How My Inner Family Got Suddenly Extended Beyond Time and Space

In a recent post ( https://labofevolution.wordpress.com/2017/09/09/the-rich-complexity-of-our-being/ ), I was quoting one of Sri Aurobindo’s ‘Letters on Yoga’, ending with this very important indication of what needs to happen inside one’s inextricable inner complexity, if one wants to enter the Yoga of conscious evolution that the Integral Yoga is:

‘The remedy can only come from the parts of the being that are already turned towards the Light. To call in the light of the Divine Consciousness from above, to bring the psychic being to the front and kindle a flame of aspiration which will awaken spiritually the outer mind and set on fire the vital being, is the way out.’

One can immediately see that the two things Sri Aurobindo indicates that need to happen will lead exactly to the first two parts of the total transformation of our being, called the Spiritualisation (from above), and the Psychicisation (from within), both necessary to a large extent before the third and final transformation, called the Supramentalisation, can stabilize and complete what has been accomplished by the first two stages.

Until then, one is bound to remain in an overall state of ‘work in progress’, but still some changes may already happen that are so considerable that they make us feel and behave already like a different person!

What is extremely important, though, is that, in an evolutive endeavor, no outer part in us can be allowed to distance the other outer parts too much or for too long: you have got in yourself that eagle and that hare, but also that tortoise, and the three of them, in spite of their very different speeds, must be made to reach the finish line together, for they form actually a team and are all indispensable for the final result…

In my personal case, given as an example, the whole process took recently a quite funny turn with the apparition on my successive little notebooks of cover drawings depicting symbolically but unmistakably certain members of my own Inner Family (see my post, https://labofevolution.wordpress.com/2017/09/10/introducing-my-own-inner-family/ , for  the pictures and how each one applied to me).

Well, in the month that has elapsed since, something even funnier happened: an even more unexpected fourth cover appeared, that was to play an important role too, but in that case, from beyond Time and Space!…

Of course within each of us there is already, from beyond Time and Space, our Higher Self (above) and our Psychic Being (deep within) that are both eternal and divine: for this very reason they are the two great Helpers mentioned by Sri Aurobindo in my quote, for our repeated evolutive adventures in our various incarnations on Earth in a human body.

But the part of me represented on that fourth recent notebook was obviously not of such a high spiritual level. I had not selected it this time but simply found it, just by itself, at the place within Auroville that we call our ‘Free Store’. I was then only halfway through   the Pink Teddy Bear notebook and the emotional upheavals it had signaled to me in advance, so the arrival of that new notebook already so early, and the fact that it wasn’t lined like the ones I always choose for my notes, intrigued me, and I took it,

Still, the new member of the family presenting itself in that unexpected way wasn’t really what I would have consciously chosen, and I had hesitated even after taking it:

Image 3

Do you see what I mean?… Yes, it was again a bear, but this time, not exactly of the cute kind, to say the least!!!

What a beautiful beast, though, in its superbly powerful body, a solid mass of muscles all perfectly relaxed under an immaculate fur… Such a supple and harmonious strength, so spontaneously and irresistibly sure of itself!…

Although rather intimidated and a little apprehensive of what such a tough new member of my inner family would bring to me next, and not knowing yet at all what potentially dangerous part of me it represented, still I didn’t go back on my adoption, and I put the notebook aside near my bed, for later use.

But I had hardly put it aside that I had the next evening to pick it up again, for I wanted to note down the list of those among my existing songs that had a rhythm related to the music sung and danced in Africa particularly; I was feeling the sudden need to draw such a list, I didn’t know why. Then I fell asleep.

In the very early hours of the morning, while it was still dark, I woke up with the sound of the music and words of a new song, entering my consciousness with all the impressive power of a train arriving in a station, a song that joyfully called for “Africa, Africa” to “wake up now”!…

The cheerful and powerful lyrics were noted down at once as they arrived, and that covered the page just next to the one where I had written the list the night before. I was stunned.

But that was not all: the following week too, more songs came in the same way, all of them on Africa, or later on, to the slightly different rhythms of the French Caribbean islands both my parents come from, although I myself was born and grew up in Africa, in the then French colonies.

I spent two full weeks receiving in that way several songs based on both those cultures  where song and dance are really expressions of the body itself, in the strong connection it has with the land and the Earth as a whole.

The effect on my entire being was tremendous, I realized after some time: simply to sing and dance all day long those so powerful and rhythmic new songs was communicating more and more to my own body the very sense of strength and self-confidence it was lacking before… and that were expressed so well in the massive but at the same time lithe body of the bear on the cover of that very notebook I had unexpectedly started to use for those special notes, while still using the Pink Teddy Bear one for my usual daily notes!…

But why a Polar Bear, and not a brown one?!…

When I asked myself that question, the answer came immediately from within:

It was because that Bear wasn’t representing just my relationship to Africa as it is today, in this lifetime, but also the much older, very deep relationship I have had with that vast and massive Land of Africa since ancient times, through specific cultures that are still alive in the far memories I have of those times, including subconsciously when the climate was different and the Sahara not yet a desert of endless dunes… A time when I myself had been a strong and fearless warrior, the quiet power of whom was now re-entering my life to complement and balance out the fragility and self-doubt of my present physical body, further weakened by my present emotional being’s vulnerability… a characteristic inherited also from another lifetime, interestingly enough, but that time lived in France, a few centuries back.

What a wonderful gift I was receiving from beyond Time and Space!

By combining with each other harmoniously, those two ways of being, each one too extreme in its own way, were giving me at last the emotional mature stability, self-confidence and physical strength that I had been longing for in this lifetime!…

 

 

 

Advertisements

Introducing my own Inner Family

At the end of my previous post, which was about ‘The Rich Complexity of our Being’, I called all those various inner parts of us, in a half joking manner,  our ‘Inner Family’… A rather dysfunctional one to start with, it seems, for most of us!… But let’s not lose hope: harmony can be learned, also within ourselves, through the practice of the Integral Yoga meant  precisely for that integral transformation.

Well, over the years I started having vague impressions of what the main inner parts of me looked like, so to say, or rather what they felt like to me, but for long it remained a very vague, blurry kind of picture, never reaching the stage of a clear one for any of them.

But then something happened in the last few years, which enables me today to introduce you to at least some of those members of my Inner Family, with , lo and behold, some actual (symbolic) images of them!!!

What happened is that since many-many years I have been keeping notes of my dreams and of my experiences at the cellular level. For keeping regularly such an important record for my research work about Conscious Evolution, I regularly got quite simply some little notebooks, the kind that kids use in school, from our internal small general store in Auroville.

For years the covers were photos of beautiful landscapes from all over the world, for awakening a concern for the environment in the kids who would use them. It was really nicely done. I myself enjoyed a lot looking at those spectacular places on the Earth that I would probably never visit, but at least I could know of and admire that way.

But one day when I needed soon a new notebook and went looking for one, all that was available was in a completely different style: the covers now were amusing drawings, probably more likely to attract children. Most of them didn’t attract me at all, though. Until I found one that immediately made me laugh out loud, right in the store, with the joy of recognition:

‘But this is my mental being!!!’ I exclaimed under my breath, and started smiling at it with total glee. The drawing was this one:

Image 2

I loved it!!! Without an instant of hesitation, I took it home and was eager to start using it when the previous one did come to an end.

This notebook was quite thick actually, so it stayed with me for an enjoyable rather long time, although I wrote on it daily, and often quite lengthy entries. But still after a while I had to go and find the next one…

This time, no funny drawings on the covers of the available notebooks. A different style again, and not inspiring at all. None of those that I looked at I liked, so what to do?… I kept still looking in the little pile. And suddenly, down at the very bottom, what I saw took my breath away. It was this:

Image 1

‘Oh my, a Unicorn!… What a beauty… So powerful, yet so calmly at rest in that lovely protected clearing, in that soft Soul Light… Wow, this must be a symbolic image for something of my Soul, of my Psychic Being! This picture is a pure Blessing from the Divine. I’m taking this home.’

There was one more notebook with the very same cover, of course I gladly added it to the first one.

Those two were again of the thick kind, so they took care of my daily notes for quite a few months. It was pure bliss to look at the cover every time I would use these two notebooks, the second one right after the first was finished. When still finally the time to find a new one came once more, it was with a heavy heart that I went again to that notebook shelf in the store: how could I ever find anything as great as that so resplendent and peaceful Unicorn?…

Surprise: the funny drawings were back on the covers for the whole new pile that was there. I sighed. Would I find again something at least worthwhile, even if only again in that funny style?

Almost at once it came up, quite funny indeed, and yet so charming in its own way:

Image

Just a split second looking at it, and then I knew, and smiled a huge, sweet grin of recognition again: this was my emotional being, of course! Unmistakable, in every detail of it, just like for the one I had found before that was also such a perfect image of my mental being!!!

I had to laugh softly, thinking of my emotional being so wonderfully rendered in that unexpected but so true portrait of it!…. ‘But wait a minute’, I suddenly thought, ‘what does that mean, getting now this specific little cover after the two wonderful Unicorns?’ Well, I had some idea what it meant, and I wasn’t sure I liked it: it meant that after the wonderful, long inner period that had rested and reinforced my inner strength and purity of purpose – right at the cellular level of my being – the Divine was now warning me somehow, with a smile, through this new so cute and amusing little cover, that my emotional being was going to get some further training, probably so as to be reinforced and purified too!

The ‘Unicorn’ period was still not over, as the second one of those notebooks was still only halfway through, so I kind of forgot what was likely to come next for my sadhana, But several weeks back the second ‘Unicorn’ notebook did come to an end and then came the turn of the cute, sweet girly teddy-bear all in pink, with her pink heart balloon begging for love just as her shy smile did…

My visitors here on this blog know only of the emotional shocks I mentioned, which related to Blogging, but of course that vulnerability is there also in other areas of my life, in an extreme way that as a young adult I soon saw had no cause at all in this lifetime. As I discovered later in Auroville (while in a deliberate trance), it is actually one of the two major ancient problems from another life, that I scripted myself to take up again in this lifetime, knowing that my deep spiritual progress this time around would enable me at last to heal that scarred and scared part of myself once and for all.

Well, when that waiting little notebook came finally to be used, oh my, that was it indeed!!! Since that month of July, emotional shocks from the most unexpected quarters have simply rained on me like hail. I was grateful to the Divine that thanks to this gentle but so clear warning through the new notebook’s cover, I was ready, and didn’t take anything too badly…! As you may have noticed in the end of my post about the shocks related to Blogging, a very liberating sense of humor started even to express itself about it all, right in my emotional being itself… So it is still for the time being a ‘Work in progress’, no doubt, but it is progressing indeed!

Now that you have some idea of what at least those main members of my Inner Family are like in my own case, what I will describe in future posts of the evolutive process as experienced by each of them will be, I hope, a livelier and funnier read, while giving you also, most importantly, a good example of what the Integral Yoga means in daily life…

 

 

 

Notre Maman Divine et nous, Ses enfants

Avec mes remerciements à l’ami américain qui l’a cité récemment dans un message à moi adressé, ce passage du poème épique de Sri Aurobindo «Savitri», livre 3, chant 2:

«De l’Inconnu, c’est Elle le cœur lumineux ,
Une puissance de silence dans les profondeurs de Dieu;
Elle est la Force, la Parole inévitable,
L’aimant de notre difficile ascension,
Le Soleil d’où nous allumons tous nos soleils,
La Lumière qui se penche depuis les Vastitudes non encore réalisées,
La joie qui nous fait signe depuis l’impossible,
Le pouvoir de tout ce qui jamais
encore n’est descendu.
Toute la Nature l’appelle à sa manière muette
Pour guérir de Ses pieds la lancinante douleur de la vie
Et briser les sceaux obscurs sur l’âme de l’homme
Et allumer Son feu dans le cœur fermé des choses.

Après une si merveilleuse description d’Elle, qui est notre Mère Divine , comment puis-je oser l’appeler simplement et affectueusement «notre Maman divine»?

Parce qu’Elle est aussi cela, pour ces petits enfants d’Elle ici, que nous sommes tous encore, même si certaines de nos expériences ou aussi réalisations spirituelles peuvent nous donner parfois l’illusion que nous sommes déjà hautement évolués !

Tant que, malgré ces grandes expériences intérieures, nous avons toujours un ego presque «normal» (assez chanceux si ce n’est pas tout à fait un ego spirituel, le pire de tous …! 😀) nous ne sommes que de petits enfants dans Son grand Jardin d’Enfants qu’est la Terre, elle-même devant rester encore à la fois une aire de jeux et un champ de bataille tant que ce sens de la séparation que l’Ego donne, continue toujours dans notre moi extérieur.

Alors, n’étant encore qu’une grande masse d’enfants faisant plein de bêtises ici, dans ces corps humains tels qu’ils sont actuellement, nous avons souvent besoin de Son aide, car tous les enfants ont besoin de l’aide de leur chère Maman, toujours prête à les aider! C’est-à-dire, lorsque leur Maman humaine est une aussi bonne Maman qu’elle doit l’être pour que’dans la gaieté du jeu et en toute sécurité, sans entrave et sans torsion, ils se développent en de bons et heureux adultes humains …

Il y a quelques jours, en visitant la page Facebook d’une amie chère de France pour son anniversaire, j’ai trouvé cette jolie petite vidéo, dont je souhaite partager le lien avec vous ici aujourd’hui, car il décrit très bien comment une bonne, vraiment aimante mère humaine (et aussi, pourquoi pas, un père) se comporte avec ses enfants:

 

 

‘9 choses que vous devriez dire chaque jour à vos enfants’:

 Ci-dessous,  voici le texte des 9 légendes correspondantes pour chacun des dessins qui les illustrent:

1 / ‘Je t’aime’ – Dites-le plus souvent possible.

2 / ‘J’adore quand tu …’ – Exprimez votre l’appréciation pour les aspects positifs de leur comportement.

3 / ‘Tu me rends heureux’ – Ils se sentiront appréciés à leur véritable valeur.

4 / ‘Je suis fier de toi’ – Ils doivent savoir qu’ils font un bon travail, même s’il est difficile.

5 / ‘Tu es spécial’ – Aidez-les à comprendre que leur personnalité unique est une force.

6 / ‘Je te fais confiance’ – Cela fera d’eux des adultes honnêtes.

7 / ‘Je crois en toi’ – Cela les aidera à croire en eux-mêmes.

8 / ‘Je sais que tu peux le faire’ – Encouragez-les à ne pas abandonner trop facilement.

9 / ‘Je suis reconnaissante de t’avoir’ – cela ensoleillera leur journée! …

Je pense que nous devrions tous être reconnaissants envers mon amie pour cette vidéo, car ces légendes sont tout à fait importantes à retenir: elles expriment à leur manière non seulement ce qu’un bon parent humain dirait, mais en même temps ce que notre Maman Divine aussi nous dit à nous tous, silencieusement, tout le temps … que nous entendrions bien, si seulement nous apprenions à l’écouter dans cet espace intérieur d’Amour en nous, où elle peut être entendue lorsque nous sommes silencieux, tout comme la caresse calme et douce d’une brise peut se sentir quand tout se tait …

Même si vous ne parvenez pas au début à entendre Sa voix ou à comprendre Ses paroles, vous sentirez toujours le calme, la douceur, et vous ressentirez le bonheur profond que seule la caresse aimante de notre Maman Divine peut donner à l’enfant que chacun de nous est toujours, tout au fond …

Et ne vous inquiétez pas si vous n’êtes peut-être pas un aussi bon enfant d’Elle que vous voudriez l’être: Elle, si personne d’autre, vous connait et vous comprend parfaitement … même mieux que vous ne le faites vous-même, car vous êtes depuis toujours et pour toujours une partie de son Être infini, et cela apporte une intimité, une proximité totale que vous ne croiriez jamais être même possible …,

Donc, faites-Lui confiance entièrement, car vous le pouvez: dans Ses bras de Lumière et de Tendresse, vous êtes toujours en sécurité, même pendant votre Aventure sur Terre dans ce corps humain; car même ici, c’est en réalité dans Ses bras que vous restez secrètement tout le temps …! Vous êtes libre, bien sûr, libre même de L’oublier – mais à vos risques et périls, car c’est votre Aventure, alors vous devez être libre de la vivre selon vos propres termes, tout dépend de vous, même les dangers que dans votre script avant  de naître vous avez prévu que vous vouliez afronter. Et pourtant, juste se rappeler d’Elle, L’appeler, intérieurement ou extérieurement, vous sauvera quand rien d’autre ne le pourrait … si c’est ce que Sa Sagesse aimante considère comme le meilleur moyen de vous aider dans votre effort de croissance … Si jamais votre corps n’est pas sauvé, au moins vous saurez que ce fut de toutes façons le mieux qui pouvait vous arriver, car la mort du corps n’est jamais la fin de notre Être éternel: une autre aventure, une croissance accrue nous attendent encore et encore , chaque fois que nous le voudrons, et ceci, un jour, dans des corps physiques rendus immortels, au cours de notre exploration éternelle de nos possibilités illimitées dans Ses univers sans fin: car Elle est un Être Infini de Sagesse, Pouvoir, Harmonie et Perfection, et nous sommes les enfants de cet Infini.

Our Divine Mamma, and Us, Her Kids

With my thanks to the American friend who quoted it recently in a message to me, this passage from Sri Aurobindo’s epic poem ‘Savitri’, book 3, canto 2 :

‘The luminous heart of the Unknown is she,
A power of silence in the depths of God;
She is the Force, the inevitable Word,
The magnet of our difficult ascent,
The Sun from which we kindle all our suns,
The Light that leans from the unrealised Vasts,
The joy that beckons from the impossible,
The Might of all that never yet came down.
All Nature dumbly calls to her alone
To heal with her feet the aching throb of life
And break the seals on the dim soul of man
And kindle her fire in the closed heart of things.’

After such a wonderful description of She who is our Divine Mother, how dare I call Her simply and affectionately ‘our Divine Mamma’?!?

Because She is that, too, for those little children of Hers here, that we all still are, however greatly evolved some of our spiritual experiences or even realizations may give us sometimes the illusion that we already are…!

As long as, in spite of those great inner experiences, we are still having also an almost ‘normal’ ego (lucky enough if it is not altogether a spiritual ego, the worst kind of them all…!  😀  ) we are but small kids in her great Earth Kindergarten, itself  bound to be still both a Playground and a Battlefield as long as this Sense of Separateness that the Ego gives, still lingers in our outer selves.

So, being as yet just a big bunch of kids fooling around down here in these human bodies as they are at present, we often badly need Her help – as any kids do need the help of their dear, always helpful Mamma! That is, when their human Mamma is as good as they need her to be for them to grow playfully and safely, unhindered and untwisted, into good and happy human ‘adults’…

Just a few days ago, visiting the Facebook Page of a dear friend from France for her birthday, I came across this great little video, the link to which I want to share with you here today, because it describes beautifully how a good, truly loving human mother (and also, why not, a father) behaves with her/his kids:

 15749188_776326729201195_659453702444154880_n

 

‘9 Things You Should Say Every Day to Your Kids’:

A little challenge (ha!…) for those among my English-speaking visitors who may enjoy it:

If you like, watch first the short video on YouTube, thanks to the link above, and then only you can if necessary look down below at the translation of the 9 corresponding captions for each of the drawings that illustrate them!  🙂

SPOILER ALERT… Here are the translations:

1/ ‘I love you’ – Say it as often as possible.

2/ ‘I love it when you…’ – Express appreciation for the positive aspects of their behavior.

3/ ‘You make me happy’ –  They will feel appreciated to their true worth.

4/ ‘I am proud of you’ – They need to know that they are doing a good job, even when it is a difficult one.

5/ ‘You are special’ – Help them understand that their unique personality is a strength.

6/ ‘I trust you’ – That will make of them honest adults.

7/ ‘I believe in you’ – That will help them to believe in themselves.

8/ ‘I know you can do it’ – Encourage them not to abandon too easily.

9/ ‘I am grateful for having you’ – that will make their day!…

I think we should all be thankful to my friend for this video, as those captions are all-important to remember: they express in their own way not only what a good human parent would say, but at the same time what our Divine Mamma too is saying to us all, silently, all the time… which we would start hearing all right if only we would learn to listen to Her in that Inner Space of Love inside us, where She can be heard when we are quiet, just like the calm and sweet caress of a breeze can be felt when all falls silent…

Even if you don’t manage at first to hear Her voice or understand Her words to you, still you will feel the calmness, the sweetness, and you will feel the deep happiness that only our Divine Mamma’s loving caress can give to the kid each of us still is, deep within…

And don’t worry if you are perhaps not yet as good a child of Hers as you would like to be: She, if no one else, knows and understands you perfectly… even better than you yourself do, for you have ever been and still are for ever a part of Her own infinite Being, and that brings an intimacy, a total closeness you would never believe is even possible…,

So, trust Her entirely, for you can: in Her arms of Light and Tenderness you are for ever safe, even during your Adventure on Earth in that human body; for even here, it is really in Her arms that you secretly remain all the time…! You are free of course, free even to forget about Her – but at your own risk, for this is your Adventure, so you must be free to live it on your own terms, everything is up to you, even the dangers that in your script before you wanted to face. And yet, just to remember Her, to call Her, inwardly or outwardly, will save you when nothing else could… if this is what Her loving Wisdom sees as the best way for helping you in your endeavor to grow… If ever your body is not saved, at least you will know that it was still the very best that could happen to you, for the death of the body is never the end for our eternal Being: further adventure and further growth await us for ever and ever more, whenever we like, and some day in physical bodies made also immortal, in our eternal exploration of our limitless possibilities in Her endless Universes: for She is an Infinite Being of Wisdom, Power, Harmony and Perfection, and we are the Children of that Infinite.

 

 

 

Au Père Ganesh-Noël

(TRADUCTION D’UN ANCIEN ARTICLE EN ANGLAIS, ‘Father Ganesh-Christmas’,  https://labofevolution.wordpress.com/2016/03/18/father-ganesh-christmas/ , pour mieux éclairer le sens profond de mon article récent, “Fêtant Ganesh une fois de plus…” )
Dans le volume 1 (1958) de son «Agenda» (français pour «Journal»), on peut lire comment la Mère a déclaré à son confident Satprem, au sujet du dieu hindou Ganesh (également appelé Ganeshan, Ganapati …), que d’abord elle ne pouvait pas croire qu’il  existait vraiment comme on le décrit généralement, c’est à dire… avec une tête d’éléphant sur un corps par ailleurs humain.

Comment explique-t-on une apparence aussi étrange?! … La légende veut que son père, le Seigneur Shiva lui-même, soit venu voir son épouse, la grande déesse Parvati, mais elle prenait son bain et ne voulant pas être dérangée, elle avait demandé à leur deuxième fils, Ganesh, de garder sa porte. Quand Ganeshan, fidèle à l’ordre de sa mère, a refusé l’entrée même à son propre père, eh bien, Shiva, furieux, a coupé la tête de son fils … et puis le regrettant immédiatement bien sûr, a pris la tête du premier autre être qu’il a vu – qui se trouvait être un éléphant – et l’a placée sur le corps du pauvre Ganeshan afin qu’il puisse vivre à nouveau! … Mais ce petit problème n’a pas empêché Ganesh de devenir extrêmement populaire partout en Inde, en tant que dieu non seulement de la Connaissance, mais aussi de la Richesse: le Gentil Donneur de la prospérité financière et de l’abondance.

La Mère était responsable de manière matérielle et spirituelle de l’Ashram entier de Sri Aurobindo à Pondichéry. En préliminaire au texte cité ci-dessous, précisons que tous les mois, étnt donné tout l’argent voulu pour la nourriture, l’hébergement, les vêtements, etc., des plus de deux mille disciples vivant là en tant qu’ Ashramites, malgré les revenus des maisons d’hôtes et des entreprises reliées à l’Ashram, ainsi que les nombreux dons de quelques riches dévots, la Mère avait le plus souvent du mal à trouver toutes les ressources nécessaires pour couvrir toutes ces dépenses … Alors voici ce qu’elle avait à dire ce jour-là à propos de Ganesh :

 

“N’est-ce pas, c’était comme cela: il y a ce Ganesh2… Nous avions une méditation (il y a de cela plus de trente ans) dans la salle où l’on fait la distribution de «Prospérité»3, nous étions huit ou dix, je crois; (…) et un jour qu’il était question de prospérité, ou de richesse ou de je ne sais quoi, j’ai pensé (on dit toujours que Ganesh est le dieu de l’argent, de la fortune, des biens de ce monde), j’ai pensé: «Ce dieu avec une trompe d’éléphant, toute cette histoire, est-ce que ce n’est pas de l’imagination humaine?» Là-dessus, on médite, et voilà que je vois entrer et s’installer en face de moi un être vivant, absolument vivant et lumineux, avec la trompe comme ça… et souriant! Alors moi, dans ma méditation, je dis: «Ah! c’est donc vrai que tu existes!» – «Naturellement que j’existe! et tu n’as qu’à me demander tout ce que tu veux, au point de vue argent bien entendu, je te le donnerai.»

J’ai demandé, et pendant à peu près dix ans, c’est venu comme cela (geste à flots). C’était épatant. Je demandais, et au Darshan suivant, ou un mois après, ou quelques jours après (cela dépendait), ça venait.

Et puis la guerre est arrivée et toutes les difficultés, et cette augmentation formidable des gens et des dépenses (la guerre a coûté les yeux de la tête: n’importe quoi coûtait dix fois plus qu’avant), et tout d’un coup, fini, plus rien. Pas exactement plus rien, mais un petit filet maigrelet. Et quand je demandais, ça ne venait pas. Alors un jour, j’ai interviewé Ganesh à travers son image (!) et je lui ai dit: «Et ta promesse?» – «Je ne peux pas faire ça, c’est trop pour moi, mes moyens sont très limités!» Ah! je me suis dit: (riant) ça, c’est de la déveine! Et je ne comptais plus sur lui.

Une fois, quelqu’un a même demandé au Père Noël! C’était une jeune fille qui était musulmane et qui avait une sympathie spéciale pour «Father Christmas» (je ne sais pas pourquoi, ça ne faisait pas partie de sa religion!) Sans rien me dire, elle a appelé le Père Noël et elle lui a dit: «Mère ne croit pas en toi, tu dois lui faire un cadeau pour lui prouver que tu existes. Pour Noël, tu lui donneras ça.» C’est arrivé!… Elle était très fière.

Mais c’était seulement une fois comme cela; et Ganesh, fini.”

 (“Agenda de Mère” vol.1, 6 juillet 1958)

Mère, quelques années plus tard, le 4 janvier 1964 («Agenda» vol. 5) expliqua pourquoi les moyens de Ganeshan n’étaient plus suffisants:

“J’avais eu une rencontre assez intéressante avec Ganapati1 (il y a bien des années) et il m’avait promis de me donner ce dont j’avais besoin, et il l’a fait pendant très longtemps, certainement plus de dix ans, et il l’a fait largement. Puis tout a changé à l’Ashram; c’était après la guerre, les enfants sont venus et nous avons débordé; nous sommes devenus beaucoup plus compliqués et beaucoup plus grands, et on a commencé à toucher les pays étrangers, particulièrement l’Amérique. Et je continuais à rester en contact avec Ganapati; je ne peux pas dire que je lui faisais un poudjâ (!) mais tous les matins, je mettais une fleur devant son image. Et un matin, je lui ai dit: «Pourquoi as-tu cessé de faire ce que tu as fait pendant si longtemps?» J’ai écouté et il m’a clairement répondu: «Ton besoin est devenu trop grand.» Je n’ai pas très bien compris, parce qu’il peut disposer de fortunes plus grandes que ce dont j’avais besoin. Puis je me suis tournée vers Ganapati et je lui ai dit: «Qu’est-ce que c’est que tout ça?» Et j’ai vu clairement (ce n’est pas lui qui a répondu, c’était Sri Aurobindo), j’ai vu clairement que Ganapati n’a de pouvoir que sur ceux qui ont foi en lui, c’est-à-dire que c’est limité à l’Inde, et que j’avais besoin d’argent d’Amérique, de France, d’Angleterre, d’Afrique… et qu’il n’avait pas de pouvoir là, et que, par conséquent, il ne pouvait pas aider. C’est devenu très clair, j’étais tranquille, j’ai compris: «C’est très bien, il a fait ce qu’il a pu, et puis c’est tout.» Et il est vrai que je continue à recevoir de l’Inde, mais pas assez; d’autant que depuis l’Indépendance, la moitié de l’Inde est ruinée et tous les gens qui me donnaient beaucoup d’argent ne m’en donnent plus, parce qu’ils ne peuvent plus – ce n’est pas qu’ils ne veulent plus, mais ils ne peuvent plus.”

Comment tout cela se rapporte-t-il à mon expérience personnelle et à ma croissance intérieure évolutive, on pourrait se le demander …
Eh bien, dès mes premières années de vie à Auroville, je savais que Mère ne voulait pas que des poudjas (cérémonies, rituels) soient faites ici pour tous ces dieux, car Auroville n’est pas une place pour la religion, étant un lieu d’évolution spirituelle. Mais j’avais remarqué pourtant aussi que Mère semblait faire en quelque sorte une exception à propos de Ganesh: elle avait permis à une vieille dame indienne, une disciple dévouée, vivant dans une des premières communautés, de garder le petit temple de Ganesh qu’elle avait près de chez elle et même de faire sa poudja pour célébrer le Chaturthi de Ganesh (anniversaire) chaque année; De plus, d’autres Auroviliens pouvaient également se joindre à cette femme pour l’occasion.
Je dois y être passée une ou deux fois au cours de ma première décennie d’existence aurovilienne, et c’était tout.
Bien sûr, plus tard, pendant les près de deux décennies que j’ai vécues plus récemment à Repos, sur la plage d’Auroville, alors que je devais employer toute une équipe de travailleurs pour s’occuper de l’endroit, chaque année je les ai rejoints pour la fidèle  célébration annuelle qu’ils voulaient avoir là-bas, dans Repos même – mais c’était en fait pour les travailleurs plutôt que pour Ganesh …

happy-ganesh-chaturthi-latest-hd-wallpaper-2015

Ainsi, comme on peut le voir, je n’ai personnellement jamais méprisé, mais jamais non plus accordé beaucoup d’importance à Ganesh.

C’est à dire, jusqu’au Ganesh Chaturthi de l’année dernière, le 17 septembre 2015 …

Je devais en avoir assez d’une longue série personnelle de “vaches maigres” et “très maigres”, qui m’avait vue me débattre encore et encore juste pour avoir assez à manger. C’est à peine si je réussissais à terminer chaque mois avec ma «maintenance», le montant qu’ Auroville pourrait me donner pour mes besoins de base.

Donc, en ce jour précis de Ganesh Chaturthi, j’ai fait quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant: je me suis adressée à Ganesh, intérieurement.

Oui, Ganesh lui-même, sous la forme de la minuscule image plastifiée sur socle d’un adorable Ganesh tout rose, que j’avais toujours conservée, avec un petit livre tout aussi petit et rose, minuscule mais épais avec de nombreuses petites pages vierges très réelles entre ses deux couvertures roses si joyeuses.

Ce jour-là, soudainement saisie par une impulsion intérieure irrésistible, j’ai résolument saisi le Petit Livre Rose, l’ai ouvert et sur sa première page j’ai écrit (en rose, bien sûr) ma première prière pour Ganesh. Les mots qui me sont venus intérieurement étant sacrés, je ne les répéterai pas ici; c’était tout simplement mes mots à moi, de toutes façons. Tout ce que je peux dire, c’est que je voulais vraiment dire ce que j’ai dit, et je l’ai dit avec une ardeur fervente, et en même temps une simplicité absolue: j’ai  laisse mon coeur parler, comme on peut parler à un ami de confiance …

Et puis, après ce jour-là, j’ai oublié tout cela.

Mais, quelques mois plus tard, ce qui m’a fait y penser à nouveau a été … les résultats. Les résultats très évidents et étonnants que, en regardant en arrière, je pouvais voir depuis lors: de presque partout et presque tous les amis que je pouvais avoir eu ici à un moment donné, l’argent ou les cadeaux avaient commencé à venir, goutte à goutte d’abord, et bientôt à verse! Comme un flot pratiquement constant, s’occupant de tous mes besoins chaque fois qu’il en apparaissait un! … Si j’écrivais la liste ici, mes chers visiteurs seraient aussi sidérés que je le suis devenue, par le pouvoir tranquille mais indéniable de Ganesh se manifestant enfin dans ma vie après que je le lui ai finalement demandé pour de bon, quand vraiment j’étais à bout …

Du 17 septembre 2015 à Noël est venue la première vague montante, qui a abouti à la fête de Noël elle-même, que j’ai passée dans mon nouveau chez moi à Luminosité (voir l’histoire complète dans l’un de mes derniers articles, https://labofevolution.wordpress.com/ 2016/01/15 / the-greatest-and-most-beautiful-christmas-gift-i-ever-got /). Et la veille du Nouvel An, une autre vague, pour encore remplir les manques qui pouvaient avoir subsisté dans ma vie, matériellement et douloureusement.

Mes besoins ne sont pas du tout grands, soyos clairs; mais lorsque même cela n’est pas couvert depuis longtemps, cela devient un peu pénible, et l’on finit par se demander pourquoi sa vie doit être vraiment si misérable: le Yoga Intégral n’est pas du tout un chemin d’ascétisme délibéré ni de privations au nom de la spiritualité, les anciens vœux de pauvreté que bon nombre d’entre nous peuvent avoir prononcés dans d’autres vies en tant que religieuses ou moines, ne doivent pas encore durer dans cette vie-ci!….

Nous ne sommes pas là pour souffrir, mais au contraire, même dans ce monde de la matière physique révélant peu à peu le Divin, nous sommes ici pour manifester nous-mêmes aussi de mieux et mieux ce Divin que nous sommes tous en vérité, depuis toute éternité et pour toute éternité ... Mais le Divin doit, d’une manière ou d’une autre, nous donner les moyens matériels pour cela!

Eh bien, il semble que de Ganesh, le fidèle allié de Mère pour le travail évolutif qu’elle a dû accomplir à grande échelle, j’ai enfin fait mon allié aussi, pour mes propres petits besoins et travail évolutifs personnels: comme je l’expliquerai dans des articles futurs, mon travail aussi a beaucoup profité des cadeaux de Noël de Ganeshan… à tel point que, aujourd’hui, je l’appelle avec un grand sourire amical, mon Père Ganesh-Noël ‘! …

Bloguer… et les risques émotionnels de le faire

Eh bien, en plus de la raison principale dont j’ai parlé dans mon post précédent (dans la traduction française,  https://labofevolution.wordpress.com/2017/08/18/trois-mois-de-silence-et-de-yoga-integral/  ) , en fait, il y a eu aussi une raison plus négative pour laquelle j’ai cessé de bloguer pendant longtemps. Je voudrais mentionner cette raison spécifique, car elle m’a en fait aidée à constater en moi une vulnérabilité encore trop intense aux commentaires que certains visiteurs peuvent écrire, qui peuvent ne pas être totalement positifs, voire même être totalement négatifs …!

Cela arrive très rarement, mais au fil des ans, depuis 2011, lorsque j’ai commencé ce blog, chaque fois que cela est arrivé, cela m’a causé un choc émotionnel majeur.

Pourquoi devrait-il en être ainsi? …

La première et évidente raison est que, par tempérament, je suis extrêmement émotive pour commencer, c’est sûr. Mais même cela ne suffirait pas à expliquer le genre de douleur au coeur que je ressens lorsque je découvre un commentaire tout à fait négatif sur l’un de mes messages: c’est comme si une longue aiguille soudainement perçait mon cœur.

En écrivant ceci, le souvenir me vient d’un commentaire de J.R.R.Tolkien, dans une lettre, sur la façon dont il se sentait après avoir fini d’écrire “Le Seigneur des Anneaux” – ce qui pour lui n’était pas simplement une fiction ou une «fantasy», mais l’expression même de son monde intérieur le plus secret depuis sa petite enfance et sa jeunesse … c’est pourquoi il avait choisi la Philologie et son étude des épopées anciennes mondiales comme sa manière officielle et respectable de continuer, en tant qu’adulte dans sa carrière extérieure, ce qui avait de toutes façons été sa passion intérieure intense et irrésistible pour aussi longtemps qu’il pouvait se le rappeller.

Non encore publié, mais écrit bien avant, lors de son expérience directe de la Première Guerre mondiale, son «Silmarillion» chéri était déjà là, avec la «Terre du Milieu» autour de lui comme le fond vaste, riche et inspiré auquel tous ses écrits ultérieurs appartenait inévitablement aussi.

«Le Hobbit», le premier à être publié, avait été un énorme succès. Déjà, lors du démarrage de cette supposée suite toute simple du «Hobbit» qui devenait rapidement «Le Seigneur des Anneaux», dans sa lettre il avait prévenu son éditeur que tout cela était, en quelque sorte, en pleine expansion; et il avait essayé d’expliquer les raisons intérieures pour lesquelles cela se produisait; Alors il avait ajouté:
«Eh bien, j’ai parlé assez longtemps de mes propres folies. Ce qui importe est de terminer la chose telle qu’elle est conçue et ensuite de la laisser être jugée. Mais pardonnez-moi! C’est ma vie qui est écrite là, mon sang, tel qu’il est, de quelque qualité que ce soit; et je ne peux rien y changer. ‘(Lettre 109)

Plus tard, alors qu’il se préparait à en voir la sortie comme livre publié que tout le monde pourrait lire, il a encore écrit, répondant cette fois à un ami:
«Je crains que ce ne soit que vraisemblable: ce que vous dites au sujet des critiques et du public. Je redoute la publication, car il sera impossible de ne pas se soucier de ce qui sera dit. J’ai exposé mon coeur pour qu’on lui tire dessus. ‘(Lettre 142)

Est-il besoin de dire que c’est comme ça que je me sens aussi ?…
Ce dont je parle, ici sur ce blog, ce n’est pas seulement de la «littérature», ce ne sont pas non plus des sujets extérieurs, superficiels, cherchant seulement à intéreser ou si possible impressionner les visiteurs potentiels; même lorsque ce sont des citations «simplement» d’autres êtres plus grands que moi, ce sont ces citations qui m’ont été les plus chères en tant que mes propres lignes de vie depuis des décennies, et qui le sont encore.
Et dans beaucoup de mes publications, les contenus plus personnels sont encore plus révélateurs de mon moi profond, avec ses qualités et ses dons spécifiques, oui, mais aussi ses nombreuses difficultés – ouvrant
alors la porte évidemment au sarcasme, si un lecteur est enclin à cela .
Il n’y a pas d’autre façon, je crois, que d’accepter une telle vulnérabilité, si je veux atteindre l’objectif que ce blog a pris dès le début, ainsi que je l’ai
expliqué, et qu’il a toujours: voir ma DÉCLARATION D’INTENTION ( https://labofevolution.wordpress.com/about/declaration-dintention/ )


La raison originelle pour laquelle j’ai commencé ce blog?
Cela a simplement été en réponse à la gentille
suggestion d’une autre Blogueuse que je suivais à ce moment-là. Elle s’intéressa à un aspect spécifique de ma propre recherche en cours, que je lui avais expliqué dans quelques commentaires, et elle m’a conseillé de commencer un blog sur ce sujet si fascinant.
Je n’étais pas sûre du tout d’en être capable, mais avec sa constante aide en ligne pour faire face aux obstacles techniques pour moi redoutables, à ma grande surprise je me suis bientôt
retrouvée en effet en train d’écrire un blog!… En premier sur ce sujet … et ensuite, mûe de l’intérieur, avec bonheur et ouvertement, sur d’autres sujets aussi: les plus importants en réalité à mes yeux …
Et c’est alors que ma nouvelle amie s’est soudainement transformée en l’opposé de l’amie qu’elle avait été pour moi jusque-là: elle n’avait aucune idée de la grandeur réelle de Sri Aurobindo et de la Mère, et semblait soupçonner toute spiritualité de toute façon, si bien qu’elle ne comprenait ni ne partageait nullement
mon respect et ma gratitude pour eux, loin de là.
En dépit de mes meilleurs efforts pour lui expliquer sur quelles raisons profondes et convaincantes mon dévouement pour eux était basé, à la fin il est devenu évident qu’il n’y avait aucun moyen de la faire changer d’avis à leur propos, alors nos routes se sont séparées. Mais cela a été une grande douleur pour moi que de découvrir cette différence majeure – et pour elle infranchissable – entre nous, par la brusque et brutale hostilité qu’elle a exprimée envers moi dès que Sri Aurobindo et la Mère ont été mentionnés sur mon Blog.

Néanmoins, je lui suis toujours reconnaissante pour l’aide si généreuse donnée au début, et pour avoir été l’instrument du Divin afin de me faire entrer dans le monde merveilleux du Blogging! Cet incident douloureux dès le début avec cette Blogueuse beaucoup plus expérimentée a été un précieux avertissement de ce qui pouvait très bien se reproduire à tout moment avec quelqu’un d’autre parmi les «visiteurs» ou les «adeptes» réguliers que mon blog a commencé à attirer – par ses propres mérites, et non en raison d’une stratégie consciente de ma part.

Ensuite, pour une longue période, ma vie en tant que Blogueuse (à temps partiel) a été plutôt heureuse … sauf que je me suis souvent interrogée avec une certaine perplexité sur toutes ces personnes qui lisaient bien mon blog (je pouvais voir les chiffres des Statistiques, et les nouveaux “adeptes” qui continuaient à s’ajouter eux aussi) mais étaient apparemment tous désapprobateurs de la procédure du «Liking» au contraire si populaire sur la plupart des autres blogs! … Je soupçonnais un peu que le Divin faisait en sorte que cela se passe de cette façon afin de ne pas encourager ma tendance à peut-être rechercher un peu trop l’approbation et l’appréciation des autres concernant mon travail … mais tout de même… !!!

Et il y a quelques mois, c’est arrivé à nouveau: deux personnes, l’une après l’autre, ont exprimé un commentaire très négatif sur un de mes articles.

J’ai été prise par surprise, et anéantie.

C’était comme si des gens en lesquels j’avais cru en quelque sorte comme en des amis me frappaient soudain au visage ou dans l’estomac. Cela faisait mal.

À tel point que, après quelques semaines, j’ai remarqué que je ne pouvais plus rien  écrire à nouveau. Sur quoi que ce soit.

Alors j’ai raisonné avec moi-même: allais-je vraiment arrêter mon Blog juste à cause de deux personnes qui m’avaient fait mal par leurs commentaires?! Ce serait tout à fait ridicule!…

Mais essayez donc de raisonner avec votre être émotionnel blessé … Rien n’y fait: il se blottit tout juste là-bas, dans un coin plus sombre de votre espace intérieur, léchant ses blessures en silence et refusant absolument de revenir, quelque cajolerie que vous puissiez essayer pour le faire sortir de là.

Donc, j’ai simplement attendu … Enfin, j’ai constaté que cela payait d’être patient avec soi-même, avec n’importe quelle partie en soi-même qui passe, pour quelque raison que ce soit, par un moment difficile: un beau matin, mon être émotionnel était de retour, souriant timidement … Prêt à nouveau à participer à ma vie de Blogueuse! … “Bienvenue, mon être émotionnel!”, lui dis-je chaleureusement en souriant; “Je suis contente que tu sois là: sans toi, ce que j’écris n’atteint pas les autres personnes comme cela les atteint normalement, et mes dernières publications ont seulement porté sur des sujets qui n’étaient pas vraiment personnels – c’est très bien , mais ce n’est pas – ou pas seulement – ce que ce Blog est vraiment destiné à être … Viens, re-travaillons ensemble à partir de maintenant!… “

Alors nous voilà de nouveau ensemble, bien sûr aussi avec mon être mental … et n’oublions pas toutes ces cellules partout dans mon être physique qui, gaiement, font ce qu’il faut pour que ce que je veux écrire apparaîsse ici sur ce blog et que tous les visiteurs puissent le lire… mais maintenant, je suis consciente que je dois être particulièrement prudente avec mon être émotif, afin d’éviter de le blesser une fois de plus …

De son côté, j’ai l’impression qu’il fait de son mieux pour apprendre à ne pas être si extrêmement sensible: il peut sentir que chez quelqu’un qui pratique le Yoga Intégral, un tel progrès devient à un certain point indispensable … Donc, il s’entraine, courageusement! … 

88e30bacc2a25add54a83b3f2b2dab72-positive-inspirational-quotes-inspiring-quotes

(Ne laissez pas vos émotions vous distraire de ce qui doit être fait. Contrôlez vos émotions, ou ce sera vos émotions qui vous contrôleront.)

Mais d’autre part, j’espère aussi que toutes les personnes qui visitent mon Blog se rendront compte que je n’essaie pas d’imposer quoi que ce soit à personne: je ne fais que partager ce que je ressens qui peut être utile à d’autres aussi, de ma propre expérience d’évolution consciente à travers le Yoga Intégral. Évidemment, tout ce que je partage ne correspond pas forcément aux besoins intérieurs de tout le monde, car cela serait totalement impossible, chacun d’entre nous étant unique. Par conséquent, ceux qui sentent qu’un certain article n’est pas pour eux pourraient peut-être le laisser tranquille et revenir uniquement pour le prochain? … qu’ils aimeront peut-être tellement qu’ils le marqueront même, qui sait, d’un “Like”?! …  😀

Amusant, de me trouver de façon inattendue en train de rire de tout cela à la fin de ce post … Et, me croirez-vous?! Mon être émotionnel est maintenant lui aussi en train de rire avec moi à la perspective de ces “Likes” imaginés!!!

Blogging… & the Emotional Risks of It

Well, besides the main reason I talked about in my previous post (in the original English, https://labofevolution.wordpress.com/2017/08/18/three-silent-months-of-ongoing-integral-yoga/ ), actually there has been also a more negative reason why I stopped blogging for a long while. I want to mention that specific reason too, for it has in fact helped me notice in myself a still too intense vulnerability to the comments some visitors may write, that may not be entirely positive, or may even be entirely negative…!

It happens quite rarely, but over the years, since 2011 when I started this Blog, every time it has happened it has been for me a major emotional shock.

Why should it be so?…

The first and obvious reason is that by temperament I am extremely emotional to start with, that’s for sure. But even that wouldn’t be enough to account for the kind of heart pain I feel when I discover an altogether negative comment on one of my posts: it is as if a long needle was somehow suddenly piercing my heart.

While writing this, the memory comes to me of J.R.R. Tolkien’s comment, in a letter, about how he felt after having finished writing ‘The Lord of the Rings’ – which for him wasn’t simply fiction or ‘fantasy’ at all, but the actual expression of his own most secret inner world since early childhood and youth… which is why he had elected Philology and its study of worldwide ancient epics as his official, respectable way of continuing as an adult in his outer career what had been anyway his intense, irresistible inner passion since as long as he could remember.

He had, unpublished as yet, but written long before, during his direct experience of World War I, his whole cherished ‘Silmarillion’, with ‘Middle-earth’ around it as the vast, rich and inspired background to which all his later writing inevitably belonged, too.  ‘The Hobbit’, the first one to be published, had been a huge success. Already when starting that supposed simple sequel to ‘The Hobbit’ that was rapidly growing instead into ‘The Lord of the Rings’, in his letter he had warned his editor that the whole thing was, somehow by itself, dramatically expanding, and he had tried to explain the inner reasons why; then he had added:

‘Well, I have talked quite long enough about my own follies. The thing is to finish the thing as devised and then let it be judged. But forgive me! It is written in my life-blood, such as that is, thick or thin; and I can no other.’ (Letter 109)

Later on, as he was getting ready to release it as a published book for anyone to read, he again wrote, replying this time to a friend:

‘I am afraid it is only too likely to be true: what you say about the critics and the public. I am dreading the publication, for it will be impossible not to mind what is said. I have exposed my heart to be shot at.’ (Letter 142)
Do I need to say this is the way I feel too?…
What I am writing about, here on this Blog, isn’t just ‘literature’ either, or external, superficial stuff meant only to interest and perhaps impress prospective visitors; even when it is ‘merely’ quotes from some great others, they are those quotes that have been dearest to me as my own lifelines since decades, and still are.
And in many of my posts the more personal contents are even more revealing of my deeper self, with its specific qualities and gifts, yes, but also its many shortcomings – opening the door obviously to sarcasm, then, if some reader is prone to that.
There is no other way, I believe, than to accept such a vulnerability, if I want to achieve the aim I have explained that this Blog took on for me early on, and still has: see my STATEMENT OF PURPOSE (https://labofevolution.wordpress.com/about/statement-of-purpose/).
The original reason why I started this Blog at all?…
It has merely been in answer to the kind suggestion by another Lady-Blogger I was following at that time the posts of. She got interested in one specific aspect of my own ongoing research that I had been explaining to her in a few comments, and she advised me to start a Blog myself on that so fascinating topic.
I wasn’t sure at all that I could, but with her gentle help online to go over the (for me) daunting technical hurdles, to my own utter surprise I soon found myself writing a Blog indeed, on that topic at first… and then, prompted from within, happily and openly about other topics too: the most important ones  actually in my eyes…
And this is when my new friend suddenly turned into the very opposite of the friend she had been for me until then: she had no notion of the actual greatness of Sri Aurobindo and the Mother, and suspicious of all Spirituality anyway, or so it seemed, she did not at all understand or share any of my respect and gratitude for them, far from it.
In spite of all my best efforts to explain on which deep and convincing reasons my devotion to them was based, in the end it became obvious that there was no way she could change her mind about them, so we parted ways at that point. But it has been a horrendous pain for me to discover this major – and for her unbridgeable – difference between us, through the sudden harshness and downright hostility she expressed towards me as soon as Sri Aurobindo and the Mother were mentioned on my Blog.
Nevertheless, I remain ever grateful to her for the so generous help extended at first, and for having been the instrument of the Divine to make me enter the wonderful world of Blogging!
This painful incident early on with that much more experienced Lady Blogger has been a precious warning of what may very well happen again at any time with anyone else among the occasional ‘visitors’ or regular ‘followers’ my Blog started to attract – on its own merits, and not due to any conscious strategy on my part.
Then for a long stretch of time my life as a (part-time) Blogger has been a rather happy one… except that I often wondered with some bewilderment why all those people reading my Blog (I could see the numbers from the Stats, and new ‘followers’ kept adding themselves too) were apparently all disliking the ‘Liking’ procedure that was on the contrary so popular on most other Blogs!… I did suspect the Divine made it happen that way so as not to encourage that tendency in me to look perhaps a little too much to the approval and appreciation of others concerning my work… but still…!!!
And a few months ago, it happened again: two people, one after the other, expressed quite a negative comment on a post of mine.
It did take me by surprise. I was devastated.
It was as if those people I had trusted somehow like friends were suddenly punching me in the face, or in the stomach. It hurt.
So much so that I noticed after a few weeks I couldn’t bring myself anymore to write again. On anything at all.
So I reasoned with myself: was I going really to stop my Blog just because of two persons who had hurt me by their comments?! That would be totally ridiculous!!!
But just try reasoning with your wounded emotional being… Nothing doing: it just cowers down there, in some darker corner of your inner space, licking its wounds silently, and refusing absolutely to come out again, whatever cajoling you might try to make it do so.
So I had simply to wait…
At long last I found it pays being patient with oneself, with any part in oneself that for whatever reason is going through a difficult time:
One fine morning my emotional being was there again, smiling shyly…. ready again to participate in my blogging life!…
“Welcome back, my emotional being!”, I said warmly to it, smiling back; “I’m glad you’re there again: without you my writing doesn’t reach out to other people the way it normally does, and so my recent posts have only been on topics that weren’t really personal – which is all right, but not  – or not only – what this Blog is truly meant to be… Come, let’s work together again from now on!…”
So here we are again, together of course also with my mental being… and let’s not forget all those cells everywhere in my physical being too, who cheerfully make it possible for what I want to write to actually appear here on this Blog for all of you to read… but now I am aware that I have to be especially careful with my emotional being, so as to avoid its being hurt once again… From its part too, by the way, I can feel it is doing its best to learn not to be so extremely sensitive: it can feel that in someone who is practicing the Integral Yoga, such a progress becomes at some point a must… So it is training itself bravely!…
88e30bacc2a25add54a83b3f2b2dab72-positive-inspirational-quotes-inspiring-quotes
But on the other hand I do hope also that all the people who visit my Blog will realize that I am not trying to impose anything on anybody: I am only sharing whatever I feel might be useful to some others too, from my own experience with Conscious Evolution through the Integral Yoga. Obviously not everything I share will fit the inner needs of everyone else, for that would be totally impossible as each of us is unique.
So those who feel a certain post is not for them could perhaps just leave it alone and come back only for the next one?… which they might like so much that they will, who knows, even ‘Like’ it?!… ;-D
Funny, to unexpectedly find myself laughing about it all at the end of this post…
And will you believe me?! My emotional being is now laughing together with me at the prospect of those imagined ‘Likes’!!!

Previous Older Entries

%d bloggers like this: