A Sunlit Path for the Cells

Yes, in this year 2018, I am celebrating with my body Forty Years of Yoga by its Cells – my dear cells! They and I, we are today all very happy to be celebrating that together… but it hasn’t been always that way!

In 1976, at the time of my first contact with them (totally unexpected) and for about two years afterwards, they had the consciousness of ordinary cells, as far as I could judge. Never did I even imagine that this could start changing, so soon after the Mother had  gone through her own process of cellular transformation, of which in that time only brief extracts selected by Her and called by Her ‘Notes on the Way’ in the Ashram Bulletin published every three months were giving us some enigmatic idea, what She experienced being recorded little by little in  her ‘Agenda of the Supramental Action upon earth’ still unknown to all. For us, the ordinary humans, it was obvious that a few more centuries would be needed before any cellular evolution would begin to happen in our bodies!

So when, hardly in 1978, I caught for the first time some groups of my cells turning to the Divine with all the fervor of their little consciousnesses, after stupefaction my first reaction has been an immediate and categorical, horrified ‘AH NO !!!’

For I just panicked. I had read Satprem’s ‘Mind of the Cells’, published in the meantime, the passages he quoted, particularly from that dreadful period of time he called ‘The Agenda Terrible’, had made me sob with sorrow for Mother, and realize to which degree She had truly, totally been our Divine Mother, finally sacrificing her own body to make as easy as possible the evolution of our bodies after Her. But all that didn’t mean I could accept to follow Her on such a painful path: this was impossible for me, I knew this was not for me.

Shouting out again to the Divine as I had in 1971, I vehemently made known to Him that I absolutely refused such a gift if it was to make my poor body suffer the way it had made Mother’s body suffer, although that one had such an exceptional endurance:

‘NO THANKS…!’ I spontaneously cried out. ‘Stop this at once in me!…’

The patient and smiling answer from the Divine was this:

‘You don’t need to worry… It was like this that it had to happen for Mother, precisely because She was the Divine Mother, because it had to go fast, her body had already a great number of years when it started, and the Work for which it had been created was the most difficult of all: to be the first one, and to eliminate as many as possible of the main obstacles so as to open the way for those who would follow. But now that it is done, what the Evolutive Force is looking for is bodies on the contrary as diverse as possible, receptive to the New Energy, so as to see how to adapt the basic process to the specific way of being of each one. For each body, its own tendencies and capacities will be taken into account’.

Reassured, and so, calming down, I finally gave my agreement for the process to,go on, which it did non stop after that, developing more and more without ever becoming painful – on the contrary.

But when the cellular experiences lived from his side during the same period by Satprem started to be published, what I read of it showed me at once that for him it was the terrible way, and my own cells got so alarmed by this, that since then I have stopped reading anything whatsoever about how things were going for Satprem, to avoid that the consciousness of my own cells be affected negatively by it.

Well, for them all kept progressing in a completely different way, actually rather on the happy side. After some time I understood that this way of doing it on their part was inevitable, as I was not ‘Satprem’, but another being, whose soul-name had revealed itself in 1979 to be ‘Bhaga’, the name the Vedic Rishis were giving to the Power of Delight inherent to the Divine: hence the name, ‘Bhagavan,’ given later to the Supreme, and ‘Bhagavad Gita’, the name given to the major spiritual explanations addressed by Krishna, a divine Incarnation, to Arjuna, his human friend.

It was quite normal that my cells too would identify themselves with this name and its precise vibratory content (Divine Ananda as a solar, and not just lunar Power), and that this aspect of the Divine would become more and more their spontaneous way of perceiving the Divine and of wanting to embody it as cells of my body.

But the cellular transformation lived by Satprem, after the ‘Agenda’ fo Mother herself, are for the time being the only books that are known and read, a fact that can give the impression that for this cellular transformation the painful way is unavoidable, the only one that can possibly give results. Again a few days ago, I watched the beautiful film, ‘Seulement le Fait Divin – Ma rencontre avec Satprem’ (Only the Divine Fact – My encounter with Satprem) made about Pascal Vidal and the testimony he is giving on his  inner and then also outer relationship with Satprem. It is magnificent, but the idea it gives of all cellular experience is that it must necessarily be extreme, all the time at the edge of the unbearable or even the deadly.

So much so, that the kind of cellular experiences lived by myself that one can find described on this blog (see Category ‘CELLULAR CONSCIOUSNESS’) may appear in comparison not very impressive, for not dramatic nor painful, and so, not heroic at all. And yet those experiences are the result of constant evolutive choices, actually quite heroic at their level, on the part of my cells, facing challenges constantly new in their life, and which require quite a lot of courage on their part for deciding to resolve them with  the trustful, happy, even joyful attitude that wasn’t natural at all to them at first, but which they have learnt to keep again and again at every moment of their life – at least to the extent that for them the conditions have never had to become as extreme as they had to become in the case of the first two Great Pioneers, and of the third one.

This deliberate attitude which I just described about my cells is the same one that I described directly as given by Mother herself, in those few lines which in a previous post here I have called ‘Mother’s Five Points Program’ ( https://labofevolution.wordpress.com/2016/06/01/mothers-five-points-program-thought-control-in-our-life-2/ ).

Such an inner attitude, when one succeeds in keeping it more and ore constantly, makes one walk (inwardly of course) on what Sri Aurobindo and Mother call ‘The Sunlit Path’, protected from the dangers of the darker and steeper ways, where others may of course venture , but at their own risks, if it is their spiritual ego that pushes them there, or a type of personality that makes it difficult for them to adopt this somewhat childlike attitude given by the Psychic Being.

Well, retrospectively, it seems to me that all along those forty years, and more and more as they went on, it is that Gift which my cells have wanted to give not only to themselves, but also to offer to all the human beings who are ordinary too, not capable of all courage like Sri Aurobindo and Mother, and also Satprem – but who still wish to help their cells develop their consciousness, at the pace and with the results that they will reveal themselves capable of if it is in this softer way that the process happens for them.

Now that the time of the extremely difficult beginnings is hopefully over, and so a very accelerated but also very painful process is no longer indispensable, now, who knows, perhaps this Sunlit Path for the Cells will become useful to many others? This is the reason why I make it known here, so that people are aware that this other option does exist too, with results potentially important as well, for all our bodies…

The Divine is inviting us to a whole diversity of approaches, for Diversity s necessary, so let’s make the best out of it!

images

Picture from wired.com, with my thanks

Advertisements

Une Voie Ensoleillée pour les Cellules

Oui, en cette année 2018, je célèbre avec mon corps les Quarante Ans de Yoga de ses cellules – mes chères cellules! Elles et moi, nous sommes aujord’hui toutes très heureuses de fêter cela ensemble… mais il n’en a pas toujours été ainsi!

En 1976, lors de mon premier contact conscient avec elles (complètement inattendu), et pour les environ deux années qui ont suivi, elles avaient une conscience de cellules ordinaires, autant que j’en puisse juger. Jamais je n’ai même supposé que cela puisse commencer à changer, si tôt après que Mère ait vécu son propre processus de transformation cellulaire, dont à l’époque seuls de courts extraits sélectionnés par Elle et appelés “Notes sur le Chemin” dans le Bulletin Trimestriel de l’Ashram nous donnaient quelque énigmatique idée, ce qu’Elle vivait étant consigné peu à peu dans son “Agenda de l’Action Supramentale sur la terre” enore inconnu de tous. Pour nous, les humains ordinaires, il était évident qu’il faudrait encore quelques siècles avant qu’aucune évolution cellulaire puisse ccommencer à se produire dans nos corps!…

Alors, lorsqu’à peine en 1978, j’ai surpris pour la première fois certains groupes de mes cellules en train de se tourner vers le Divin avec toute la ferveur de leurs petites consciences, après la stupéfaction ma première réaction a été un immédiat et catégorique “AH NON !!!” horrifié.

Car j’ai carrément paniqué. J’avais lu “Le Mental des Cellules” de Satprem, publié entre-temps,, les passages qu’il citait en particulier de cette période épouvantable qu’il appelait “l’Agenda terrible” m’avaient fait sangloter de chagrin pour Mère, et fait comprendre à quel point Elle avait été pour nous vraiment, totalement notre Mère Divine, sacrifiant finalement son propre corps pour faciliter le plus possible l’évolution des nôtres après Elle. Mais de là à accepter de la suivre sur un si dououreux chemin, cela m’était tout à fait impossible: je savais que ce n’était pas pour moi.

Interpellant à nouveau le Divin comme en 1971, je lui ai signifié avec véhémence que je refusais absolument un tel cadeau s’il devait faire souffrir mon pauvre corps comme il avait fait souffrir celui, pourtant si exceptionnellement endurant, de Mère:

“NON, MERCI…!” fut mon cri spontané. “Arrête-moi ça tout de suite!…”

La réponse patiente et souriante du Divin fut celle-ci:

“Ne t’inquiète pas… C’est comme cela que ça a dû se passer pour Mère, parce que justement Elle était la Mère Divine, parce qu’il fallait aller vite, son corps était déjà très âgé quand il a commencé, et le Travail pour lequel il avait été créé était le plus difficile de tous: être le premier, et éliminer le plus possible des obstacles les plus importants,  afin d’ouvrir la route à ceux qui suivraient. Mais maintenant que c’est fait, ce que la Force Évolutive recherche, ce sont les corps au contraire les plus variés possibles qui soient réceptifs à l’Énergie Nouvelle, de façon à voir comment adapter le processus de base à la manière d’être spécifique de chacun. Pour chacun il sera tenu compte de ses tendances et capacités propres.”

Rassurée, et donc rassérénée, j’ai enfin donné mon accord pour que ce processus se poursuive, ce qu’il a fait sans cesse par la suite, se développant de plus en plus sans pour autant jamais devenir douloureux – au contraire.

Mais quand les récits des expériences cellulaires vécues dans le même temps de son côté par Satprem ont commencé à être publiés, ce que j’en ai lu m’a montré que pour lui c’était terrible, et mes propres cellules du coup s’en sont tellement alarmées que depuis j’ai cessé de lire quoi que ce soit de comment cela se passait pour Satprem, afin que la conscience de mes propre cellules n’en soit pas influencée négativement.

Car pour elles tout continuait à progresser de manière toute différente, et en fait plutôt bienheureuse. Au bout de quelque temps j’ai compris que cette manière de s’y prendre de leur part était inévitable étant donné que je n’étais pas “Satprem”, mais un autre être, dont le nom d’âme s’était révélé en 1979 être “Bhaga”, le nom que les Rishis Védiques donnaient au Pouvoir de Délice d’Être du Divin: d’où plus tard le nom, “Bhagavan”,  “Le Bienheureux”, donné au Suprême, et donc aussi “La Bhagavad Guita”, “Le Chant du Bienheureux”, nom donné aux explications spirituelles majeures adressées par l’ incarnation divine Krishna à son ami humain Arjuna.

Il était bien normal que mes cellules elles aussi s’identifient comme moi à ce nom et à son contenu vibratoire précis, (une forme spéciale d’Ananda en tant que Pouvoir solaire et non plus seulement lunaire), et que ce soit cet aspect-là du Divin qui devienne de plus en plus leur façon spontanée de percevoir le Divin et de vouloir l’incarner en tant que cellules de mon corps.

Mais les récits de Satprem, après l’Agenda de Mère elle-même, sont pour le moment les seuls qui soient lus et connus, ce qui peut donner l’impression qu’en ce qui concerne la Transformation Cellulaire, la voie douloureuse est inéluctable, la seule possible, la seule qui puisse avoir des résultats. Encore hier, j’ai regardé le beau film, “Seulement le fait Divin- Ma rencontre avec Satprem” réalisé sur Pascal Vidal et le témoignage qu’il donne de la relation intérieure puis aussi extérieure qu’il a eue avec Satprem. C’est magnifique, mais cela donne une idée de toute expérience évolutive cellulaire comme devant forcément être aussi extrême, tout le temps à la limite du supportable ou même du mortel.

Si bien que le genre d’expériences cellulaires vécues par moi-même que l’on peut trouver relatées sur ce blog (voir Catégorie “CELLULAR CONSCIOUSNESS” , et “EN FRANÇAIS ” si vous ne parlez que français) peuvent paraître en comparaison peu impressionnantes, car pas dramatiques ni douloureuses, et donc apparemment pas héroïques du tout.  Et pourtant ces expériences sont le résultat des choix évolutifs constants, en fait bel et bien héroïques, toutes proportions gardées, de mes cellules, face à des défis constamment nouveaux dans leur vie, qu’il leur faut beaucoup de courage cellulaire pour chaque fois décider de les résoudre de la manière confiante et heureuse, joyeuse même, au départ pas naturelle pour elles du tout, mais qui est l’attitude qu’elles ont appris à garder encore et encore à chaque instant de leur vie – au moins dans la mesure où les conditions n’ont jamais dû devenir aussi extrêmes qu’elles ont dû le devenir dans le cas des deux Grands Pionniers, et du troisième.

Cette attitude délibérée que je viens de décrire à propos de mes cellules est la même que j’ai décrite telle que donnée par Mère elle-même en ces quelques lignes que j’ai appelées, dans un article plus ancien de ce blog, “Le programme en 5 points de Mère” (seulement en anglais, voir https://labofevolution.wordpress.com/2016/06/01/mothers-five-points-program-thought-control-in-our-life-2/ ).

Une telle attitude intérieure, quand on réussit à la garder de plus en plus constamment, fait que l’on marche (intérieurement, s’entend) sur ce que Sri Aurobindo et Mère appellent “La Voie Ensoleillée”, protégée des dangers des voies plus sombres et plus escarpées, où d’autres pourront bien sûr aller, mais à leurs risques et périls si c’est leur ego spirituel qui les y pousse, ou un type de personnalté qui leur rend difficile cette attitude somme toute enfantine que donne l’Être Psychique.

Alors rétrospectivement, il me semble que tout au long de ces quarante années, et de plus en plus, c’est cela le Cadeau que mes cellules ont voulu non seulement s’offrir à elles-mêmes, mais aussi offrir à tous les êtres ordinaires comme moi qui ne sont pas capables de tous les courages comme Sri Aurobindo et Mère, ou aussi Satprem – mais qui veulent tout de même aider au développement évolutif de conscience de leurs cellules, au rythme et avec les résultats dont ils se révèleront bel et bien capables si c’est de cette manière-là, plus douce, que le processus se passe pour eux.

Maintenant que la période des débuts extrêmement difficiles est, espérons-le, passée, et qu’ainsi un processus très accéléré mais aussi très douloureux n’est plus indispensable, maintenant donc, qui sait, peut-être cette Voie Ensoleillée des Cellules deviendra-telle utille aussi à bien d’autres? C’est pourquoi je la fais connaitre ici, pour que l’on sache que cette option-là aussi existe, avec elle aussi des résultats importants potentiellement pour tous nos corps… Le Divin nous invite à la Diversité d’approches, elle est nécessaire, alors profitons-en!

images

Picture from wired.com, with my thanks

 

Why my ‘AUROSPIRITUALS’ after forty years of ‘Yoga of the Cells’

As I explained in my previous article, it is since 1975 and the full coming in front of my Psychic Being (the ‘Being of the Soul’, as Sri Aurobindo  and Mother call It) that devotional songs for the Divine began spontaneously coming to me, again and again.

And it is when the inner contact with my cells, which happened by itself one year later, in 1976, enabled me to notice with astonishment,  as early as 1978, that here and there in my body they were turning altogether spiritual, it is from that time on that those cells, of a body not only creole but also born in Africa, started to influence the devotional songs that kept coming to me: it was now often on the very joyful rhythm of a biguine or a samba that they expressed themselves!…

So, the sudden influx in September and October 2017 of several more such songs, but dedicated specifically to Africa, has only been the most recent form that  those ‘AUROSPIRITUALS’ took, composing themselves inside of me since the early Eighties.

I thought I had given them that name only just before the African Niagara: precisely the night before the powerful arrival of the African Niagara in the early morning, I had made a list of all my very rhythmic songs and had given them that name – for the first time, or so I believed.

A major mistake actually:

It is simple little notebooks for schoolkids that I use for noting down since 1988 (at last…) the spiritual progresses of my cells, as well as my dreams – in case the latter may reveal a secret inner relation with the cellular progresses also recorded.

From the very first notebook in 1988, I named the future whole record of those notes ‘My Cells and Me:  Journal of a Wonderful Adventure Together’.

Quite recently – these last few weeks – , while going back in time leafing through those notebooks, searching for an entirely different cellular event, I stumbled upon the veritable date on which for the first time I had had the inspiration of that name for my songs with a more exotic rhythm: it was in fact, unbelievable but true, in the morning of Feb. 24th 2017, that is, exactly the day after my birthday last year!!!

What a surprise! Already on that morning, right after my previous birthday, the Divine had whispered to me this precise name for those songs: ‘AUROSPIRITUALS’!…

Stunned, I realized this specific name was having then a great importance, more so than I had suspected. In effect, that name was enabling me to evoke and honor the name of similar but older songs, indeed, but also to signal the difference: thanks to its greater universality that name could then be used for the joyful devotional expression of any people or culture, beyond all the religions and their human dogmas so limiting and divisive!…

Thanks to the genetic research that has now become so easy to do, many people are discovering they have had ancestors of totally unsuspected origins, and this simple revelation by itself makes them open up to those other cultures they had no idea they were linked to.

But what Genetics don’t know yet, is that we have often been our own ancestors, too…! And in my personal case, it is not just African and Creole roots that I have in me. Be it from one lifetime or the other, I have actually roots masculine or feminine, on all continents, under all latitudes and all skin colors, expressing all the shamanic or religious beliefs known or forgotten. Roots?… I have, it would seem, a multitude of them.

Indeed: the British Aurovilian lady (nowadays gone back to cool England for her health) whom long ago I had finally consulted like many of us did, revealed then to me, to her own surprise, that I was what is called ‘an old soul’, having lived lives upon lives, everywhere, from the most ancient times, and that in this lifetime (a most important one) I was to gather and use all the qualities acquired in all those other lives to create out of them the diversified richness that our human unity requires for truly happening, in this terrestrial evolutive future that is growing more and more.

Well, I had noted down all right everything that this Aurovilian lady with inner sight  had told me, but without having the slightest idea of how such a future of spiritual universalisation would ever become a part of my real life.

And there it was, beginning obviously to happen, and on the intense and accelerated mode that luckily I was getting used to, for it was in that same way that all my previous spiritual progresses had happened every time, and this new one was no exception:

One after the other, first Africa with several of its regions, among them the Atlas, then it has been Tibet that revived its deep roots within me, then Kazakhstan, or rather the whole area around the Altaï, whatever present name those countries may have, that lie there since ever, and in which my being has incarnated for one life or the other. And there is the Peru of Macchu Picchu. And there is Ancient Israël – several lives. And there are of course my roots, multiple too, in France as such, at various time periods. And it is far from all!

These last months, my own evolutive progresses have translated themselves, in the night as in the day, through a sort of universalisation, not any more just psychological like when a young adult, but lived by my body itself, the experience buried into the invisible layers of my cells’ DNA starting to become active again, bringing me in a sequence, irresistibly, to several of those Cultural Pavilions that Mother asked us to build also in Auroville, I understand better and better why.

And this doesn’t concern me only, obviously: Auroville, and beyond Auroville, humanity as a whole will have to follow this same inner movement connecting all our diversities.

Of course the Aurovilians are from everywhere, already on the first degree, speaking simply of each one’s country of origin in this lifetime. But to feel that one belongs only to that one country is not enough, it too easily gives rise to ‘reductionism’ and ‘exclusivism’ towards the other countries.

Beyond this apparently unique country each one belongs to now, so many of us in Auroville, like me have those multiple deep roots connecting them invisibly to so many countries and cultures and times, on top on their country of origin this time around, that having lived under all skin colors, when they begin to remember it, they simply cannot anymore be a racist….

Same thing for the religions: when one has lived at the time of Christ, but also at the time of Krishna, and also at the time of Buddha or Mahomet, and then now of Sri Aurobindo and Mother, it is from within that one feels the wonderful complementarity of the way they followed each other, simply as different and growing expressions of the same Truth  now at last fully revealed. That Truth has needed all the previous ones to become whole again in its expression, and they must remain, in some more supple form devoid of exclusivism, so that the Truth  will still be adapted to the various degrees of evolution and inner needs that cannot but be there, among those unique individual human beings that we all are, all various aspects of the Divine at the same time ONE and ALL.

It is, I see it, this new experience in my cells that has made my individual consciousness achieve the same progress in effective universalization.

For 2018,  for this Fortieth Year of their own ‘Yoga of the Cells’, as Mother was calling it, this is the Gift they have received in several stages, during the End of Year and New year time, and still more later… And they kindly made me benefit from it, they shared it with me, this Gift, and now thanks to these neurons who formulate it for me, and these hands who write it on this keyboard for me, and this whole body who participates one way or the other, I am able to share it with other human beings too, a bit everywhere, through this blog! Isn’t that fantastic?!?

All my congratulations to you, my dear cells, and all my gratitude as a human being who still felt too separated from the others! You have changed all that in a few months!… And our little Celebration of Africa at the African Pavilion through your joyful ‘Aurospirituals’ for the anniversary of this body you constitute, my dear cells, this little afternoon of singing and dancing that way is more ad more taking its full meaning : it was a Celebration of the wonderful Diversity of Human Expression that we are all part of!…

images

Pourquoi mes “AUROSPIRITUALS”, après quarante années de “Yoga des Cellules”

Ainsi que je l’ai expliqué dans mon précédent article, c’est depuis 1975 et la pleine venue en avant de mon Être Psychique (l’Être de l’Âme, ainsi nommé par Sri Aurobindo et Mère) que des chansons dévotionnelles pour le Divin ont spontanément commencé à me venir, encore et encore.

Et c’est lorsque le contact intérieur avec mes cellules, qui s’est produit par lui-même un an plus tard, fin 1976, m’a permis de constater avec stupeur, dès 1978, qu’elles étaient carrément, ici et là dans mon corps, en train de s’éveiller spirituellement, c’est à partir de ce moment-là que ces cellules, d’un corps non seulement créole mais aussi né en Afrique, ont commencé à influencer les chansons dévotionnelles qui continuaient de plus belle à me venir: maintenant c’était souvent sur des rythmes de biguine ou de samba fort joyeux et entraînants qu’elles s’exprimaient!….

L’afflux soudain en Septembre et Octobre 2017 de telles chansons, mais cette fois dédiées spécifiquement à l’Afrique, n’a donc été que la plus récente forme qu’ont prise ces “AUROSPIRITUALS” qui se sont composés en moi depuis le début des années 80.

Je croyais ne les avoir nommées “AUROSPIRITUALS” que juste avant l’arrivée récente du Niagara africain: justement pile la nuit d’avant que le Niagara africain ne se déclenche en pleine force au petit matin, j’avais fait la liste de toutes mes chansons bien rythmées, et les avais appelées ainsi – pour la première fois, ou du moins je le croyais.

Erreur majeure en fait:

Ce sont de simples petits cahiers d’écolière qui me servent depuis 1988 à noter (enfin…) les progrès spirituels de mes cellules, ainsi que mes rêves – au cas où ceux-ci révèleraient une relation intérieure secrète avec les progrès cellulaires notés aussi.

Dès le premier cahier en 1988,  j’ai intitulé tout l’ensemble de mes notes futures “Mes Cellules et moi: Journal d’une Merveilleuse Aventure ensemble”.

Tout récemment – ces dernières semaines – en remontant le temps dans ces petits cahiers, alors que j’étais à la recherche d’un tout autre évènement cellulaire, je suis tombée sur la véritable date à laquelle j’avais pour la première fois eu l’inspiration de ce nom pour ces chansons au rythme plus exotique : c’était en fait, incroyable mais vrai, au matin du 24 février 2017, soit exactement le lendemain de mon anniversaire d’il y a un an!!!

Ô surprise, dès ce matin-là, juste à la suite de mon anniversaire précédent, le Divin m’avait déjà soufflé ce nom précis pour ces chansons-là: les “AUROSPIRITUALS”!…

Je me suis rendu compte avec effarement que ce nom spécifique avait donc une grande importance, plus d’importance que je ne le soupçonnais. De fait, ce nom me permettait d’évoquer et d’honorer le nom des chants similaires plus anciens, certes, mais tout en m’en démarquant grâce à ce nom plus universel qui pourrait du coup être utilisé pour la joyeuse expression dévotionnelle de tout peuple et toute culture, au-delà de toutes les religions et de leurs dogmes humains si limitants et séparateurs!…

Grâce aux recherches génétiques maintenant faciles à faire, de nombreuses personnes se découvrent des ancêtres d’origines totalement insoupçonnées, et déjà cette simple révélarion les fait s’ouvrir à ces autres peuples auxquels ils étaient donc reliés sans le savoir

Mais ce que la génétique ne sait pas encore, c’est que nous avons  souvent été aussi nos propres ancêtres…! Or dans mon cas, ce ne sont pas seulement des racines africaines et créoles que j’ai en moi. Que ce soit d’une vie ou d’une autre, j’en ai en fait au masculin ou au féminin, dans tous les continents, sous toutes les latitudes et couleurs de peaux, exprimant toutes les croyances chamaniques ou religieuses connues ou oubliées. Des racines, j’en ai, semble-t-il, une multitude.

En effet: l’Aurovilienne britannique et médium (aujourd’hui retournée pour sa santé à la fraîcheur de l’Angleterre) qu’autrefois j’avais finalement consultée moi aussi, m’avait révélé avec étonnement que j’étais ce qu’on appelle une “vieille âme”, ayant vécu des vies et des vies, partout, depuis les temps les plus anciens, et que dans cette vie-ci (très importante), j’aurais à rassembler et utiliser les acquis de toutes ces autres vies pour en faire la richesse très diversifiée que notre unité humaine exige pour se réaliser vraiment, dans ce futur évolutif terrestre qui grandit de plus en plus.

J’avais bien pris bonne note de ce que disait cette Aurovilienne douée de voyance, mais sans avoir la moindre idée de comment ce devenir spirituel d’universalisation future deviendrait une partie de mon vécu effectif.

Et voilà que maintenant cela commençait nettement à se produire, et sur le mode intense et accéléré dont je commençais à avoir l’habitude, heureusement, car c’était ainsi que tous mes précédents progrès spirituels, en quelque partie que ce soit de mon être, s’étaient chaque fois produits, et ce progrès nouveau ne faisait pas exception:

Coup sur coup, après l’Afrique et plusieurs de ses régions, dont celle de l’Atlas, c’est le Tibet qui a fait revivre ses racines en moi, puis le Kazakhstan, ou plutôt la région entière située autour de l’AltaÏ, quels que soient les noms présents des pays qui s’y trouvent depuis toujours, et dans lesquels mon être s’est incarné pour une vie ou une autre. Et i il y a le Péroude MacchuPicchu. Et il y a l’Israël d’autrefois – plusieurs vies. Et il y a bien sûr mes racines, multiples elles aussi, en France-même, à différentes époques. Et c’est loin d’être tout!

Tous ces mois derniers, mes propres progrès évolutifs se sont traduits, de nuit comme de jour, par une sorte d’universalisation, non plus seulement psychologique comme dès mon adolescence, mais bien corporelle, le vécu enfoui dans les couches invisibles de l’ADN de mes cellules commençant à s’activer de nouveau, me portant successivement et irrésistiblement vers plusieurs de ces Pavillons Culturels que Mère nous a demandé d’aussi construire à Auroville, je comprends de mieux en mieux pourquoi.

Et cela ne me concerne pas seulement moi, bien sûr: Auroville, et au-delà d’Auroville toute l’Humanité, doivent suivre ce même mouvement intérieur reliant toutes nos diversités.

Il est bien entendu que les Auroviliens viennent de partout, déjà au premier degré, parlant simplement de nos pays d’origine dans cette vie-ci. Mais cette appartenance-là est trop unique, trop aisément “réductioniste” et “exclusiviste” dans son attitude envers les autres pays.

Au delà de cette appartenance apparemment unique de chacun, tant d’entre nous vivant à Auroville ont comme moi de ces racines profondes multiples qui les connectent invisiblement à tant d’autres pays et cultures et époques, en plus de leur pays d’origine de cette fois-ci, que, ayant vécu sous toutes les couleurs de peau, quand ils commencent à s’en souvenir, ils ne peuvent tout simplement plus être racistes…

Même chose pour les religions: quand on a vécu au temps du Christ, mais aussi au temps de Krishna, et aussi au temps de Bouddha ou de Mahomet, et puis maintenant de Sri Aurobindo et Mère, c’est du dedans que l’on ressent la merveilleuse complémentarité de leur succession: simplement des expressions différentes, et croissantes, de la même Vérité maintenant enfin entièrement dévoilée, Celle-ci a eu besoin de toutes les précédentes pour redevenir totale dans son expression, et doit les conserver, sous une forme plus souple, dénuée d’exclusivisme: ainsi seulement pourra-t-elle continuer à s’adapter aux degrés d’évolution et aux besoins intérieurs différents qu’ont forcément ces êtres individuels uniques que nous sommes tous, tous aspects différents du même Divin à la fois UN et TOUT.

C’est donc, je le constate, ce vécu nouveau de mes cellules qui m’a fait accomplir dans ma conscience individuelle le même progrès d’universalisation effective.

Pour 2018, pour cette Quarantième Année de leur propre “Yoga des Cellules”, ainsi que l’appelait Mère, c’est le Cadeau qu’elles ont reçu peu à peu, pendant les fêtes de Fin d’Année et de Nouvelle Année, et encore depuis… Et elles m’en ont fait gentiment profiter, elles l’ont partagé avec moi, ce Cadeau, et maintenant grâce à ces neurones qui le formulent pour moi, et ces mains qui l’écrivent sur ce clavier pour moi, sans compter toutes les autres cellules de ce corps qui participent d’une manière ou d’une autre, je peux en faire profiter d’autres êtres humains aussi, un peu partout, à travers ce blog! N’est-ce pas fabuleux?!?

Toutes mes félicitations à vous, mes chères cellules, et toute ma gratitude d’être humain qui se sentait encore trop séparé des autres! Vous avez changé tout cela en quelques mois!… Et notre petite Célébration de l’Afrique au Pavillon Africain à travers vos gais “AUROSPIRITUALS”, pour l’anniversaire de ce corps que vous constituez, mes chères cellules, cette petite fête prend de plus en plus tout son sens de Célébration de la merveilleuse Diversité d’Expression Humaine dont nous faisons tous partie!…

images

My Birthday on Feb. 23rd at the African Pavilion, with my ‘AUROSPIRITUALS’

I just celebrated – as every year – my Birthday: on Feb. 23rd.

Yes, right in the middle of the famous ‘Birthday Week’ that we celebrate regularly in Auroville from Feb. 21st, Mother’s Birthday, to 28th, Auroville’s own Birthday!…

Like many others here whose Anniversary is also during this period (or that of August 15th, Sri Aurobindo’s Birthday….!), I feel honored by this sort of date-wise connection, but whatever the date, we all give its due importance to our Anniversary, because of the fact that on that day, every human being is particularly open inwardly, open to the beneficial influence of  his or her soul, and so also of this ONE divine reality that he or she is a part of, and the partial expression of, within that divine Oneness in which everything, whether consciously or not, is actually bathed as in an invisible Ocean.

This year 2018, this Special Week has been all the more special because it was Auroville’s Fiftieth Birthday, its Golden Jubilee, as they say (please see my previous post,  https://labofevolution.wordpress.com/2018/03/04/le-golden-jubilee-dauroville-comme-vecu-par-une-aurovilienne/ ).

Since May 1975 and the full coming in front of my Psychic Being (in hardly a few steps after my arrival in Auroville in 1972), it so happened that as a direct consequence I got the inspiration for many songs of Love for the Divine, at first rather solemn or intimistic in style, then more and more on that creole kind of rhythm that my body, born of parents both from Martinique (in the French West Indies), spontaneously loves with all its cells.

Reminded of the old ‘negro-spirituals’ that I had discovered as a young adult, which were created particularly in the South of the USA, although while in slavery, by those African people totally uprooted but still full of faith in God, I decided to honor them by calling ‘AUROSPIRITUALS’ those songs of mine, although my ones hadn’t been inspired by any religion, but by the universal spirituality that is growing everywhere nowadays, because of the present collective evolution of Humanity…

Well, since a few months – starting in Septemeber 2017 – I have received in a very unexpected and very powerful way, one after the other, several of those swinging AUROSPIRITUALS’, but this time all dedicated specifically to Africa!

This immediately connected me again to that vast land of Africa where indeed I had chosen, in this lifetime, to be born, in Algiers, in a then French North Africa, and after that to go on growing, but in that Western Africa also French at that time, where my parents had gone back for their normal work in the then French Administration: in Sénégal, initially the countryside, then the capital Dakar, later on the Soudan (now Mali), again first the countryside, then the capital Bamako with its hill, Koulouba, above the vast plain of the Niger river.

These African birth and childhood have left in me a great love for Africa, which the decades spent later on in France and in Auroville have not managed to dry up. Since my coming here I had been impatiently waiting for the creation of at least an embryo of African Pavilion, among those other Cultural Pavilions of various countries that were being born along the years in the area of Auroville that the Mother, its Founder, had designated for this purpose.

At long last a few Africans had started to come (after two solitary ones) and finally,  hardly a few years ago, an African Pavilion had been born… but at the time I was living on the main beach of Auroville, too far and too burdened with responsibilities to take part in this birth so eagerly longed for by me.

My fortunate return, end of 2014, to the Centre of Auroville, and now this Niagara of songs for Africa that was suddenly pouring down on me, gave me the perfect opportunity to finally get involved in the development of that Pavilion so cherished in advance.

In the premises still basic but already arranged and decorated with talent using these highly colored geometrical paintings, so recognizable, from the African Culture, I felt immediately at home, as in this familiar atmosphere of cordial simplicity which welcomed me, from the handful of Africans who managed the place as well as from the many Volunteers (some of them long term) or visitors  who people the Camping Site ‘Safari’ where one lives right in Nature under the little tents available there or that one has brought. Kitchen and toilets are built and decorated, as is a big common space shaped like a traditional hut, on one side of the Camping area; on the other side, the open air large space where, around a big bonfire,  the famous Drumming Session happens every week…

This is how I myself  have been able to spend a night on the spot, under a tent, after having at last watched – and joined with delight! – the contagious dance that enters all the present bodies every Thursday evening, while the Africans cheerfully drumming are joined by any other Auroville musician also inspired by those happy and free rhythms which do so much good to a body…

A few weeks later, a little band was forming spontaneously around me for those specifically African AUROSPIRITUALS… But for which purpose, I came to know with clarity only then: the Special Week was approaching, and with it my own Birthday, it was obviously on the date of my birth that I would have to sing for this beloved Africa where long ago I had chosen to be born!…

But, last minute surprise,  what was intended to be just a small intimate celebration with the few musicians and the friends especially invited, later became , on the request of the Africans running the Pavilion, an official event to be publicly announced as the Event presented by the African Pavilion as its contribution to the Golden Jubilee of Auroville!!!

Fortunately, the Divine Grace arranged things in Its own way, with the announcement in the Auroville internal news coming out only on the 24th, that is, the day after our little Celebration of Africa for my Anniversary, and the result was that there was an audience sufficiently big and enthusiastic to clap their hands and sing the choruses with us, but none of the huge crowd that we were totally unprepared for and so were secretly very scared to face!…

Now, after this memorable performance, and also all the other events we all attended elsewhere before and after that one during that incredible Golden Jubilee Week, everybody is resting, exhausted… But, oh happiness, everything went fine, so we are savoring this well-earned rest, all the while smiling with gratitude to the Divine Grace that everywhere gave the invisible helping hand needed at the critical moments, and made everything finally possible… ad even a success!

This personal Anniversary so special this year, at the African Pavilion, will remain engraved in my memory… and will mark also in its own way a grand Première in Auroville: the public beginning of a new aspect of the new Culture that is growing here: the AUROSPIRITUALS!

The event has been recorded and filmed by our Auroville RadioTV, here is the link to a short video, an of course much abridged version where fragments of the little historical talk I gave beforehand to a group of friends have been inserted here and there between extracts of the songs:

https://www.aurovilleradio.org/aurospirituals-at-african-pavilion/

The place of all this in the Integral Yoga, this Yoga of individual and collective Evolution my entire life is dedicated to since 1971?,… If you are interested in the answer, you will get to know it in my next post! Isn’t this one long enough already?…

Mon Anniversaire dédié à l’Afrique, ce 23 février de notre “Semaine Anniveraire”

Je viens de fêter – comme chaque année – mon Anniversaire.

Oui, au beau milieu de la célèbre Semaine Anniversaire que nous célébrons toujours à Auroville, du 21 février, Anniversaire de Mère, au 28, Anniversaire d’Auroville elle-même!…

Comme beaucoup d’autres ici dont l’Anniversaire est aussi pendant cette période (ou autour du 15 août, Anniversaire de Sri Aurobindo…!), je me sens honorée de cette sorte de parenté de date; mais quelque soit la date, nous donnons tous à notre Anniversaire l’importance voulue, dûe au fait que ce jour-là, tout être humain est particulièrement ouvert intérieurement: ouvert à l’influence bénéfique de son âme, et donc aussi de cet UN Divin dont tout ce qui est, fait partie, et est l’expression partielle, dans cet UN Divin en qui tout, en fait, baigne invisiblement, que ce soit onsciemment ou non….

En cette année 2018, cette Semaine Spéciale a été encore plus spéciale que d’habitude, car c’était le cinquantième Anniversaire d’Auroville, son Jubilé d’Or, comme on dit. (voir mon article précédent, https://labofevolution.wordpress.com/2018/03/04/le-golden-jubilee-dauroville-comme-vecu-par-une-aurovilienne/ ).

Depuis Juin 1975 et la pleine venue en avant de mon Être Psychique (en à peine quelques étapes dès mon arrivée à Auroville en 1972) il se trouve qu’en conséquence directe j’ai reçu l’inspiration de nombreuses chansons d’Amour pour le Divin, d’abord plutôt solennelles ou intimistes (des tendres valses par exemple), puis au fil des années de plus en plus rythmées à la façon antillaise que mon corps, né de parents martiniquais, affectionne spontanément de toutes ses cellules.

Me rappelant les anciens “negro-spirituals” découverts à mon adolescence, créés en particulier dans le Sud des USA, même en plein esclavage, par ces peuples d’Afrique déracinés mais malgré tout pleins de foi, j’avais eu à coeur de les honorer en appelant “AUROSPIRITUALS” ces chansons similaires qui m’étaient venues, non plus inspirées cependant par aucune religion, mais bien par la spiritualité universelle qui grandit maintenant partout du fait de l’évolution collective de l’Humanité…

Or voilà que depuis quelques mois – à partir de Septembre 2017 – j’ai reçu de manière très inattendue et puissante,  coup sur coup, plusieurs de ces AUROSPIRITUALS  bien rythmées, mais cette fois dédiées spécifiquement à l’Afrique!

Cela m’a rebranchée immédiatement sur cette vaste Terre d’Afrique où en effet j’ai choisi dans cette vie-ci, d’abord de naître, à Alger, dans une Afrique du Nord alors française, puis après quelques mois de continuer à grandir, mais cette fois dans cette Afrique Occidentale alors française elle aussi, où étaient retournés mes parents pour leur travail normal dans l’Administration Française de l’époque: au Sénégal, initialement dans la brousse et plus tard dans la capitale Dakar, puis au Soudan, à nouveau en brousse puis dans la capitale Bamako avec sa colline Koulouba surplombant la vaste plaine du Niger.

De cette naissance et enfance africaines m’est resté un grand amour pour l’Afrique, que les décades passées ensuite en France puis à Auroville n’ont pas réussi à tarir.  Depuis mon arrivée ici, j’avais impatiemment attendu que se créée au moins un embryon du Pavillon Africain, parmi les autres Pavillons Culturels de divers pays qui naissaient au fil des années dans la zone d’Auroville que Mère, sa fondatrice, avait demandé de réserver à cet usage.

Enfin quelques Africains avaient récemment commencé à venir (en plus d’un solitaire), et finalement, depuis à peine quelques années, le Pavillon Africain était né,.. mais je vivais alors sur la plage principale d’Auroville, trop loin et trop submergée de responsabilités pour participer à cette naissance, tant attendue pourtant de ma part.

Mon retour providentiel fin 2014 vers le Centre d’Auroville, et maintenant cette cataracte de chansons pour l’Afrique qui me tombait soudain dessus, m’ont donné du coup l’occasion rêvée de m’impliquer enfin dans le développement de ce Pavillon si chéri à l’avance.

Dans les lieux encore sommaires mais déjà aménagés et décorés avec talent de ces peintures géométriques hautes en couleurs, bien reconnaissables, de la Culture Africaine, je me suis sentie tout de suite chez moi, ainsi que dans cette atmosphère familière de simplicité cordiale qui m’a accueilie, aussi bien de la part de la poignée de responsables, eux-mêmes Africains bien sûr, que des nombreux volontaires (certains pour de longues durées) ou aussi visiteurs de passage qui peuplent le Camping “Safari” où chacun vit en pleine nature sous les petites tentes disponibles ou bien celle qu’il/elle a apportée. Cuisine et toilettes communes sont déjà érigées et décorées, ainsi qu’un grand espace commun couvert, en forme de hutte traditionnelle, à côté du Camping; de l’autre côté, l’espace à ciel ouvert où, autour d’un grand feu de joie, se passe la célèbre soirée hebdomadaire de “Drumming” au Pavillon Africain…

C’est ainsi que moi-même j’ai pu passer la nuit sur place, sous une tente, après avoir enfin pu assister – et participé avec délice ! – à la danse générale qui s’empare de tous les corps présents chaque jeudi soir, pendant la Soirée de Tam-Tam à laquelle se joignent, en plus des Africains en personne, tout autre musicien aurovilien inspiré par ces rythmes joyeux et libres qui font tant de bien au corps…

Quelques semaines plus tard, un petit groupe se formait spontanément autour de moi pour accompagner ces AUROSPIRITUALS spécifiquement africains… Mais dans quel but exactement, cela ne m’est apparu clairement qu’à ce moment-là: la Semaine Spéciale approchait, et avec elle mon propre Anniversaire, c’était évidemment pour la date de ma naissance que je devais chanter pour cette Afrique bien-aimée où j’avais autrefois choisi de naître!…

Mais, surprise de dernier moment, ce qui ne devait être qu’une petite fête intime avec les quelques accompagnateurs et les amis invités spécialement, s’est ensuite mué, à la demande des responsables du Pavillon,  en évènement officiel à annoncer publiquement comme l’évènement présenté par le Pavillon Africain en tant que sa contribution au Jubilé d’Or d’Auroville!!!

Heureusement, la Grâce Divine a fait que l’annonce officielle n’est parue que le 24 février, soit le lendemain de notre petite Célébration de l’Afrique pour mon Anniversaire, si bien qu’un public suffisant et enthousiaste était présent pour frapper dans ses mains et chanter les refrains avec nous, mais pas la foule énorme pour laquelle nous n’étions pas du tout préparés, et que donc nous redoutions secrètement!…

Maintenant, après cette mémorable performance, et aussi tous les autres évènements auxquels nous avons tous assisté ailleurs avant et après, pendant cette incroyable Semaine du Jubilé d’Or, tout le monde se repose, épuisé… Mais, ô joie, tout s’est bien passé, donc nous savourons ce repos bien gagné, tout en remerciant en souriant cette Grâce Divine qui a donné partout le coup de pouce voulu aux moments critiques, et a rendu tout finalement possible… et même réussi!

Cet Anniversaire personnel si spécial cette année au Pavillon Africiain restera gravé dans ma mémoire… et marquera aussi à sa manière une grande Première à Auroville: le début public d’une nouvel aspect de la Culture Nouvelle qui y grandit : les AUROSPIRITUALS!

L’évènement a été enregistré et filmé par notre Auroville Radio, voici le lien pour une courte vidéo, une version bien sûr abrégée et où des fragments du petit historique que j’ai d’abord donné pour un groupe d’amis ont été insérés ici et là parmi les extraits de chansons:

https://www.aurovilleradio.org/aurospirituals-at-african-pavilion/

La place de tout cela dans le Yoga Intégral, ce Yoga d’Évolution individuelle et collective  auquel ma vie tout entière est consacrée depuis 1971 ?… Si cela vous intéresse, vous l’apprendrez dans mon prochain article!…  Celui-ci n’est-il pas déjà assez long ?…

 

Le “Golden Jubilee” d’Auroville, comme vécu par une Aurovilienne

Mon dernier article avant celui-ci était le 9 février… Comme trop souvent ces temps derniers, presqu’un mois s’est écoulé entre cet article-là et le nouveau que je suis enfin à même d’écrire.

Mais cette fois-ci ce n’est pas seulement à cause de mes propres difficultés internes. Voici ce que j’ai écrit en réponse à un commentaire sur cet article précédent:

“Je vous suis très reconnaissante, cher Rick, pour cet excellent commentaire sur mon article et les points principaux qu’il touchait! Vous lui ajoutez de l’information, et un lien auquel je serai heureuse d’aller dès que cette “Semaine Anniversaire” annuelle que nous avons à Auroville en cette période de l’année sera terminée et que j’aurai à nouveau un peu de temps pour lire…! Le fait que cette année l’Anniversaire d’Auroville sera son Cinquantième Anniversaire,  ou “Jubilé d’Or”, avec toutes les célébrations variées que vous pouvez imaginer, ne facilite pas les choses… 😀 “

Plus récemment, une circonstance extérieure certainement espérée, mais terriblement aggravante, s’est effectivement matérialisée: le Premier Ministre de l’ Inde, Sri Narendra Modi, est venu nous rendre visite en personne le 25 février !… Cet évènement a fait la Une des journaux dans toute l’Inde:

Ce n’était bien sûr pas “à Pondicherry “, mais à Auroville même, et le public qui peut être vu assis dans notre vaste “Auditorium Sri Aurobindo” au Bharat Nivas (le Pavillon Culturel de l’Inde, parmi les nombreux autres Pavillons Culturels déjà construits ou à ériger dans cette zone spécifique d’Auroville) sont des Auroviliens, comme l’est aussi la dame indienne qui joue le rôle de la présentatrice pour tous les VIPs alignés sur la scène de part et d’autre du “Prime Minister”.

C’est fait, ce “Golden Jubilee” d’Auroville, si important, célébré avec la grandeur et la beauté qui lui étaient dûes, trois jours plus tard, le 28, annivesaire de la date précise à laquelle avait eu lieu la Cérémonie de Fondation en 1968 – est maintenant en effet passé, et j’ai à nouveau en effet un peu de temps, non pas encore pour lire quoi que ce soit, mais bien pour écrire au moins un nouvel article pour ce Blog!!!

À propos de ce “Golden Jubilee,” bien sûr. Non du point of vue de l’une des nombreuses, nombreuses personnes de l’extérieur qui, en quelque capacité officielle ou non qu’elles l’aient fait, ont assisté d’une manière ou d’une autre à cet évènement multiple, mais du point de vue de quelqu’un de l’intérieur, le point de vue d’une Aurovilienne qui a elle-même vécu et travaillé ici depuis 1972, c’est à dire quarante-cinq ans – un bon bout de temps, comme vous le voyez – et qui peut pleinement apprécier les véritablement énormes, incroyables changements qui se sont produits ici durant cette période-là.

De l’effrayante terre désertique avec une poignée de huttes précaires ici et là, se serrant les unes contre les autres sous un soleil de plomb, à la végétation presque débordante, et à la Cité émergeant très visiblement de cette masse verdoyante, avec des bâtiments aussi magnifques que celui où, ô fait incroyable mais vrai, je vis maintenant moi-même, quel énorme miracle semble s’être produit! Sans parler de ces célébrations du Golden Jubilee elles-mêmes,  un miracle se déversant d’évènement en évènement présentés pratiquement partout dans Auroville, pratiquement tout le temps, pendant cette entière “Semaine Anniversaire” (de celui de Mère le 21 à celui d’Auroville le 28) devenue encore plus signifiante cette fois-ci du fait que c’était le Cinquantième Anniversaire de notre chère Auroville!…

D’après la façon dont j’ai moi-même vécu pendant ces derniers mois les hauts et les bas totalement déconcertants dans la préparation de mon propre petit évènement (pour mon propre anniversaire le 23) au Pavillon Africain et pour lui, au beau milieu du tourbillon des autres évènements préparés un peu partout aussi, je peux dire que la somme de tous nos efforts semble avoir été énorme, mais qu’elle n’aurait finalement pas abouti à grand’chose sans l’Aide palpable de la Grâce Divine, nous débarrassant au fur et à mesure de tous les obstacles apparemment insurmontables qui se dressaient devant nos entreprises aussi variées qu’audacieuses.

Car c’est cela qui est pour moi le miracle encore plus grand qui s’est passé tout au long des nombreuses années de notre présence ici, inébranlable, entêtée, obstinée: le miracle intérieur, celui qui a commencé à nous transformer chacun(e) radicalement, à travers la  pure magie de la Foi.

Depuis le début en 1968, et n’importe quand après également, toutes les données allaient tellement contre nous, ce ne pouvait être que par la foi, une foi toutjours grandissante, de moins en moins en nos propres efforts humains, mais de plus en plus dans l’Aide Divine, que nous avons affronté toutes les tâches que nous avons tenté d’accomplir – et que nous avons effectivement accomplies finalement, aussi impossibles qu’elles aient pu  sembler au début,… et le plus souvent longtemps après aussi.

Nous avons chacun grandi à notre propre manière unique, nous débarrassant de quelques-uns des problèmes humains personnels dont chacun était un mélange unique. Mais nous avons tous aussi grandi ensemble d’une manière collective, commune: en acquérant de plus en plus de patience, de plus en plus de persévérance, en un mot de plus en plus de ce miraculeux ingrédient présent en nous tous, êtres humains: la Foi.

De la Foi en le Divin avant de faire aucune des choses variées mais complètement insensées que nous avons eu invariablement à faire au long des années, et de la Gratitude pour le Divin après, une fois que, tout à fait miraculeusement, la chose était faite.

Ceux qui n’arrivent à Auroville que maintenant, surtout s’ils viennent de l’Occident, n’ont aucune idée à quel point chaque pas a été simplement une impossibilité, pour parvenir à l’Auroville de maintenant.

Alors à la fin, de manière bien inattendue, tout devient en quelque sorte amusant. De l’amusement pur et simple!

Bien sûr il faut continuer à contribuer son effort personnel, preuve concrète que oui,  nous voulons réellement que ce résultat-là se réalise, mais nous ne sommes plus vraiment anxieux quant au résultat: si c’est bien la vraie chose qui doit se produire, le Divin la fera se produire de toutes façons, quel que soit ce qui va contre – et si la chose ne se produit pas, cela signifie simplement que ce n’était pas réellement la chose vraie, ou pas sous la forme voulue, et donc c’est très bien que cela ne se soit pas produit: cela se produira sous la forme vraie plus tard, voilà tout…

Et c’est ainsi qu’hier, téléphonant à une amie et collègue juste partie une semaine pour donner un stage ailleurs en Inde, sans avoir eu le temps pendant la folie de ces derniers jours de nous rencontrer comme nous le faisons d’habitude, nous nous sommes soudain surprises à rire, rire irrésistiblement de toute cette épreuve que nous avions vécue là.

Nous riions du pur délice intérieur qui vient de savoir ce si secret et si merveilleux Fait: que si vous, de votre côté, donnez réellement tout ce que vous pouvez, en toute sincérité et confiance, alors il n’y a plus de souci à se faire: le Divin fera tout le reste pour vous, tout ce qu’il vous aurait été impossible de faire, et l’Impossible se produira encore et encore, de façon régulière, comme la Nouvelle Manière de Vivre que tant d’entre nous ont souhaitée si ardemment dans leur pensée, leur coeur, leur corps – des êtres encore humains dans une large mesure, certes, mais en même temps, dans une certaine mesure au moins, déjà plus tout à fait humains… et ressentir cela est si merveilleux!!!

Savoir par expérience directe, répétée, que vous pouvez compter sur l’Aide Divine, parce que le Divin est de plus en plus pour vous cet Ëtre Immense, sans limite, éternel, tout-puissant, qui Sait et qui Aime, qui est en vous et tout autour de vous, dans lequel vous avez éternellement votre propre être, en toute sécurite et toute félicité, si bien que relever le Défi bien digne de vous, de cet esprit divin, de cette partie du Divin que vous êtes, le Défi du Monde Physique, devient Amusement Divin en effet… tout cela devient graduellement Délice Divin – même pour les cellules de votre corps physique, dans le profond éveil qui est aussi le leur.

En cette si précieuse Auroville, où nous sommes assez bénis pour vivre, tout ce qui précède dans cet écrit est en train de devenir la Réalisation Collective d’un nombre toujours plus grand d’Auroviliennes et Auroviliens, en une nouvelle sorte de société dont l’Humanité entière bénéficie déjà.

Que notre gratitude continue pour toujours d’aller vers les deux héroïques Pionniers de l’Évolution Consciente, Sri Aurobindo et Mère, qui ont rendu tout cela possible chacun à travers son propre corps, d’abord pour cette Auroville dont ils ont eu la vision, qu’ils ont fait naître et dont ils ont guidé les premières années, leur Conscience Deux-en-Une la gardant, maintenant encore, dirigée vers la pleine Vérité de son destin futur en tant que première Cité Universelle, le Berceau de cette Superhumanité vraie, pleine d’Amour, en laquelle nous évoluons lentement…

 

Previous Older Entries

%d bloggers like this: