites consciences, après la stupéfaction ma première réaction a été un immédiat et catégorique “AH NON !!!” horrifié.

Car j’ai carrément paniqué. J’avais lu “Le Mental des Cellules” de Satprem, publié entre-temps,, les passages qu’il citait en particulier de cette période épouvantable qu’il appelait “l’Agenda terrible” m’avaient fait sangloter de chagrin pour Mère, et fait comprendre à quel point Elle avait été pour nous vraiment, totalement notre Mère Divine, sacrifiant finalement son propre corps pour faciliter le plus possible l’évolution des nôtres après Elle. Mais de là à accepter de la suivre sur un si dououreux chemin, cela m’était tout à fait impossible: je savais que ce n’était pas pour moi.

Interpellant à nouveau le Divin comme en 1971, je lui ai signifié avec véhémence que je refusais absolument un tel cadeau s’il devait faire souffrir mon pauvre corps comme il avait fait souffrir celui, pourtant si exceptionnellement endurant, de Mère:

“NON, MERCI…!” fut mon cri spontané. “Arrête-moi ça tout de suite!…”

La réponse patiente et souriante du Divin fut celle-ci:

“Ne t’inquiète pas… C’est comme cela que ça a dû se passer pour Mère, parce que justement Elle était la Mère Divine, parce qu’il fallait aller vite, son corps était déjà très âgé quand il a commencé, et le Travail pour lequel il avait été créé était le plus difficile de tous: être le premier, et éliminer le plus possible des obstacles les plus importants,  afin d’ouvrir la route à ceux qui suivraient. Mais maintenant que c’est fait, ce que la Force Évolutive recherche, ce sont les corps au contraire les plus variés possibles qui soient réceptifs à l’Énergie Nouvelle, de façon à voir comment adapter le processus de base à la manière d’être spécifique de chacun. Pour chacun il sera tenu compte de ses tendances et capacités propres.”

Rassurée, et donc rassérénée, j’ai enfin donné mon accord pour que ce processus se poursuive, ce qu’il a fait sans cesse par la suite, se développant de plus en plus sans pour autant jamais devenir douloureux – au contraire.

Mais quand les récits des expériences cellulaires vécues dans le même temps de son côté par Satprem ont commencé à être publiés, ce que j’en ai lu m’a montré que pour lui c’était terrible, et mes propres cellules du coup s’en sont tellement alarmées que depuis j’ai cessé de lire quoi que ce soit de comment cela se passait pour Satprem, afin que la conscience de mes propre cellules n’en soit pas influencée négativement.

Car pour elles tout continuait à progresser de manière toute différente, et en fait plutôt bienheureuse. Au bout de quelque temps j’ai compris que cette manière de s’y prendre de leur part était inévitable étant donné que je n’étais pas “Satprem”, mais un autre être, dont le nom d’âme s’était révélé en 1979 être “Bhaga”, le nom que les Rishis Védiques donnaient au Pouvoir de Délice d’Être du Divin: d’où plus tard le nom, “Bhagavan”,  “Le Bienheureux”, donné au Suprême, et donc aussi “La Bhagavad Guita”, “Le Chant du Bienheureux”, nom donné aux explications spirituelles majeures adressées par l’ incarnation divine Krishna à son ami humain Arjuna.

Il était bien normal que mes cellules elles aussi s’identifient comme moi à ce nom et à son contenu vibratoire précis, (une forme spéciale d’Ananda en tant que Pouvoir solaire et non plus seulement lunaire), et que ce soit cet aspect-là du Divin qui devienne de plus en plus leur façon spontanée de percevoir le Divin et de vouloir l’incarner en tant que cellules de mon corps.

Mais les récits de Satprem, après l’Agenda de Mère elle-même, sont pour le moment les seuls qui soient lus et connus, ce qui peut donner l’impression qu’en ce qui concerne la Transformation Cellulaire, la voie douloureuse est inéluctable, la seule possible, la seule qui puisse avoir des résultats. Encore hier, j’ai regardé le beau film, “Seulement le fait Divin- Ma rencontre avec Satprem” réalisé sur Pascal Vidal et le témoignage qu’il donne de la relation intérieure puis aussi extérieure qu’il a eue avec Satprem. C’est magnifique, mais cela donne une idée de toute expérience évolutive cellulaire comme devant forcément être aussi extrême, tout le temps à la limite du supportable ou même du mortel.

Si bien que le genre d’expériences cellulaires vécues par moi-même que l’on peut trouver relatées sur ce blog (voir Catégorie “CELLULAR CONSCIOUSNESS” , et “EN FRANÇAIS ” si vous ne parlez que français) peuvent paraître en comparaison peu impressionnantes, car pas dramatiques ni douloureuses, et donc apparemment pas héroïques du tout.  Et pourtant ces expériences sont le résultat des choix évolutifs constants, en fait bel et bien héroïques, toutes proportions gardées, de mes cellules, face à des défis constamment nouveaux dans leur vie, qu’il leur faut beaucoup de courage cellulaire pour chaque fois décider de les résoudre de la manière confiante et heureuse, joyeuse même, au départ pas naturelle pour elles du tout, mais qui est l’attitude qu’elles ont appris à garder encore et encore à chaque instant de leur vie – au moins dans la mesure où les conditions n’ont jamais dû devenir aussi extrêmes qu’elles ont dû le devenir dans le cas des deux Grands Pionniers, et du troisième.

Cette attitude délibérée que je viens de décrire à propos de mes cellules est la même que j’ai décrite telle que donnée par Mère elle-même en ces quelques lignes que j’ai appelées, dans un article plus ancien de ce blog, “Le programme en 5 points de Mère” (seulement en anglais, voir https://labofevolution.wordpress.com/2016/06/01/mothers-five-points-program-thought-control-in-our-life-2/ ).

Une telle attitude intérieure, quand on réussit à la garder de plus en plus constamment, fait que l’on marche (intérieurement, s’entend) sur ce que Sri Aurobindo et Mère appellent “La Voie Ensoleillée”, protégée des dangers des voies plus sombres et plus escarpées, où d’autres pourront bien sûr aller, mais à leurs risques et périls si c’est leur ego spirituel qui les y pousse, ou un type de personnalté qui leur rend difficile cette attitude somme toute enfantine que donne l’Être Psychique.

Alors rétrospectivement, il me semble que tout au long de ces quarante années, et de plus en plus, c’est cela le Cadeau que mes cellules ont voulu non seulement s’offrir à elles-mêmes, mais aussi offrir à tous les êtres ordinaires comme moi qui ne sont pas capables de tous les courages comme Sri Aurobindo et Mère, ou aussi Satprem – mais qui veulent tout de même aider au développement évolutif de conscience de leurs cellules, au rythme et avec les résultats dont ils se révèleront bel et bien capables si c’est de cette manière-là, plus douce, que le processus se passe pour eux.

Maintenant que la période des débuts extrêmement difficiles est, espérons-le, passée, et qu’ainsi un processus très accéléré mais aussi très douloureux n’est plus indispensable, maintenant donc, qui sait, peut-être cette Voie Ensoleillée des Cellules deviendra-telle utille aussi à bien d’autres? C’est pourquoi je la fais connaitre ici, pour que l’on sache que cette option-là aussi existe, avec elle aussi des résultats importants potentiellement pour tous nos corps… Le Divin nous invite à la Diversité d’approches, elle est nécessaire, alors profitons-en!

images

Picture from wired.com, with my thanks

 

How My Inner Family Got Suddenly Extended Beyond Time and Space

In a recent post ( https://labofevolution.wordpress.com/2017/09/09/the-rich-complexity-of-our-being/ ), I was quoting one of Sri Aurobindo’s ‘Letters on Yoga’, ending with this very important indication of what needs to happen inside one’s inextricable inner complexity, if one wants to enter the Yoga of conscious evolution that the Integral Yoga is:

‘The remedy can only come from the parts of the being that are already turned towards the Light. To call in the light of the Divine Consciousness from above, to bring the psychic being to the front and kindle a flame of aspiration which will awaken spiritually the outer mind and set on fire the vital being, is the way out.’

One can immediately see that the two things Sri Aurobindo indicates that need to happen will lead exactly to the first two parts of the total transformation of our being, called the Spiritualisation (from above), and the Psychicisation (from within), both necessary to a large extent before the third and final transformation, called the Supramentalisation, can stabilize and complete what has been accomplished by the first two stages.

Until then, one is bound to remain in an overall state of ‘work in progress’, but still some changes may already happen that are so considerable that they make us feel and behave already like a different person!

What is extremely important, though, is that, in an evolutive endeavor, no outer part in us can be allowed to distance the other outer parts too much or for too long: you have got in yourself that eagle and that hare, but also that tortoise, and the three of them, in spite of their very different speeds, must be made to reach the finish line together, for they form actually a team and are all indispensable for the final result…

In my personal case, given as an example, the whole process took recently a quite funny turn with the apparition on my successive little notebooks of cover drawings depicting symbolically but unmistakably certain members of my own Inner Family (see my post, https://labofevolution.wordpress.com/2017/09/10/introducing-my-own-inner-family/ , for  the pictures and how each one applied to me).

Well, in the month that has elapsed since, something even funnier happened: an even more unexpected fourth cover appeared, that was to play an important role too, but in that case, from beyond Time and Space!…

Of course within each of us there is already, from beyond Time and Space, our Higher Self (above) and our Psychic Being (deep within) that are both eternal and divine: for this very reason they are the two great Helpers mentioned by Sri Aurobindo in my quote, for our repeated evolutive adventures in our various incarnations on Earth in a human body.

But the part of me represented on that fourth recent notebook was obviously not of such a high spiritual level. I had not selected it this time but simply found it, just by itself, at the place within Auroville that we call our ‘Free Store’. I was then only halfway through   the Pink Teddy Bear notebook and the emotional upheavals it had signaled to me in advance, so the arrival of that new notebook already so early, and the fact that it wasn’t lined like the ones I always choose for my notes, intrigued me, and I took it,

Still, the new member of the family presenting itself in that unexpected way wasn’t really what I would have consciously chosen, and I had hesitated even after taking it:

Image 3

Do you see what I mean?… Yes, it was again a bear, but this time, not exactly of the cute kind, to say the least!!!

What a beautiful beast, though, in its superbly powerful body, a solid mass of muscles all perfectly relaxed under an immaculate fur… Such a supple and harmonious strength, so spontaneously and irresistibly sure of itself!…

Although rather intimidated and a little apprehensive of what such a tough new member of my inner family would bring to me next, and not knowing yet at all what potentially dangerous part of me it represented, still I didn’t go back on my adoption, and I put the notebook aside near my bed, for later use.

But I had hardly put it aside that I had the next evening to pick it up again, for I wanted to note down the list of those among my existing songs that had a rhythm related to the music sung and danced in Africa particularly; I was feeling the sudden need to draw such a list, I didn’t know why. Then I fell asleep.

In the very early hours of the morning, while it was still dark, I woke up with the sound of the music and words of a new song, entering my consciousness with all the impressive power of a train arriving in a station, a song that joyfully called for “Africa, Africa” to “wake up now”!…

The cheerful and powerful lyrics were noted down at once as they arrived, and that covered the page just next to the one where I had written the list the night before. I was stunned.

But that was not all: the following week too, more songs came in the same way, all of them on Africa, or later on, to the slightly different rhythms of the French Caribbean islands both my parents come from, although I myself was born and grew up in Africa, in the then French colonies.

I spent two full weeks receiving in that way several songs based on both those cultures  where song and dance are really expressions of the body itself, in the strong connection it has with the land and the Earth as a whole.

The effect on my entire being was tremendous, I realized after some time: simply to sing and dance all day long those so powerful and rhythmic new songs was communicating more and more to my own body the very sense of strength and self-confidence it was lacking before… and that were expressed so well in the massive but at the same time lithe body of the bear on the cover of that very notebook I had unexpectedly started to use for those special notes, while still using the Pink Teddy Bear one for my usual daily notes!…

But why a Polar Bear, and not a brown one?!…

When I asked myself that question, the answer came immediately from within:

It was because that Bear wasn’t representing just my relationship to Africa as it is today, in this lifetime, but also the much older, very deep relationship I have had with that vast and massive Land of Africa since ancient times, through specific cultures that are still alive in the far memories I have of those times, including subconsciously when the climate was different and the Sahara not yet a desert of endless dunes… A time when I myself had been a strong and fearless warrior, the quiet power of whom was now re-entering my life to complement and balance out the fragility and self-doubt of my present physical body, further weakened by my present emotional being’s vulnerability… a characteristic inherited also from another lifetime, interestingly enough, but that time lived in France, a few centuries back.

What a wonderful gift I was receiving from beyond Time and Space!

By combining with each other harmoniously, those two ways of being, each one too extreme in its own way, were giving me at last the emotional mature stability, self-confidence and physical strength that I had been longing for in this lifetime!…

 

 

 

Introducing my own Inner Family

At the end of my previous post, which was about ‘The Rich Complexity of our Being’, I called all those various inner parts of us, in a half joking manner,  our ‘Inner Family’… A rather dysfunctional one to start with, it seems, for most of us!… But let’s not lose hope: harmony can be learned, also within ourselves, through the practice of the Integral Yoga meant  precisely for that integral transformation.

Well, over the years I started having vague impressions of what the main inner parts of me looked like, so to say, or rather what they felt like to me, but for long it remained a very vague, blurry kind of picture, never reaching the stage of a clear one for any of them.

But then something happened in the last few years, which enables me today to introduce you to at least some of those members of my Inner Family, with , lo and behold, some actual (symbolic) images of them!!!

What happened is that since many-many years I have been keeping notes of my dreams and of my experiences at the cellular level. For keeping regularly such an important record for my research work about Conscious Evolution, I regularly got quite simply some little notebooks, the kind that kids use in school, from our internal small general store in Auroville.

For years the covers were photos of beautiful landscapes from all over the world, for awakening a concern for the environment in the kids who would use them. It was really nicely done. I myself enjoyed a lot looking at those spectacular places on the Earth that I would probably never visit, but at least I could know of and admire that way.

But one day when I needed soon a new notebook and went looking for one, all that was available was in a completely different style: the covers now were amusing drawings, probably more likely to attract children. Most of them didn’t attract me at all, though. Until I found one that immediately made me laugh out loud, right in the store, with the joy of recognition:

‘But this is my mental being!!!’ I exclaimed under my breath, and started smiling at it with total glee. The drawing was this one:

Image 2

I loved it!!! Without an instant of hesitation, I took it home and was eager to start using it when the previous one did come to an end.

This notebook was quite thick actually, so it stayed with me for an enjoyable rather long time, although I wrote on it daily, and often quite lengthy entries. But still after a while I had to go and find the next one…

This time, no funny drawings on the covers of the available notebooks. A different style again, and not inspiring at all. None of those that I looked at I liked, so what to do?… I kept still looking in the little pile. And suddenly, down at the very bottom, what I saw took my breath away. It was this:

Image 1

‘Oh my, a Unicorn!… What a beauty… So powerful, yet so calmly at rest in that lovely protected clearing, in that soft Soul Light… Wow, this must be a symbolic image for something of my Soul, of my Psychic Being! This picture is a pure Blessing from the Divine. I’m taking this home.’

There was one more notebook with the very same cover, of course I gladly added it to the first one.

Those two were again of the thick kind, so they took care of my daily notes for quite a few months. It was pure bliss to look at the cover every time I would use these two notebooks, the second one right after the first was finished. When still finally the time to find a new one came once more, it was with a heavy heart that I went again to that notebook shelf in the store: how could I ever find anything as great as that so resplendent and peaceful Unicorn?…

Surprise: the funny drawings were back on the covers for the whole new pile that was there. I sighed. Would I find again something at least worthwhile, even if only again in that funny style?

Almost at once it came up, quite funny indeed, and yet so charming in its own way:

Image

Just a split second looking at it, and then I knew, and smiled a huge, sweet grin of recognition again: this was my emotional being, of course! Unmistakable, in every detail of it, just like for the one I had found before that was also such a perfect image of my mental being!!!

I had to laugh softly, thinking of my emotional being so wonderfully rendered in that unexpected but so true portrait of it!…. ‘But wait a minute’, I suddenly thought, ‘what does that mean, getting now this specific little cover after the two wonderful Unicorns?’ Well, I had some idea what it meant, and I wasn’t sure I liked it: it meant that after the wonderful, long inner period that had rested and reinforced my inner strength and purity of purpose – right at the cellular level of my being – the Divine was now warning me somehow, with a smile, through this new so cute and amusing little cover, that my emotional being was going to get some further training, probably so as to be reinforced and purified too!

The ‘Unicorn’ period was still not over, as the second one of those notebooks was still only halfway through, so I kind of forgot what was likely to come next for my sadhana, But several weeks back the second ‘Unicorn’ notebook did come to an end and then came the turn of the cute, sweet girly teddy-bear all in pink, with her pink heart balloon begging for love just as her shy smile did…

My visitors here on this blog know only of the emotional shocks I mentioned, which related to Blogging, but of course that vulnerability is there also in other areas of my life, in an extreme way that as a young adult I soon saw had no cause at all in this lifetime. As I discovered later in Auroville (while in a deliberate trance), it is actually one of the two major ancient problems from another life, that I scripted myself to take up again in this lifetime, knowing that my deep spiritual progress this time around would enable me at last to heal that scarred and scared part of myself once and for all.

Well, when that waiting little notebook came finally to be used, oh my, that was it indeed!!! Since that month of July, emotional shocks from the most unexpected quarters have simply rained on me like hail. I was grateful to the Divine that thanks to this gentle but so clear warning through the new notebook’s cover, I was ready, and didn’t take anything too badly…! As you may have noticed in the end of my post about the shocks related to Blogging, a very liberating sense of humor started even to express itself about it all, right in my emotional being itself… So it is still for the time being a ‘Work in progress’, no doubt, but it is progressing indeed!

Now that you have some idea of what at least those main members of my Inner Family are like in my own case, what I will describe in future posts of the evolutive process as experienced by each of them will be, I hope, a livelier and funnier read, while giving you also, most importantly, a good example of what the Integral Yoga means in daily life…

 

 

 

Bloguer… et les risques émotionnels de le faire

Eh bien, en plus de la raison principale dont j’ai parlé dans mon post précédent (dans la traduction française,  https://labofevolution.wordpress.com/2017/08/18/trois-mois-de-silence-et-de-yoga-integral/  ) , en fait, il y a eu aussi une raison plus négative pour laquelle j’ai cessé de bloguer pendant longtemps. Je voudrais mentionner cette raison spécifique, car elle m’a en fait aidée à constater en moi une vulnérabilité encore trop intense aux commentaires que certains visiteurs peuvent écrire, qui peuvent ne pas être totalement positifs, voire même être totalement négatifs …!

Cela arrive très rarement, mais au fil des ans, depuis 2011, lorsque j’ai commencé ce blog, chaque fois que cela est arrivé, cela m’a causé un choc émotionnel majeur.

Pourquoi devrait-il en être ainsi? …

La première et évidente raison est que, par tempérament, je suis extrêmement émotive pour commencer, c’est sûr. Mais même cela ne suffirait pas à expliquer le genre de douleur au coeur que je ressens lorsque je découvre un commentaire tout à fait négatif sur l’un de mes messages: c’est comme si une longue aiguille soudainement perçait mon cœur.

En écrivant ceci, le souvenir me vient d’un commentaire de J.R.R.Tolkien, dans une lettre, sur la façon dont il se sentait après avoir fini d’écrire “Le Seigneur des Anneaux” – ce qui pour lui n’était pas simplement une fiction ou une «fantasy», mais l’expression même de son monde intérieur le plus secret depuis sa petite enfance et sa jeunesse … c’est pourquoi il avait choisi la Philologie et son étude des épopées anciennes mondiales comme sa manière officielle et respectable de continuer, en tant qu’adulte dans sa carrière extérieure, ce qui avait de toutes façons été sa passion intérieure intense et irrésistible pour aussi longtemps qu’il pouvait se le rappeller.

Non encore publié, mais écrit bien avant, lors de son expérience directe de la Première Guerre mondiale, son «Silmarillion» chéri était déjà là, avec la «Terre du Milieu» autour de lui comme le fond vaste, riche et inspiré auquel tous ses écrits ultérieurs appartenait inévitablement aussi.

«Le Hobbit», le premier à être publié, avait été un énorme succès. Déjà, lors du démarrage de cette supposée suite toute simple du «Hobbit» qui devenait rapidement «Le Seigneur des Anneaux», dans sa lettre il avait prévenu son éditeur que tout cela était, en quelque sorte, en pleine expansion; et il avait essayé d’expliquer les raisons intérieures pour lesquelles cela se produisait; Alors il avait ajouté:
«Eh bien, j’ai parlé assez longtemps de mes propres folies. Ce qui importe est de terminer la chose telle qu’elle est conçue et ensuite de la laisser être jugée. Mais pardonnez-moi! C’est ma vie qui est écrite là, mon sang, tel qu’il est, de quelque qualité que ce soit; et je ne peux rien y changer. ‘(Lettre 109)

Plus tard, alors qu’il se préparait à en voir la sortie comme livre publié que tout le monde pourrait lire, il a encore écrit, répondant cette fois à un ami:
«Je crains que ce ne soit que vraisemblable: ce que vous dites au sujet des critiques et du public. Je redoute la publication, car il sera impossible de ne pas se soucier de ce qui sera dit. J’ai exposé mon coeur pour qu’on lui tire dessus. ‘(Lettre 142)

Est-il besoin de dire que c’est comme ça que je me sens aussi ?…
Ce dont je parle, ici sur ce blog, ce n’est pas seulement de la «littérature», ce ne sont pas non plus des sujets extérieurs, superficiels, cherchant seulement à intéreser ou si possible impressionner les visiteurs potentiels; même lorsque ce sont des citations «simplement» d’autres êtres plus grands que moi, ce sont ces citations qui m’ont été les plus chères en tant que mes propres lignes de vie depuis des décennies, et qui le sont encore.
Et dans beaucoup de mes publications, les contenus plus personnels sont encore plus révélateurs de mon moi profond, avec ses qualités et ses dons spécifiques, oui, mais aussi ses nombreuses difficultés – ouvrant
alors la porte évidemment au sarcasme, si un lecteur est enclin à cela .
Il n’y a pas d’autre façon, je crois, que d’accepter une telle vulnérabilité, si je veux atteindre l’objectif que ce blog a pris dès le début, ainsi que je l’ai
expliqué, et qu’il a toujours: voir ma DÉCLARATION D’INTENTION ( https://labofevolution.wordpress.com/about/declaration-dintention/ )


La raison originelle pour laquelle j’ai commencé ce blog?
Cela a simplement été en réponse à la gentille
suggestion d’une autre Blogueuse que je suivais à ce moment-là. Elle s’intéressa à un aspect spécifique de ma propre recherche en cours, que je lui avais expliqué dans quelques commentaires, et elle m’a conseillé de commencer un blog sur ce sujet si fascinant.
Je n’étais pas sûre du tout d’en être capable, mais avec sa constante aide en ligne pour faire face aux obstacles techniques pour moi redoutables, à ma grande surprise je me suis bientôt
retrouvée en effet en train d’écrire un blog!… En premier sur ce sujet … et ensuite, mûe de l’intérieur, avec bonheur et ouvertement, sur d’autres sujets aussi: les plus importants en réalité à mes yeux …
Et c’est alors que ma nouvelle amie s’est soudainement transformée en l’opposé de l’amie qu’elle avait été pour moi jusque-là: elle n’avait aucune idée de la grandeur réelle de Sri Aurobindo et de la Mère, et semblait soupçonner toute spiritualité de toute façon, si bien qu’elle ne comprenait ni ne partageait nullement
mon respect et ma gratitude pour eux, loin de là.
En dépit de mes meilleurs efforts pour lui expliquer sur quelles raisons profondes et convaincantes mon dévouement pour eux était basé, à la fin il est devenu évident qu’il n’y avait aucun moyen de la faire changer d’avis à leur propos, alors nos routes se sont séparées. Mais cela a été une grande douleur pour moi que de découvrir cette différence majeure – et pour elle infranchissable – entre nous, par la brusque et brutale hostilité qu’elle a exprimée envers moi dès que Sri Aurobindo et la Mère ont été mentionnés sur mon Blog.

Néanmoins, je lui suis toujours reconnaissante pour l’aide si généreuse donnée au début, et pour avoir été l’instrument du Divin afin de me faire entrer dans le monde merveilleux du Blogging! Cet incident douloureux dès le début avec cette Blogueuse beaucoup plus expérimentée a été un précieux avertissement de ce qui pouvait très bien se reproduire à tout moment avec quelqu’un d’autre parmi les «visiteurs» ou les «adeptes» réguliers que mon blog a commencé à attirer – par ses propres mérites, et non en raison d’une stratégie consciente de ma part.

Ensuite, pour une longue période, ma vie en tant que Blogueuse (à temps partiel) a été plutôt heureuse … sauf que je me suis souvent interrogée avec une certaine perplexité sur toutes ces personnes qui lisaient bien mon blog (je pouvais voir les chiffres des Statistiques, et les nouveaux “adeptes” qui continuaient à s’ajouter eux aussi) mais étaient apparemment tous désapprobateurs de la procédure du «Liking» au contraire si populaire sur la plupart des autres blogs! … Je soupçonnais un peu que le Divin faisait en sorte que cela se passe de cette façon afin de ne pas encourager ma tendance à peut-être rechercher un peu trop l’approbation et l’appréciation des autres concernant mon travail … mais tout de même… !!!

Et il y a quelques mois, c’est arrivé à nouveau: deux personnes, l’une après l’autre, ont exprimé un commentaire très négatif sur un de mes articles.

J’ai été prise par surprise, et anéantie.

C’était comme si des gens en lesquels j’avais cru en quelque sorte comme en des amis me frappaient soudain au visage ou dans l’estomac. Cela faisait mal.

À tel point que, après quelques semaines, j’ai remarqué que je ne pouvais plus rien  écrire à nouveau. Sur quoi que ce soit.

Alors j’ai raisonné avec moi-même: allais-je vraiment arrêter mon Blog juste à cause de deux personnes qui m’avaient fait mal par leurs commentaires?! Ce serait tout à fait ridicule!…

Mais essayez donc de raisonner avec votre être émotionnel blessé … Rien n’y fait: il se blottit tout juste là-bas, dans un coin plus sombre de votre espace intérieur, léchant ses blessures en silence et refusant absolument de revenir, quelque cajolerie que vous puissiez essayer pour le faire sortir de là.

Donc, j’ai simplement attendu … Enfin, j’ai constaté que cela payait d’être patient avec soi-même, avec n’importe quelle partie en soi-même qui passe, pour quelque raison que ce soit, par un moment difficile: un beau matin, mon être émotionnel était de retour, souriant timidement … Prêt à nouveau à participer à ma vie de Blogueuse! … “Bienvenue, mon être émotionnel!”, lui dis-je chaleureusement en souriant; “Je suis contente que tu sois là: sans toi, ce que j’écris n’atteint pas les autres personnes comme cela les atteint normalement, et mes dernières publications ont seulement porté sur des sujets qui n’étaient pas vraiment personnels – c’est très bien , mais ce n’est pas – ou pas seulement – ce que ce Blog est vraiment destiné à être … Viens, re-travaillons ensemble à partir de maintenant!… “

Alors nous voilà de nouveau ensemble, bien sûr aussi avec mon être mental … et n’oublions pas toutes ces cellules partout dans mon être physique qui, gaiement, font ce qu’il faut pour que ce que je veux écrire apparaîsse ici sur ce blog et que tous les visiteurs puissent le lire… mais maintenant, je suis consciente que je dois être particulièrement prudente avec mon être émotif, afin d’éviter de le blesser une fois de plus …

De son côté, j’ai l’impression qu’il fait de son mieux pour apprendre à ne pas être si extrêmement sensible: il peut sentir que chez quelqu’un qui pratique le Yoga Intégral, un tel progrès devient à un certain point indispensable … Donc, il s’entraine, courageusement! … 

88e30bacc2a25add54a83b3f2b2dab72-positive-inspirational-quotes-inspiring-quotes

(Ne laissez pas vos émotions vous distraire de ce qui doit être fait. Contrôlez vos émotions, ou ce sera vos émotions qui vous contrôleront.)

Mais d’autre part, j’espère aussi que toutes les personnes qui visitent mon Blog se rendront compte que je n’essaie pas d’imposer quoi que ce soit à personne: je ne fais que partager ce que je ressens qui peut être utile à d’autres aussi, de ma propre expérience d’évolution consciente à travers le Yoga Intégral. Évidemment, tout ce que je partage ne correspond pas forcément aux besoins intérieurs de tout le monde, car cela serait totalement impossible, chacun d’entre nous étant unique. Par conséquent, ceux qui sentent qu’un certain article n’est pas pour eux pourraient peut-être le laisser tranquille et revenir uniquement pour le prochain? … qu’ils aimeront peut-être tellement qu’ils le marqueront même, qui sait, d’un “Like”?! …  😀

Amusant, de me trouver de façon inattendue en train de rire de tout cela à la fin de ce post … Et, me croirez-vous?! Mon être émotionnel est maintenant lui aussi en train de rire avec moi à la perspective de ces “Likes” imaginés!!!

Previous Older Entries

%d bloggers like this: