My Birthday on Feb. 23rd at the African Pavilion, with my ‘AUROSPIRITUALS’

I just celebrated – as every year – my Birthday: on Feb. 23rd.

Yes, right in the middle of the famous ‘Birthday Week’ that we celebrate regularly in Auroville from Feb. 21st, Mother’s Birthday, to 28th, Auroville’s own Birthday!…

Like many others here whose Anniversary is also during this period (or that of August 15th, Sri Aurobindo’s Birthday….!), I feel honored by this sort of date-wise connection, but whatever the date, we all give its due importance to our Anniversary, because of the fact that on that day, every human being is particularly open inwardly, open to the beneficial influence of  his or her soul, and so also of this ONE divine reality that he or she is a part of, and the partial expression of, within that divine Oneness in which everything, whether consciously or not, is actually bathed as in an invisible Ocean.

This year 2018, this Special Week has been all the more special because it was Auroville’s Fiftieth Birthday, its Golden Jubilee, as they say (please see my previous post, ).

Since May 1975 and the full coming in front of my Psychic Being (in hardly a few steps after my arrival in Auroville in 1972), it so happened that as a direct consequence I got the inspiration for many songs of Love for the Divine, at first rather solemn or intimistic in style, then more and more on that creole kind of rhythm that my body, born of parents both from Martinique (in the French West Indies), spontaneously loves with all its cells.

Reminded of the old ‘negro-spirituals’ that I had discovered as a young adult, which were created particularly in the South of the USA, although while in slavery, by those African people totally uprooted but still full of faith in God, I decided to honor them by calling ‘AUROSPIRITUALS’ those songs of mine, although my ones hadn’t been inspired by any religion, but by the universal spirituality that is growing everywhere nowadays, because of the present collective evolution of Humanity…

Well, since a few months – starting in Septemeber 2017 – I have received in a very unexpected and very powerful way, one after the other, several of those swinging AUROSPIRITUALS’, but this time all dedicated specifically to Africa!

This immediately connected me again to that vast land of Africa where indeed I had chosen, in this lifetime, to be born, in Algiers, in a then French North Africa, and after that to go on growing, but in that Western Africa also French at that time, where my parents had gone back for their normal work in the then French Administration: in Sénégal, initially the countryside, then the capital Dakar, later on the Soudan (now Mali), again first the countryside, then the capital Bamako with its hill, Koulouba, above the vast plain of the Niger river.

These African birth and childhood have left in me a great love for Africa, which the decades spent later on in France and in Auroville have not managed to dry up. Since my coming here I had been impatiently waiting for the creation of at least an embryo of African Pavilion, among those other Cultural Pavilions of various countries that were being born along the years in the area of Auroville that the Mother, its Founder, had designated for this purpose.

At long last a few Africans had started to come (after two solitary ones) and finally,  hardly a few years ago, an African Pavilion had been born… but at the time I was living on the main beach of Auroville, too far and too burdened with responsibilities to take part in this birth so eagerly longed for by me.

My fortunate return, end of 2014, to the Centre of Auroville, and now this Niagara of songs for Africa that was suddenly pouring down on me, gave me the perfect opportunity to finally get involved in the development of that Pavilion so cherished in advance.

In the premises still basic but already arranged and decorated with talent using these highly colored geometrical paintings, so recognizable, from the African Culture, I felt immediately at home, as in this familiar atmosphere of cordial simplicity which welcomed me, from the handful of Africans who managed the place as well as from the many Volunteers (some of them long term) or visitors  who people the Camping Site ‘Safari’ where one lives right in Nature under the little tents available there or that one has brought. Kitchen and toilets are built and decorated, as is a big common space shaped like a traditional hut, on one side of the Camping area; on the other side, the open air large space where, around a big bonfire,  the famous Drumming Session happens every week…

This is how I myself  have been able to spend a night on the spot, under a tent, after having at last watched – and joined with delight! – the contagious dance that enters all the present bodies every Thursday evening, while the Africans cheerfully drumming are joined by any other Auroville musician also inspired by those happy and free rhythms which do so much good to a body…

A few weeks later, a little band was forming spontaneously around me for those specifically African AUROSPIRITUALS… But for which purpose, I came to know with clarity only then: the Special Week was approaching, and with it my own Birthday, it was obviously on the date of my birth that I would have to sing for this beloved Africa where long ago I had chosen to be born!…

But, last minute surprise,  what was intended to be just a small intimate celebration with the few musicians and the friends especially invited, later became , on the request of the Africans running the Pavilion, an official event to be publicly announced as the Event presented by the African Pavilion as its contribution to the Golden Jubilee of Auroville!!!

Fortunately, the Divine Grace arranged things in Its own way, with the announcement in the Auroville internal news coming out only on the 24th, that is, the day after our little Celebration of Africa for my Anniversary, and the result was that there was an audience sufficiently big and enthusiastic to clap their hands and sing the choruses with us, but none of the huge crowd that we were totally unprepared for and so were secretly very scared to face!…

Now, after this memorable performance, and also all the other events we all attended elsewhere before and after that one during that incredible Golden Jubilee Week, everybody is resting, exhausted… But, oh happiness, everything went fine, so we are savoring this well-earned rest, all the while smiling with gratitude to the Divine Grace that everywhere gave the invisible helping hand needed at the critical moments, and made everything finally possible… ad even a success!

This personal Anniversary so special this year, at the African Pavilion, will remain engraved in my memory… and will mark also in its own way a grand Première in Auroville: the public beginning of a new aspect of the new Culture that is growing here: the AUROSPIRITUALS!

The event has been recorded and filmed by our Auroville RadioTV, here is the link to a short video, an of course much abridged version where fragments of the little historical talk I gave beforehand to a group of friends have been inserted here and there between extracts of the songs:

The place of all this in the Integral Yoga, this Yoga of individual and collective Evolution my entire life is dedicated to since 1971?,… If you are interested in the answer, you will get to know it in my next post! Isn’t this one long enough already?…


Mon Anniversaire dédié à l’Afrique, ce 23 février de notre “Semaine Anniveraire”

Je viens de fêter – comme chaque année – mon Anniversaire.

Oui, au beau milieu de la célèbre Semaine Anniversaire que nous célébrons toujours à Auroville, du 21 février, Anniversaire de Mère, au 28, Anniversaire d’Auroville elle-même!…

Comme beaucoup d’autres ici dont l’Anniversaire est aussi pendant cette période (ou autour du 15 août, Anniversaire de Sri Aurobindo…!), je me sens honorée de cette sorte de parenté de date; mais quelque soit la date, nous donnons tous à notre Anniversaire l’importance voulue, dûe au fait que ce jour-là, tout être humain est particulièrement ouvert intérieurement: ouvert à l’influence bénéfique de son âme, et donc aussi de cet UN Divin dont tout ce qui est, fait partie, et est l’expression partielle, dans cet UN Divin en qui tout, en fait, baigne invisiblement, que ce soit onsciemment ou non….

En cette année 2018, cette Semaine Spéciale a été encore plus spéciale que d’habitude, car c’était le cinquantième Anniversaire d’Auroville, son Jubilé d’Or, comme on dit. (voir mon article précédent, ).

Depuis Juin 1975 et la pleine venue en avant de mon Être Psychique (en à peine quelques étapes dès mon arrivée à Auroville en 1972) il se trouve qu’en conséquence directe j’ai reçu l’inspiration de nombreuses chansons d’Amour pour le Divin, d’abord plutôt solennelles ou intimistes (des tendres valses par exemple), puis au fil des années de plus en plus rythmées à la façon antillaise que mon corps, né de parents martiniquais, affectionne spontanément de toutes ses cellules.

Me rappelant les anciens “negro-spirituals” découverts à mon adolescence, créés en particulier dans le Sud des USA, même en plein esclavage, par ces peuples d’Afrique déracinés mais malgré tout pleins de foi, j’avais eu à coeur de les honorer en appelant “AUROSPIRITUALS” ces chansons similaires qui m’étaient venues, non plus inspirées cependant par aucune religion, mais bien par la spiritualité universelle qui grandit maintenant partout du fait de l’évolution collective de l’Humanité…

Or voilà que depuis quelques mois – à partir de Septembre 2017 – j’ai reçu de manière très inattendue et puissante,  coup sur coup, plusieurs de ces AUROSPIRITUALS  bien rythmées, mais cette fois dédiées spécifiquement à l’Afrique!

Cela m’a rebranchée immédiatement sur cette vaste Terre d’Afrique où en effet j’ai choisi dans cette vie-ci, d’abord de naître, à Alger, dans une Afrique du Nord alors française, puis après quelques mois de continuer à grandir, mais cette fois dans cette Afrique Occidentale alors française elle aussi, où étaient retournés mes parents pour leur travail normal dans l’Administration Française de l’époque: au Sénégal, initialement dans la brousse et plus tard dans la capitale Dakar, puis au Soudan, à nouveau en brousse puis dans la capitale Bamako avec sa colline Koulouba surplombant la vaste plaine du Niger.

De cette naissance et enfance africaines m’est resté un grand amour pour l’Afrique, que les décades passées ensuite en France puis à Auroville n’ont pas réussi à tarir.  Depuis mon arrivée ici, j’avais impatiemment attendu que se créée au moins un embryon du Pavillon Africain, parmi les autres Pavillons Culturels de divers pays qui naissaient au fil des années dans la zone d’Auroville que Mère, sa fondatrice, avait demandé de réserver à cet usage.

Enfin quelques Africains avaient récemment commencé à venir (en plus d’un solitaire), et finalement, depuis à peine quelques années, le Pavillon Africain était né,.. mais je vivais alors sur la plage principale d’Auroville, trop loin et trop submergée de responsabilités pour participer à cette naissance, tant attendue pourtant de ma part.

Mon retour providentiel fin 2014 vers le Centre d’Auroville, et maintenant cette cataracte de chansons pour l’Afrique qui me tombait soudain dessus, m’ont donné du coup l’occasion rêvée de m’impliquer enfin dans le développement de ce Pavillon si chéri à l’avance.

Dans les lieux encore sommaires mais déjà aménagés et décorés avec talent de ces peintures géométriques hautes en couleurs, bien reconnaissables, de la Culture Africaine, je me suis sentie tout de suite chez moi, ainsi que dans cette atmosphère familière de simplicité cordiale qui m’a accueilie, aussi bien de la part de la poignée de responsables, eux-mêmes Africains bien sûr, que des nombreux volontaires (certains pour de longues durées) ou aussi visiteurs de passage qui peuplent le Camping “Safari” où chacun vit en pleine nature sous les petites tentes disponibles ou bien celle qu’il/elle a apportée. Cuisine et toilettes communes sont déjà érigées et décorées, ainsi qu’un grand espace commun couvert, en forme de hutte traditionnelle, à côté du Camping; de l’autre côté, l’espace à ciel ouvert où, autour d’un grand feu de joie, se passe la célèbre soirée hebdomadaire de “Drumming” au Pavillon Africain…

C’est ainsi que moi-même j’ai pu passer la nuit sur place, sous une tente, après avoir enfin pu assister – et participé avec délice ! – à la danse générale qui s’empare de tous les corps présents chaque jeudi soir, pendant la Soirée de Tam-Tam à laquelle se joignent, en plus des Africains en personne, tout autre musicien aurovilien inspiré par ces rythmes joyeux et libres qui font tant de bien au corps…

Quelques semaines plus tard, un petit groupe se formait spontanément autour de moi pour accompagner ces AUROSPIRITUALS spécifiquement africains… Mais dans quel but exactement, cela ne m’est apparu clairement qu’à ce moment-là: la Semaine Spéciale approchait, et avec elle mon propre Anniversaire, c’était évidemment pour la date de ma naissance que je devais chanter pour cette Afrique bien-aimée où j’avais autrefois choisi de naître!…

Mais, surprise de dernier moment, ce qui ne devait être qu’une petite fête intime avec les quelques accompagnateurs et les amis invités spécialement, s’est ensuite mué, à la demande des responsables du Pavillon,  en évènement officiel à annoncer publiquement comme l’évènement présenté par le Pavillon Africain en tant que sa contribution au Jubilé d’Or d’Auroville!!!

Heureusement, la Grâce Divine a fait que l’annonce officielle n’est parue que le 24 février, soit le lendemain de notre petite Célébration de l’Afrique pour mon Anniversaire, si bien qu’un public suffisant et enthousiaste était présent pour frapper dans ses mains et chanter les refrains avec nous, mais pas la foule énorme pour laquelle nous n’étions pas du tout préparés, et que donc nous redoutions secrètement!…

Maintenant, après cette mémorable performance, et aussi tous les autres évènements auxquels nous avons tous assisté ailleurs avant et après, pendant cette incroyable Semaine du Jubilé d’Or, tout le monde se repose, épuisé… Mais, ô joie, tout s’est bien passé, donc nous savourons ce repos bien gagné, tout en remerciant en souriant cette Grâce Divine qui a donné partout le coup de pouce voulu aux moments critiques, et a rendu tout finalement possible… et même réussi!

Cet Anniversaire personnel si spécial cette année au Pavillon Africiain restera gravé dans ma mémoire… et marquera aussi à sa manière une grande Première à Auroville: le début public d’une nouvel aspect de la Culture Nouvelle qui y grandit : les AUROSPIRITUALS!

L’évènement a été enregistré et filmé par notre Auroville Radio, voici le lien pour une courte vidéo, une version bien sûr abrégée et où des fragments du petit historique que j’ai d’abord donné pour un groupe d’amis ont été insérés ici et là parmi les extraits de chansons:

La place de tout cela dans le Yoga Intégral, ce Yoga d’Évolution individuelle et collective  auquel ma vie tout entière est consacrée depuis 1971 ?… Si cela vous intéresse, vous l’apprendrez dans mon prochain article!…  Celui-ci n’est-il pas déjà assez long ?…


Le “Golden Jubilee” d’Auroville, comme vécu par une Aurovilienne

Mon dernier article avant celui-ci était le 9 février… Comme trop souvent ces temps derniers, presqu’un mois s’est écoulé entre cet article-là et le nouveau que je suis enfin à même d’écrire.

Mais cette fois-ci ce n’est pas seulement à cause de mes propres difficultés internes. Voici ce que j’ai écrit en réponse à un commentaire sur cet article précédent:

“Je vous suis très reconnaissante, cher Rick, pour cet excellent commentaire sur mon article et les points principaux qu’il touchait! Vous lui ajoutez de l’information, et un lien auquel je serai heureuse d’aller dès que cette “Semaine Anniversaire” annuelle que nous avons à Auroville en cette période de l’année sera terminée et que j’aurai à nouveau un peu de temps pour lire…! Le fait que cette année l’Anniversaire d’Auroville sera son Cinquantième Anniversaire,  ou “Jubilé d’Or”, avec toutes les célébrations variées que vous pouvez imaginer, ne facilite pas les choses… 😀 “

Plus récemment, une circonstance extérieure certainement espérée, mais terriblement aggravante, s’est effectivement matérialisée: le Premier Ministre de l’ Inde, Sri Narendra Modi, est venu nous rendre visite en personne le 25 février !… Cet évènement a fait la Une des journaux dans toute l’Inde:

Ce n’était bien sûr pas “à Pondicherry “, mais à Auroville même, et le public qui peut être vu assis dans notre vaste “Auditorium Sri Aurobindo” au Bharat Nivas (le Pavillon Culturel de l’Inde, parmi les nombreux autres Pavillons Culturels déjà construits ou à ériger dans cette zone spécifique d’Auroville) sont des Auroviliens, comme l’est aussi la dame indienne qui joue le rôle de la présentatrice pour tous les VIPs alignés sur la scène de part et d’autre du “Prime Minister”.

C’est fait, ce “Golden Jubilee” d’Auroville, si important, célébré avec la grandeur et la beauté qui lui étaient dûes, trois jours plus tard, le 28, annivesaire de la date précise à laquelle avait eu lieu la Cérémonie de Fondation en 1968 – est maintenant en effet passé, et j’ai à nouveau en effet un peu de temps, non pas encore pour lire quoi que ce soit, mais bien pour écrire au moins un nouvel article pour ce Blog!!!

À propos de ce “Golden Jubilee,” bien sûr. Non du point of vue de l’une des nombreuses, nombreuses personnes de l’extérieur qui, en quelque capacité officielle ou non qu’elles l’aient fait, ont assisté d’une manière ou d’une autre à cet évènement multiple, mais du point de vue de quelqu’un de l’intérieur, le point de vue d’une Aurovilienne qui a elle-même vécu et travaillé ici depuis 1972, c’est à dire quarante-cinq ans – un bon bout de temps, comme vous le voyez – et qui peut pleinement apprécier les véritablement énormes, incroyables changements qui se sont produits ici durant cette période-là.

De l’effrayante terre désertique avec une poignée de huttes précaires ici et là, se serrant les unes contre les autres sous un soleil de plomb, à la végétation presque débordante, et à la Cité émergeant très visiblement de cette masse verdoyante, avec des bâtiments aussi magnifques que celui où, ô fait incroyable mais vrai, je vis maintenant moi-même, quel énorme miracle semble s’être produit! Sans parler de ces célébrations du Golden Jubilee elles-mêmes,  un miracle se déversant d’évènement en évènement présentés pratiquement partout dans Auroville, pratiquement tout le temps, pendant cette entière “Semaine Anniversaire” (de celui de Mère le 21 à celui d’Auroville le 28) devenue encore plus signifiante cette fois-ci du fait que c’était le Cinquantième Anniversaire de notre chère Auroville!…

D’après la façon dont j’ai moi-même vécu pendant ces derniers mois les hauts et les bas totalement déconcertants dans la préparation de mon propre petit évènement (pour mon propre anniversaire le 23) au Pavillon Africain et pour lui, au beau milieu du tourbillon des autres évènements préparés un peu partout aussi, je peux dire que la somme de tous nos efforts semble avoir été énorme, mais qu’elle n’aurait finalement pas abouti à grand’chose sans l’Aide palpable de la Grâce Divine, nous débarrassant au fur et à mesure de tous les obstacles apparemment insurmontables qui se dressaient devant nos entreprises aussi variées qu’audacieuses.

Car c’est cela qui est pour moi le miracle encore plus grand qui s’est passé tout au long des nombreuses années de notre présence ici, inébranlable, entêtée, obstinée: le miracle intérieur, celui qui a commencé à nous transformer chacun(e) radicalement, à travers la  pure magie de la Foi.

Depuis le début en 1968, et n’importe quand après également, toutes les données allaient tellement contre nous, ce ne pouvait être que par la foi, une foi toutjours grandissante, de moins en moins en nos propres efforts humains, mais de plus en plus dans l’Aide Divine, que nous avons affronté toutes les tâches que nous avons tenté d’accomplir – et que nous avons effectivement accomplies finalement, aussi impossibles qu’elles aient pu  sembler au début,… et le plus souvent longtemps après aussi.

Nous avons chacun grandi à notre propre manière unique, nous débarrassant de quelques-uns des problèmes humains personnels dont chacun était un mélange unique. Mais nous avons tous aussi grandi ensemble d’une manière collective, commune: en acquérant de plus en plus de patience, de plus en plus de persévérance, en un mot de plus en plus de ce miraculeux ingrédient présent en nous tous, êtres humains: la Foi.

De la Foi en le Divin avant de faire aucune des choses variées mais complètement insensées que nous avons eu invariablement à faire au long des années, et de la Gratitude pour le Divin après, une fois que, tout à fait miraculeusement, la chose était faite.

Ceux qui n’arrivent à Auroville que maintenant, surtout s’ils viennent de l’Occident, n’ont aucune idée à quel point chaque pas a été simplement une impossibilité, pour parvenir à l’Auroville de maintenant.

Alors à la fin, de manière bien inattendue, tout devient en quelque sorte amusant. De l’amusement pur et simple!

Bien sûr il faut continuer à contribuer son effort personnel, preuve concrète que oui,  nous voulons réellement que ce résultat-là se réalise, mais nous ne sommes plus vraiment anxieux quant au résultat: si c’est bien la vraie chose qui doit se produire, le Divin la fera se produire de toutes façons, quel que soit ce qui va contre – et si la chose ne se produit pas, cela signifie simplement que ce n’était pas réellement la chose vraie, ou pas sous la forme voulue, et donc c’est très bien que cela ne se soit pas produit: cela se produira sous la forme vraie plus tard, voilà tout…

Et c’est ainsi qu’hier, téléphonant à une amie et collègue juste partie une semaine pour donner un stage ailleurs en Inde, sans avoir eu le temps pendant la folie de ces derniers jours de nous rencontrer comme nous le faisons d’habitude, nous nous sommes soudain surprises à rire, rire irrésistiblement de toute cette épreuve que nous avions vécue là.

Nous riions du pur délice intérieur qui vient de savoir ce si secret et si merveilleux Fait: que si vous, de votre côté, donnez réellement tout ce que vous pouvez, en toute sincérité et confiance, alors il n’y a plus de souci à se faire: le Divin fera tout le reste pour vous, tout ce qu’il vous aurait été impossible de faire, et l’Impossible se produira encore et encore, de façon régulière, comme la Nouvelle Manière de Vivre que tant d’entre nous ont souhaitée si ardemment dans leur pensée, leur coeur, leur corps – des êtres encore humains dans une large mesure, certes, mais en même temps, dans une certaine mesure au moins, déjà plus tout à fait humains… et ressentir cela est si merveilleux!!!

Savoir par expérience directe, répétée, que vous pouvez compter sur l’Aide Divine, parce que le Divin est de plus en plus pour vous cet Ëtre Immense, sans limite, éternel, tout-puissant, qui Sait et qui Aime, qui est en vous et tout autour de vous, dans lequel vous avez éternellement votre propre être, en toute sécurite et toute félicité, si bien que relever le Défi bien digne de vous, de cet esprit divin, de cette partie du Divin que vous êtes, le Défi du Monde Physique, devient Amusement Divin en effet… tout cela devient graduellement Délice Divin – même pour les cellules de votre corps physique, dans le profond éveil qui est aussi le leur.

En cette si précieuse Auroville, où nous sommes assez bénis pour vivre, tout ce qui précède dans cet écrit est en train de devenir la Réalisation Collective d’un nombre toujours plus grand d’Auroviliennes et Auroviliens, en une nouvelle sorte de société dont l’Humanité entière bénéficie déjà.

Que notre gratitude continue pour toujours d’aller vers les deux héroïques Pionniers de l’Évolution Consciente, Sri Aurobindo et Mère, qui ont rendu tout cela possible chacun à travers son propre corps, d’abord pour cette Auroville dont ils ont eu la vision, qu’ils ont fait naître et dont ils ont guidé les premières années, leur Conscience Deux-en-Une la gardant, maintenant encore, dirigée vers la pleine Vérité de son destin futur en tant que première Cité Universelle, le Berceau de cette Superhumanité vraie, pleine d’Amour, en laquelle nous évoluons lentement…



Our ‘Auroville’s Golden Jubilee’… as Aurovilians

My latest post before this one was on Feb. 9th…  As too often nowadays, nearly one month has elapsed between that one and this new one I am at last able to start.

But this time it is not due only to my own private circumstances. Here is what I wrote in answer to a comment about that prior article of mine:

“I am quite grateful to you, dear Rick, for such an excellent comment on my article and the main points it touched! You are adding information to it, and a link that I’ll be happy to go to as soon as this yearly ‘Special Week’ we are having here in Auroville at this time of the year will be over and I get again some extra time for reading…! The fact that this year Auroville’s Birthday on the 28th will be its Fiftieth Birthday, or ‘Golden Jubilee’, with all the many various celebrations you can imagine, doesn’t make things any easier… 😀 “

Later on, a certainly hoped for, but at the same time tremendously aggravating outer circumstance did materialize: the Prime Minister of India, Sri Narendra Modi, came to visit in person on Feb. 25th!… This made top news across India:

It wasn’t in Pondicherry of course, but in Auroville itself, and the audience that can be seen seated in our vast Sri Aurobindo Auditorium at Bharat Nivas (the cultural Pavilion of India, among the many Cultural Pavilions already built or to be erected in that specific area of Auroville) are Aurovilians, as is also the Indian lady presenter next to the VIPs lined up on the stage on both sides of the Prime Minister.

Well, that so important ‘Golden Jubilee’ of Auroville – celebrated with due grandness and beauty three days later, on the 28th, anniversary of the actual date of its Foundation Ceremony in 1968 – is now over indeed, and I am indeed getting again some free time… not yet for reading anything, but at least for writing a new post for this blog of mine!!!

About that ‘Golden Jubilee’ of course. Not from the point of view of one of the many, many outsiders who, in whatever official or unofficial capacity, attended in some way the event(s), but from an insider’s point of view: the point of view of an Aurovilian who has herself been living and working here since 1972, that is, forty-five years – quite a long while, as you can see – and is able to fully appreciate the truly enormous, unbelievable changes that have happened here during that time.

From the dreadful barren land with a handful of precarious huts huddling together here and there under a scorching sun, to the present almost overabundant greenery and the quite visibly emerging City in the midst of it, with buildings such as the magnificent one in which, oh incredible but true fact, I am now myself living, what a huge miracle seems to have happened! Not to mention these Golden Jubilee celebrations in themselves too: the overflowing miracle of event after event presented in practically every place of Auroville, practically non-stop, during this entire ‘Birthday Week’ (from Mother’s Birthday on Feb. 21st to Auroville’s on Feb. 28th) made even more significant this time around because it was the 50th Birthday of our dear Auroville!…

From the way I have myself experienced in the recent few months the totally bewildering ups and downs of preparing my own little event (for my own birthday on the 23rd) at and for the African Pavilion, in the middle of all this whirlwind of other events being prepared everywhere else as well, I can say the sum of all our efforts seems to have been enormous, but would have come finally to nothing much if not by the palpable help of the Divine Grace getting rid for us of all the apparently insurmountable obstacles we were all facing in our extremely diverse and daring endeavors.

For this is for me the even bigger miracle that has happened over the years of our steady, stubborn, obstinate presence here: the inner miracle, the one that started transforming each of us radically, through the sheer magic of Faith.

The odds were, from the start in 1968 and at any further point in time too, ever so much against us, it couldn’t be but out of faith, an ever-growing faith, less and less in our own human efforts, but more and more in the Divine Help, that we took on all we attempted to do – and indeed managed to do in the end, however impossible it may have seemed at first… and usually for a long, long while after that.

We each may have grown in our own unique way, each gradually shedding some of our uniquely blended personal human problems, but we have all grown together in that common, collective way: acquiring more and more patience, and more and more perseverance, in one word more and more of that miraculous ingredient in all of us human beings: Faith.

Faith in the Divine before doing any of the various completely crazy things we just had invariably to do as the years passed, and Gratitude for the Divine afterwards, when quite miraculously it had been done.

Those who are coming only now to Auroville, especially from the West, have no way to even imagine how simply impossible at every step it has all been, to get to the point where Auroville is now.

So in the end it unexpectedly becomes somehow fun. Sheer fun!!!

Of course we still have to put in the personal effort, the concrete proof that yes, we really do want it to happen, but by now we aren’t truly anxious anymore about the outcome: if it’s the true thing that is to happen, the Divine will make it happen against all odds anyway – and if it doesn’t happen, well, that simply means it wasn’t really what had to happen, or not in that form, and so it’s good that it didn’t happen: it will happen in its true form later, that’s all…

This is how, phoning yesterday affectionately a friend and colleague Aurovilian just gone out for a week for giving a seminar elsewhere in India, after both of us had had no time to meet as usual during those last crazy ten days, we soon found ourselves irresistibly laughing together over this whole ordeal that it had been.

Laughing with the sheer inner delight that comes from knowing inwardly this so secret and so wonderful Fact: that if you, from your own part, are really giving it your all, in all sincerity and trust, then there is no need to worry: the Divine will do all the rest for you, that you couldn’t possibly do, and the Impossible will happen again and again, on a regular basis, as the New Way of Life so many of us here have been longing for so ardently in our minds, hearts and bodies – still human to a large extent, yes, but at the same time, to some extent at least, already not quite human any longer… and it feels so incredibly wonderful that it is so!!!

To know from direct, repeated experience that you can count on that Divine Help, because the Divine is more and more for you that Immense, limitless, Eternal, all-powerful, Knowing and Loving Being that is in you and all around you, in Whom you have eternally your own being, quite safely and blissfully, so that taking on the worthy Challenge which for the divine spirit, part of the Divine, that you are, is this Physical World, becomes Divine Fun indeed… all that becomes gradually Divine Delight – even for the very cells of your physical body in their own profound awakening.

In this so precious Auroville, in which we are so blessed to live, all of the above is on its way to become the Collective Realization of an ever-growing number of Aurovilians, in a new kind of society that is already benefiting Humanity as a whole.

May our gratitude go for ever to the two heroic Pioneers of Conscious Evolution, Sri Aurobindo and the Mother, who have made it all possible through their own bodies, first of all in this Auroville they envisioned, founded and guided in its first years, their Two-in-One Consciousness still invisibly helping it to keep growing towards the full Truth of its envisioned Future as an official, recognized first Universal City, the Cradle of the true, loving Superhumanity that we are slowly evolving into…


A New Turn for Tolkien’s Legacy

I highly recommend reading the very good, informative and interesting article, ‘Tolkien’s Legacy about to Get Bigger’, at the link which follows:
It highlights the importance of the recent withdrawal by Christopher Tolkien from the responsibilities he had until then regarding his father’s literary legacy.
Whether his voluntary absence from the decisive role he had before may have negative, or, hopefully positive consequences on the future adaptations that, like with Amazon already, will be now allowed to take place, remains to be seen… The analysis by the author of the reasons  to  be hopeful is the best, and the best worded, that I know of.

As a deeply appreciative fan of Tolkien’s Middle-earth world since 1975, and an equally deep fan of Peter Jackson’s adaptations of them to the big screen through the two Trilogies rightly mentioned in the article above as “wildly successful”, I have been sorry, but mostly amazed, that Christopher Tolkien, the son whom he had entrusted with the legacy of his writings, could have such a harsh judgement on those films – and especially on the ‘Lord of the Rings’ Trilogy to start with. But then, I realized that Christopher probably never saw the Extended Editions of any of those films… and although already in the Theater Editions I found a whole lot to love, it is the Extended Editions that really represent for me what Peter Jackson truly had in his mind and heart when creating those magnificent films.

Given the incredibly huge risk that had been taken by the financing company, entrusting the still rather unknown director that Jackson then was, with the enormous amounts of money necessary for creating the three films at once, it is not surprising that the Theater Versions of them are all treated like ‘action’ films to some extent, in order to insure the massive success they each had, both with the audience at large and the critics.

But to keep the films within the length and duration of 3 hours maximum that could still be endured and accepted by the ordinary public actually sitting in theaters, Peter Jackson had to cut out all the deeper scenes.. but at least he was then free to reinsert them when the time came for putting out the Extended Edition, ‘the Director’s Cut’, for each of them in turn…

This is why these Extended Editions are the ones I always recommend most warmly to the people who don’t know yet those films: for me the Extended Editions are the ones in which can be found more excellent renditions of some of the deepest and most beautiful scenes straight from the books, or closely inspired by them so as to deliver the same meaning and deep inner impact as the original scenes did in the books.

So the first thing I would have advised Christopher if I were his friend, would have been “Do watch rather the Extended Editions, dear Christopher…”

The second thing I would also have told him as a friend would have been how terribly disappointing for me it had been to discover, buried in ‘Morgoth’s Ring’, one volume of his own archival research of his father’s writings (the six volumes he published as the separate collection he called ‘HOME’), an extremely important, late-written text that his father had especially asked him to add to ‘The Silmarillion’ as its very first Appendix.

The text’s title was ‘Athrabeth Finrod a Andreth’: a beautiful additional story between Elves and mortal Men during the First Age, told as a Dialogue between Finrod, a most well-known Elf-Prince, elder brother to Galadriel, and the young and beautiful Wise Woman, Andreth, that his younger brother Aegnor secretly loves.

The contents, intensity and sheer beauty of this Dialogue, the ‘Athrabeth’, and the extremely illuminating and hopeful conclusions reached and expressed by Finrod towards the end of his passionate discussion with Andreth, if presented in ‘The Silmarillion’ as its First Appendix as wished by Tolkien himself, would have indeed effectively altered for the better the whole perspective the readers would have had of the entire sequence of stories from the First Age that compose ‘The Silmarillion’. And further down in Time, this text would have revealed the whole meaning and true usefulness in the Divine Plan, of all those apparently doomed marriages between Elves and Men that kept happening again between Elves and Men in he second and Third Age.

Well, I am immensely grateful to Christopher Tolkien that he did manage, as promised to his father before his death, to do what his father had not been able to do in his old age: to finally publish a rich and impressive ‘Silmarillion’, composed of texts by his father but selected and finalised by himself. But on the other hand I am as immensely regretful that he chose not to include that wonderful ‘Athrabeth’ that was so important to add as the First Appendix!…

In recent years, when Christopher Tolkien was asked by some publishers to select one story out of the ‘Silmarillion’ for separate publication, I had great hopes that this time he would seize this new chance and select the ‘Athrabeth’, fulfilling then at last his father’s wish. But instead he chose ‘The Children of Hurin’, a beautiful indeed but extremely sad story in which Fate keeps hitting at those Children of Hurin as mercilessly as it would at the heroes of some ancient Greek Tragedy of old.

So, alas, again the ‘Athrabeth’ remained helplessly and uselessly buried in the little known volumes of HOME… where it still lies to the date of this writing of mine.

As a specialist also myself of those ancient mythologies Tolkien and that third son of his knew so well, I have been very happy to see that the father, JRRT, somehow distanced himself gradually from the terribly tragic overall mood and outlook on life that most of those ancient epic stories, such as the ‘Kalevala’, were steeply reflecting, inflicting them as well, I felt, on their readers.

Well, luckily, besides his acute sense of the tragic, JRRT happened to have also a solid sense of humour, and an even more solid faith in God as well as in the Virgin Mary (he, like his late mother, was a staunch Catholic), that totally prevented him from ever falling entirely into any abyss of despair.

Moreover, one of his greatest heroes in his own Mythology, Aragorn son of Arathorn, embodied in the Third Age and the War of the Ring the sense of Hope still burning in the hearts of Mortal Men, just as he was their living Hope too: the actual Heir of Isildur, last living direct descendant of the ancient lineage of High Kings of Numenor when still allied to the Elves in the Blessed Days of their shared reverence for Eru, the Supreme God and Source of All.

To Galadriel, the Lady of Light, the most powerful High Elf still present in Middle-earth and protecting it with her inner power, this is still the beautiful future she sees in Aragorn, to be one day crowned the High King, if he proves himself worthy of that destiny, and of the name she whispers softly to him, her previous sternness melting into the tenderness of a mother, the name that would then be given to him: “Elessar …”


It is precisely this whole atmosphere of Hope, of Faith in the Divine Grace and Help, that for me makes the whole difference between Tolkien’s Mythology and all the older ones. It is exactly the reason why I have included it in my own life of conscious spiritual evolution the moment I discovered it in 1975. It was so wonderfully echoing the Faith and Hope that are now born of the new Evolutive Step that is, thanks to the decisive inner Action accomplished by Sri Aurobindo and the Mother, starting to take place upon this earth he called ‘Middle-earth’…

But at this point, although the second Professor, the son, Christopher, is no doubt immensely learned too, I am not sure whether he really perceived in his father’s writings that deep difference with other epics, so clearly. And if he perceived it indeed, whether he cherished it as much as I personally do. If he did, how could he ever make those choices he made, that I just described above, and that are still so wrong in my eyes?

I find them wrong, not because I am not aware of “the beauty and seriousness of the work”, but on the contrary because I happen to be so acutely aware and appreciative of the even deeper, the actually divine “beauty and seriousness” (but that shouldn’t mean intrinsic sadness) “of the work”…








“SOS d’un terrien en détresse”: Hommage à Daniel Balavoine

SOS d’un terrien en détresse

SOS d’un terrien en détresse
Chanson de Daniel Balavoine
extrait de l’album Starmania
Face A Lucie
Face B SOS d’un terrien en détresse
Enregistré 1978
Studio Gang, Paris
Durée 3:35
Auteur Luc Plamondon
Compositeur Michel Berger
Réalisateur Michel Bernholc
Label LM Riviera, Barclay

SOS d’un terrien en détresse est une chanson composée par Michel Berger et écrite par Luc Plamondon en 1978 pour l’opéra rock Starmania.

Elle fut interprétée pour la première fois par Daniel Balavoine, puis reprise par Norman Groulx, Renaud Hantson, Bruno Pelletier, Grégory Lemarchal, Daniel Popovic, Laurent Bàn et Dimash Kudaibergen, jeune chanteur Kazakh.

Peter Kingsbery (du groupe Cock Robin) a repris la chanson en anglais, sous le titre Only the Very Best, dans la version anglaise Tycoon en 1992. L’adaptation anglaise a été écrite par Tim Rice. Cette version est parue en single la même année.

En décembre 2015, l’artiste française Marina Kaye interprète Only the Very Best dans l’album de reprises intitulé Balavoine(s) en hommage à Daniel Balavoine.


Eh bien, grâce à cette chanson présentée une première fois dans mon précédent article, je m’instruis!… Alors j’en profite pour instruire en même temps aussi celles et ceux d’entre vous, mes visiteuses et visiteurs, qui s’intéresseront à cette petite enquête chronologique que je viens de faire à propos de cette chanson si émouvante… dont ni le nom de l’interprète ni même le titre de la chanson elle-même n’étaient donnés, mais dont il s’avère, ô joie,  que je lui avais donné exactement le bon titre, son vrai titre! (Oui, félicitez-moi, je le mérite!!!)

Écoutée en premier sur la Page FB de quelqu’un d’autre, son partage immédiat sur ma propre Page avait déclenché les réactions appréciatives de plusieurs ami(e)s aussi bien de langue anglaise que de langue française, d’où ma traduction à l’intention de ceux qui en avaient besoin pour apprécier encore plus pleinement cette chanson.

Mais alors c’est le commentaire d’une amie française plus jeune que moi (connue depuis les temps anciens, pré-auroviliens, où j’étais encore jeune Prof de Lettres Classiques en France…) qui m’a fait découvrir que cette merveilleuse chanson avait été originellement chantée, avec grand succès, par un chanteur français que je n’avais jamais connu, étant partie pour Auroville dès 1972, mais qui avait eu par la suite une carrière retentissante: Daniel Balavoine.

Intriguée par ce nom de moi inconnu, mais visiblement encore si aimé de mon amie,  j’ai fait aussitôt la Google Search qui s’imposait…

Elle en valait la peine: en effet, ce jeune chanteur des années 70 et 80 avait été quelqu’un d’exceptionnel, extrêmement populaire également à cause de son profond engagement social et politique aussi bien sur scène ou devant les média qu’en tant que simple être humain, devenant l’un des premiers artistes français à s’investir personnellement dans l’humanitaire – jusqu’à sa mort le 14 janvier 1986, à 33 ans, dans un accident d’hélicoptère alors qu’il aidait de son mieux l’Afrique affamée, entre autres précisément en participant à ce Paris-Dakar où, au Mali,  il trouva la mort, ainsi que les quatre autres passagers, dans le crash de cet hélicoptère au cours d’une opération destinée à acheminer des pompes à eau pour les populations locales maliennes,.


Cette disparition prématurée de l’un des ses chanteurs les plus importants de l’époque créa en France un choc énorme. En dépit de sa carrière ainsi tragiquement écourtée, Daniel Balavoine a écrit et composé plus d’une centaine de titres et demeure aujourd’hui encore l’un des artistes francophones les plus populaires, fort de près de 20 millions d’albums vendus et de tubes qui restent dans les coeurs. Nombreux sont encore ceux et celles de ses anciens fans qui continuent à honorer sa mémoire… gardant aussi éventuellement, comme mon amie, une préférence pour l’interprétation première qu’il avait donnée de chansons qui, comme celle-ci, ont été plus tard reprises par d’autres, avec plus ou moins de succès.

En ce qui concerne cette chanson particulière, créée pour Balavoine dont la voix avait une tessiture androgyne de près de trois octaves, les vidéos de YouTube m’ont révélé, après l’artiste originel, un autre chanteur français dont l’interprétation et la personnalité attachantes, ainsi que la mort (de maladie) encore plus jeune – à 20 ans à peine – l’ont gardé lui aussi semble-t-il dans beaucoup de mémoires: Gregory Lemarchal.

Quant au jeune chanteur de la vidéo que je vous ai présentée, il s’agit, je l’ai enfin appris, de Dimash Kudaibergenov, du Kazakhstan, dont l’ardente interprétation – en français ! – et la voix elle aussi extraordinaire lui valurent de remporter l’émission “Singer 2017” en Chine. Son audition diffusée du 6 février 2017 a connu un véritable succès aussi bien auprès du jury que des spectateurs et téléspectateurs.

Bien qu’heureuse de savoir enfin son nom et les circonstances où nous le voyons chanter si magnifiquement cette chanson, je tiens à remercier ici l’amie qui m’a fait découvrir le tout premier interprète à avoir fait connaître et aimer cette oeuvre. Grâce à cette amie, ma vie en est enrichie, car je perçois à présent un tant soit peu la place énorme que ce Daniel Balavoine, dont j’ignorais jusqu’au nom, a eue dans la chanson et la société françaises d’une époque que je n’ai pu vivre directement avec elle, étant partie vivre au loin, à Auroville … Merci, amie !


Chanson magnifique: Le SOS d’un Terrien en détresse (and translation in English)

Une magnifique chanson, magnifiquement chantée, trouvée sur Pacebook et mise sur ma propre Page FB, mais dont les paroles françaises avaient besoin d’une traduction anglaise pour être appréciées pleinement par tous, autant que l’extraordinaire et très émouvante interprétation qu’en donne ce tout jeune artiste à l’incroyable voix.

Voici donc les paroles françaises, avec ma traduction anglaise pour chaque ligne:


Pourquoi je vis? Pourquoi je meurs? /  Why do I live? Why do I die?

Pourquoi je ris? Pourquoi je pleure?  / Why do I laugh? Why do I cry?

Voici le SOS  /  Here is the SOS

D’un Terrien en détresse:  /  From an Earthling in distress:

J’ai jamais eu les pieds sur terre  /  I never had my feet on the ground

J’aimerais mieux être un oiseau  /  I would rather be a bird

Je suis mal dans ma peau  /  Don’t feel good in my skin

Je voudrais voir le monde à l’envers  /  I’d like to see the world upside down

Si jamais c’était plus beau  /  If ever it looked more beautiful

Plus beau vu d’en haut   /  More beautiful, seen from up there

D’en haut!…  /  From up there!…

J’ai toujours confondu la vie  /  I always confused life

Avec les bandes dessinées  /  With comic strips

J’ai comme des envies de métamorphose  /  I wish for some metamorphose

Je sens quelque chose  /  I feel something

Qui m’attire, qui m’attire, qui m’attire  /  That attracts me, attracts me, attracts me

Vers le haut !…  /  Upwards!…

Au grand Loto de l’univers  /  At the big Loto of the Universe

J’ai pas tiré le bon numéro  /  I didn’t get the right number

Si jamais c’était plus beau  /  If ever it was more beautiful

Plus beau vu d’en haut…  /  More beautiful, seen from up there

D’en haut!…    From up there!…

Pourquoi je vis? Pourquoi je meurs?  /  Why do I live? Why do I die?

Pourquoi je ris? Pourquoi je pleure?  /  Why do I laugh? Why do I cry?

Je crois capter des ondes  /  I seem to be receiving energies

Venues d’un autre monde….  /  Coming from another world

J’ai jamais eu les pieds sur terre  /  I never had my feet on the ground

Si jamais c’était plus beau,  /  If ever it were more beautiful

Plus beau vu d’en haut,  /  More beautiful seen from up there

D’en haut!…  /  From up there!…

(Soars for a while, then comes back down, and then very softly, sings the first words of a French lullaby)

Dodo l’enfant… do…    Sleep well, child, sleep well….




Previous Older Entries

%d bloggers like this: