A New Turn for Tolkien’s Legacy

I highly recommend reading the very good, informative and interesting article, ‘Tolkien’s Legacy about to Get Bigger’, at the link which follows:
It highlights the importance of the recent withdrawal by Christopher Tolkien from the responsibilities he had until then regarding his father’s literary legacy.
Whether his voluntary absence from the decisive role he had before may have negative, or, hopefully positive consequences on the future adaptations that, like with Amazon already, will be now allowed to take place, remains to be seen… The analysis by the author of the reasons  to  be hopeful is the best, and the best worded, that I know of.
NOW A PERSONAL NOTE FROM MYSELF, BHAGA, AUTHOR OF THIS BLOG.

As a deeply appreciative fan of Tolkien’s Middle-earth world since 1975, and an equally deep fan of Peter Jackson’s adaptations of them to the big screen through the two Trilogies rightly mentioned in the article above as “wildly successful”, I have been sorry, but mostly amazed, that Christopher Tolkien, the son whom he had entrusted with the legacy of his writings, could have such a harsh judgement on those films – and especially on the ‘Lord of the Rings’ Trilogy to start with. But then, I realized that Christopher probably never saw the Extended Editions of any of those films… and although already in the Theater Editions I found a whole lot to love, it is the Extended Editions that really represent for me what Peter Jackson truly had in his mind and heart when creating those magnificent films.

Given the incredibly huge risk that had been taken by the financing company, entrusting the still rather unknown director that Jackson then was, with the enormous amounts of money necessary for creating the three films at once, it is not surprising that the Theater Versions of them are all treated like ‘action’ films to some extent, in order to insure the massive success they each had, both with the audience at large and the critics.

But to keep the films within the length and duration of 3 hours maximum that could still be endured and accepted by the ordinary public actually sitting in theaters, Peter Jackson had to cut out all the deeper scenes.. but at least he was then free to reinsert them when the time came for putting out the Extended Edition, ‘the Director’s Cut’, for each of them in turn…

This is why these Extended Editions are the ones I always recommend most warmly to the people who don’t know yet those films: for me the Extended Editions are the ones in which can be found more excellent renditions of some of the deepest and most beautiful scenes straight from the books, or closely inspired by them so as to deliver the same meaning and deep inner impact as the original scenes did in the books.

So the first thing I would have advised Christopher if I were his friend, would have been “Do watch rather the Extended Editions, dear Christopher…”

The second thing I would also have told him as a friend would have been how terribly disappointing for me it had been to discover, buried in ‘Morgoth’s Ring’, one volume of his own archival research of his father’s writings (the six volumes he published as the separate collection he called ‘HOME’), an extremely important, late-written text that his father had especially asked him to add to ‘The Silmarillion’ as its very first Appendix.

The text’s title was ‘Athrabeth Finrod a Andreth’: a beautiful additional story between Elves and mortal Men during the First Age, told as a Dialogue between Finrod, a most well-known Elf-Prince, elder brother to Galadriel, and the young and beautiful Wise Woman, Andreth, that his younger brother Aegnor secretly loves.

The contents, intensity and sheer beauty of this Dialogue, the ‘Athrabeth’, and the extremely illuminating and hopeful conclusions reached and expressed by Finrod towards the end of his passionate discussion with Andreth, if presented in ‘The Silmarillion’ as its First Appendix as wished by Tolkien himself, would have indeed effectively altered for the better the whole perspective the readers would have had of the entire sequence of stories from the First Age that compose ‘The Silmarillion’. And further down in Time, this text would have revealed the whole meaning and true usefulness in the Divine Plan, of all those apparently doomed marriages between Elves and Men that kept happening again between Elves and Men in he second and Third Age.

Well, I am immensely grateful to Christopher Tolkien that he did manage, as promised to his father before his death, to do what his father had not been able to do in his old age: to finally publish a rich and impressive ‘Silmarillion’, composed of texts by his father but selected and finalised by himself. But on the other hand I am as immensely regretful that he chose not to include that wonderful ‘Athrabeth’ that was so important to add as the First Appendix!…

In recent years, when Christopher Tolkien was asked by some publishers to select one story out of the ‘Silmarillion’ for separate publication, I had great hopes that this time he would seize this new chance and select the ‘Athrabeth’, fulfilling then at last his father’s wish. But instead he chose ‘The Children of Hurin’, a beautiful indeed but extremely sad story in which Fate keeps hitting at those Children of Hurin as mercilessly as it would at the heroes of some ancient Greek Tragedy of old.

So, alas, again the ‘Athrabeth’ remained helplessly and uselessly buried in the little known volumes of HOME… where it still lies to the date of this writing of mine.

As a specialist also myself of those ancient mythologies Tolkien and that third son of his knew so well, I have been very happy to see that the father, JRRT, somehow distanced himself gradually from the terribly tragic overall mood and outlook on life that most of those ancient epic stories, such as the ‘Kalevala’, were steeply reflecting, inflicting them as well, I felt, on their readers.

Well, luckily, besides his acute sense of the tragic, JRRT happened to have also a solid sense of humour, and an even more solid faith in God as well as in the Virgin Mary (he, like his late mother, was a staunch Catholic), that totally prevented him from ever falling entirely into any abyss of despair.

Moreover, one of his greatest heroes in his own Mythology, Aragorn son of Arathorn, embodied in the Third Age and the War of the Ring the sense of Hope still burning in the hearts of Mortal Men, just as he was their living Hope too: the actual Heir of Isildur, last living direct descendant of the ancient lineage of High Kings of Numenor when still allied to the Elves in the Blessed Days of their shared reverence for Eru, the Supreme God and Source of All.

To Galadriel, the Lady of Light, the most powerful High Elf still present in Middle-earth and protecting it with her inner power, this is still the beautiful future she sees in Aragorn, to be one day crowned the High King, if he proves himself worthy of that destiny, and of the name she whispers softly to him, her previous sternness melting into the tenderness of a mother, the name that would then be given to him: “Elessar …”

galadriel1

It is precisely this whole atmosphere of Hope, of Faith in the Divine Grace and Help, that for me makes the whole difference between Tolkien’s Mythology and all the older ones. It is exactly the reason why I have included it in my own life of conscious spiritual evolution the moment I discovered it in 1975. It was so wonderfully echoing the Faith and Hope that are now born of the new Evolutive Step that is, thanks to the decisive inner Action accomplished by Sri Aurobindo and the Mother, starting to take place upon this earth he called ‘Middle-earth’…

But at this point, although the second Professor, the son, Christopher, is no doubt immensely learned too, I am not sure whether he really perceived in his father’s writings that deep difference with other epics, so clearly. And if he perceived it indeed, whether he cherished it as much as I personally do. If he did, how could he ever make those choices he made, that I just described above, and that are still so wrong in my eyes?

I find them wrong, not because I am not aware of “the beauty and seriousness of the work”, but on the contrary because I happen to be so acutely aware and appreciative of the even deeper, the actually divine “beauty and seriousness” (but that shouldn’t mean intrinsic sadness) “of the work”…

 

 

 

 

 

 

Advertisements

“SOS d’un terrien en détresse”: Hommage à Daniel Balavoine

SOS d’un terrien en détresse

SOS d’un terrien en détresse
Chanson de Daniel Balavoine
extrait de l’album Starmania
Face A Lucie
Face B SOS d’un terrien en détresse
Enregistré 1978
Studio Gang, Paris
Durée 3:35
Auteur Luc Plamondon
Compositeur Michel Berger
Réalisateur Michel Bernholc
Label LM Riviera, Barclay

SOS d’un terrien en détresse est une chanson composée par Michel Berger et écrite par Luc Plamondon en 1978 pour l’opéra rock Starmania.

Elle fut interprétée pour la première fois par Daniel Balavoine, puis reprise par Norman Groulx, Renaud Hantson, Bruno Pelletier, Grégory Lemarchal, Daniel Popovic, Laurent Bàn et Dimash Kudaibergen, jeune chanteur Kazakh.

Peter Kingsbery (du groupe Cock Robin) a repris la chanson en anglais, sous le titre Only the Very Best, dans la version anglaise Tycoon en 1992. L’adaptation anglaise a été écrite par Tim Rice. Cette version est parue en single la même année.

En décembre 2015, l’artiste française Marina Kaye interprète Only the Very Best dans l’album de reprises intitulé Balavoine(s) en hommage à Daniel Balavoine.

***************

Eh bien, grâce à cette chanson présentée une première fois dans mon précédent article, je m’instruis!… Alors j’en profite pour instruire en même temps aussi celles et ceux d’entre vous, mes visiteuses et visiteurs, qui s’intéresseront à cette petite enquête chronologique que je viens de faire à propos de cette chanson si émouvante… dont ni le nom de l’interprète ni même le titre de la chanson elle-même n’étaient donnés, mais dont il s’avère, ô joie,  que je lui avais donné exactement le bon titre, son vrai titre! (Oui, félicitez-moi, je le mérite!!!)

Écoutée en premier sur la Page FB de quelqu’un d’autre, son partage immédiat sur ma propre Page avait déclenché les réactions appréciatives de plusieurs ami(e)s aussi bien de langue anglaise que de langue française, d’où ma traduction à l’intention de ceux qui en avaient besoin pour apprécier encore plus pleinement cette chanson.

Mais alors c’est le commentaire d’une amie française plus jeune que moi (connue depuis les temps anciens, pré-auroviliens, où j’étais encore jeune Prof de Lettres Classiques en France…) qui m’a fait découvrir que cette merveilleuse chanson avait été originellement chantée, avec grand succès, par un chanteur français que je n’avais jamais connu, étant partie pour Auroville dès 1972, mais qui avait eu par la suite une carrière retentissante: Daniel Balavoine.

Intriguée par ce nom de moi inconnu, mais visiblement encore si aimé de mon amie,  j’ai fait aussitôt la Google Search qui s’imposait…

Elle en valait la peine: en effet, ce jeune chanteur des années 70 et 80 avait été quelqu’un d’exceptionnel, extrêmement populaire également à cause de son profond engagement social et politique aussi bien sur scène ou devant les média qu’en tant que simple être humain, devenant l’un des premiers artistes français à s’investir personnellement dans l’humanitaire – jusqu’à sa mort le 14 janvier 1986, à 33 ans, dans un accident d’hélicoptère alors qu’il aidait de son mieux l’Afrique affamée, entre autres précisément en participant à ce Paris-Dakar où, au Mali,  il trouva la mort, ainsi que les quatre autres passagers, dans le crash de cet hélicoptère au cours d’une opération destinée à acheminer des pompes à eau pour les populations locales maliennes,.

voi

Cette disparition prématurée de l’un des ses chanteurs les plus importants de l’époque créa en France un choc énorme. En dépit de sa carrière ainsi tragiquement écourtée, Daniel Balavoine a écrit et composé plus d’une centaine de titres et demeure aujourd’hui encore l’un des artistes francophones les plus populaires, fort de près de 20 millions d’albums vendus et de tubes qui restent dans les coeurs. Nombreux sont encore ceux et celles de ses anciens fans qui continuent à honorer sa mémoire… gardant aussi éventuellement, comme mon amie, une préférence pour l’interprétation première qu’il avait donnée de chansons qui, comme celle-ci, ont été plus tard reprises par d’autres, avec plus ou moins de succès.

En ce qui concerne cette chanson particulière, créée pour Balavoine dont la voix avait une tessiture androgyne de près de trois octaves, les vidéos de YouTube m’ont révélé, après l’artiste originel, un autre chanteur français dont l’interprétation et la personnalité attachantes, ainsi que la mort (de maladie) encore plus jeune – à 20 ans à peine – l’ont gardé lui aussi semble-t-il dans beaucoup de mémoires: Gregory Lemarchal.

Quant au jeune chanteur de la vidéo que je vous ai présentée, il s’agit, je l’ai enfin appris, de Dimash Kudaibergenov, du Kazakhstan, dont l’ardente interprétation – en français ! – et la voix elle aussi extraordinaire lui valurent de remporter l’émission “Singer 2017” en Chine. Son audition diffusée du 6 février 2017 a connu un véritable succès aussi bien auprès du jury que des spectateurs et téléspectateurs.

Bien qu’heureuse de savoir enfin son nom et les circonstances où nous le voyons chanter si magnifiquement cette chanson, je tiens à remercier ici l’amie qui m’a fait découvrir le tout premier interprète à avoir fait connaître et aimer cette oeuvre. Grâce à cette amie, ma vie en est enrichie, car je perçois à présent un tant soit peu la place énorme que ce Daniel Balavoine, dont j’ignorais jusqu’au nom, a eue dans la chanson et la société françaises d’une époque que je n’ai pu vivre directement avec elle, étant partie vivre au loin, à Auroville … Merci, amie !

About ‘The Rich Complexity of our Being’

A long and very interesting comment has just been posted about my recent article, ‘The Rich Complexity of Our Being’ (https://labofevolution.wordpress.com/2017/09/09/the-rich-complexity-of-our-being/).

It deserves an equally long, or even longer answer, as it is on various points that probably have been questions for other readers as well, so I’m bringing that long comment right here and will use it for this new post, which will be a kind of dialogue between that friend and me, through my answers (in italics) interwoven with the questions and other points he raised in his comment:

Bhaga,
Your quote from Shri Aurobindo was both clarifying and leading me to a further question.
As I’m learning more about Swedenborg’s ideas or interpreted journeys I see increasing similarities to Aurobindo’s ideas. Though granted it is presumptive to say anything about Aurobindo’s work as I know next to nothing just what I’ve glimmered in your blog.

I salute in passing the great Swedenborg, whom I may have indeed studied more long ago, as you do now, had I not have already a vision even vaster – truly all-encompassing – from the even more immense and multitudinous experience of  Sri Aurobindo and the Mother.

2 of my guiding ideas.
1st, A wise man once told me, “there are no new truths”. (how could there be?) Beware of anyone who is selling such.

Of course there can be only one real Truth. But that Truth is not, as our mind, by its very nature divisive, makes us believe, one single point of view which makes all the other points of view necessarily false. The real Truth (the Supramental Truth, as Sri Aurobido and the Mother call it),  is the complete Reality of All There Is in its actually all encompassing wholeness, spherical so to say. It includes within Itself all those opposite points of view that to our mind seem to be contradicting each other. The mental truth constantly says “either this, or that”, while the Supramental Truth says “This, and that, and also that, and everything else too”. The best symbolic representation of this Truth as total Wholeness is the spherical shape of the Matrimandir, the central building of Auroville, itself founded as “a City at the service of Truth”:

img_0446

The problem of the Mental Consciousness is that its vision is by nature limited, and so, unable to see and comprehend the infinite Totality that the Truth is. So if it is correct that there can be no “new truths” as such, still our present perception of the total Truth may not be complete yet at all, and we may very well have still to discover new aspects of the complete Truth that we were not aware of before… and that might be called ‘new truths ‘ in that sense.

Moreover, not only is our mental perception terribly and inevitably limited, but that limited perception itself is also constantly altered  and modified by any mental beliefs each of us may happen to have: our beliefs will constantly add their own filter or coloration or twist to the perception in itself, turning it sometimes into the very opposite of what it really is. Our contemporary Science, for example, through its present materialistic belief system, is making itself blind to anything that may be quite real, but not acceptable as such within the parameters that Science still holds as those defining reality. With such a ‘reductionist’ outlook on everything, our Science misses some important aspects of the Total Truth that were already known to ancient cultures but are for this reason presently excluded of what is accepted as real by our Science. Those forgotten or rejected aspects of Truth will have then to be re-discovered gradually, again as if they were “new truths”.

2nd, God is everywhere always broadcasting to all unceasingly. Obvious when you think about it.

God may be indeed “everywhere always broadcasting to all unceasingly”, but the receivers are of all kinds and capacities in their individual uniqueness!….

But wait!… It seems this is exactly what you are saying too: you do put the question first, but then you yourself give the answer right away as well:

So, why the myriad churches, religions, prophets and saints and sages?
Up until very recently there hasn’t been a possibility of global communication. Because of all the different, times and lands, peoples, cultures, intelligences and customs on this planet this Unitive-intelligent-cosmic-being has had to appear throughout all these varying time places and peoples, in whatever way would be accessible to them. Something like the variety you hear in NDE stories.

Exactly, I would say!

For instance, the Old Testament stories happened for some tribes in an area of north Africa. Then the Christos came as a reformer. Look what some zealots and political maneuverings made of that.
This leads me to believe that there isn’t a best, much less an only way, or teaching.

How much I agree with you on that!…

And this is what Sri Aurobindo and the Mother themselves say too, mind you; even within the overall method of Integral Yoga they proposed, they advocated and used for each of their very different disciples an equally diverse way of guiding and helping them on their gradual discovery of what would become for each of them his or her unique way, similar to that of some others perhaps, but only to a certain extent.

Though because of ego’s need to somehow feel special

Do you mean ‘superior’? Because in truth, we are all special indeed, but that doesn’t mean in any way that we are superior to anyone else, as we all are an expression of the Divine, with each an equal potential to manifest our aspect of the Divine better and better…

the followers of each teacher and teaching need to assert theirs is the best or true way.

For sure there can be no “only true way”, as that is much too vague and universal a statement, making it a claim of absolute exclusivity of the Truth.

Nevertheless, if someone’s followers do say that theirs is the best way, but add immediately the specific spiritual goal or kind of spiritual achievement that the way they are following is best for, then they may be quite correct. The kind of training for running a marathon is not the same as for running a 100mts sprint, is it? And it is rather important to choose a coach who has experience and success with the kind of race you want to run, for s/he will be the best for that, obviously.

Or if you want to go to the Himalayas, obviously again you will choose a guide who has been there, and not one who has been instead to the Dead Sea. Both goals are equally valid in themselves, but depending on the one you are interested in, you will most certainly take the guide who has been there successfully, and so can lead you there too.

This reminds me of Krishna Das’s answer to what is the best practice? “The one you do”.

Quite a sensible fellow, this Krishna Das!…  But still, that statement too would need  the mention of your aim to be complete: if the practice you do is the wrong practice for what you are trying to achieve, that will not be of any help for you anyway, or it might even create in you obstacles and difficulties for reaching your real goal. Just one example to clarify this point: the kind of muscles you acquire through body-building will be rather a hindrance if you are trying to become a great swimmer…!

The same wise man said beware of ‘only solutions’.

If they smack of the usual mental exclusivism, your wise man is right; and yet, it is true also that one safety lock can only be opened by the key meant for it … and the equivalent can apply for spiritual goals too.

Which I, now say this as, ‘it doesn’t need to be either/or. It can be both/plus.

In general terms, yes, but again, for specific needs you may require specific means, employed either by you if you can, of better by the divine loving Wisdom that will take care of your evolutive process at every step if you entrust it to the care of what we can call the Divine as our Divine Mother.

Wisdom guides have specific work to do here and it will come thru them as specifically as a person of that time, place, talents or tendencies or strengths of the guide, saint Avatar or whatever.

Well, we do agree on that, it would seem!

It’s the devotees who don’t like ambiguity, who want to nail everything down. Being able to quote chapter and verse as is said about Christian Bible pundits.

This is quite true of those disciples (in any path) who tend, through a too rigid mind, to give more importance to the letter than to the spirit, and want everything codified and carved in stone, so as not to have to feel and apply at all the spirit behind the letter. But in the case of the evolutive, and so, all-inclusive path that the Integral Yoga is, there is often the necessity of identifying for example more precisely the various parts of our being, as Sri Aurobindo explained in the text I quoted in that previous article of mine we have been now commenting about together… I hope my answers  have been helpful!

Keep up the good work,
Silrak

Bloguer… et les risques émotionnels de le faire

Eh bien, en plus de la raison principale dont j’ai parlé dans mon post précédent (dans la traduction française,  https://labofevolution.wordpress.com/2017/08/18/trois-mois-de-silence-et-de-yoga-integral/  ) , en fait, il y a eu aussi une raison plus négative pour laquelle j’ai cessé de bloguer pendant longtemps. Je voudrais mentionner cette raison spécifique, car elle m’a en fait aidée à constater en moi une vulnérabilité encore trop intense aux commentaires que certains visiteurs peuvent écrire, qui peuvent ne pas être totalement positifs, voire même être totalement négatifs …!

Cela arrive très rarement, mais au fil des ans, depuis 2011, lorsque j’ai commencé ce blog, chaque fois que cela est arrivé, cela m’a causé un choc émotionnel majeur.

Pourquoi devrait-il en être ainsi? …

La première et évidente raison est que, par tempérament, je suis extrêmement émotive pour commencer, c’est sûr. Mais même cela ne suffirait pas à expliquer le genre de douleur au coeur que je ressens lorsque je découvre un commentaire tout à fait négatif sur l’un de mes messages: c’est comme si une longue aiguille soudainement perçait mon cœur.

En écrivant ceci, le souvenir me vient d’un commentaire de J.R.R.Tolkien, dans une lettre, sur la façon dont il se sentait après avoir fini d’écrire “Le Seigneur des Anneaux” – ce qui pour lui n’était pas simplement une fiction ou une «fantasy», mais l’expression même de son monde intérieur le plus secret depuis sa petite enfance et sa jeunesse … c’est pourquoi il avait choisi la Philologie et son étude des épopées anciennes mondiales comme sa manière officielle et respectable de continuer, en tant qu’adulte dans sa carrière extérieure, ce qui avait de toutes façons été sa passion intérieure intense et irrésistible pour aussi longtemps qu’il pouvait se le rappeller.

Non encore publié, mais écrit bien avant, lors de son expérience directe de la Première Guerre mondiale, son «Silmarillion» chéri était déjà là, avec la «Terre du Milieu» autour de lui comme le fond vaste, riche et inspiré auquel tous ses écrits ultérieurs appartenait inévitablement aussi.

«Le Hobbit», le premier à être publié, avait été un énorme succès. Déjà, lors du démarrage de cette supposée suite toute simple du «Hobbit» qui devenait rapidement «Le Seigneur des Anneaux», dans sa lettre il avait prévenu son éditeur que tout cela était, en quelque sorte, en pleine expansion; et il avait essayé d’expliquer les raisons intérieures pour lesquelles cela se produisait; Alors il avait ajouté:
«Eh bien, j’ai parlé assez longtemps de mes propres folies. Ce qui importe est de terminer la chose telle qu’elle est conçue et ensuite de la laisser être jugée. Mais pardonnez-moi! C’est ma vie qui est écrite là, mon sang, tel qu’il est, de quelque qualité que ce soit; et je ne peux rien y changer. ‘(Lettre 109)

Plus tard, alors qu’il se préparait à en voir la sortie comme livre publié que tout le monde pourrait lire, il a encore écrit, répondant cette fois à un ami:
«Je crains que ce ne soit que vraisemblable: ce que vous dites au sujet des critiques et du public. Je redoute la publication, car il sera impossible de ne pas se soucier de ce qui sera dit. J’ai exposé mon coeur pour qu’on lui tire dessus. ‘(Lettre 142)

Est-il besoin de dire que c’est comme ça que je me sens aussi ?…
Ce dont je parle, ici sur ce blog, ce n’est pas seulement de la «littérature», ce ne sont pas non plus des sujets extérieurs, superficiels, cherchant seulement à intéreser ou si possible impressionner les visiteurs potentiels; même lorsque ce sont des citations «simplement» d’autres êtres plus grands que moi, ce sont ces citations qui m’ont été les plus chères en tant que mes propres lignes de vie depuis des décennies, et qui le sont encore.
Et dans beaucoup de mes publications, les contenus plus personnels sont encore plus révélateurs de mon moi profond, avec ses qualités et ses dons spécifiques, oui, mais aussi ses nombreuses difficultés – ouvrant
alors la porte évidemment au sarcasme, si un lecteur est enclin à cela .
Il n’y a pas d’autre façon, je crois, que d’accepter une telle vulnérabilité, si je veux atteindre l’objectif que ce blog a pris dès le début, ainsi que je l’ai
expliqué, et qu’il a toujours: voir ma DÉCLARATION D’INTENTION ( https://labofevolution.wordpress.com/about/declaration-dintention/ )


La raison originelle pour laquelle j’ai commencé ce blog?
Cela a simplement été en réponse à la gentille
suggestion d’une autre Blogueuse que je suivais à ce moment-là. Elle s’intéressa à un aspect spécifique de ma propre recherche en cours, que je lui avais expliqué dans quelques commentaires, et elle m’a conseillé de commencer un blog sur ce sujet si fascinant.
Je n’étais pas sûre du tout d’en être capable, mais avec sa constante aide en ligne pour faire face aux obstacles techniques pour moi redoutables, à ma grande surprise je me suis bientôt
retrouvée en effet en train d’écrire un blog!… En premier sur ce sujet … et ensuite, mûe de l’intérieur, avec bonheur et ouvertement, sur d’autres sujets aussi: les plus importants en réalité à mes yeux …
Et c’est alors que ma nouvelle amie s’est soudainement transformée en l’opposé de l’amie qu’elle avait été pour moi jusque-là: elle n’avait aucune idée de la grandeur réelle de Sri Aurobindo et de la Mère, et semblait soupçonner toute spiritualité de toute façon, si bien qu’elle ne comprenait ni ne partageait nullement
mon respect et ma gratitude pour eux, loin de là.
En dépit de mes meilleurs efforts pour lui expliquer sur quelles raisons profondes et convaincantes mon dévouement pour eux était basé, à la fin il est devenu évident qu’il n’y avait aucun moyen de la faire changer d’avis à leur propos, alors nos routes se sont séparées. Mais cela a été une grande douleur pour moi que de découvrir cette différence majeure – et pour elle infranchissable – entre nous, par la brusque et brutale hostilité qu’elle a exprimée envers moi dès que Sri Aurobindo et la Mère ont été mentionnés sur mon Blog.

Néanmoins, je lui suis toujours reconnaissante pour l’aide si généreuse donnée au début, et pour avoir été l’instrument du Divin afin de me faire entrer dans le monde merveilleux du Blogging! Cet incident douloureux dès le début avec cette Blogueuse beaucoup plus expérimentée a été un précieux avertissement de ce qui pouvait très bien se reproduire à tout moment avec quelqu’un d’autre parmi les «visiteurs» ou les «adeptes» réguliers que mon blog a commencé à attirer – par ses propres mérites, et non en raison d’une stratégie consciente de ma part.

Ensuite, pour une longue période, ma vie en tant que Blogueuse (à temps partiel) a été plutôt heureuse … sauf que je me suis souvent interrogée avec une certaine perplexité sur toutes ces personnes qui lisaient bien mon blog (je pouvais voir les chiffres des Statistiques, et les nouveaux “adeptes” qui continuaient à s’ajouter eux aussi) mais étaient apparemment tous désapprobateurs de la procédure du «Liking» au contraire si populaire sur la plupart des autres blogs! … Je soupçonnais un peu que le Divin faisait en sorte que cela se passe de cette façon afin de ne pas encourager ma tendance à peut-être rechercher un peu trop l’approbation et l’appréciation des autres concernant mon travail … mais tout de même… !!!

Et il y a quelques mois, c’est arrivé à nouveau: deux personnes, l’une après l’autre, ont exprimé un commentaire très négatif sur un de mes articles.

J’ai été prise par surprise, et anéantie.

C’était comme si des gens en lesquels j’avais cru en quelque sorte comme en des amis me frappaient soudain au visage ou dans l’estomac. Cela faisait mal.

À tel point que, après quelques semaines, j’ai remarqué que je ne pouvais plus rien  écrire à nouveau. Sur quoi que ce soit.

Alors j’ai raisonné avec moi-même: allais-je vraiment arrêter mon Blog juste à cause de deux personnes qui m’avaient fait mal par leurs commentaires?! Ce serait tout à fait ridicule!…

Mais essayez donc de raisonner avec votre être émotionnel blessé … Rien n’y fait: il se blottit tout juste là-bas, dans un coin plus sombre de votre espace intérieur, léchant ses blessures en silence et refusant absolument de revenir, quelque cajolerie que vous puissiez essayer pour le faire sortir de là.

Donc, j’ai simplement attendu … Enfin, j’ai constaté que cela payait d’être patient avec soi-même, avec n’importe quelle partie en soi-même qui passe, pour quelque raison que ce soit, par un moment difficile: un beau matin, mon être émotionnel était de retour, souriant timidement … Prêt à nouveau à participer à ma vie de Blogueuse! … “Bienvenue, mon être émotionnel!”, lui dis-je chaleureusement en souriant; “Je suis contente que tu sois là: sans toi, ce que j’écris n’atteint pas les autres personnes comme cela les atteint normalement, et mes dernières publications ont seulement porté sur des sujets qui n’étaient pas vraiment personnels – c’est très bien , mais ce n’est pas – ou pas seulement – ce que ce Blog est vraiment destiné à être … Viens, re-travaillons ensemble à partir de maintenant!… “

Alors nous voilà de nouveau ensemble, bien sûr aussi avec mon être mental … et n’oublions pas toutes ces cellules partout dans mon être physique qui, gaiement, font ce qu’il faut pour que ce que je veux écrire apparaîsse ici sur ce blog et que tous les visiteurs puissent le lire… mais maintenant, je suis consciente que je dois être particulièrement prudente avec mon être émotif, afin d’éviter de le blesser une fois de plus …

De son côté, j’ai l’impression qu’il fait de son mieux pour apprendre à ne pas être si extrêmement sensible: il peut sentir que chez quelqu’un qui pratique le Yoga Intégral, un tel progrès devient à un certain point indispensable … Donc, il s’entraine, courageusement! … 

88e30bacc2a25add54a83b3f2b2dab72-positive-inspirational-quotes-inspiring-quotes

(Ne laissez pas vos émotions vous distraire de ce qui doit être fait. Contrôlez vos émotions, ou ce sera vos émotions qui vous contrôleront.)

Mais d’autre part, j’espère aussi que toutes les personnes qui visitent mon Blog se rendront compte que je n’essaie pas d’imposer quoi que ce soit à personne: je ne fais que partager ce que je ressens qui peut être utile à d’autres aussi, de ma propre expérience d’évolution consciente à travers le Yoga Intégral. Évidemment, tout ce que je partage ne correspond pas forcément aux besoins intérieurs de tout le monde, car cela serait totalement impossible, chacun d’entre nous étant unique. Par conséquent, ceux qui sentent qu’un certain article n’est pas pour eux pourraient peut-être le laisser tranquille et revenir uniquement pour le prochain? … qu’ils aimeront peut-être tellement qu’ils le marqueront même, qui sait, d’un “Like”?! …  😀

Amusant, de me trouver de façon inattendue en train de rire de tout cela à la fin de ce post … Et, me croirez-vous?! Mon être émotionnel est maintenant lui aussi en train de rire avec moi à la perspective de ces “Likes” imaginés!!!

Fêtant mon cher Ganesh, une fois de plus

Hier (jeudi 24), j’ai pensé que j’aurais le temps dans l’après-midi de traduire en français mon dernier article, mais ce que je devais absolument faire à Pondy le matin, et qui devait être fini à midi, a pris en fait toute la journée, alors je n’ai jamais eu le temps de faire cette traduction …

En outre, la traduction pourrait avoir encore à attendre un jour de plus, car aujourd’hui est une Journée Spéciale que je veux célébrer aussi absolument – comme désormais je le fais chaque année, pour la troisième année déjà (voir mon article plus ancien juste traduit après celui-ci:  labofevolution.wordpress.com/2017/08/27/au-pere-ganesh-noel/ ),   quelque soit la date exacte où ce jour tombe cette année-là.

Car aujourd’hui, c’est la «Ganesh Pudja», ou Ganesh’s Day, et non seulement l’Inde, du Sud et du Nord, célèbrent en ce moment avec beaucoup de joie, mais moi aussi!…

Et pour de bonnes raisons: c’est grâce à la générosité d’un ancien ami aurovilien, sans aucun doute inspiré par «Père Ganesh-Noël», que, il y a deux ans, pour Noël, quand le Service du Logement me donnait ce magnifique appartement à Luminosité, un studio en bas a également été mis à ma disposition: il est devenu mon petit bureau pour la plupart de mes travaux de recherche et d’enseignement, dans le cadre de ce «Laboratoire de l’Évolution – Centre pour l’Unité Humaine» (LOE-CHU) qui est mon travail officiel à Auroville depuis 1984. Le même ami a même ajouté aussi à ce cadeau principal quelques autres plus petits (comme un moniteur grand écran pour voir des films ou mes propres cours en petits groupes, et qui peut faire double emploi comme téléviseur à part entière chaque fois que je voudrai regarder de nouveau mon cher Roger Federer en pleine action, par exemple …).

Depuis cette première prière réelle à Ganesh il y a deux ans, ma vie matérielle est devenue considérablement plus facile à bien des égards, mais avec les aliments spéciaux nécessaires, outre de légers médicaments, pour résoudre un problème de santé persistant, ma “maintenance” (allocation mensuelle) était encore si serrée que dans le cas de toute dépense supplémentaire (quelque chose de cassé devant être remplacé …), je ne pouvais tout simplement pas le faire, c’était trop serré financièrement.

Donc, depuis deux ans, j’ai également fait ma part en aidant Ganesh à m’aider: j’ai postulé officiellement pour la petite Pension de retraite que le gouvernement français devrait m’accorder pour les quelques années que j’ai passées en France en tant que jeune Professeur certifiée de Lettres Classiques, juste avant de venir à Auroville …

Ô heureuse stupéfaction! Une pension m’était bel et bien dûe en effet, et malgré les obstacles administratifs sans fin (résolus l’un après l’autre par une merveilleuse jeune femme, la vice-consule au Consulat de France ici même à Pondy), cette pension est enfin sur le point de venir! … Mais comme mon ancien compte bancaire en France a été, je l’ai appris récemment, fermé depuis longtemps pour manque d’activité (!), il me fallait  m’adresser à une banque à Pondy-même pour ouvrir un compte … qui serait le réceptacle, pour les deux institutions françaises de retraite concernées, où verser l’abondance sans fin de ma pension mensuelle.

Au cours des deux dernières semaines, en dépit de la bonne volonté de la banque à Pondy, ce processus prenait un temps invraisemblable, en raison de plusieurs congés, plus une grève bancaire générale et tout ce qu’on peut imaginer d’autre …

Donc, hier, c’était en fait pourquoi j’étais de nouveau à Pondy: pour que ce compte soit enfin ouvert, avec un Numéro de Compte officiel que je pourrais alors communiquer immédiatement aux bureaux en France qui l’attendent toujours avec patience pour que toutes ces sommes en suspens puissent commencer à y être versées !…

Eh bien, alors que ce compte était censé être prêt, il n’était toujours pas prêt du tout. C’est seulement grâce à l’agent de la banque qui s’occupe de mon cas là-bas, et grâce à son bon cœur et sa gentillesse (sans doute sous l’influence secrète de Ganesh à nouveau …!), qu’à la fin de cette longue journée à Pondy tout a finalement été terminé et, dans le ciel qui devenait sombre, je suis repartie avec le précieux Numéro de Compte inscrit et marqué de tous les sceaux nécessaires de la banque pour avoir validité suffisamment officielle aux yeux des institutions françaises. Durant tout le chemin de retour vers Auroville et chez moi, mon cœur n’a pas arrêté de chanter, presque avec incrédulité: “Ca y est, c’est fait, c’est fait, c’est fait! …”

Et vous vous demandez pourquoi aujourd’hui je célèbre avec tant de jubilation et de gratitude mon si bon ami, Ganesh, qui en plus de tout le reste a réussi à faire en sorte que tout cela se produise juste à temps pour aujourd’hui, oui, pile pour son propre «Ganesh Pudja»? !

Bravo, mon merveilleux Ganesh, bravo !!!

takla-ganesh-500x500

Celebrating dear Ganesh Again…

Yesterday (Thursday 24th) I thought I would have time in the afternoon to translate my latest post into French, but  what I had to do absolutely in Pondy in the morning and was supposed to be finished by midday, took instead the whole day, so I never had the time to do that translation…

Moreover, the translation might still have to wait one more day, for today is a Special Day that I want absolutely to celebrate – like nowadays I do every year, for the third year already (see my post https://labofevolution.wordpress.com/2016/03/18/father-ganesh-christmas/ ) whenever that Day falls on that year.

For today is ‘Ganesh Pudja’, or Ganesh’s Day, and not only the whole of India, South and North, is celebrating in great joy, but I am, too!!!

And for good reasons: it is thanks to the generosity of an old Aurovilian friend, no doubt inspired by ‘Father Ganesh-Christmas’, that when two years ago for Christmas I was being given by the Housing Service this wonderful apartment at Luminosity, the studio downstairs too has been put at my disposal: it became my little Office for most of my Research and Teaching work, all under that ‘Laboratory of Evolution – Centre for Human Unity’ (LOE-CHU) that is my official work in Auroville since 1984. The same friend added even to this main gift a few other smaller ones too (such as a great big screen Monitor on which to view films or my own courses in small groups, and which can double as a full-fledged TV whenever I may want to watch again my dear Roger Federer in full action, for example…).

Since that first real Prayer to Ganesh two years ago, my material life has become already considerably easier in many ways, but with the special foods needed, besides medicines, to cure a lingering health problem, my maintenance was still so tight that in case of any extra expense (something broken to be replaced…), I just could not do it, it was too tight financially.

So, since two years again, I have also done my own part in helping Ganesh help me: I have applied officially for the small Retirement Pension that should be owed to me by the French Government for the few years I spent in France as a young certified teacher in the Classics, just before coming to Auroville…

Lo and behold! The Pension was due indeed, and in spite of endless administrative hurdles (solved for me one after the other by a most wonderful young lady, the Vice-Consule at the French Consulate right here in Pondy), it is finally coming !… But as my old bank account in France had been, I learned recently, closed since long for lack of activity (!), I had to approach a bank in Pondy itself to open an account… which would be the receptacle for the two French Retirement Institutions concerned to pour into the endless bounty of my monthly Pension.

During the last two weeks, in spite of the goodwill of the bank in Pondy, that process was taking ages to be over with, because of several holidays, plus a general bank strike, and what not…

So yesterday, that was actually why I was once again in Pondy: to have that account at last opened, with an official Account Number that I could then immediately communicate to the Offices in France still waiting patiently with all the money that was to begin being poured in…!

Well, although it was supposed to be ready, it was still not ready at all. It is only thanks to the bank officer taking care of my case there, and thanks to his good heart and kindness (no doubt under the secret influence of Ganesh again…!), that, at the very end of that long day in Pondy, everything finally got to be all done, and in the darkening sky I left with the precious Account Number written down and stamped upon with all the needed seals from the bank to validate it officially enough for the French Institutions. All the way back home my heart kept singing, almost in disbelief, ‘It’s done, done, done!…’

And you wonder why today I am celebrating with so much glee and gratitude for my so excellent friend Ganesh, who managed on top of it all to make it happen just in time for today itself, yes, for his very own ‘Ganesh Pudja’?!

Well done, dearest Ganesh, well done!!!

takla-ganesh-500x500

Trois mois de Silence…et de Yoga Intégral

(TRADUCTION EN FRANÇAIS DE L’ARTICLE PRÉCÉDENT EN ANGLAIS)
Trois mois, oui, trois mois complets entre mon article le 18 mars de cette année et le prochain que j’ai publié, le 18 juin exactement, mais sans le faire exprès.

Et me voilà, ayant laissé passer à nouveau deux mois avant de publier un autre véritable article complet, il y a deux jours.

Qu’est-ce qui m’a empêché d’écrire pour tout ce temps ??? Pourquoi est-ce que je publie si rarement ces temps-ci? …

Est-ce que rien ne s’est passé, dans ma vie, dans mon travail, dans mon évolution  personelle ou celle d’Auroville, ou celle du monde, qui valait la peine d’être partagé avec vous tous qui vous intéressez au Yoga Intégral de Sri Aurobindo et de la Mère ou, plus généralement, à l’Évolution Consciente ?…

Au contraire, chers amis: trop se passait.

Et une grande partie de tout cela ne pouvait pas être mentionné … Ou pas encore.

L’évolution consciente n’est pas une plaisanterie, ni une question de trucs passionnants au «partage» automatique sur autant de médias sociaux que possible. Ce n’est pas une question de popularité et de ‘Likes’. C’est une question de progrès intérieurs très humbles – et ensuite, souvent aussi, de rechutes dans les vieilles habitudes – jour après jour, minute après minute, à tous les niveaux de votre être, à tour de rôle ou simultanément, y compris, dans de plus en plus de personnes, le niveau cellulaire dès que celui-là décide également de participer.

Et même des progrès importants ne sont pas du tout à claironner, la divulgation prématurée du nouvel événement interne expérimenté peut très bien l’empêcher totalement de continuer, ou minimiser ses effets. Car en en parlant, vous dissipez effectivement l’énergie que ce nouvel événement intérieur contenait en lui-même pour son développement ultérieur en vous; si cette énergie est gaspillée dans une expression trop hâtive, les résultats supplémentaires sont réduits ou ne se développent jamais du tout. Il reste alors un événement unique que vous devrez peut-être attendre longemps pour qu’il se répète … et, espérons-le, se développe cette fois, si vous vous tenez coi! Pour combien de temps? … Eh bien, pour autant de temps qu’il lui sera nécessaire pour vraiment s’installer en vous et s’établir dans votre vie pour de bon.

Ce qui ne veut pas dire que ces nouveaux progrès ne peuvent être à nouveau remplacés par une récurrence d’un trait de personnalité antérieur que vous croyiez avoir été surmonté… mais au moins la récurrence de l’ancien mode ne sera qu’un problème temporaire, et non plus régulier, et ce sera déjà un soulagement considérable, ainsi qu’un encouragement très puissant pour l’avenir, pour les autres victoires similaires auxquelles on peut encore s’efforcer par la suite, avec l’aide de la Grâce divine.

Dans ce Yoga Intégral où le but n’est pas seulement, comme dans les formes traditionnelles du Yoga, la réalisation centrale de son Soi vrai et divin, mais aussi une transformation progressive de l’être complet, aussi dans ses parties extérieures, y compris le corps physique, la Réalisation centrale peut être là depuis longtemps avant qu’une amélioration réelle de la nature extérieure puisse également être observée, et l’on peut ne pas sembler être une personne spécialement spirituelle pour l’œil des autres pendant longtemps, bien que beaucoup à l’intérieur se soit déjà produit, des expériences internes nécessaires à la spiritualisation complète de l’être.

Il faut donc énormément de patience, de persévérance et de foi en le futur résultat dans ce long processus de transformation qui caractérise la nouvelle approche, évolutive, pour laquelle le Yoga Intégral a été créé.

C’est exactement ce que la citation de Sri Aurobindo sélectionnée à l’Ashram comme le Message pour le Jour de Darshan du 15 août, Anniversaire de Sri Aurobindo, a souligné  avec grande force:

“Dans le Yoga comme dans la vie, c’est l’homme qui persiste inlassable jusqu’au bout
Face à toute défaite et désillusion et tous événements et pouvoirs opposés, hostiles et contraires,
C’est lui qui conquiert à la fin et trouve sa foi justifiée
Parce que pour l’âme et la Shakti dans l’homme, rien n’est impossible.”

– Sri Aurobindo

Et tout du long, le Divin Compagnon se révèle être, encore et encore, dans une circonstance après l’autre, le seul ami totalement fiable, dont l’Amour inconditionnel et la Compréhension infinie ne nous laisseront jamais tomber, quelle que soit la faute que l’on puisse faire.

Mais, bien qu’une telle affirmation puisse sembler présenter ce Chemin comme très solitaire, en réalité, c’est tout à fait le contraire que l’on trouve par expérience être vrai: ce Chemin, suivi en la Compagnie Divine de plus en plus constante, devient de plus en plus doux, de l’ineffable, enivrante Douceur de cette Présence Divine, en même temps de plus en plus intime et pourtant de plus en plus pleinement aussi en toutes les parties extérieures de son être… tout en remplissant également tout ce qui est «extérieur» à soi-même, comme un océan infini de Délice Aimant, par lequel l’être entier est de plus en plus imprégné et progressivement transformé… Même si l’on avait du mal à aimer les «autres» auparavant, eux aussi commencent à être sentis comme d’autres formes du même Être Divin et aimés comme tels…

Quelle pure bénédiction  que d’avoir découvert en 1971 ce merveilleux Chemin de l’évolution consciente à travers ce Yoga Intégral… Ma gratitude infinie et intense va à Sri Aurobindo et à la Mère, qui ont rendu cela possible, et aident à chaque pas de ce Chemin, faisant de lui véritablement ce qu’ils appelaient “La Voie Ensoleillée”…

p-sunlit-path

Previous Older Entries

%d bloggers like this: